Neauphle-le-Château

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Neauphle-le-Château
Neauphle-le-Château
Vue aérienne de Neauphle-le-Château.
Blason de Neauphle-le-Château
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Intercommunalité Communauté de communes Cœur d'Yvelines
Maire
Mandat
Elisabeth Sandjivy
2020-2026
Code postal 78640
Code commune 78442
Démographie
Gentilé Neauphléens, Neauphléennes
Population
municipale
3 385 hab. (2018 en augmentation de 9,3 % par rapport à 2013)
Densité 1 574 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 48′ 55″ nord, 1° 54′ 11″ est
Altitude Min. 92 m
Max. 172 m
Superficie 2,15 km2
Élections
Départementales Canton d'Aubergenville
Législatives Douzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Neauphle-le-Château
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Neauphle-le-Château
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neauphle-le-Château
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neauphle-le-Château
Liens
Site web www.neauphle-le-chateau.com

Neauphle-le-Château est une commune française située dans le département des Yvelines, en région Île-de-France. Commune périurbaine de l'aire urbaine de Paris, elle est localisée à une quarantaine de kilomètres de la Paris et à proximité de la ville de Plaisir.

Construite sur une butte rocheuse, Neauphle-le-Château est située aux confins des plaines agricoles de Montfort-l'Amaury et de Versailles et à l'extrémité Est du Pays d'Yveline.

Ses habitants sont les Neauphléens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Neauphle-le-Château se trouve à 20 kilomètres à l'ouest de la préfecture des Yvelines, Versailles et à 20 kilomètres de la sous-préfecture de Rambouillet. Elle est localisée à 40 kilomètres à l'ouest de la cathédrale Notre-Dame de Paris, point zéro des routes de France, et à 31 kilomètres au sud-ouest de la porte d'Auteuil.

Situation[modifier | modifier le code]

Construite sur une butte rocheuse, Neauphle-le-Château domine, vers l'ouest, la plaine de Montfort-l'Amaury vers Houdan et se situe à l'extrémité ouest de la plaine de Versailles.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe au cœur du bassin versant de la Mauldre. Elle n'est toutefois pas traversée par un cours d'eau. Un château d'eau est implanté sur la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune vue de l'ouest.
La commune vue de l'ouest.

Climat[modifier | modifier le code]

La température annuelle moyenne à Neauphle-le-Château est de 10,7 °C. Les mois les plus froids sont décembre et janvier avec 0 à °C et les plus chauds, juillet et août avec 20 à 25 °C. La moyenne des précipitations annuelles est de 695 millimètres[1].

Le climat de Neauphle-le-Château est de type océanique dégradé. La station de référence pour Neauphle-le-Château est celle de Rambouillet[2]. Le climat est caractérisé par un ensoleillement et des précipitations assez faibles. La moyenne des précipitations tourne autour de 650 mm par an étalés sur 111 jours de pluie en moyenne, dont 16 jours de fortes précipitations (plus de 10 mm). Les températures y sont douces, le mois le plus froid étant janvier avec une moyenne de températures de 4,7 °C et les mois les plus chauds juillet et août qui présentent une température moyenne de 20 °C.

Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 6 7 11 14 18 21 24 24 21 15 9 7 14,8
Températures minimales moyennes (°C) 1 1 3 6 9 12 14 14 11 8 4 2 7,1
Températures moyennes (°C) 4 4 7 10 14 17 19 19 16 12 7 5 11,2
Source : Climatologie mensuelle - Rambouillet, France[3]

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Position de Neauphle-le-Château dans les Yvelines.
Locator Dot.png

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route nationale 12 à 2x2 voies, et qui permet d'accéder à Paris depuis la RN 118 (porte de Saint-Cloud) et l'A13 (porte d'Auteuil).

  • Depuis la RN 12, la commune est accessible par la sortie 13 (D134 : Neauphle-le-C., Jouars-Pontchartrain, Refuge-Fourrière SPA Sainte-Apolline). La route départementale 134 appelée avenue de la République aboutit à la place Mancest.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Toponymie[modifier | modifier le code]

rue de Neauphle-le-Château à Téhéran.

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée Niefla castrum en 1118[4], Neauflejarum castellum en 1225[4], Nealpha Castri en 1351[5], Neaufle-le-Perreux[6].

Neauphle est un type toponymique commun au nord-ouest de la France. Il apparaît sous différentes formes recensées par Albert Dauzat et Charles Rostaing à l'article Neaufles-Saint-Martin : Neauphle (Île-de-France), Neaufles (Eure), Neauphe (Basse-Normandie), Niafles (Mayenne)[7].

