Cul-de-lampe (architecture)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cul-de-lampe du portail de la basilique Saint-Materne à Walcourt en Belgique.

|

Cul-de-lampe de l'ancienne Maison Commune de Villeneuve d'Ascq

En architecture, un cul-de-lampe est une console d'encorbellement constituée d’une pierre saillante dont la forme rappelle le dessous d'une lampe d'église, servant à supporter une base de colonne, la retombée d'un arc, des nervures de voûte ou encore une statue. Dans l'architecture gothique, le cul-de-lampe désigne le plus souvent une console qui affecte plus ou moins la forme d'un demi-cône et qui reçoit une ou plusieurs retombées d'arcatures, alors que la console sert généralement de base à une statue[1].

et qui reçoit une ou plusieurs retombées d'arcatures[2]. On appelle ainsi cul-de-lampe les encorbellements qui terminent les cuves de certaines chaires à prêcher[3].

Cul-de-lampe de l'Hôtel de ville de Bruxelles
représentant un joueur de vièle.
Cul-de-lampe de l'Hôtel de ville de Bruxelles
représentant un joueur de guiterne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bruno Donzet, Christian Siret, Les Fastes du gothique, Editions de la Réunion des musées nationaux, , p. 139
  2. Bruno Donzet, Christian Siret, Les Fastes du gothique, Editions de la Réunion des musées nationaux, , p. 139
  3. Cul de lampe selon J. Justin Storck