Acidcore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Acidcore
Origines stylistiques Acid techno, gabber, techno hardcore
Origines culturelles Milieu des années 1990 ; Pays-Bas, Belgique
Instruments typiques Boîte à rythmes, clavier, sampler, séquenceur, synthétiseur

L'acidcore est un genre de musique électronique, dérivé de l'acid techno, du gabber et du darkcore, ayant émergé au milieu des années 1990 en Belgique et aux Pays-Bas.

Notoriété[modifier | modifier le code]

Il s'agit, à cette époque, de l'une des musiques les plus jouées et dansées dans les teknivals, avec des artistes et groupes tels que Furious, Architek et Total Resistance[1]. De nombreuses parutions acidcore ont été également composées par le musicien notable Lasse Steen (DJ Choose)[2],[3]. On trouve certains titres sur des compilations gabbers, comme Progressive Hardcore d'Underground Warriors sur Thunderdome XIX - Cursed By Evil Sickness.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'acidcore se caractérise par une sonorité typique acid produite par le synthétiseur Roland TB-303[4] et d'un kick court et distordu, accompagnés d'un rythme soutenu et rapide (d'environ 155 à 170 BPM). Des breakbeats mis en boucle accompagnent parfois le kick. Les sons aigus grinçants sont caractéristiques de l'acid techno. Parmi les labels caractérisant le genre, on peut citer Drop Bass Network, Neurotrope Records, et Acid Anonymous. En 1998, le style apparaît de façon plus régulière dans les free parties sous forme de DJ set et de live comme WoXo et Capsule corps. Dans les années 2000, de nouveaux artistes émergent, tels Ignite[5], Mr. Gasmask[6] ou encore Ruffneck (qui mélange industrial hardcore et acidcore), lors d'événements dédiés à l'acidcore, comme Retro Acid en Belgique[7].

Exemples[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Buzz Fuzz - D-Leria (1993)
  • Buzz Fuzz - Vienna Bass (1993)
  • DJ Gizmo - Monological Destruction (1993)
  • Unknown Structure - Helixcoid (1993)
  • Son Of A Bitch - Alien Ate My Bassline (1994)
  • B.C.Kid - Short Chaos (1995)
  • Cellblock X - 303 Kibutz (1996)
  • Underground Warriors - Canvas (1997)
  • Old School Terrorists - Acieeed (1997)
  • Corrosion of Conformity - King Of The Rotten (The D.O.A. Mix) - remix acidcore par Disciples Of Annihilation (1997)
  • Cixx vs. The Vinyl Junk - Bounce 'n Shake (1998)
  • Spasmatik - Avid Acid (2015)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Van Grevelinge, Profil hardcore, (ISBN 2296257429), p. 154.
  2. (en) Datacide, « Datacide3 – record reviews », sur Datacide (consulté le 3 mars 2014).
  3. (en) « Acidcore/Hard Acid », sur Hard Music Romania (consulté le 3 mars 2014).
  4. (fr) Jean-Paul Kurtz, Dictionnaire Etymologique des Anglicismes et des Américanismes, (ISBN 2322027170), p. 9.
  5. (en) « DJ Ignite », sur www.retroacid.be (consulté le 3 mars 2014)
  6. (en) « Mr Gasmask », sur www.retroacid.be (consulté le 5 février 2015)
  7. (en) Site officiel de l'événement Retro Acid

Liens externes[modifier | modifier le code]