Marc Acardipane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trauner.
Marc Acardipane
Surnom The Mover[1], Mescalinum United[1], Ace the Space[2], Alien Christ[2], Marshall Masters[2], PCP[2], Rave Creator[2] (parmi plus de 30 surnoms)
Nom de naissance Marc Trauner
Naissance (48 ans)
Francfort, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale Producteur, disc jockey, remixeur
Genre musical Techno hardcore[2], gabber[3], hard trance[2], hardstyle[2]
Années actives Depuis 1985
Labels Planet Core Productions
Influences Sepultura, Kraftwerk, Dr. Dre[4]
Site officiel www.acardipane.com

Marc Acardipane, de son vrai nom Marc Trauner, est un producteur et disc jockey de techno hardcore et gabber allemand. Trauner est considéré comme le créateur et précurseur du style techno hardcore, et est le fondateur de l'un des tous premiers labels du genre, Planet Core Productions.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Marc Trauner est né le à Francfort, en Allemagne[5]. Trauner est considéré, par la presse spécialisée et par de nombreux adeptes du genre, comme le précurseur, voir le créateur/père fondateur, du genre musical techno hardcore[6],[7],[8],[9] avec le single intitulé We Have Arrived produit en 1989, et paru en 1990[6] ; à cette période, il introduit des sons saturés et industriels, une innovation dans la scène techno[6], dont il fait la promotion dans son label Planet Core Production (PCP), fondé en avril 1989 avec Thorsten Lambart (alias Slam Burt)[10]. Ce single est un élément déclencheur pour de nombreux artistes comme Lenny Dee, qui fondera le label discographique américain Industrial Strength Records basé sur ce style musical[6]. Dans une entrevue avec Q-dance, Trauner se dit influencé par deux groupes, Sepultura et Kraftwerk, et le rappeur américain Dr. Dre[4].

Débuts[modifier | modifier le code]

Trauner commence sa carrière musicale en 1985[2]. Il tente de garder un certain anonymat[réf. nécessaire], et utilise plus d'une vingtaine de pseudonymes comme notamment Mescalinum United, Alien Christ, Rave Creator, Turbulence, Ace The Space, Nasty Django, Cypher, Pilldriver, et Marshall Masters[1] ; il utilise d'ailleurs le pseudonyme The Mover pour ses titres non catégorisés hardcore[réf. souhaitée]. De 1989 à 1996, son label Planet Core Production fait paraître plus de 500 titres ; à cette période, Trauner fait paraître un extended play par semaine[11], dans lesquels une multitude de genres musicaux dérivés de la techno y est présentée. La dissolution de PCP en 1996 marque un réel tournant dans sa carrière, et il se dirige beaucoup plus vers la techno hardcore.

Il parvient alors à s'implanter avec succès grâce à des titres comme I Like It Loud, Six Million Ways to Die, Hardcore Motherfucker, Slaves To The Rave, et Stereo Murder[4],[12]. Ils sont de véritables succès en Belgique et aux Pays-Bas, et Marc accumule les disques d'or[réf. nécessaire]. Tout cela sans aucune publicité et vidéo, ni même en utilisant ses pseudonymes les plus connus, ce qui va le faire entrer parmi les légendes de la techno. C'est alors qu'il va signer un contrat avec Sony Music et va sortir les compilations Frankfurt Trax puis E-resident, deux séries plus axées techno. Ces succès vont le pousser à déménager à Hambourg, où il reste assez discret, bien qu'il réponde souvent présent à de grandes manifestations techno en Europe du Nord, en Belgique et aux Pays-Bas, et crée encore de nouveaux titres. Sous le nom de The Mover, Marc effectue un set à l'Astropolis, en France, en 1997[13].

Années 2000[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000, Marc publie plusieurs EP dont One World No Future en 2002, et Music Maestro en 2004. Entretemps, en 2003, il s'associent avec le groupe Scooter pour la sortie du maxi-single Maria (Play it Loud)[14]. En 2005, Marc s'associe avec The Prophet pour la sortie de l'EP Stereo Killa au sous-label ScantraXXL de Scantraxx. Les collaborations se multiplient avec The Ultimate MC, avec lequel Marc publie deux EP, Pum Pum en 2006, et Hardcore Vibes en 2007.