Il s'agit d'un composé d'origine germanique, basé sur les éléments *niwi- « neuf, nouveau » (vieux saxon, vieux haut allemand niuwi, vieil anglais nēowe, moyen néerlandais nie(uwe) « neuf, nouveau ») et *alah « temple, sanctuaire »[8],[9] (cf. gotique ahls, vieux haut-allemand alah, moyen haut-allemand alah), d'où un type *Niwialah signifiant « nouveau temple ».

Il se réfère probablement à des lieux de culte de la religion germanique primitive, les Saxons et les Francs étant restés païens lors de leur installation au nord de la Gaule. La localisation de ce type toponymique au nord de la France, uniquement, conforte cette hypothèse. Le même élément *alah se retrouve dans un autre type toponymique répandu Bouafle, Bouafles (Bodalca 750 ; Bodelfa 1040), Boffles.

Remarque : La graphie hellénisante avec ph permet de distinguer les Neauphle Ce lien renvoie vers une page d'homonymie de l’Île-de-France des Neaufles du département voisin de l’Eure.

Le déterminant complémentaire le-château fait référence au château fort de La Butte à Philippe[10][source insuffisante], il fut détruit par les Anglais lors de la guerre de Cent Ans.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Neauphle-le-Château

Les armes de Neauphle-le-Château se blasonnent ainsi : parti, au premier d'argent à l'aigle de sable, au second de gueules au lion d'or.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
Le monument aux morts.

Le site est occupé pendant la Préhistoire.

Probable emplacement de Divoduro, station citée dans l'itinéraire d'Antonin entre Evreux et Lutèce.

Le château fort, de "La Butte à Philippe"[10], fut détruit par les Anglais lors de la guerre de Cent Ans.

En 1478, la baronnie de Neauphle-le-Château est rattachée au comté de Montfort-l'Amaury - les deux fiefs appartenant au duc de Bretagne -, mais Olivier Le Daim, qui a reçu le comté de Meulan dont relève la baronnie s'y oppose et le rattachement n'est entériné qu'en 1483, après la mort d'Olivier le Daim.

Réunie à la couronne au XVIe siècle, Neauphle-le-Château passe ensuite entre les mains de divers seigneurs (dont Nicolas Potier de Novion en 1682-1693[11]) jusqu'à la Révolution.

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Neauphle-la-Montagne[12].

Grand Marnier « Cordon rouge ».

En 1798 : le clocher de l'église est réquisitionné pour l'installation d'un télégraphe Chappe, relais entre le poste des Clayes-sous-Bois et celui de La Queue-les-Yvelines ; le télégraphe sert jusqu'en 1851.

En 1827, Jean-Baptiste Lapostolle fonde une distillerie produisant des liqueurs de fruits, le futur Grand Marnier (1880)[13].


Le , l’ayatollah Khomeini expulsé d’Irak se réfugie en France, et s’installe en exil à Neauphle-le-Château quatre jours plus tard[14], d'où il rentre en Iran le 1er février 1979. Téhéran a ainsi une rue Neauphle-le-Château (orthographiée خيابان نوفل لوشاتو, et Nofel Loshato street sur les panneaux bilingues de la capitale) où se trouve l’ambassade de France en Iran[15],[16]. De plus le district de Kahak (en), dans la province de Qom, portait auparavant le nom de Neauphle-le-Château[17] (بخش نوفل لوشاتو, bakhsh Nofel Loshato).

La propriété où Khomeini résidait, route de Chevreuse, a longtemps été clôturée et interdite d'accès et l'habitation est aujourd'hui détruite. Le gouvernement iranien a fait une demande afin de transformer en musée l'ancienne résidence de l'ayatollah Khomeini[18].

En janvier 2017, lors d'une cérémonie, une plaque commémorative est installée sur le terrain où séjournait Khomeini. Le texte de la plaque commémorative dit : « Le nom de Neauphle-le-Château est enregistré à jamais dans l'histoire des relations franco-iraniennes. Le peuple iranien se rappellera toujours de l'hospitalité du peuple français et de l'accueil qui a été réservé à l'imam Khomeiny, guide suprême de la Révolution islamique et fondateur de la République islamique d'Iran. Au cours de son séjour de 4 mois, l'imam Khomeiny, en poursuivant sa lutte par le biais de discours, d'interviews et d'enregistrements sonores, a guidé la Révolution islamique en Iran et le 11 février 1979, dix jours après son retour triomphal à Téhéran, le monde entier fut témoin de la victoire de la Révolution islamique en Iran. »[19]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[20], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département des Yvelines et à son arrondissement de Versailles après un transfert administratif effectif au . La commune fait partie de l'Arrondissement de Rambouillet. L’organisation juridictionnelle rattache les justiciables de Neauphle-le-Château au Tribunal judiciaire de Versailles et au tribunal administratif de Versailles, tous rattachés à la Cour d'appel de Versailles[21].

