Jagny-sous-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jagny-sous-Bois
L'église Saint-Léger, chœur et bas-côtés Renaissance.
L'église Saint-Léger, chœur et bas-côtés Renaissance.
Blason de Jagny-sous-Bois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Sarcelles
Canton Fosses
Intercommunalité communauté de communes Carnelle - Pays de France
Maire
Mandat
Jacqueline Hollinger
2014-2020
Code postal 95850
Code commune 95316
Démographie
Gentilé Johannisiens
Population
municipale
252 hab. (2014)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 00″ nord, 2° 27′ 00″ est
Altitude 130 m (min. : 62 m) (max. : 164 m)
Superficie 4,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jagny-sous-Bois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jagny-sous-Bois
Liens
Site web jagny-sous-bois.fr

Jagny-sous-Bois Prononciation du titre dans sa version originale Écouter est une commune française située dans le département du Val-d'Oise, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Johannisiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Jagny-sous-Bois est une commune du Pays de France[1], située à 2,5 km à l'est de la RD 316 (ancienne route nationale 16), près du bourg de Luzarches, à 26 km à vol d'oiseau au nord-nord-est de Paris. Le village est traversé par une seule route départementale, la RD 47, orientée dans un sens nord-sud, le reliant à la RD 922 au nord et à la Francilienne au sud. De nombreux chemins ruraux se prêtent à la pratique de la Randonnée pédestre, du VTT et du hippisme ; certains parmi eux sont balisés. Sur le plan des transports en commun, Jagny est desservie par la ligne du réseau départemental, à raison de deux aller-retour du lundi au vendredi pour les gares de Louvres et de Goussainville, où la correspondance avec le RER D est établie[2].

Communes limitrophes de Jagny-sous-Bois
Lassy Le Plessis-Luzarches
Épinay-Champlâtreux Jagny-sous-Bois Bellefontaine
Mareil-en-France Châtenay-en-France
Vue depuis Jagny en direction de la vallée d'Ysieux.

Jagny compte six communes limitrophes. Mareil-en-France arrive jusqu'au coude de la RD 47 à l'entrée sud du village, près de la tour. À son tour, Jagny s'approche de 350 m du château de Châtenay-en-France et de l'église de Lassy, et de 130 m seulement du cimetière du Le Plessis-Luzarches. La petite commune voisine d'Épinay-Champlâtreux ne côtoie le territoire communal de Jagny que sur 400 m[3]. Avec ses 4,18 km2, le territoire communal est plus petit que celui de Mareil (7 km2) et de Bellefontaine (7,53 km2), mais plus étendu que celui des quatre autres communes limitrophes (entre 0,9 km2 et 3,56 km2).

Le village est bâti à une altitude variant entre 120 m et 130 m sur le flanc nord de la butte de Mareil-en-France et domine la vallée de l'Ysieux, dont le fond est à 58 m d'altitude au nord de Jagny-sous-Bois. De ce fait, une vue lointaine sur la forêt de Chantilly s'offre depuis les champs au nord du village. Le profil est varié et se caractérise par une succession de collines peu accentuées. Les bois privés et communaux sont nombreux à Jagny, dont notamment le bois de Jagny au nord-est, touchant à la RD 47, et le bois de Châtenay au sud-est, qui pour moitié environ se situe sur la commune de Jagny. La fruiticulture façonne toujours le paysage autour du village, avec les vergers à l'est et à l'ouest. Les cours d'eau sont complètement absents, mais des sources naturelles existent au nord et au sud de la commune, ainsi que deux mares.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Johanniacum en 1224, Jehenniacum, Jehengniacum en 1227, Johangniacum, Johaniacum en 1230, Gehenniacum en 1237, Gehenni en 1271, Jaigniacum en 1279, Gehenniacum, Jahenniacum, Jaagniacum, Jagniacum, Janiacum, Jaigny, Jahanni, Janni[4], Jagny en 1620.

Anciennement Jehan, du nom d'un seigneur du lieu Jehan Johaniacum.

Son nom proviendrait de l'anthroponyme latin Jovinius et du suffixe -iacum, domaine de.

Le village conserve le souvenir l'occupation du site à l'époque gallo-romaine sur la région, Jagny, *Joviniacus[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village appartient à la seigneurie de Charles, comte de Flandre en 1346, des seigneurs de Corbie de la fin du XIVe siècle au milieu du XVIe siècle, puis des Gesvres au début XVIIe siècle et jusqu'à la Révolution.

