Vice (magazine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vice (homonymie).

Vice
Périodicité mensuel
Genre société
Prix au numéro gratuit
Diffusion 965000 ex.
Fondateur Suroosh Alvi, Shane Smith, Gavin McInnes
Date de fondation 1994

Propriétaire Vice Media
Directeur de la rédaction Rocco Castoro
Rédacteur en chef Andy Capper
ISSN 1077-6788
OCLC 30856250
Site web https://www.vice.com

Vice est un magazine mensuel gratuit et international créé en 1994 à Montréal, initialement sous le titre Voice of Montreal. Axé sur la culture urbaine et indépendante, la photographie, l'art et la musique, Vice traite également des sujets de société plus profonds, qu'il s'agisse de guerres, d'écologie, de spiritualité ou de sciences humaines[1],[2]. Vice Media, la société éditrice du magazine a développé d'autres activités comme l'édition de livres, un label musical, des sites internet ou des chaînes Youtube.

Création[modifier | modifier le code]

Origines du magazine[modifier | modifier le code]

Vice Magazine a été créé en octobre 1994 sous le nom de Voice of Montreal[3] par trois jeunes Canadiens : Suroosh Alvi (en), Gavin McInnes et Shane Smith[4]. À l'époque, il n'était alors qu'un simple fanzine distribué dans les rues de la métropole québécoise, et était financé par l'État en tant que programme de réinsertion pour jeunes drogués. Lorsque le magazine voulut s'affranchir de ses obligations en 1996, les rédacteurs rachetèrent le titre à l'éditeur et le rebaptisèrent Vice[5].

Naissance de Vice France[modifier | modifier le code]

L'édition française du magazine a été publiée pour la première fois en mars 2007. Depuis cette date, les magazines sont distribués à environ 80 000 exemplaires dans 550 points de distribution (galeries d'art, magasins de vêtements, cafés et bars, cinémas...). Mêlant contenu français et international (hormis pour le numéro 100 % français "le numéro Behren"[6]), il est rédigé entièrement en langue française.

Sexisme chez Vice France[modifier | modifier le code]

En juillet 2017, une dizaine de salariés et anciens salariés du site sont mis en cause pour des dérives sexistes au sein d'un groupe messagerie instantanée d’abord intitulé  « Les darons », puis « Townhall ». Ces « graves dérives sexistes » entrainèrent le licenciement pour faute par la direction de deux journalistes, quelques semaines après la découverte des faits. Comme le relate L'Express : « Dans les mois qui ont suivi le départ de Rodolphe B. et Sébastien C., lorsque la direction de Vice a entamé des procédures de licenciement à l’égard des cinq autres membres des Darons, ces derniers ont dénoncé les violences managériales dont ils faisaient l’objet »[7],[8].

Contenu[modifier | modifier le code]

Contenu éditorial[modifier | modifier le code]

C'est le ton et les informations traitées qui nourrissent et définissent la ligne éditoriale du magazine : l'info est souvent insolite, le point de vue utilisé hétérodoxe, le ton est libre et laisse la part belle au rédacteur. En effet les reportages, même s'ils sont ancrés dans la réalité, sont traités de manière subjective. D'une « vulgarité rafraîchissante et d'une méchanceté radicale » selon Libération[9], Vice Magazine marque le lecteur par sa liberté de ton et son impertinence[9].

Le magazine est également connu pour sa section récurrente de Do's & Dont's[4], imitée très vite par de nombreuses autres parutions. Cette section consiste en des séries de photos de quidams légendées par des commentaires acides et décalés, conférant à la photographie un caractère absurde.

Selon le quotidien Libération, le média Vice France est marqué en 2018 par une confusion croissante entre contenus rédactionnels et publicitaires[10].

Place de la photographie[modifier | modifier le code]

En 2009, pour les 15 ans du magazine, une exposition est organisée a la galerie Chappe[11].

Chaque année, un numéro spécial consacré à la photo est publié[12] au mois d'août sous un format spécial, regroupant des portfolios et des interviews de plusieurs photographes, parmi lesquels Terry Richardson[13],[14], Richard Kern[15] ou encore Ryan McGinley[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.viceland.com/fr/v2n3/htdocs/oh_this_is_great.php?country=uk
  2. http://www.vbs.tv/shows.php?show=1154
  3. Coups de « Vice », Iris Deroeux, Libération Écrans, 23 juillet 2013.
  4. a et b (en)The Edge of Hip: Vice, the Brand, Vanessa Grigoriadis, The New York Times, 28 septembre 2003.
  5. Vice, une étrange odyssée Guillaume Renouard, Ragemag.fr, 27 février 2014.
  6. [1]
  7. « Après la « Ligue du LOL », des révélations sur le harcèlement au Huffington Post et chez Vice France », sur L'Obs (consulté le 12 février 2019)
  8. « Les Darons, la "ligue du LOL" qui insultait les salariées de Vice », sur LExpress.fr, (consulté le 12 février 2019)
  9. a et b «Vice», méchamment branché, Alexis Bernier, Libération, 16 mars 2007.
  10. Alexandre Hervaud, Jérôme Lefilliâtre et Quentin Müller, « Vice France, un business de petite vertu », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mai 2018)
  11. Le magazine Vice s'expose à la Galerie Chappe
  12. Vice, ou l'irrésistible ascension d'un média sulfureux, Laureen Parslow, Le Figaro, 30 mars 2015.
  13. [2]
  14. [3]
  15. [4]
  16. [5]

Liens externes[modifier | modifier le code]