Rattachements électoraux

Pour l'élection des députés, Neauphle-le-Château fait partie de la douzième circonscription des Yvelines.

Elle fait partie depuis 2014, avec 39 autres communes rurales, du canton d'Aubergenville.

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de Neauphle-le-Château sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Tendance politique Début de mandat Fin de mandat
Municipales 2020 Commune de Neauphle-le-Château Maire de Neauphle-le-Château Élisabeth Sandjivy SE mai 2020 mars 2026
Départementales 2015 Canton d'Aubergenville Conseillers départementaux Laurent Richard et Pauline Winocour-Lefèvre LR mars 2015 mars 2021
Législatives 2017 12e circonscription des Yvelines Députée Florence Granjus LREM

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Logo de la CC Cœur d'Yvelines

La ville fait partie avec 30 autres communes de la Communauté de communes Cœur d'Yvelines, créée en 2004, dont le siège est situé à Saint-Germain-de-la-Grange et dont la commune la plus peuplée est Beynes.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles

Résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives

Résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes

Résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales

Résultats des deux meilleurs scores :

Élections départementales

Résultats des deux meilleurs scores :

Élections municipales

Résultats des deuxièmes tours ou du premier tour si dépassement de 50 % :

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1979 juin 1995 Michel Lorieux    
juin 1995 mars 2001 Michel Faure[32]   Commerçant
mars 2001   Bernard Joppin[33] DVD Professeur des universités
Président de la CC Cœur d'Yvelines (2004 → 2014)
1er vice-président de la CC Cœur d'Yvelines (2014 → )
mai 2020 En cours Élisabeth Sandjivy Sans étiquette Cadre dans le secteur privé
Les données manquantes sont à compléter.

Sécurité[modifier | modifier le code]

La commune dépend de la brigade de gendarmerie de Jouars-Pontchartrain et du commissariat de police de Plaisir. Le centre de secours du Service départemental d'incendie et de secours le plus proche est situé à Plaisir (à 5 kilomètres de Neauphle).

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[34]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[35].

En 2018, la commune comptait 3 385 habitants[Note 1], en augmentation de 9,3 % par rapport à 2013 (Yvelines : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9369188149611 0151 1051 1291 2711 264
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2201 2421 2841 2151 2211 2531 2941 3031 253
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3031 2371 2281 1111 2191 1761 1351 1231 338
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 3011 5581 9522 1512 4992 7712 9482 9733 044
2017 2018 - - - - - - -
3 3733 385-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[36].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,6 %, 15 à 29 ans = 19 %, 30 à 44 ans = 23,4 %, 45 à 59 ans = 20,4 %, plus de 60 ans = 16,6 %) ;
  • 50,5 % de femmes (0 à 14 ans = 19,7 %, 15 à 29 ans = 20,1 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 20,1 %, plus de 60 ans = 18,2 %).
Pyramide des âges à Neauphle-le-Château en 2007 en pourcentage[37]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
0,2 
3,3 
75 à 89 ans
5,7 
12,8 
60 à 74 ans
12,3 
20,4 
45 à 59 ans
20,1 
23,4 
30 à 44 ans
21,9 
19,0 
15 à 29 ans
20,1 
20,6 
0 à 14 ans
19,7 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[38]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]

L'usine Grand Marnier.
Les bureaux de l'usine Grand Marnier.

Commune périurbaine située dans l'aire urbaine de Paris, Neauphle-le-Château se situe à proximité de plusieurs bassins d'emplois, notamment à Saint-Quentin-en-Yvelines, Versailles, Plaisir / Les Clayes-sous-Bois (centres commerciaux), Vélizy-Villacoublay et le plateau de Saclay.

