FL Studio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
FL Studio
Logo

Développeur Image-Line
Première version 1.0.0 ()[1]
Dernière version 12.5.1.5 ()
Écrit en Delphi, Assembleur
Environnement Microsoft Windows, Mac OSX
Langues Anglais
Type Station audionumérique
Licence Commerciale
Site web image-line.com/flstudio

FL Studio (initialement FruityLoops) est un logiciel de production de musique créé en 1997 par la firme belge Image-Line.

Ce logiciel comprend un éditeur audio, un séquenceur basé sur le concept de patterns (de type de boîte à rythmes, ou de type partition) à arranger dans une liste de lecture. FL Studio peut charger et exécuter des plug-ins (instruments virtuels, effets).

Le programme est disponible en quatre versions pour Microsoft Windows, incluant Fruity Edition, Producer Edition, Signature Bundle et All Plugins Bundle[2]. Image-Line développe également FL Studio Mobile pour iOS et Android[3] ainsi que FL Studio Groove pour Windows 8[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première version de Fruity Loops (1.0.0) a été développée par Didier Dambrin pour Image-Line et partiellement mise en ligne le [1]. Son lancement officiel date de début 1998, sous forme de boîte à rythmes MIDI à quatre pistes[5],[6]. Dambrin s'occupe ensuite du design du programme[7],[8] et se développe rapidement en une station audio-numérique plus complète et technique. FL Studio a publié plusieurs dizaines de versions depuis son lancement, et FL Studio 12 a été mise en ligne le 20 avril 2015[9].

Le logiciel est nativement compatible 64 bits sur Windows, toutefois certains plug-ins faisant appel à du code source externe ne fonctionnent pas sur cette version du séquenceur pour le moment[10]. Une encapsulation de la version Windows sur le système OS X est actuellement disponible.

En septembre 2017, à l'occasion de son vingtième anniversaire, Image-Line annonce la future sortie de sa treizième version, FL Studio 20, qui devrait sortir en 2018[11].

Interface[modifier | modifier le code]

Step Sequencer ou Channel Rack[modifier | modifier le code]

Le Step Sequencer est une fenêtre qui permet de définir simplement une mesure de batterie, de basseetc. en activant ou désactivant des temps (appelés steps) à l'aide d'un bouton par temps. Lorsqu'on active un step, l'instrument séquencé jouera une note sur le temps correspondant. Par défaut, le Step Sequencer contient 16 steps, chaque step correspond donc à une double croche.

Depuis la version 12, cette fenêtre est renommée Channel Rack, cette fenêtre permettant également de visualiser la liste des channels du projets.

Piano Roll[modifier | modifier le code]

Le Piano Roll est un autre séquenceur destiné à dessiner des partitions plus complexes sur un plan quadrillé : l'axe vertical représentant la hauteur de la note (avec la vue globale du clavier à gauche) et l'axe horizontal représentant le temps. Il permet d'adjoindre à chaque note différents paramètres (vélocité, panoramique, cut, pitch bend, etc.) au sein même de l'outil. Il permet également de choisir la durée des notes jouées avec une précision plus grande que la double croche, ainsi que de créer via les fonctions Slide et Portamento des modulations de hauteur en cours de note, ce que ne fait pas le Step Sequencer. Les notes que nous plaçons dans le temps correspondent toujours à celles d'un seul instrument que nous choisissons dans un channel et que nous « envoyons vers le Piano Roll ».

Mixer[modifier | modifier le code]

La table de mixage peut contenir 99 pistes contenant chacun 8 emplacements d'effets sonores. On ne peut assigner qu'une seule piste d'effets à un channel, mais il est possible de brancher en sortie le son obtenu vers une autre piste d'effet, ou vers la sortie principale, qui elle aussi peut se voir assigner 8 effets au maximum; un channel peut donc recevoir un nombre considérable d'effets au total. Lorsque l'on ajoute un effet dans un emplacement, il est procédé sur l'instrument lorsqu'il reçoit un signal du channel en question, donc lorsque l'instrument joue une ou plusieurs notes. L'ordre dans lequel les effets sont disposés sur une piste d'effets a son importance; l'effet le plus haut est appliqué avant l'effet le plus bas. Il est également possible d'ajuster le volume entendu de chaque effet, d'égaliser graphiquement et d'ajuster la balance de chaque piste d'effets, ou de le faire à l'aide d'effets existants.

