Flins-sur-Seine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flins.
Flins-sur-Seine
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Aubergenville
Intercommunalité Grand Paris Seine et Oise
Maire
Mandat
Pascal Chavigny
2014-2020
Code postal 78410
Code commune 78238
Démographie
Gentilé Flinois
Population
municipale
2 312 hab. (2014)
Densité 269 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 55″ nord, 1° 52′ 25″ est
Altitude Min. 19 m
Max. 179 m
Superficie 8,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Flins-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Flins-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Flins-sur-Seine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Flins-sur-Seine

Flins-sur-Seine est une commune française située dans le département des Yvelines (Arrondissement de Mantes-la-Jolie) et dans la région Île-de-France. Elle se trouve à 14 km à l'est de Mantes-la-Jolie. Connue surtout pour l'implantation d'un grand centre industriel automobile, l'usine Renault de Flins, abritant aussi un important centre commercial régional, c'est l'une des 51 communes incluses dans le périmètre de l'opération d'intérêt national Seine-Aval.

Le nom de Flins dériverait du latin figulus, potier.

Ses habitants sont appelés les Flinois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Flins-sur-Seine dans les Yvelines.
Locator Dot.png

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Flins-sur-Seine est une commune riveraine de la Seine, située sur la rive gauche du fleuve, dans le nord du département des Yvelines, à 14 km à l'est de Mantes-la-Jolie, sous-préfecture, et à 30 km au nord-ouest de Versailles, préfecture du département.

La commune est limitrophe d'Aubergenville à l'ouest, des Mureaux et Bouafle à l'est et de Bazemont au sud. Au nord, la Seine la sépare de Juziers et Mézy-sur-Seine.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal longe la rive gauche de la Seine sur environ 1,5 km. Il n'existe pas d'autre cours d'eau permanent dans la commune.

La nappe aquifère des alluvions de la Seine est exploitée par la société Lyonnaise des eaux qui en assure le traitement dans son usine située dans la commune de Flins pour l'approvisionnement en eau potable de nombreuses communes du nord des Yvelines. Des stations de pompage sont implantées dans la partie nord du territoire de Flins-sur Seine (mais aussi dans les communes voisines des Mureaux, Aubergenville, Épône et Mézières-sur-Seine, l'ensemble constituant le « champ captant d'Aubergenville »). De ce fait la moitié nord du territoire flinois est soumise à un périmètre de protection éloigné, dans lequel les activités, installations et dépôts sont réglementés[2],[3].

La commune est concernée par les risques d'inondations liés aux crues de la Seine dans la frange nord du territoire. Les zones inondables ont été classées en zone verte : zone non construite en limite des Mureaux, soumise à un risque élevée dans laquelle toute construction est interdite pour maintenir le champ d’expansion de crue de la Seine, et zones bleue et rouge clair : zones occupées par l'usine Renault, également très exposées au risque d'inondation dans lesquelles toute urbanisation nouvelle est prohibée, mais l'entretien et le renouvellement des installations existantes est permis[4].

Territoire[modifier | modifier le code]

Son territoire s'étend principalement dans la basse vallée de la Seine, morcelée par les grandes voies de communications (autoroute A13, voie ferrée Paris-Le Havre, route D 113 - ex-RN 13 - et D 14 vers les Mureaux). Toute la partie située entre la voie ferrée et la Seine est occupée par l'usine Renault, qui dispose d'un débarcadère sur la Seine, d'un important embranchement particulier desservi par la SNCF, et qui est aussi desservie par un échangeur autoroutier tout proche. Entre la voie ferrée et l'autoroute se trouve une usine de la Lyonnaise des eaux qui exploite la nappe aquifère située sous la plaine alluviale. Entre le bourg et l'autoroute un important centre commercial régional s'est implanté. Le vieux bourg est aussi dans cette partie basse, au pied des coteaux à 40 m d'altitude. Il a gardé le caractère d'un village en maîtrisant son urbanisation. La commune s'étend au sud jusqu'à la forêt des Alluets où se trouve son point culminant (176 m).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Flins-sur-Seine

Les armes de Flins-sur-Seine se blasonnent ainsi :

de sable à deux léopards d'or passant l'un sur l'autre, à la champagne ondée d'azur chargée d'une roue dentée d'argent

La partie supérieure du blason reprend les armes de la famille de Montgoubert, anciens seigneurs de Flins. La champagne ondée d'azur représente la Seine et la roue dentée évoque l'industrie automobile (usine Renault)[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes In Fiolinis au IXe siècle[6], Felinæ, Felins au XIIIe siècle, Flins-sur-Seine, Flins près Meulent[7].