  • Commune essentiellement résidentielle
  • Commerces exclusivement de proximité (restaurants, cafés, supérette, coiffeur, poste, etc.)
  • Marché de Neauphle-le-Château (lundi matin)
  • Usine Grand Marnier. Cette distillerie, construite en 1827, produisait environ dix millions de litres de Grand Marnier par an. Toutefois elle a fermé en juin 2012, date à laquelle la production a été transférée sur un autre site du groupe Marnier-Lapostolle à Bourg-Charente. Le transfert a été motivé par des contraintes environnementales et des normes de sécurité[39].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune relève de l'académie de Versailles. Les écoles sont gérées par l’inspection générale de l'inspection départementale de l’Éducation nationale de Versailles.

Neauphle-le-Château possède[40] :

Le collège public le plus proche est situé à Jouars-Pontchartrain (Saint-Simon) et le lycée est à Villiers-Saint-Frédéric (Eugène Viollet-le-Duc).

Des sections internationales sont également implantées à Montigny-le-Bretonneux (École japonaise de Paris), Buc (Lycée franco-allemand de Buc) et Saint-Germain-en-Laye (Lycée international de Saint-Germain-en-Laye). Les établissements universitaires sont situés à Paris et Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Santé[modifier | modifier le code]

Une maison médicale de santé se trouve à Neauphle-le-Château. La commune dépend du Centre Hospitalier de Versailles. L'hôpital de Plaisir effectue des consultations mais il ne dispose pas de service d'urgence.

Sports[modifier | modifier le code]

Clubs[modifier | modifier le code]

  • Le club de tennis de Neauphle-Le-Château.
  • Le RC 78. Équipe de football.
  • Le Cercle Neauphléen de Marche Nordique, Parcours Santé et Détente

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

  • Deux stades de football ;
  • sept courts de tennis (dont 3 couverts) ;
    • 2 quiks ;
    • 2 terre battue ;
    • 3 résine (couverts);
  • 1 citystade.
  • 1 skatepark

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Nicolas.
Mare des Coulons

.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Nicolas-de-Neauphle : église datant du XIIe siècle, édifiée sous l'égide de Simon III de Montfort, restaurée au XVe siècle après les dommages subis au cours de la guerre de Cent Ans et dont la façade et la nef ont été reconstruites après un incendie au XVIIe siècle. L'ensemble a été restauré au milieu du XIXe siècle et à nouveau dans les années 1980-90.
  • Distillerie Grand Marnier : XIXe siècle.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Activités festives et culturelles[modifier | modifier le code]

  • Brocante.
  • Marché d'automne.
  • Événements ponctuels (bibliothèque, expositions, concerts dans l'église Saint-Nicolas, Halloween, Noël, etc..
  • Événements organisés par l'ASLC (Association Sports Loisirs Culture).

Cinéma[modifier | modifier le code]