Automatisation[modifier | modifier le code]

Une automatisation permet de faire varier dans le temps un paramètre d'un son ou d'un réglage comme le volume (utile pour créer un fade in ou fade out), le pitch, le tempo, le panning. On peut automatiser aussi bien les paramètres d'un son que ceux des effets qu'on leur applique ou bien même les réglages de la table de mixage. On peut par exemple automatiser un effet de réverbération en augmentant ou diminuant son volume, changer les valeurs d'un delay, on peut s'amuser à faire varier le volume de la piste du master (ce qui aura comme effet de faire varier le volume de toute la chanson), ou n'importe quoi d'autre.

Banque de sons[modifier | modifier le code]

La « banque de son », littéralement, est tout simplement un navigateur qui représente différents dossiers de FL Studio. On peut aller chercher dans cette banque différents instruments personnels, des presets, des pièces complètes, des plugins, des sauvegardes, etc. Afin de « transformer » un instrument en channel, nous devons le glisser de la banque de son jusqu'au Step Sequencer d'un pattern afin de l'ajouter définitivement à la liste des channels de la pièce. Il est évidemment possible par la suite de le supprimer ou de le cloner.

Playlist[modifier | modifier le code]

Le Playlist est en fait le résultat visuel de la pièce totale que l'on a créé avec FL Studio. Afin de créer une pièce, pour ainsi dire, nous « plaçons » des patterns dans le Playlist aux endroits temporels désirés. Il est possible de juxtaposer des patterns, de faire des pauses, ou de mixer de façon non carrée et ordonnée des clips audio, comme la voix ou un solo instrumental enregistré, par exemple. Il est également possible de créer une courbe (appelée "automation clip") dans la playlist, modifiant en temps réel n'importe quel paramètre voulu (volume de l'instrument, tempo, pourcentage d'effet…).

Barres d'outils[modifier | modifier le code]

FL Studio comprend plusieurs barres d'outils utiles. D'abord, il y a un indicateur de temps. Celui-ci indique soit à quelle minute et à quelle seconde l'indicateur est rendue dans la pièce, ou à quelle mesure et à quel step. Ensuite, FL Studio est également muni d'un oscilloscope maître très basique qui indique la forme actuelle du signal (en décibels par rapport au temps) ou d'un spectre de fréquence (depuis la version 9) et d'un indicateur de crête (peak meter) qui indique si la pièce sature, puis le niveau du son à droite et à gauche en mode stéréo. Il est possible par un bouton de désactiver ou de réactiver ces outils. La barre d'outils comporte également un indicateur de l'usage du processeur ainsi qu'un indicateur de la polyphonie. Nous retrouvons ensuite une barre de lecture, qui comporte les boutons standards Lecture, Arrêt et Enregistrement (lorsque l'on désire enregistrer à partir d'une source, tel qu'un clavier MIDI). Sur cette barre se trouve également le tempo, ajustable de 10 BPM à 522 BPM, ainsi qu'un curseur qui contrôle la position dans le temps. Finalement, une dernière barre d'outils comporte certains boutons dont l'activation ou la désactivation du métronome (qui bat la noire) et la résolution du quadrillage (lorsqu'il est activé) dans le Piano Roll et dans la Playlist. Un panneau d'affichage des dernières actualités du site d'Image-Line est disponible depuis la version 8.

