Lisseuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lisseuil
Image illustrative de l'article Lisseuil
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Saint-Georges-de-Mons
Intercommunalité Communauté de communes Combrailles Sioule et Morge
Maire
Mandat
Martial Gendre
2014-2020
Code postal 63440
Code commune 63197
Démographie
Population
municipale
109 hab. (2015 en augmentation de 19,78 % par rapport à 2010)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 51″ nord, 2° 55′ 10″ est
Altitude Min. 360 m
Max. 644 m
Superficie 6,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Lisseuil

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Lisseuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lisseuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lisseuil

Lisseuil est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Lisseuil est située au nord du département du Puy-de-Dôme. Trois communes sont limitrophes[1] :

Communes limitrophes de Lisseuil
Saint-Rémy-de-Blot
Ayat-sur-Sioule Lisseuil
Blot-l'Église

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par les routes départementales 16 (passant à l'est de la commune, entre Blot-l'Église et Pouzol), 109 (vers Saint-Rémy-de-Blot au nord et Châteauneuf-les-Bains au sud), 505 et 505a[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme la plus ancienne du nom de la commune dans les archives est « Liccioïalum ». Ce toponyme viendrait d'un patronyme gaulois ou latin : Lucius (qui a donné Luc en français), auquel a été ajouté le suffixe ialo signifiant sans doute une clairière[2].

En 1762, on trouve la graphie « Lizeule »[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Église[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la Révolution française, un prieuré et une cure, sous le vocable de Sainte-Marie, dépendaient de l'abbaye voisine de Menat. Suivant d'autres chartes et à des époques différentes, l'église aurait dépendu de l'abbaye Saint-Léger d'Ébreuil.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 mars 2014 Gérard Brémenson    
mars 2014 en cours Martial Gendre[3]    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Lisseuil fait partie jusqu'en 2016 de la communauté de communes du Pays de Menat, puis à partir du de la communauté de communes Combrailles Sioule et Morge[4].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2015, la commune comptait 109 habitants[Note 1], en augmentation de 19,78 % par rapport à 2010 (Puy-de-Dôme : +2,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
272 161 221 296 292 295 307 363 361
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
344 340 306 283 297 289 300 288 282
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
271 232 258 228 203 184 178 168 167
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
161 146 129 118 97 95 93 94 109
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église romane a la particularité architecturale d'avoir un pignon surélevé qui abrite deux cloches (type clocher à peigne). Une Vierge en majesté en bois polychrome (châtaignier) du XIIIe siècle est conservée dans le chœur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Patrie de saint Ménélée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Géoportail (consulté le 21 avril 2017).
  2. a et b André Georges Manry (dir.), Histoire des communes du Puy-de-Dôme, arrondissement de Riom, Éditions Horvath, rééd. 1991, p. 261.
  3. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 13 juillet 2014).
  4. Arrêté no 16-02965 du 19 décembre 2016 « prononçant la fusion des communautés de communes « Côtes de Combrailles » et « Manzat Communauté » étendue aux communes de : Blot L'Église, Lisseuil, Marcillat, Saint-Gal-sur-Sioule, Saint-Pardoux, Saint-Quintin-sur-Sioule, Saint-Rémy de Blot et Pouzol […] à compter du  », et arrêté rectificatif no 16-02982 du 22 décembre 2016, parus au recueil des actes administratifs no 63-2016-065 [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, 23 décembre 2016 (consulté le 23 décembre 2016), p. 127-139 et 143-145.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.