Cette page est en semi-protection longue.

Booba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Bouba.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Booba (homonymie).
Booba
Description de cette image, également commentée ci-après

Booba sur scène.

Informations générales
Surnom B2oba[1], Kopp[2], Le Duc de Boulogne[1], Saddam Hauts-de-Seine[3]
Nom de naissance Élie Yaffa
Naissance (39 ans)
Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine, France
Activité principale Rappeur, styliste
Genre musical Hip-hop, rap français, gangsta rap
Instruments Voix
Années actives Depuis 1994
Labels Tallac, 92i, AZ, Capitol, Universal, Because Music, 45 Scientific, Barclay
Site officiel oklm.com
logo de Booba

Logo de Booba.

Booba[4], de son vrai nom Élie Yaffa, né le à Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine, est un rappeur français. Il est membre du 92I, un collectif de rap français dont il a été le fondateur, regroupant des rappeurs issus des Hauts-de-Seine, Mala et Bram's (ce dernier est mort le ). Businessman très actif, il lance sa propre marque de vêtements streetwear et son propre parfum nommé Ünkut, ainsi qu'un site web et une application mobile nommés OKLM.

En 20 ans de carrière, Booba a produit huit albums, 2 rééditions et 4 mixtapes depuis 2002 jusqu'à ce jour. Considéré comme l'un des plus grands rappeurs français de sa génération, il est le premier rappeur solo français à remplir le Palais omnisports de Paris-Bercy[1] et second artiste rap à remplir Bercy après NTM[5]. Il s'est d'abord fait connaître grâce au groupe Lunatic, avec son compère Ali originaire d'Issy-les-Moulineaux, où le succès vient à la fois de la critique et du public[6]. L'album Mauvais œil entrera dans l'histoire du rap français en obtenant un disque d'or. Il s'agit en effet du premier album en indépendant à obtenir une telle récompense[7],[8].

Booba compte plus d'un million d'albums vendus[9] et en a produit sept[10]. Le premier, intitulé Temps mort, est publié en 2002 ; en 2004 sort la mixtape, Autopsie Vol. 1. Un cinquième album, intitulé Lunatic, est publié le [11] ; le titre reprend le nom de l'ancien groupe de Booba. L'album est certifié disque d'or dès la première semaine[12] et est aujourd'hui double-disque de platine[13]. Le 26 novembre 2012, Booba publie son sixième album intitulé Futur, qui devient disque d'or en une seule semaine avec plus de 51 000 exemplaires vendus, ce qui est le meilleur démarrage de vente de toute la carrière du rappeur. Il bat également le record français d'albums numériques vendus sur iTunes, toutes catégories musicales confondues, avec plus de 17 000 exemplaires en une seule semaine[14], détrôné depuis 2013 par les Daft Punk[15].

Biographie

Enfance

Élie Yaffa est né le à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, d'un père sénégalais et d'une mère française[16]. Il grandit à Meudon-la-Forêt, puis s'installe plus tard au pont de Sèvres, à Boulogne-Billancourt, quartier qu'il représentera dans ses textes. Il confirme dans une interview être de confession musulmane[17] et dément être de confession juive[18],[17],[19]. Il dément également dans l'une de ses chansons, Gun In My Hand, en collaboration avec Akon : « Paraît que je prends de la coke, paraît que je suis en prison, paraît que je suis juif ». Booba se dit musulman, pas très pratiquant[17]. Lors de son premier voyage au Sénégal, Élie rencontre un de ses cousins nommé Boubacar. Il prendra par la suite le diminutif « Booba » pour rendre hommage à ce dernier[20],[16].

Début avec Ali (1994–2003)

Article connexe : Lunatic.
Immeuble de Boulogne-Billancourt surplombant le Pont de Sèvres.

Danseur de hip hop, pour le groupe Coup d'État Phonique[19], sous le nom de « Tic Tac », il rencontre Daddy Ali. Avec son compère Ali, issu d'Issy-les-Moulineaux, il monte le groupe underground baptisé Lunatic. Le groupe quitte finalement La Cliqua et intègre le Beat De Boul. Ils jouent en compagnie des Sages Poètes de la Rue, la Malekal Morte, Mo'vez Lang, Sir Doum's, etc.