Etymologie obscure, c'est pour cette raison que Albert Dauzat, Ernest Nègre ne se sont pas prononcés sur l'origine de ce toponyme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières mentions de l'existence du village remontent au XIe siècle. Il dépendit un temps de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Flins avait un vignoble important jusqu'à la crise du phylloxéra qui l'a ruiné définitivement ; un sarment de vigne dans les armoiries de la ville le rappelle ; par la suite c'est le maraîchage qui a prédominé dans la plaine alluviale.

Fin du Xe siècle : famine et épidémie du « mal des ardents » (dû à l'ergot du seigle)

  •  : inauguration de l'usine Renault de Flins. À noter que l'usine Renault, bien que nommée usine de Flins, s'étend à 80 % sur le territoire de la commune voisine d'Aubergenville.
  • En mai et juin 1968, de violentes manifestations se déroulent devant l'usine Renault et dans les alentours. Le 10 juin 1968, Gilles Tautin, un lycéen de 17 ans, meurt d'hydrocution dans la Seine en tentant d'échapper à une charge de gendarmes mobiles.
  • 7 septembre 2014 : à l'occasion de la fête organisée à Flins-sur-Seine dans le domaine du château, une jeune adolescente de 13 ans est décédée[8]lors d'un accident de manège, après s'être fait expulser du manège de type chenille. L'enquête est toujours en cours et les responsabilités ne sont pas encore démontrées. Néanmoins deux faits ont déjà été mis en lumière par l'enquête de police : le comportement de la jeune fille a été mis totalement hors de cause. La mairie de Flins-sur-Seine n'a pas contrôlé les papiers réglementaires des manèges lors de leur installation, ce qui a empêché de constater que ledit manège n'était plus en conformité[9] (contrôle technique périmé). La famille de la victime entretient depuis le drame, un combat pour faire changer la réglementation des manèges[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Flins-sur-Seine est un village dont le nombre d'habitants est resté très stable, comparativement à d'autres communes, depuis la Révolution jusqu'à la fin des années 1950, la population évoluant dans cette période dans une fourchette comprise entre 750 et 1000 habitants environ, avec un pic au recensement de 1831 (1002 habitants) et un plus bas à celui de 1911 (747 habitants), ainsi que le montre le tableau ci-dessous. Depuis les années 1950, la population de Flins a plus que doublé et était encore en augmentation lors du dernier recensement.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 312 habitants, en diminution de -6,55 % par rapport à 2009 (Yvelines : 0,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
829 911 953 991 1 002 941 952 933 903
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
861 838 854 841 788 766 788 772 787
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
792 780 747 802 815 838 806 867 978
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
1 174 1 423 1 805 1 776 2 130 2 207 2 396 2 389 2 312
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,2 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,6 %, 15 à 29 ans = 20,6 %, 30 à 44 ans = 21,1 %, 45 à 59 ans = 23,6 %, plus de 60 ans = 16,1 %) ;
  • 49,8 % de femmes (0 à 14 ans = 18,3 %, 15 à 29 ans = 19 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 24,1 %, plus de 60 ans = 16,6 %).
Pyramide des âges à Flins-sur-Seine en 2007 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,3 
3,1 
75 à 89 ans
5,2 
12,8 
60 à 74 ans
11,1 
23,6 
45 à 59 ans
24,1 
21,1 
30 à 44 ans
21,9 
20,6 
15 à 29 ans
19,0 
18,6 
0 à 14 ans
18,3 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires de Flins-sur-Seine[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Serge Thibault[17]    
mars 2008 ... Pascal Chavigny[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Flins-sur-Seine appartient au canton d'Aubergenville. D'abord rattachée à la communauté de communes Seine-Mauldre (CCVS), elle a intégré la communauté d'agglomération Vexin Centre Seine Aval. Elle est aussi incluse dans le territoire de l'Opération d'intérêt national Seine-Aval[18].