Rue Neauphle-Le-Château
"la maison du docteur Knock" dans la Grande Rue.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Simon III de Montfort (1117-1181), seigneur de Montfort-l'Amaury, à l'origine de l'édification de l'église Saint-Nicolas.
  • Nicolas Potier de Novion (1618-1693), magistrat, a été châtelain de Neauphle.
  • Étienne Henri Christophe Nayrod (1728-?), général des armées de la République, est né dans la commune.
  • Louis-Alexandre Marnier-Lapostolle (1857-1930), homme d'affaires, a créé la marque de liqueur Grand Marnier en 1880 à Neauphle-le-Château.
  • Pierre Traverse (1892-1979), sculpteur, habita et décéda en cette commune le 4 juillet 1979.
  • Rouhollah Khomeini (1902-1989), dignitaire religieux et ayatollah iranien, a vécu en exil à Neauphle-le-Château.
  • Marguerite Duras (1914-1996), écrivaine, a longtemps habité à Neauphle-le-Château où elle avait acquis une maison près de la place Mancest.
  • Michel Chrestien (1915-1991), écrivain et traducteur, a vécu dans la commune.
  • Deanna Durbin (1921-2013), comédienne canado-française et star de Hollywood dans les années 1930, a habité dans la commune avec son mari Charles David (1906-1999).
  • Madeleine Chapsal (1925), écrivaine, a habité Neauphle-le-Château, rue de la Gouttière et l'évoque dans plusieurs de ses livres dont Dans mon jardin.
  • Françoise Spira (1928-1965), comédienne, a habité rue de la Gouttière et est décédée dans la commune.
  • Michèle Manceaux (1933-2015), journaliste et écrivaine, a habité Neauphle-le-Château et relate ses souvenirs de sa maison, 8 rue de la Gouttière, dans l'ouvrage La Dernière à gauche en montant, NiL, 2010[41].
  • Rufus (1942), acteur et comédien, habite rue de la Gouttière.
  • Jean-Christophe Boullion[42] (1969), pilote automobile.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Leroy, Si Neauphle-le-Château m'était conté, histoire et histoires d'un village d'Île-de-France, Mairie de Neauphle-le-Château, 2003. (ISBN 2-9520638-1-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  2. Nom donné à la boutique, par les locaux dans les années 1950-60.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Fiche sur Neauphle-le-C. sur le site cartesFrance
  3. Rambouillet distante de 24 kilomètres au sud constitue la station de référence.
  4. a et b Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  5. Auguste Longnon, Pouillé de la Province de Sens, 1904, p. 213G
  6. Jean-Aimar Piganiol de La Force - Nouveau voyage de France, 1780, Tome 1, page 178.
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, éditions Larousse 1968 (réédition Guénégaud 1979).
  8. ibidem
  9. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 149
  10. a et b Service Archéologique Départemental des Yvelines - Moyen Âge.
  11. « L'histoire de Neauphle-le-Château », sur www.neauphle-le-chateau.com (consulté le 1er février 2012)
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Histoire de la marque Grand Marnier sur le site officiel.
  14. Gérard Puechmorel, documentaire « Les 112 jours de Khomeiny en France » sur France 3, 2012
  15. Ambassade de France à Téhéran.
  16. Georges Malbrunot, « L'ambassadeur de France en Iran a regagné son poste rue Neauphle-le-Château », sur blog.lefigaro.fr/malbrunot/, (consulté le 26 février 2019).
  17. (en) Fariba Arbab Saljoughi, Jamal Aldin Mahdinezhad, Navid Nazemi et Shahab Rouhbakhsh Fakhar Kamel, « Resuscitation of Rural Buildings Containing Valuable Historical-Cultural Monuments from the Perspective of the Tourism Industry: A Case Study in Kahak Village of Qom », European Online Journal of Natural and Social Sciences, vol. 4, no 3 « New Trends in Architecture, Civil Engineering, and Urban Studies »,‎ , p. 369–377.
  18. Georges Malbrunot, « La brouille Paris-Téhéran se nourrit de mesquineries », Le Figaro, .
  19. (fa) « رونمایی از لوح یادبود اقامت امام(ره) در نوفل لوشاتو » [« Inauguration de la plaque commémorative de la résidence de l'Imam à Neauphle-le-Château »], sur Tasnim,‎
  20. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  21. Organisation juridictionnelle sur le site du ministère de la Justice. Consulté le 15/03/2020.
  22. « Résultat de l'élection présidentielle de 2012 à Neauphle-le-C. », sur le site du ministère de l’intérieur
  23. « Résultat de l'élection présidentielle de 2017 à Neauphle-le-C. », sur le site du ministère de l’intérieur
  24. « Résultat de l'élection législative de 2012 à Neauphle-le-C. », sur le site du ministère de l’intérieur
  25. « Résultat de l'élection législative de 2017 à Neauphle-le-C. », sur le site du ministère de l’intérieur
  26. « Résultat de l'élection européenne de 2014 à Neauphle-le-C. », sur le site du ministère de l’intérieur
  27. « Résultat de l'élection européenne de 2019 à Neauphle-le-C. », sur le site du ministère de l’intérieur
  28. « Résultat de l'élection régionale de 2015 à Neauphle-le-C. », sur le site du ministère de l’intérieur
  29. « Résultat de l'élection départementale de 2015 à Neauphle-le-C. », sur le site du ministère de l’intérieur
  30. « Résultat de l'élection municipale de 2014 à Neauphle-le-C. », sur le Monde
  31. « Résultat de l'élection municipale de 2020 à Neauphle-le-C. », sur le Monde
  32. « Durant quatre mandats, il fut adjoint au côté de Michel Lorieux [...] De 1995 à 2001, le conseil municipal le plaça à sa tête. » [2]
  33. Résultats des élections municipales de mars 2008 sur le site officiel de la préfecture des Yvelines.
  34. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  35. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  36. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  37. « Évolution et structure de la population à Neauphle-le-Château en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 mai 2011).
  38. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 9 mai 2011).
  39. « Neauphle-le-Château - L'ultime visite de la distillerie Grand Marnier », Le Parisien,‎ , p. III (édition des Yvelines).
  40. « Écoles », sur le site de la mairie.
  41. « Michèle Manceaux : La dernière à gauche en montant » [vidéo], sur ina.fr (consulté le 15 septembre 2020).
  42. http://www.pescarolo.com/team.asp?mode=Pilotes