Rue du Faubourg-du-Temple

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
10e, 11e arrt
Rue du Faubourg-du-Temple
Début de la rue, côté place de la République en 2011.
Début de la rue, côté place de la République en 2011.
Situation
Arrondissement 10e, 11e
Quartier Hôpital-Saint-Louis, Folie-Méricourt, Porte-Saint-Martin
Début 10 place de la République
Fin 1 boulevard de la Villette et 19 rue Louis-Bonnet
Voies desservies Rue Yves-Toudic
rue de Malte
quai de Valmy
boulevard Jules-Ferry
quai de Jemmapes
rue de la Fontaine-au-Roi
rue Bichat
rue d'Aix
avenue Parmentier
rue des Goncourt
rue Saint-Maur
cour des Bretons
passage Piver
rue Jules-Verne
rue Robert-Houdin
rue de la Présentation
rue Louis-Bonnet
boulevard de la Villette
boulevard de Belleville
Morphologie
Longueur 996 m
Largeur 20 m
Géocodification
Ville de Paris 3536
DGI 3508

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue du Faubourg-du-Temple

La rue du Faubourg-du-Temple est une voie du 10e et du 11e arrondissement de Paris, en France.

Description[modifier | modifier le code]

Elle commence place de la République et monte jusqu'au boulevard de la Villette. Il s'agit d'une voie limitrophe entre deux arrondissements, son côté pair (à droite en venant de la République) se trouvant côté 11e arrondissement et son côté impair (à gauche) dans le 10e.

La rue du Faubourg-du-Temple prolonge la rue du Temple (3e arrondissement), de l'autre côté de la place de la République, et est elle-même prolongée, au-delà du boulevard de la Villette, par la rue de Belleville (19e et 20e arrondissements).

Depuis les travaux d'aménagement de la place de la République qui ont pris fin en juin 2013, les 75 premiers mètres de la rue sont, comme cette place, piétonnisés jusqu’au croisement de la rue Yves-Toudic et de la rue de Malte[1].

Ce site est desservi par les stations de métro République, Goncourt et Belleville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Très ancien chemin conduisant à Belleville, l'ancêtre de cette rue traversait en 1175 une propriété du chapitre de Saint-Merry ; la rue prit son nom au début du XVIe siècle quand elle devint la principale voie du faubourg de Paris au-delà de la porte du Temple qui relevait de l'enceinte de Charles V. Plus tard, les aménagements du XIXe siècle (place du Château-d'Eau et place de la République) l'ont amputée de sa partie la plus proche de Paris[2].

Vues historiques

Sites particuliers[modifier | modifier le code]

  • le peintre Simon Mathurin Lantara (1729-1778), demeura dans cette rue à un moment de sa vie. La Barrière du Temple était à l'entrée de la rue[3]
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références littéraires[modifier | modifier le code]

C'est dans cette rue que César Birotteau entreprend la fabrication de ses produits de parfumerie qui feront la fortune de son futur magasin La Reine des roses dans le roman d'Honoré de Balzac (1837) : « Il résolut alors d'arriver à la fortune plus rapidement, et voulut d'abord joindre la fabrication au détail. Contre l'avis de sa femme, il loua une baraque et des terrains dans le faubourg du Temple, et y fit peindre en gros caractères : FABRIQUE DE CESAR BIROTTEAU. Il débaucha de Grasse un ouvrier avec lequel il commença de compte à demi quelques fabrications de savon, d'essences et d'eau de Cologne [5]. »

Galeries[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les grandes lignes du projet de réaménagement de la place de la République sont établies. Présentation du projet. », sur paris.fr (consulté le 24 septembre 2012).
  2. Jacques Hillairet - Dictionnaire historique des rues de Paris - T.1, p.493
  3. André Billy, Simon Mathurin Lantara (1729-1778) texte en ligne[1]
  4. Notice no PA00132988, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  5. César Birotteau, édition Furne, 1845, vol.X, p.215

Bibliographie[modifier | modifier le code]