Extensions[modifier | modifier le code]

FL Studio est fourni avec une série d'instruments virtuels, appelés générateurs[12], et d'effets audio. Il est également capable d'en charger des plug-ins : ceux développés par Image-Line, mais également ceux compatible avec les standards VST, ReWire et DirectX.

Générateurs[modifier | modifier le code]

  • 3x Osc : synthétiseur complet avec 3 oscillateurs, un filtre (LP, HP, etc.), des enveloppes, des LFO, un delay et un arpégiateur. Le nombre limité d'oscillateurs du 3x-Osc le destine plutôt à la synthèse soustractive mais il est également possible de faire de la synthèse FM[13].
  • BeepMap : outil permettant de créer un son depuis une image.
  • BooBass : synthétiseur restituant un son de guitare basse[13].
  • FL Keys : synthétiseur produisant des sons de type piano, orgue, ou rhodes.
  • FL Slayer : outil permettant d'émuler le son d'une guitare électrique. Bien sûr, le rendu ne sera pas identique à celui d'une vraie guitare et les sons produits pourront être utilisés pour inspirer un solo qui sera exécuté à la guitare par la suite. Ce générateur a la capacité d'émuler le son différemment à chaque notes[14].
  • FPC : outil permettant de regrouper sur un seul channel jusqu'à 32 banques de samples. Il permet d'associer des samples différents en fonction de la vélocité, fonctionalité appréciée pour simuler des batteries traditionnelles.
  • Keyboard-controller : outil permettant de contrôler un générateur d'effets grâce à un clavier, sans passer par les wheels (wheel signifiant roue en français).
  • Fruit kick : synthétiseur de sons de grosse caisse électronique (aussi connus sous le nom de kick).
  • MIDI Out : générateur de commandes MIDI (ou Musical Instrument Digital Interface). Ces commandes sont reçues par un ou plusieurs récepteurs (instrument électronique, autre logiciel…) qui produisent ou modulent un son en retour.
  • Sytrus : synthétiseur FM, RM et générateur de pluck[15],[16].

Animations[modifier | modifier le code]

FL Studio propose la possibilité d'ajouter deux types d'animations grâce aux générateurs Chrome et Fruity Dance. Chrome permet à chaque touche MIDI de faire apparaître un texte ou un objet 3D coloré tandis que Fruity Dance permet d'animer un personnage selon des mouvements prédéfinis. Ces animations sont disponibles depuis la version 8 de FL studio.

Outils externes[modifier | modifier le code]

FL Studio propose selon les versions en plus du logiciel des outils utilisables seulement avec FL Studio ou adaptés/portés sur le logiciel (SynthMaker ou existant sous forme de plug-in VST, DirectX). De plus, en 2016 sort une application payante pour smartphone permettant d'effectuer une ébauche de création avant de finaliser sur un ordinateur[17].

Terminologie[modifier | modifier le code]

Voici les principaux termes (souvent anglophones) utilisés dans FL Studio et parfois dans d'autres séquenceurs populaires :

  • Beat : longueur de note créée par un certain nombre de steps, défini dans les paramètres de la pièce, par défaut une noire donc 4 steps.
  • Step : plus petite division visible dans le Step Sequencer, par défaut une double-croche.
  • Pattern : série de steps apposés sur des channels qui forme une boucle temporelle logique.
  • Playlist : grille avec laquelle on structure ou compose la pièce finale en ajoutant, supprimant ou juxtaposant différents patterns.
  • Channel : contient un générateur ou un sample commandable par le séquenceur.
  • Pitch : c'est la tonalité d'une note, augmenter ce paramètre permet d'obtenir une note plus aigu et le diminuer fait l'effet inverse, permet d'avoir une note plus grave.

Licence[modifier | modifier le code]

A l'achat du logiciel, Image-Line promet que toutes les futures versions seront mises à jour gratuitement à vie[18].