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines, dont le député est Jean-Marie Tétart (UMP).

Au plan judiciaire, Flins-sur-Seine fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[19],[20].

Économie[modifier | modifier le code]

  • Construction automobile (Renault).
  • Production d'eau potable (Lyonnaise des eaux).
  • Commerce : centre commercial régional (hypermarché Carrefour ex-Euromarché), galerie commerçante).
  • Agriculture : céréales, maraîchage.

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'autoroute A13. La sortie 9 de cet axe ( échangeur complet) est située sur le territoire de la commune.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par :

Culture[modifier | modifier le code]

patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

vue de la façade sud de l'église Saint-Cloud
Église Saint-Cloud.
  • Église Saint-Cloud : sa première construction date probablement du Xe siècle ; clocher rebâti en 1767.
  • Château : fin du XVIIe siècle. Ce château a eu des appellations différentes au gré des propriétaires successifs : château de la Pépinière, de la Musardière, de la Minaudière, puis château du Bois Bodin. Le château de la Minaudière a été la propriété d'Alfred Van Cleef, fondateur de Van Cleef & Arpels. Il y est décédé le  ; restauré, il a été transformé en une résidence avec plusieurs appartements.
  • Le bourg de Flins possède , un autre château ayant appartenu à la famille de la Motte Mongoubert , qui est devenu la mairie , et également d'anciennes maisons dont des corps de fermes qui peuvent remonter jusqu'au XVIIIe siècle.

Environnement[modifier | modifier le code]

Polémique sur un projet de Formule 1 en 2009[modifier | modifier le code]

En 2008, le conseil général des Yvelines a lancé un projet de circuit de Formule 1 situé entre les usines Renault et Les Mureaux. Ce projet entrainait la destruction de 170 hectares de terres agricoles vouées à l'agriculture biologique. Le financement prévu était à la charge des collectivités et se montait à 150 millions d'euros. Ce projet, contesté par les riverains et les associations écologiques, a été abandonné en décembre 2009[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alfred Van Cleef, fondateur de Van Cleef & Arpels, est mort le 11 juin 1938 au château de la Minaudière, à Flins-sur-Seine.
  • Jérôme Matin,
    • 2015 champion du monde amateur en UFR (Light contact).
    • 2015 vice-champion du monde amateur en boxe américaine light contact sur tatamis [22].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Flins-sur-Seine », Union des maires des Yvelines (consulté le 20 avril 2011).
  2. « Périmètres de protection des captages », DRASS Île-de-France, (consulté le 12 mai 2011).
  3. [PDF] « La distribution de l'eau potable dans les Yvelines en 2004 », DRASS Île-de-France (consulté le 12 mai 2011).
  4. « Plan de Prévention des Risques d’Inondation de la vallée de la Seine et de l'Oise - Département des Yvelines -Notice de présentation », Préfecture des Yvelines, (consulté le 11 mai 2011).
  5. Le blason sur le site officiel de Flins-sur-Seine
  6. Polyptyque d'Irminon, Les biens de l'abbaye de Saint-Germain des-Prés, Publié par Auguste LONGNON
  7. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  8. une jeune adolescente de 13 ans est décédée
  9. Non conformité du manège
  10. Combat de la famille pour faire changer la réglementation des manèges
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Évolution et structure de la population à Flins-sur-Seine en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  16. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  17. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ .
  18. « Les communes et les intercommunalités du territoire de l’OIN Seine Aval », Epamsa (consulté le 20 avril 2011).
  19. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 20 avril 2011).
  20. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 20 avril 2011).
  21. « Formule 1 : abandon du projet de circuit de Flins », Géo, (consulté le 20 avril 2011).
  22. Jérôme Matin - Champion du monde amateur et vice champion du monde sur le site officiel de la Fédération boxe américaine et disciplines associées