Ils enregistrent en 1995 leur premier album, Sortis de l'ombre, qui ne sort pas sur le marché pour cause de divergences entre le groupe et le producteur de l'album. Le conflit s'envenime et les deux acolytes rejoignent le collectif Time Bomb et apparaissent sur la compilation Hostile Hip Hop avec Le Crime Paie. Ce morceau va leur procurer une réputation. Le morceau Les Vrais Savent sur L 432 confirme cette tendance lors de l'année 1997.

Booba est ensuite incarcéré pendant 18 mois après une condamnation de six mois pour braquage de taxi. Par la suite, ils continuent en apparaissant notamment sur la mixtape Opération coup de poing. Pour annoncer leur album, ils sortent le maxi Civilisé en 1999. En 2000, ils éditent leur premier album intitulé Mauvais Œil sous le label 45 Scientific. Le groupe rencontre une bonne écoute auprès du public et le duo entretient son activité dans le milieu du rap. L'album est certifié disque d'or[21].

Succès en solo (2002–2005)

En 2002, Booba signe son premier album solo intitulé Temps Mort, chez 45 Scientific, album qui est certifié disque d'or[22]. Cet album, avec le passage du titre Destinée (avec Kayna Samet) en radio et notamment sur Skyrock, permet à Booba de se faire connaître par un public plus large. En 2003, le groupe Lunatic se dissout. Booba quitte 45 Scientific pour créer son propre label, Tallac Records (Tallac est le nom des collines dans lesquelles habite Bouba le petit ourson dans le dessin animé du même nom), signé chez Barclay.

Le 11 mai 2004 sort son second album solo intitulé Panthéon, disque d'or[23] avec des titres comme no 10, Avant de partir ou encore Mon son. Toujours en 2004, il crée la marque de vêtements nommée Ünkut, avec Viguen, un styliste New-yorkais.

En 2005, Booba sort sa première mixtape Autopsie Vol. 1, en même temps que l'album de son ex-acolyte Ali. 2006 voit la sortie du second album de Lunatic, intitulé Black Album, par le label 45 Scientific et ce, malgré la dissolution du groupe quelques années auparavant. Il s'ensuit alors une polémique entre le rappeur et son ancien label, Booba reprochant à 45 Scientific d'avoir sorti un album sur lequel ils n'avaient aucun droit. Le label réplique au contraire que, l'album ayant été enregistré lorsque Booba et Ali étaient encore tous les deux sous contrat, les titres de l'album appartiennent au label et non pas à Booba. La même année, 153 députés et 49 sénateurs demandent au ministère de la Justice d'envisager des poursuites à l'encontre de plusieurs groupes de rap, dont Lunatic, pour incitation au « racisme anti-blanc », et à la haine « de la France »[24].

Succès confirmé avec Ouest Side (2006–2007)

Le sort le troisième album solo de Booba intitulé Ouest Side ; plusieurs featurings sont présents sur cet album comme Akon, Mac Tyer, Intouchable, Malekal Morte, Kennedy ou encore Trade Union. Le premier single qui en est extrait est Garde la pêche, puis vient par la suite Boulbi, Au bout des rêves et enfin Pitbull. Lors de sa première semaine, Ouest Side se classe 1er du classement des meilleurs ventes d'album en France. Le même mois, Booba fait appel à la police à la suite de l'enlèvement de sa mère et de son frère par deux hommes d'une cité de Meudon dans les Hauts-de-Seine, tandis qu'une rançon de 500 000 € et deux albums sont demandés. L'intervention des forces de l'ordre à l'hôtel Ibis de Meudon, dans le quartier de Meudon-la-Forêt, met fin à l'enlèvement sans remise de rançon[25].

Début 2007, Booba est invité à l'émission On n'est pas couché de Laurent Ruquier sur France 2. Le rappeur des Hauts-de-Seine expose sa vision sur certains problèmes actuels tels que la police dans les banlieues ou l'élection présidentielle. Il explique également l'origine de son surnom atypique[20]. Le 22 janvier 2007 sort sa deuxième mixtape Autopsie Vol. 2. Le premier single extrait de ce CD est le morceau Le D.U.C. qui lui attire quelques antipathies dans le milieu du rap français. Ce volume 2 obtient le record de ventes de mixtape en France[26] (dont les ventes sont estimées à environ 25 000 exemplaires)[27].

