Béhoust

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Béhoust
Béhoust
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Intercommunalité Communauté de communes Cœur d'Yvelines
Maire
Mandat
Guy Pelissier
2020-2026
Code postal 78910
Code commune 78053
Démographie
Gentilé Béhoustiens
Population
municipale
479 hab. (2019 en diminution de 0,42 % par rapport à 2013)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 49″ nord, 1° 43′ 17″ est
Altitude Min. 88 m
Max. 171 m
Superficie 5,34 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Orgerus
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Aubergenville
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Béhoust
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Béhoust
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Béhoust
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Béhoust
Liens
Site web behoust.fr

Béhoust est une commune française située dans le département des Yvelines, en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Béhoust dans les Yvelines.
Locator Dot.png

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Béhoust est située dans l'ouest du département des Yvelines, à 20 km environ au sud de Mantes-la-Jolie, sous-préfecture, et à 36 km environ à l'ouest de Versailles, préfecture du département.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Béhoust
Flexanville
Orgerus Béhoust Garancières
Millemont

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Saint-Hilaire, les Masures, la Coudreuse, la Masse.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la départementale 42 d'est en ouest.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La ligne de Saint-Cyr à Surdon passe par le territoire communal. La gare ferroviaire la plus proche est la gare d'Orgerus - Béhoust qui est situé à 1,6 km sur la commune d'Orgerus.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 2, Express 67 et Orgerus de l'établissement Transdev de Houdan.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Béhoust est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Orgerus, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[4] et 2 830 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[7],[8].

Occupation des sols simplifiée[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 88,01 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 4,81 % d'espaces ouverts artificialisés et 7,18 % d'espaces construits artificialisés[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Bohout[10] et Behout[11] au XIIIe siècle, Behodium[12]en 1351, Behoux en 1660[13], Bohou en 1686[14], Bouhou en 1690[15], Bonlieu en 1712[16], Bohou en 1717[17], Behoust en 1757, Behoûst en 1793, Behoust en 1801[18].

L'étymologie est obscure, les formes anciennes n'étant pas suffisamment caractérisées. D'ailleurs ni Albert Dauzat, ni Ernest Nègre ne se sont prononcés sur l'origine de ce toponyme, montrant par là qu'ils en ignorent l'étymologie.

Un hameau s'appelle La Coudreuse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
Le monument aux morts.

Au paléolithique (âge de la pierre taillée) la région ne devait guère se prêter au peuplement, il y avait d’anciennes lagunes transformées en marais boisés.

La paroisse Saint-Hilaire date du XIIe siècle, elle appartenait au prieuré de Saint-Martin-des-Champs dépendant de l'abbaye de Coulombs, Eure-et-Loir.

Le territoire de Béhoust dépendait vers 1230 de la châtellenie de Montfort.

Du XIIIe siècle jusqu'à la fin du XVIIe siècle, il fut la propriété de la famille de Hargeville[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 En cours Guy Pélissier[20]    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[22].

En 2019, la commune comptait 479 habitants[Note 3], en diminution de 0,42 % par rapport à 2013 (Yvelines : +2,1 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
148293301242313292275278292
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
294303290279280235251277269
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
259263246269284274272220273
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
216234264282322374429453476
2015 2019 - - - - - - -
460479-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,4 %, soit en dessous de la moyenne départementale (38,0 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 27,4 % la même année, alors qu'il est de 21,7 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 230 hommes pour 239 femmes, soit un taux de 50,96 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,32 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
1,2 
7,9 
75-89 ans
8,0 
18,4 
60-74 ans
18,9 
28,0 
45-59 ans
25,7 
14,2 
30-44 ans
14,5 
14,6 
15-29 ans
14,9 
16,3 
0-14 ans
16,9 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2018 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,3 
5,7 
75-89 ans
7,7 
13,4 
60-74 ans
14,5 
20,6 
45-59 ans
20,3 
19,8 
30-44 ans
19,9 
18,4 
15-29 ans
17 
21,5 
0-14 ans
19,4 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède[26] une école élémentaire publique.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Exploitations agricoles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église.
L'église Saint-Hilaire.
Le château de Béhoust.
Le château de Béhoust.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Hilaire.
Une partie de l'église est du XIIe siècle, mais conserve également des éléments décoratifs et des vitraux du XVIe siècle[27].
Trois vitraux du XVIe siècle sont classées[28].
  • Le château de Béhoust, date de la seconde moitié du XVIIIe siècle pour ce qui est de la partie centrale, et de la fin du XIXe siècle pour les deux ailes qui ont été rajoutées en 1880.
Le château est inscrit MH en 1976[29].
Aujourd'hui, c'est une propriété privée consacrée à l'accueil et à l'organisation de réunions, rencontres et séminaires.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes des Yvelines - tome 2, Paris, Editions Flohic, , 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1), « Béhoust », p. 567–568

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 d'Orgerus », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. [PDF]« Occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) », sur cartoviz.iau-idf.fr (consulté en ).
  10. COCHERIS (Hippolyte) Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  11. Abbé Gauthier, Pouillé du diocèse de Versailles, p. 5.[réf. incomplète].
  12. LONGNON (Auguste), Pouillés province de Sens, (1904), p. 156c .
  13. Carte de Pierre Duval (géographe).
  14. Carte de Jaillet.[Quoi ?].
  15. Carte de T. Auvray.[Quoi ?].
  16. Carte de Nicolas de Fer .
  17. Carte de Hubert Jaillot, géographe de Louis XIV.
  18. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. BARDY (Monique) La grande histoire des Yvelines, Édijac, p. 168.
  20. Résultats des élections municipales de mars 2008 sur le site officiel de la préfecture des Yvelines..
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  24. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Béhoust (78053) », (consulté le ).
  25. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département des Yvelines (78) », (consulté le ).
  26. Site officiel de l'inspection académique des Yvelines.
  27. Archives Déptartementales des Yvelines - Portal Europe
  28. « Les objets classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture.
  29. « Château », notice no PA00087368, base Mérimée, ministère français de la Culture.