Utilisateurs notables[modifier | modifier le code]

Les utilisateurs notables incluent :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Fruity Loops 1.0 », sur Image-Line (consulté le 14 février 2018)
  2. (en) « FL Studio Editions », sur Image-Line (consulté le 14 février 2018)
  3. (en) « FL Studio Mobile », sur Image-Line (consulté le 4 mars 2014)
  4. (en) « FL Studio Groove », sur Image-Line (consulté le 14 février 2018)
  5. (en) Joe Silva, « Review: Image-Line FL Studio 8 », sur Music Tech Magazine (consulté le 28 mai 2011)
  6. a et b (en) « Review: Producer Lex Luger Talks About Working With Rick Ross & Waka Flocka »,
  7. (en) « FL Studio Video », sur OVGuide (consulté le 28 mai 2011).
  8. (en) « FL Studio 8 XXL », sur Quick Selling Software, (consulté le 28 mai 2011).
  9. (en) « History ».
  10. (en) « FL Studio 64 Bit », sur Image-Line (consulté le 17 juillet 2014)
  11. (fr) (en) Scott (Admin), « Why there will be no FL Studio 13 ... », sur image-line, (consulté le 12 janvier 2018).
  12. (en) « Liste des générateurs », sur Fruity Loops, Image-Line (consulté le 7 février 2011)
  13. a et b (en) Image Line documents. Consulté le 7 octobre 2012.
  14. (en) « Fruity Slayer », sur Image-Line (consulté le 28 mai 2011)
  15. (en) « Plugins », sur Deckadance (consulté le 28 mai 2011)
  16. (en) « Sytrus », sur Image-Line (consulté le 28 mai 2011)
  17. « FL Studio sur smartphone », DJ Mag, no 14,‎ mai - juin 2016, p. 84 (ISSN 2271-006X)
  18. (en) « Lifetime free updates », sur Image-Line (consulté le 6 février 2017)
  19. (en) « In the Studio: 9th Wonder », sur XLR8R, (consulté le 12 mai 2009)
  20. (en) « Interview: Afrojack », sur The Fresh Beat, (consulté le 28 mai 2011) : « I use and always used for almost 10 years now Fruity Loops, started with Fruity Loops 3, and now its FL Studio 8, its been a while. I use almost only standard Fruity compressors for effects, my main synths come out of the Arturia Juno and NI Massive / Pro 53, but also Fruity's old 3xosc, for the mastering. »
  21. (en) Matt Ferry, « Interview: The secrets behind enigmatic Norwegian electro producer Savant », (consulté le 17 mars 2013) : « I started using more of FL Studio’s own stuff—Harmor, 3osc, Sytrus, and a bunch of other underrated plugins. »
  22. (en) « Avicii », sur Image-Line (consulté le 1er juillet 2014)
  23. (en) « Basshunter », sur Image-Line (consulté le 24 avril 2013)
  24. « David Guetta Interview », sur Image-Line (consulté le 14 février 2018)
  25. (en) « DeadMau5 (Joel Zimmerman) », sur Image-Line (consulté le 24 avril 2013)
  26. (en) « Power Users:Martin Garrix », sur Image-Line, (consulté le 4 mars 2014)
  27. (en) « Interview with Taco Zip, Max Tannone and DJAK47 », sur Beastie Mania, (consulté le 28 août 2011)
  28. Ludovic Rambaud, « Oliver Heldens : le renouveau », DJ Mag, Lyon, no 13,‎ mars - avril 2016, p. 18 (ISSN 2271-006X).
  29. (en) [1] Imageline.
  30. (en) O'Connell, Sharon, « Dubstep », sur Time Out London, (consulté le 13 juin 2007)
  31. (en) « Interview: Tom Keeps Severed Head Under Gail Succubus », (consulté en 6août 2012) : « I love FL Studio. It's a big ball of confusion. You can't teach that. It just has to infect you. I use FL Studio a lot. »
  32. (en) [vidéo] METRO BOOMIN - Kicks and Basslines - FL Studio - Razer Music sur YouTube, 16 novembre 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]