Thoiry (Yvelines)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thoiry
Thoiry (Yvelines)
La mairie.
Blason de Thoiry
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Intercommunalité Communauté de communes Cœur d'Yvelines
Maire
Mandat
François Moutot
2020-2026
Code postal 78770
Code commune 78616
Démographie
Gentilé Thoirysiens
Population
municipale
1 419 hab. (2018 en augmentation de 13,79 % par rapport à 2013)
Densité 200 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 55″ nord, 1° 47′ 41″ est
Altitude Min. 113 m
Max. 171 m
Superficie 7,09 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Aubergenville
Législatives Douzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Thoiry
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Thoiry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thoiry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thoiry
Liens
Site web thoiry78.fr

Thoiry est une commune française située dans le département des Yvelines, en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Thoiry dans les Yvelines.
Locator Dot.png

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Thoiry se trouve à environ 30 km à l'ouest de Versailles dans le plateau du Mantois à 50 km à l'ouest de Paris. Le village et le château sont construits sur une hauteur dominant le plateau agricole vers le nord et le parc boisé du château vers le sud.

Communes limitrophes de Thoiry
Goupillières Andelu
Thoiry Marcq
Villiers-le-Mahieu Autouillet

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'abreuvoir de Thoiry.
L'abreuvoir de Thoiry.

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La principale desserte routière est la route départementale 11 qui traverse le village et mène, vers le sud-est, à Villiers-Saint-Frédéric et la route nationale 12 et, vers le nord-ouest, à Septeuil. La route départementale 45 traverse le village, menant à Richebourg vers le sud-ouest et à Maule puis Orgeval vers le nord-est. Plus ou moins parallèle à la RD 11, la route départementale 119 permet de rejoindre Beynes vers l'est et Hargeville vers le nord-ouest.

La rue principale est bordée par de nombreux commerces de bouche ainsi que des restaurants, agences immobilières, bars, superette etc. Le dimanche des embouteillages peuvent se produire surtout en été du fait de la proximité du parc animalier qui draine beaucoup de visiteurs.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Les gares ferroviaires les plus proches de la commune sont celles de Beynes à 7 km, Garancières - La Queue à 7,5 km et Montfort-l'Amaury - Méré à 8 km.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 31, 35, 40, 41, 45, 55 et SMTS de l'établissement Transdev de Houdan et par la ligne 78 de la société de transport Hourtoule.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Thoiry est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 11,3 % 80
Équipements sportifs et de loisirs 9,4 % 67
Terres arables hors périmètres d'irrigation 70,4 % 499
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 2,5 % 18
Forêts de feuillus 5,4 % 38
Landes et broussailles 1,0 % 7
Source : Corine Land Cover[6]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Toreio en 1150, Toriacum en 1230, Torreium, Torim vers 1250[7], Thoiri en 1415, Touéry en 1590, Thoiry en 1650, Thouary en 1703[8].

Du radical prélatin *tor-, présent dans le latin torus « renflement de terrain » et dans le gallois twr[9]. Thoiry est située au pied d'un coteau de 188 mètres, qui peut avoir fait référence.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.
Le monument aux morts.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1955 1959 Antoine de La Panouse    
2001 En cours François Moutot[11]    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2018, la commune comptait 1 419 habitants[Note 3], en augmentation de 13,79 % par rapport à 2013 (Yvelines : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
362340311355391438407434430
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
450525488486498482442436430
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
405465424390418388363417392
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
4525025816958359691 0931 1391 422
2018 - - - - - - - -
1 419--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,7 %, 15 à 29 ans = 16,2 %, 30 à 44 ans = 26,3 %, 45 à 59 ans = 19,8 %, plus de 60 ans = 14 %) ;
  • 52,1 % de femmes (0 à 14 ans = 23,2 %, 15 à 29 ans = 16,9 %, 30 à 44 ans = 25,1 %, 45 à 59 ans = 19,2 %, plus de 60 ans = 15,7 %).
Pyramide des âges à Thoiry en 2007 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
0,4 
4,8 
75 à 89 ans
5,6 
8,8 
60 à 74 ans
9,7 
19,8 
45 à 59 ans
19,2 
26,3 
30 à 44 ans
25,1 
16,2 
15 à 29 ans
16,9 
23,7 
0 à 14 ans
23,2 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède[18] :

– une école maternelle publique ;
– une école élémentaire publique.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le château de Thoiry Cricket Club a été fondée en 1990 sous le patronage de la vicomtesse de la Panouse. Le club joue dans le parc du château. Thoiry Cricket Club s'est forgé une réputation d'ouverture, une association amicale d'individus et de familles partageant les mêmes idées autour des matchs de cricket de qualité[19].
Un match de cricket à Thoiry

Activités festives[modifier | modifier le code]

Depuis l'année 2000, le château de Thoiry accueille régulièrement les concerts-spectacles des Festes de Thalie et les concerts baroques de l'ensemble Orpheon dirigé par le gambiste et collectionneur José Vázquez. Parallèlement à ces concerts du festival "Brillamment baroque" , stages et master-classes ont lieu chaque année pendant les vacances scolaires de printemps, ou exceptionnellement celles de février, dans les locaux de l'école primaire. Une session plus courte, Agrémens, a lieu en novembre associée à un concert-spectacle.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Paul Aubert (1863-1949)[20], à la retraite en 1923, devint historien local, spécialiste du Mantois, et résida à Thoiry[21]. Jusqu'à la fin de sa vie, il écrivit et rassembla ses notes, qui constituent 22 tomes reliés sur 200 villages du Mantois, Thoiry, particulièrement étudié, était le centre de cette région, cf. le Fond des monographies de Paul Aubert, Archives départementales des Yvelines[22].
  • Jean-Pierre Cassel (1932-2007), comédien et danseur, y est inhumé.
  • Antoine de La Panouse (1914-2006), fondateur du parc animalier de Thoiry.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Thoiry

Les armes de Thoiry se blasonnent ainsi :
D'azur au chevron d'or accompagné à dextre d'une gerbe de blé du même ligaturée de gueules, à senestre d'un besant de sable chargé d'une tête de maure d'argent et en pointe d'un château du même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le 4 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  6. « Données statistiques sur les communes de Métropole; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le 19 avril 2021).
  7. Pouillé du XIIIe siècle.
  8. Archives de la commune de Thoiry. Archives départementales des Yvelines.
  9. Marianne Mulon, Noms de lieu d'Île-de-France, Bonneton, 1997, (ISBN 2862532207).
  10. La famille de La Panouse sur le site racineshistoire.free.fr.
  11. Résultats des élections municipales de mars 2008 sur le site officiel de la préfecture des Yvelines.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « Évolution et structure de la population à Thoiry en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 mai 2011).
  17. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 mai 2011).
  18. « Site officiel de l'inspection académique des Yvelines »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  19. Website
  20. « Paul Aubert (1863-1949) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 30 juin 2020).
  21. http://mantes.histoire.free.fr/items/fichiers/1045.pdf Le Mantois. Quelques mots sur le bailliage de Mantes à la fin du Moyen-Âge. Paul AUBERT (de Thoiry)
  22. https://archives.yvelines.fr/article.php?laref=389&titre=monographies-de-paul-aubert