Villiers-Adam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Villiers-Adam
Villiers-Adam
La mairie.
Blason de Villiers-Adam
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Intercommunalité CC de la Vallée de l'Oise et des Trois Forêts
Maire
Mandat
Bruno Mace
2020-2026
Code postal 95840
Code commune 95678
Démographie
Gentilé Villiers-Adamois,
Villiers-Adamoises
Population
municipale
861 hab. (2018 en augmentation de 2,14 % par rapport à 2013)
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 00″ nord, 2° 14′ 00″ est
Altitude 95 m
Min. 47 m
Max. 157 m
Superficie 9,82 km2
Type Commune urbaine
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de L'Isle-Adam
Législatives 2e circonscription du Val-d'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Villiers-Adam
Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise
Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Villiers-Adam
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villiers-Adam
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villiers-Adam

Villiers-Adam est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Villieradamois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Vue sur la forêt de L'Isle-Adam.

La commune est située à l'ouest d'une dépression cultivée nommée vallée de Chauvry, entre les forêts de l'Isle-Adam au nord et de Montmorency au sud, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Paris.

Les chemins et sentiers de la commune et des massifs forestiers environnants se pretent a la pratique du trail-running et du VTT. La proximite du circuit de Baillet attire de nombreuses courses cyclistes.

Le sentier de grande randonnée GR1 passe dans les bois au nord de la commune, venant de L'Isle-Adam et poursuivant son tracé vers Nerville-la-Forêt.

La commune est rattachée à l'unité urbaine de L'Isle-Adam.

Communes lilmitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont L'Isle-Adam, Nerville-la-Forêt, Montsoult, Chauvry, Béthemont-la-Forêt, Taverny, Frépillon, Méry-sur-Oise et Mériel.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Climat[modifier | modifier le code]

Villiers-Adam, comme toute l'Île-de-France, est soumis à un climat océanique dégradé. Il se différencie du climat de Paris intra-muros par un écart de température de quelques degrés, particulièrement notable au lever du jour, et qui a tendance à s'accentuer au fil des années. Cet écart, de 2° en moyenne mais qui peut atteindre 8° par une nuit claire et un vent faible, s'explique par la densité urbaine qui augmente la température au cœur de l'agglomération. La température moyenne annuelle est de 11 °C, le mois le plus le froid est janvier avec +4 °C ; les mois les plus chauds sont juillet et août avec +19 °C (moyenne journalière)[2].

Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 6 7 11 14 18 21 24 24 21 15 9 7 14,8
Températures minimales moyennes (°C) 1 1 3 6 9 12 14 14 11 8 4 2 7,1
Températures moyennes (°C) 4 4 7 10 14 17 19 19 16 12 7 5 11,2
Source : Climatologie mensuelle - Aéroport de Roissy, France[3]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Villiers-Adam est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[7],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Villare-Adami, Villare Adæ[9].

Villiers : A l’origine, ce nom désignait une partie de la villa (grand domaine agricole de l’époque gallo-romaine). Il s’agissait des dépendances qui comprenaient généralement les habitations des ouvriers et les bâtiments agricoles. De nos jours, ce nom désigne un écart ou un village.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

Antérieurement à la loi du [10], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-d'Oise et à son arrondissement de Pontoise, après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de L'Isle-Adam[11]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

La commune fait partie de la juridiction d’instance, de grande instance ainsi que de commerce de Pontoise[12],[13].

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de L'Isle-Adam

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription du Val-d'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes de la Vallée de l'Oise et des Trois Forêts (CCVOTF), un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 2003.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[14]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1921 1929 Alfred Vallet    
1929 1940 Aristide Quillet    
1940 1944 M. Lejeune    
1944 1955 Aristide Quillet    
1955   Adrien Albarranc    
    Dumont    
    Théophile Lahaye    
    André Godard    
Les données manquantes sont à compléter.
1983 2001 Jean Bigan    
mars 2001 mars 2008 Bernard Postaire    
mars 2008[15] En cours
(au 21 juillet 2020)
Bruno Macé   Vice-président de la CCVOTF (2020 → )
Réélu pour le mandat 2014-2026[16]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2018, la commune comptait 861 habitants[Note 3], en augmentation de 2,14 % par rapport à 2013 (Val-d'Oise : +3,67 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
355399427409410410418380390
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
386393431420434484462500462
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
556567552414461450419391478
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
507569590799772775795828863
2018 - - - - - - - -
861--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Sulpice.