La commune est adhérente du parc naturel régional Oise-Pays de France.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Jagny-sous-Bois fait partie de la juridiction d’instance de Gonesse (depuis la suppression du tribunal d'instance d'Écouen en février 2008[6]), et de grande instance ainsi que de commerce de Pontoise[7],[8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Fernand Pantanella[9]    
2014[10] en cours
(au 29 avril 2014)
Jacqueline Hollinger    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 252 habitants, en diminution de -2,33 % par rapport à 2009 (Val-d'Oise : 3,04 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
293 285 260 203 225 223 223 221 224
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
201 206 228 213 231 203 192 199 217
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
209 202 227 177 171 196 160 156 188
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
184 195 183 179 218 224 257 250 252
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Jagny-sous-Bois ne compte qu'un seul monument historique sur son territoire.

  • Église Saint-Léger, rue Faflot (classée monument historique par arrêté du 28 avril 1980[15]) : c'est une église incomplète, qui a perdu sa nef rustique et sans intérêt architectural au milieu du XXe siècle, quand elle a été démolie en raison de son mauvais état. N'en reste que le mur du sud-est, qui relie le clocher de facture très simple à la partie subsistante de l'église. Il s'agit des deux travées droites du vaisseau central du chœur, accompagnées de deux collatéraux, et de l'abside polygonale. Cet ensemble achevé vers le milieu du XVIe siècle est très sobre à l'extérieur, mais l'intérieur montre tout le registre de la décoration Renaissance du meilleur niveau. Les dais des niches à statues de l'abside constituent une particularité que peu d'autres églises ne partagent. Abastraction faite des détails sculptés, l'architecture elle-même est toujours de conception gothique flamboyante[16],[17]/ 1996, sans toutefois être achevés. Le chœur menace ainsi de s'effondrer à son tour. Les travaux de consolidation ne sont finalement exécutés qu'entre novembre 2005 et 2006, puis en 2013[18].

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • La tour belvédère de l'ancien parc du château, à l'entrée sud du village par la RD 47 : tour octogonale accessible par un pont, puis par un escalier métallique extérieur. L'abri sur la plate-forme au sommet évoque la lanterne d'un phare. Aujourd'hui, la tour appartient à la commune, et un petit jardin public y a été aménagé.
  • L'ancienne fontaine public de 1898, rue du Gué : l'initiative de sa construction fut prise par le maire M. Lejonne, et l'architecte en fut M. Thireau. Le fronton fait mention de huit autres noms, qui correspondent sans doute à des donateurs. Le petit bâtiment est de plan semi-cylindrique, aplati du côté de la porte métallique donnant accès à l'eau. Ainsi la fontaine s'apparente par sa forme aux puits publics de la région. L'eau est acheminée vers la fontaine par une canalisation afin d'approvisionner les 220 habitants de l'époque en eau potable[17].
  • Le cimetière, toujours à son emplacement traditionnel au centre du village, sur un promontoire[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Jagny-sous-Bois

Les armes de Jagny-sous-Bois se blasonnent ainsi : De gueules au rencontre de cerf d'argent accosté de deux fleurs de lys d'or, au chef cousu d'azur chargé de trois dextres apaumées d'or, au franc-canton échiqueté d'argent et d'azur de quatre tires[19]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. [PDF] « Journal officiel de la République française du 15 janvier 2004, p. 1143-1144 », sur DREAL Picardie (consulté le 21 novembre 2011).
  2. Horaire téléchargeable sur le site « Le réseau "Busval d’Oise" », sur Conseil général du Val-d'Oise (consulté le 22 août 2011).
  3. Communes limitrophes et autres renseignements topographiques selon la carte topographique 1 : 25 000e « TOP 25 » de l'IGN, consultable en 3D sur le site « Geoportail » (consulté le 1er juillet 2011). Distances mesurées par l'outil proposé dans le mode de visionnage en 3D.
  4. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  5. Michel Roblin, Le terroir de Paris aux époques gallo-romaine et franque, page 240
  6. Décret du 15 février 2008 publié au Journal Officiel du 17 février 2008
  7. Site du Conseil général - Administration du Val-d'Oise
  8. Ministère de la justice - Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Val-d'Oise
  9. Site officiel de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires, 3 août 2009 [PDF]
  10. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, (consulté le 13 septembre 2015).
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. Notice no PA00080097, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. Mathieu Lours, « Jagny-sous-Bois - Saint-Léger », Églises du Val-d’Oise : Pays de France, vallée de Montmorency, Gonesse, Société d’histoire et d’archéologie de Gonesse et du Pays de France,‎ , p. 154-155 (ISBN 9782953155402).
  17. a, b et c Yann Audino et Christian Garcia, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Jagny-sous-Bois », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. I,‎ , p. 462-464 (ISBN 2-84234-056-6).
  18. Cf. « Histoire de l’Eglise », sur Jagny-sous-Bois (site officiel) (consulté le 22 août 2011).
  19. Blason de Jagny sous Bois sur la banque du blason.