Échantillonneur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un échantillonneur AKAI MPC2000

Un échantillonneur (ou sampler) est un instrument de musique électronique numérique capable d'enregistrer des échantillons, et de les reproduire en leur appliquant des traitements. Cet instrument permet au musicien de créer son propre morceau à partir d'échantillons de percussions, d'ensembles, des groupes d'instruments ou des orchestres.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’ancêtre de l’échantillonneur est le Mellotron qui, dans les années 1960, utilisait une bande magnétique par touche du clavier.

Le premier échantillonneur numérique est le Fairlight CMI, lancé en 1979.

L'échantillonneur a été utilisé dès les années 1980 par des groupes faisant appel aux instruments électroniques tels que Depeche Mode ou Kraftwerk.

Akai, E-mu, Ensoniq, Korg, Kurzweil, Roland ou encore Yamaha sont des marques qui proposent (ou ont proposé) des échantillonneurs. Toutefois c'est Akai qui domina le marché à partir de 1985[1].

Depuis 2000, l'informatique musicale et les stations audionumériques se démocratisent. Les échantillonneurs matériels sont progressivement délaissés au profit de leurs équivalents virtuels.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Interface[modifier | modifier le code]

Un échantillonneur peut être commandé à l'aide d'un clavier intégré, ou par des commandes MIDI, le jeu d'une note déclenchant la lecture d'un échantillon.

Autrement, les échantillonneurs intégrant un séquenceurs sont capables de jouer des séquences d'échantillons de manière autonomes. Certains modèles (comme les Akai MPC) permettent de programmer une partie rythmique, avec ligne de basse et mélodies. Ainsi, de nombreux de groupes de hip-hop ont utilisé un échantillonneur pour produire leurs accompagnements.

Sonorité[modifier | modifier le code]

La sonorité d'un échantillonneur dépend avant tout du choix des échantillons. Cependant, certains échantillonneurs sont appréciés pour leurs caractères propres, ou pour la qualité de leurs de convertisseurs : encodage (8 bits, 12 bits, 16 bits ou 24 bits), fréquence d'échantillonnage (192 kHz), etc.

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Un simple échantillon peut généralement être transposé afin d'être joué à différentes hauteurs. L'application de traitement ou d'effets (filtres, enveloppeetc.) peut permettre de personnaliser ses sons.

L'informatique permet aux échantillonneurs d'offrir de multiples possibilités :

Exemples d'échantillonneurs[modifier | modifier le code]

Akai S900
E-mu Emulator II+

Matériels (Hardware)[modifier | modifier le code]

  • Akai S612, S700, X7000, S900, S950, S1000, S1000PB, S1000HD, S1000KB, S01, S20, S2000, S2800, S3000, S3000XL, S3200, S4000, S5000, S6000, Z4, Z8, MPC 60, MPC 60 II, MPC 1000, MPC 2000, MPC 2000XL, MPC 2500, MPC 3000, MPC 5000
  • Casio FZ-1 (en)
  • E-mu Emulator 1 (1981), Emulator II (1984), Emulator III, Emulator III XP, Emulator XS, Emulator IV e64, Emulator IVX, ESI-32, ESI-2000, ESI-4000, Emax, Emax II, SP 12, SP-1200
  • Ensoniq Mirage (1985), EPS (1988), ASR-10 (1992), TS 10 (1993)
  • Fairlight CMI I (1979), CMI II (1980), CMI IIx (1983), CMI III (1985)
  • Hohner HS-1 (version allemande du Casio FZ-1)
  • Korg DSS-1 (1986)
  • Kurzweil K2000, K2500, K2600
  • Roland S-10 (1986), S-220 (1987), S-330, S-550 (1987), S-760, S-750 (1991), S-770 (1989), VP-9000
  • Yamaha A-3000, A-4000, A-5000
  • Elektron Octatrack

Virtuels (Software)[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Franck Ernould, « Les 20 ans de Fairlight », Home Studio Recording n°38, sur franck.ernould.perso.sfr.fr (consulté le 26 août 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • MusicKoncept Échantillonneurs virtuels téléchargeables gratuitement.
  • LinuxSampler Site officiel (description et téléchargement).
  • HighLife DiscoDSP HighLife (Plugin VST sous licence BSD avec une dépendance non libre).