Une vidéo promotionnelle est diffusée le montrant Booba pratiquant la boxe thaïlandaise[28]. La marque Ünkut établit un partenariat avec les producteurs des jeux vidéo Saints Row et Saints Row 2, dans lesquels des vêtements de la marque sont disponibles sous la forme de packs téléchargeables[29].

0.9 (2008–2009)

Le , le rappeur se produit au Stade de France dans le cadre du concert Urban Peace 2 au cours duquel il joue l'un de ses morceaux, Du biff. Lors de son entrée sur scène, Booba est accueilli par des sifflets et reçoit des projectiles venant des premiers rangs du public, ce qui provoque sa colère ; mis sous pression et perdant le contrôle, il jette une bouteille de Jack Daniel's vers l'un des spectateurs (qui n'est pas atteint) et crache vers le public. Cette perte de contrôle l'a alors poussé à quitter la scène, sous les huées[30],[31]. Booba s'explique dans la presse : il « n'excuse pas son geste, qui n'est pas excusable » tout en précisant que « l'attitude d'une partie du public n'est pas excusable non plus ». Il critique également l'inefficacité de l'organisation et du service de sécurité du Stade de France qui n'a pas mobilisé assez de gardes du corps dans le but de le protéger.

Le , Booba sort un nouvel album intitulé 0.9. Il joue avec Mala et Bram's sur le titre Izi life, avec Nadeii dans Soldats, Demarco dans Bad Boy street et Rock City dans King. Le premier single est Illégal. L'album essuie des critiques mitigées, et n'obtient pas le succès commercial espéré. Malgré les critiques, cet opus aura connu après un faible début un très bon succès avec un peu plus de 200 000 exemplaires vendus[32]. L'album est certifié disque d'or. Le deuxième single est Game over. Le clip a été tourné au Pont de Sèvres.

Le 29 juin 2009 sort Autopsie Vol. 3 avec Because à la distribution, elle est la première mixtape (ou street-album) à se hisser au numéro un des classements en France avec environ 8 000 copies vendues la première semaine. Plus tard, la mixtape bat le record de ventes de mixtape en France avec un peu plus de 50 000 exemplaires écoulés[33].

Retour avec Lunatic (2010–2011)

Booba annonce le le nom de son cinquième album solo, Lunatic : il l'enregistre alors à Miami. L'ambition est clairement de faire un classique : « C'est comme lorsque tu dessines la nouvelle Ferrari, tu te prends la tête sur chaque courbe. »[34]. En juillet 2010, Elie est en pleine préparation de son cinquième album. Le rappeur passe par la France durant une semaine pour enregistrer avec des artistes français avant de s'envoler pour Miami et finaliser ses featurings avec des artistes d'outre-Atlantique. Dans une interview, il insiste sur le fait qu'il ne déplacera pas la date de sortie de son album : « Cela ne sert à rien de repousser l'album les mecs, le résultat sera le même. »[35]. Le même mois, Booba était en studio avec le producteur américain Ryan Leslie, producteurs de plusieurs singles américains. Une vidéo disponible sur YouTube nous montre les deux artistes en plein enregistrement[36].

Le premier single de l'album intitulé Caesar Palace en featuring avec Sean J. Combs est disponible au mois de septembre, soit deux mois avant la sortie de l'album. Le clip a été tourné à Las Vegas dans le désert du Nevada avec la playmate Rosa Acosta. Le même mois, un nouveau site officiel de l'artiste fait son apparition avec notamment la mise en place de réseaux sociaux comme Facebook ou encore Twitter pour suivre l'actualité de Kopp[37]. Le , durant l'émission Planète Rap sur la radio Skyrock présentée par Fred Musa, le nouveau titre de Booba intitulé Ma Couleur est sorti, Comme il l'avait fait dans Pitbull, le rappeur revient sur quelques aspects personnels de sa vie[38],[39], le clip sortira quelques semaines plus tard[40]. Le , sort le troisième single intitulé Jour de paye en exclusivité sur Générations[41]. Le son contient un sample de Izi Monnaie de Booba lui-même. Le clip a été tourné dans les rues d'Aulnay-sous-Bois avec la présence du 92I. On remarque que le Duc de Boulogne avait besoin de rappeler que la rue ne l'a pas oubliée[42]. Le est sorti le quatrième single, il s'intitule Paradis. C'est encore une fois Skyrock qui a lancé le morceau en exclusivité[43]. L'album sort enfin le [44],[45], et se classe en tête du top album français. L'album a depuis atteint le disque de platine avec plus de 200 000 exemplaires vendus à ce jour[2],[26]. En janvier 2011, Booba dévoile le clip de Abracadabra sur le site de sa marque de vêtements Ünkut. Il se moque une fois de plus de l'animateur de Skyrock Fred Musa[46].

