François Feldman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Feldman.
François Feldman
Description de cette image, également commentée ci-après

François Feldman sur scène en 2013.

Informations générales
Nom de naissance François Feldman
Naissance (58 ans)
Activité principale Chanteur
Genre musical Pop, Variété française
Années actives Depuis 1980

François Feldman, né le à Paris, est un auteur-compositeur-interprète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est d’origine russe (par son père) et belge. Sa fille, fruit de son union avec Caroline Gardel (dont le nom d’artiste était Fanny Gardel), se prénomme Joy. Il réside depuis de nombreuses années à Gambais (Yvelines).

Les débuts difficiles (1980–1985)[modifier | modifier le code]

Le jeune François Feldman passe son adolescence au son de la musique soul, Marvin Gaye, Stevie Wonder et James Brown notamment. Sa première guitare lui est offerte par son père à quatorze ans. Dans les radio-crochets, il obtient plusieurs fois le premier prix. Il crée son premier groupe amateur à 14 ans et se produit dans quelques clubs. En 1980, François Feldman fait la connaissance d'Ernest Salfati auteur-compositeur avec qui il décide de faire prendre à sa musique une tangente inspirée de la musique disco funk américaine. C'est dans cet esprit qu'il enregistre son premier titre avec son groupe Yellow hand, You want every night, puis Ma petite vidéo en 1982, Folle sur les bords en 1983, Wally Boule Noire et Obsession en 1984, et enfin Amour de corridor en 1985, sans grand succès.

Les trois premiers albums et le succès national (1986–1992)[modifier | modifier le code]

Ce n’est qu’en octobre 1986 que sort le single Rien que pour toi, qui lui permet d’atteindre la notoriété avec plus de 300 000 exemplaires vendus et une 12e place au Top 50[1]. Il sort ensuite en 1987 son premier album, Vivre vivre, et, bien que le 45 tours Demain c’est toi rate le Top 50, enchaîne avec ses premiers succès : Slave (classé n°5 au Top 50), Je te retrouverai (n°19) et Le mal de toi (n°9). L’album atteint la 9e place du Top albums[2] et reçoit un disque de platine.

Le succès se confirme en 1989 avec le deuxième album, Une présence, qui contient plusieurs singles à succès : Joue pas en duo avec Joniece Jamison (classé n°2 au Top 50), Les Valses de Vienne (n°1 durant 6 semaines) , C’est toi qui m’as fait (n°2), Petit Frank (n°1 durant 3 semaines) et J’ai peur, également en duo avec Joniece Jamison (n°7). L’album devient disque de diamant, dépassant le million d’exemplaires vendus.

Son troisième album Magic’ Boul’vard, sorti en 1991, est le dernier grand succès de François Feldman. L’album contient plusieurs singles dont certains deviendront très populaires : Le serpent qui danse en hommage à Baudelaire et Gainsbourg (n°15), Magic’ Boul’vard (n°12), Tombé d'amour (n°8) et surtout Joy dédié à sa fille (n°1 durant 8 semaines). Il devient alors le premier chanteur à avoir occupé la 1re place du Top 50 avec trois singles. Après la sortie de l’album live Feldman à Bercy, le single Existe connaît moins d’impact (n°45).

Retour à une carrière confidentielle (1993–)[modifier | modifier le code]

François Feldman en concert (showcase) à Foix le 7 septembre 2014

En 1993, l’album Indigo 93 connaît un début prometteur puisqu'il entre directement 13e du Top Albums ; toutefois, il en sort au bout d'un mois et les trois singles extraits ne parviennent pas à s'imposer : Elle est bien trop belle, Fais tomber la pluie et Le p'tit cireur.

Après avoir rencontré un important succès les années précédentes, François Feldman connaît alors une certaine traversée du désert, sans qu'il n'y ait d'explication particulière à cela. Malgré la sortie de trois albums successifs, À contre-jour en 1995, Couleurs d’origine en 1997 et Des larmes et de l’amour en 2004, il est dorénavant peu présent dans les médias, excepté dans des émissions consacrées aux années 1980 ou 1990. Ses ventes deviennent plus confidentielles. Il continue cependant sa carrière en donnant des galas à travers la France.

Invité à chanter lors du Téléthon 1996, il commet une maladresse en invitant le public, composé majoritairement de personnes atteintes de myopathie, à se lever. Il s'exclame « Tout le monde debouuuut !… » avant de se rendre compte de sa bourde et de finir sur «…là-bas !! » en désignant une petite partie du public ne se trouvant pas en chaise roulante. Sans que l'on puisse en déduire de relation de cause à effet, ses présences télévisées depuis cet incident ont été progressivement réduites.

En 1997, sa double compilation Two Feldman, qui contient notamment une douzaine de tubes, se classe no 2 au Top Compilations (Best Feldman est sa version simple) et sera certifiée double disque d'or.

En 2007 et 2010, il participe à la tournée RFM Party 80, un spectacle musical qui rassemble des chanteurs ayant été en tête du Top 50 dans les années 1980. Le film Stars 80, produit par Thomas Langmann et sorti le 24 octobre 2012, raconte de manière humoristique l’aventure de cette tournée à succès qui a réuni plus d’un million de spectateurs. François Feldman y joue son propre rôle. À partir du , il remplace Jean-Luc Lahaye pour la tournée Stars 80.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • Rien que pour toi
  • Demain c'est toi
  • Slave
  • Je te retrouverai
  • Le mal de toi
  • Joue pas
  • Les Valses de Vienne
  • C’est toi qui m’as fait
  • Petit Frank
  • J'ai peur
  • Le serpent qui danse
  • Magic’ Boul’vard
  • Joy
  • Tombé d’amour
  • Existe (live)
  • Elle est bien trop belle
  • Fais tomber la pluie
  • Le p'tit cireur
  • Destination
  • Exit de la nuit
  • Comme un film
  • J'aurais voulu te dire
  • Les violons tziganes

Groupe Yellow hand[modifier | modifier le code]

  • Lovin Dancin (1980), label AZ
  • Can You Feel It (1980), label AZ/Discodis ; (1981), label US Fire Sign

Notes et références[modifier | modifier le code]