Saint-Gal-sur-Sioule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Gal.
Saint-Gal-sur-Sioule
Image illustrative de l'article Saint-Gal-sur-Sioule
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Saint-Georges-de-Mons
Intercommunalité Communauté de communes Combrailles Sioule et Morge
Maire
Mandat
Charles Schiettekatte
2014-2020
Code postal 63440
Code commune 63344
Démographie
Population
municipale
134 hab. (2014)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 06′ 42″ nord, 3° 00′ 38″ est
Altitude Min. 310 m – Max. 612 m
Superficie 9,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Gal-sur-Sioule

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Gal-sur-Sioule

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Gal-sur-Sioule

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Gal-sur-Sioule

Saint-Gal-sur-Sioule est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Gal-sur-Sioule est située au nord du département du Puy-de-Dôme. Cinq communes sont limitrophes, dont une dans le département de l'Allier[1] :

Communes limitrophes de Saint-Gal-sur-Sioule
Servant Chouvigny (Allier)
Saint-Gal-sur-Sioule Saint-Quintin-sur-Sioule
Pouzol Marcillat

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 15 (vers Marcillat) et 16 (vers Pouzol et la D 915 pour Chouvigny)[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune provient de saint Gal (autrement appelé Gallus de Clermont) qui fut évêque de Clermont de 525 à 551[2]. L'église du village possède une statue de son saint patron[3].

La terminaison du toponyme fait référence à la situation géographique. En effet, la rivière de la Sioule constitue les limites nord et est du territoire communal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Gal-sur-Sioule Blason D'azur à la fasce ondée d'argent accompagnée en chef d'une truite contournée du même, et en pointe d'une mitre d'or et d'une crosse du même passées en sautoir.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Guy Chevallier PCF  
mars 2008 mars 2014 Henri Teilhol PCF  
mars 2014 en cours Charles Schiettekatte[4]    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Saint-Gal-sur-Sioule fait partie jusqu'en 2016 de la communauté de communes du Pays de Menat, puis à partir du de la communauté de communes Combrailles Sioule et Morge[5].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 134 habitants, en augmentation de 3,88 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
687 860 601 572 660 669 684 725 741
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
741 727 716 678 665 704 692 654 659
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
623 591 528 470 436 408 380 316 251
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
231 192 138 133 131 123 134 127 134
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Base de canoë-kayak sur la Sioule.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Gorges et rives de la Sioule (site classé depuis le 23 novembre 1987)[10]. Les gorges de Chouvigny ont été classées en ZNIEFF (Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique ; outil de connaissance du territoire français sans protection réglementaire) dès les années 1970 et tout le bassin de la Sioule est en zone Natura 2000 (zone de protection réglementaire des milieux et espèces menacés, rares, remarquables ou représentatifs de la biodiversité européenne).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Géoportail (consulté le 20 avril 2017).
  2. André Georges Manry (dir.), Histoire des communes du Puy-de-Dôme, arrondissement de Riom, Éditions Horvath, rééd. 1991, p. 268.
  3. Jacques Baudoin, Grand livre des saints, culte et iconographie en Occident, Nonette, Éditions Créer, 2006, p. 231.
  4. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 13 juillet 2014).
  5. Arrêté no 16-02965 du 19 décembre 2016 « prononçant la fusion des communautés de communes « Côtes de Combrailles » et « Manzat Communauté » étendue aux communes de : Blot L'Église, Lisseuil, Marcillat, Saint-Gal-sur-Sioule, Saint-Pardoux, Saint-Quintin-sur-Sioule, Saint-Rémy de Blot et Pouzol […] à compter du  », et arrêté rectificatif no 16-02982 du 22 décembre 2016, parus au recueil des actes administratifs no 63-2016-065 [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, 23 décembre 2016 (consulté le 23 décembre 2016), p. 127-139 et 143-145.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. Document de la préfecture du Puy-de-Dôme pour les servitudes de protection des monuments historiques et des sites

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]