Années 2010[modifier | modifier le code]

En janvier 2017, Marc se produit aux Nuits Fauves dans le cadre d’une soirée Rave or Die[15]. En mars la même année, il revient jouer à l'Astropolis de Brest avec Manu le Malin[16].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1990 - Mescalinum United - We Have Arrived
  • 1993 - Rave Creator - Bleep Blaster
  • 1993 - Ace the Space - Nine Is a Classic
  • 1994 - Masters of Rave - Are You With Me?
  • 1994 - Leathernecks - At War
  • 1994 - Smash - Korreckte Atmosphere (ist diese Bassdrum korreckt?)
  • 1994 - Turbulence 'n Terrorists - Six Million Ways to Die
  • 1994 - 6Pack - Drunken Piece of Shit
  • 1994 - Rave Creator and The Mover - Atmos-Fear
  • 1995 - Nasty Django - Hardcore Motherfucker
  • 1995 - Inferno Bros. - Slaves to the Rave
  • 1995 - Marshall Masters - Stereo Murder (Don't Touch that Stereo)
  • 1996 - Nasty Django and Cirillo - Deal with Beats
  • 1996 - Pilldriver - Pitchhiker
  • 1996 - Rave Creator - A New Mind
  • 1997 - Rave Creator - Into Sound
  • 1997 - Pilldriver - Apocalypse Never
  • 1997 - Marshall Masters - I Like it Loud
  • 2002 - Marshall Masters feat. Dick Rules - I Like it Loud 2002
  • 2003 - Scooter vs. Marc Acardipane and Dick Rules - Maria (I Like it Loud)
  • 2005 - Stereo Killa (avec The Prophet)
  • 2006 - Best of Marc Acardipane (1989-1998)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Simon Reynolds, « the mover / pcp » [PDF] (consulté le 2 juin 2014).
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i (nl) « Marc Acardipane », sur Partyflock (consulté le 14 septembre 2017).
  3. (de) « Marc Acardipane (PCP) – Interviews, 1990 und 2014 », sur stadtkindfrankfurt.de (consulté le 14 septembre 20177).
  4. a, b et c (en) « Update 42: GREY », sur Q-dance, (consulté le 2 juin 2014).
  5. (en) « Marc Acardupane », sur Discogs (consulté le 18 août 2006).
  6. a, b, c et d Green Room Session, « Les parrains oubliés de la techno », sur greenroomsession.fr, (consulté le 2 juin 2014).
  7. (en) Lenny Dee, « Interview with Lenny Dee », sur Signal Zero (consulté le 6 avril 2007) : « Et puis je suis tombé sur Marc Acardipane, et il m’a fait entendre Mescalinium United, et je jouais cette musique sans savoir que c’était du hardcore. ».
  8. (en) The Rapist, « Interview with The Rapist », sur signal-zero (consulté le 6 avril 2007) : « Plus tard Marc Acardipane a sorti son Mescalinum United et mon cœur hardcore n’a jamais cessé de battre depuis ce jour. ».
  9. (en) « My Journey Into the Heart of the Gabber Nation », sur THUMP, (consulté le 14 septembre 2017).
  10. (en) « Planet Core Productions », sur Planet Core Production (consulté le 2 juin 2014).
  11. (en) Dr Venkman, « Rave Creator - A New Mind - Dance Ecstasy 2029 » [PDF], sur signal-zero, (consulté le 2 juin 2014).
  12. (de) « Biography », sur e-resident (consulté le 2 juin 2014).
  13. « Manu Le Malin : « The Mover ? C'est Dieu ! » », sur Ouest France, (consulté le 14 septembre 2017).
  14. (de) « Döp döp döp-Lied: Das steckt hinter dem Techno-Song », sur giga.de, (consulté le 14 septembre 2017).
  15. (en) Nicolas Bresson, « En direct de Rave Or Die aux Nuits Fauves avec Marc Acardipane », sur tsugi.fr (consulté le 14 septembre 2017).
  16. « Programmation hors-normes pour Astropolis 2017 », sur novaplanet.com, (consulté le 14 septembre 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]