Villiers-Adam compte un monument historique sur son territoire

  • Église Saint-Sulpice (classée monument historique par arrêté du [20]) : Son clocher sans caractère remonte au XIIIe siècle. Sinon, l'église date pour l'essentiel du second quart du XVIe siècle, et affiche le style gothique flamboyant, parsemé d'éléments de la Renaissance. Ceci concerne les chapiteaux du vaisseau central, l'ensemble du décor des deux travées à l'est du clocher, et la frise ainsi que les couronnements des contreforts à l'extérieur des parties orientales. La nef de l'église est restée inachevée, et n'a jamais été voûtée ; son bas-côté sud n'a jamais été réalisée. En revanche, le chœur est d'autant plus remarquable, et se distingue par sa longueur de quatre travées droites plus une abside à pans obliques, sa hauteur, son architecture soignée, et bien sûr le reflet de la transition du style flamboyant vers la Renaissance. La bénédiction du grand autel par Mgr René Le Roullier, évêque de Senlis, en date du , marque sans doute la fin des travaux dans le vaisseau central du chœur. La nef a probablement pris sa forme actuelle quelques années plus tard. Au début du XVIIe siècle, le sanctuaire a été muni d'un grand retable de pierre de style baroque, représentatif du courant spirituel et artistique de la Contre-Réforme dans la région[21].

On peut également signaler :

  • Maison de Benjamin Godard, rue Benjamin-Godard : Petit édifice à colombages du XIXe siècle, il fut le lieu où vécut le compositeur de la berceuse Jocelyn et des couplets de La Vivandière (1849-1895). Une plaque à sa mémoire fut apposée sur la maison lors d'une cérémonie présidée par le maire Aristide Quillet le [21].
  • Monument aux morts, place de l'Hôtel-de-Ville : Inauguré en 1921, il rend hommage aux vingt soldats Villiers-Adamois morts pour la France lors de la Première Guerre mondiale. Adoptant la forme usuelle d'un obélisque[21], le monument se remarque toutefois par une frise sculpté de motifs végétaux
  • Fontaine publique, rue du Pot-d'Étain : Cette fontaine au nord de la place de la mairie se distingue par sa vasque ovale d'une forme galbée. L'eau n'est obtenue qu'en actionnant le levier d'une pompe en fonte.
  • Pavillon à colombages, rue Patouillard-Demoriane : Ayant jadis abrité un commerce, ce pavillon sans étage à l'angle de deux rues est un exemple des constructions d'un style pittoresque de l'époque du maire Aristide Quillet.
  • Vestige d'industrie locale, l'ancienne plâtrerie a fonctionné jusque dans les années 1920[21].
  • Ancienne abbaye Notre-Dame du Val.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Villiers-Adam

Les armes de Villiers-Adam se blasonnent ainsi :
D'or au chef d'azur, à la dextrochère d'argent à la manipule d'hermine brochant sur le tout.

Devise : va oultre la main à l'œuvre.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Communes limitrophes de Villiers-Adam » sur Géoportail..
  2. Météo France - Climatologie
  3. L'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, au sud-est en plaine, constitue la station de référence pour le département du Val-d'Oise.
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Commune hors attraction des villes », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  10. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Site du Conseil général - Administration du Val-d'Oise
  13. Ministère de la justice - Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Val-d'Oise
  14. « Les maires de Villiers-Adam », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  15. Préfecture du Val-d'Oise - Liste des maires du département du Val-d'Oise, avril 2008
  16. « Procès-verbal du conseil municipal du 28 mai 2020 » [PDF], Municipalité, sur https://www.villiers-adam.fr (consulté le ).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. Notice no PA00080234, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. a b c et d René Botto, Stéphane Gasser et Christophe Gicquelay, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Villiers-Adam », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. I,‎ , p. 446-447 (ISBN 2-84234-056-6).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il ne faudrait pas oublier l'abbé LEBEUF au XVIIe siècle

  • Jean Aubert, La grande histoire du Val-d'Oise - Toutes les communes de Ableiges à Wy-dit-Joli-Village, Edijac, (ISBN 2-904-675-17-5)
  • Léon Groc, Un village renaît, Impr. Dernières Nouvelles, , 79 p.
  • René Botto, Stéphane Gasser et Christophe Gicquelay, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Villiers-Adam », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. I,‎ , p. 446-448 (ISBN 2-84234-056-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]