Le premier extrait de la mixtape Autopsie Vol. 4 est intitulé Paname[47] et a été produit par Therapy (2093 & 2031). Il a été dévoilé le sur la plateforme YouTube[48] et sur son site officiel. Le deuxième single est Bakel City Gang, également produit par Therapy. Le clip a été diffusé en avant-première lors de son concert au palais omnisports de Paris-Bercy du 1er octobre 2011[49]. Booba a aussi interprété un autre extrait d'Autopsie Vol.4 lors de son entrée sur scène – le morceau Cruella – en featuring avec la nouvelle signature de son label, Shy Skywalker. Peu de temps après la sortie du clip Cruella, un nouvel extrait de l'album intitulé Scarface est apparu. Le morceau est sorti en avant première sur les plateformes YouTube et Dailymotion[50]. Encore une fois, l'utilisation du vocodeur est très présent sur ce morceau. Il ressemble très fortement au titre Killer ou encore Pourvu qu'elles m'aiment.

Futur (2012–2013)

Booba a confié à la radio Générations qu'il préparait un nouvel album pour 2012. Il ajoute qu'il connaît déjà le titre de l'album, mais qu'il ne le révélera pas pour le moment[51]. Le 27 avril 2012, il dévoile sur sa chaine YouTube le nom de son prochain album : Futur[52]. En mai 2012, Booba quitte l'indépendant Because Music pour rejoindre la grande maison Universal et plus spécifiquement le label AZ[53]. Certaines rumeurs affirment que « AZ aurait lâché plus de 500 000 € d'avance pour attraper l'animal », ce que le label dément[53]. Le premier extrait de l'album se nomme Wesh Morray, sorti le 6 septembre 2012 sur YouTube[54]. Booba ne mâche pas ses mots dans ce nouveau titre, il balance des rimes gratuites et violentes et parvient ainsi à faire le buzz[55]. Quelques attaques personnelles notamment contre Willy Denzey, Laurent Voulzy et K. Maro sont présentes sur ce morceau[56]. Ce morceau a affolé les réseaux sociaux car c'est à travers ce titre que Booba répond aux piques du rappeur français Rohff, notamment lors d'un Planète Rap, où Rohff s'en prend directement à Booba, le surnommant « zoulette »[57],[58]. La réponse de Booba était très attendue et dépasse les 500 000 vues en moins de 48h sur YouTube[54]. Alors que Willy Denzey a plutôt bien pris la pique de Booba dans son morceau Wesh Morray, — en effet, la chanson de Booba a créé un tel buzz que Willy Densey en profitera surement puisqu'il est de retour depuis peu — Rohff a pris très à cœur les paroles du morceau, dans lequel il n'est pourtant cité à aucun moment[59],[60]. Lors d'une interview avec Abcdrduson, il affirme que la chanson Wesh Morray n'est pas un son pour lui et explique : « Rohff a beaucoup de choses à prouver pour que je me dise que j'ai besoin de faire un clash pour le terrasser. Mon rap le terrasse depuis le début »[61]. Le deuxième extrait de l'album, Caramel, a été dévoilé via YouTube le 21 septembre 2012[62]. Le morceaux à tout d'un gros tube, un clip à budget important, les paroles sont toujours aussi « difficiles », le refrain est plus doux et Booba ne manque pas d'exhiber ses bijoux et ses tatouages dans le clip vidéo associé[63].

De nombreuses références à la trilogie Retour vers le futur sont présentes dans les deux premiers extraits de l'album où on peut entendre au début de chaque morceau « back to the future », titre original de la trilogie qui est en réalité la signature du beatmaker Therapy. De plus, dans le clip Caramel, Kopp porte une paire de chaussures Nike Mag. Le single entre directement à la 10e position du classement français[64]. La liste des titres de l'album a été annoncée le 27 octobre 2012[65]. Le 3e extrait en featuring avec le rappeur américain 2 Chainz a été publié sur Youtube le 31 octobre. Booba explique dans une interview que c'était assez compliqué de faire un featuring avec lui parce qu'il était en promo et en tournée pour son album Based on a T.R.U. Story (2012). La publication du morceau sur YouTube s'est faite dans la matinée du 31 octobre 2012 ce qui n'est pas du style de l'équipe de Booba. Il s'agit en réalité d'une malencontreuse erreur car le morceau était censé sortir en fin d'après-midi, a été mis en ligne plus tôt que prévu[66]. Dans cette exercice de style, Booba rappe avec un flow beaucoup plus rapide que celui qu'il a l'habitude d'utiliser. C'est la vie est un texte purement égotrip[66]. L'album Futur s'est vendu à 150 000 exemplaires[67],[68]. Le 12 avril, le rappeur reçoit son disque de platine en plein concert au Zénith de Paris par la playmate Rosa Acosta[69].

Dans une interview accordée au journal belge Sud Presse en juin 2013, il annonce une réédition de l'album pour la rentrée 2013 intitulée Futur 2.0 et explique : « Je prépare une réédition pour la rentrée qui s'appellera Futur 2.0, avec des inédits, mais je ne peux pas en dire plus... »[70]. Un extrait de cette réédition intitulé Turfu a été dévoilé le 21 juin[71]. Le deuxième extrait intitulé RTC, abréviation de « Riche, Tristement Célèbre », a été publié le 20 septembre[72]. Dans ce titre composé par le producteur américain Young Chop, Booba utilise une hypallage entre « triste » et « célèbre »[73],[74]. Le 4 novembre, Booba publie le nouvel extrait de la réédition Futur 2.0 nommé Parlons peu[75]. Futur 2.0 sera vendu à 19 000 exemplaires en une semaine, un chiffre record pour une réédition[76].

En 29 octobre 2015, soit 3 ans après sa sortie, l'album franchit la barre des 200 000 et devient ainsi le second disque de platine de l'artiste après Lunatic[77].

D.U.C et Nero Nemesis (depuis 2014)

Seulement un mois après la sortie de la réédition de son dernier album Futur, sortie à la fin de novembre 2013, Booba annonce qu'il travaille sur son septième album. Il dévoilera entre-temps le single La Mort leur va si bien, issue de la bande originale du prochain court métrage de Chris Macari, le 7 février 2014[78],[79]. Afin de promouvoir la sortie de son prochain album dont le titre reste toujours inconnu, Booba propose un premier single intitulé OKLM en live lors du Grand Journal de Cannes le 19 mai[80]. Il mettra ce morceau en pré-commande sur iTunes – une première pour un single[81] – avant de l'interpréter au Grand Journal[82],[83]. Le morceau, dont le clip est sorti le 26 mai[84], se classera numéro un des singles les plus vendus sur iTunes avant sa sortie[80],[85]. Par la suite, il sort le morceau 3G – accompagné du clip quelques jours plus tard – afin de mettre à terme à ses récentes polémiques avec Tariq Ramadan et Saïd Taghmaoui au sujet du conflit israélo-palestinien[86],[87],[88]. Fin 2014, il annonce le titre de son futur album qui s'intitulera D.U.C et présente le concept de son propre site OKLM.com : dévoiler ses titres en exclusivité et promouvoir le talent des artistes d'Internet[89]. C'est ainsi que sort Caracas en décembre 2014, Billets violets en janvier 2015, Tony Sosa en février 2015, LVMH et Mon pays en avril 2015.

Il sort de manière inattendue le 4 décembre 2015 son huitième album studio intitulé Nero Nemesis. Dans cet album, Booba reprend un style musical plutôt cru avec beaucoup moins d'autotune que les albums précédents.

Style et influences

Booba est influencé par la scène hip-hop américaine des années 1980 et début des années 1990 : de Mobb Deep en passant par le Wu-Tang Clan mais aussi par les grands 2pac et The Notorious B.I.G.. Les mélodies sombres accompagnées de textes crus, fidèles au rap de New York, sont présentes sur chaque album de Booba. Dernièrement les sons ont plus suivi la mode dirty south et crunk. Certains lui reprochent de faire l'apologie de l'argent facile et du crime. Booba prône une baisse des impôts et se prétend libéral[90]. Il parle beaucoup du racisme dans ses chansons avec par exemple Couleur Ébène et prend parfois des positions jugées communautaristes, chose qu'il assume totalement[91]. Beaucoup de gens reprochent à Booba de « fantasmer » ces histoires de rue, de délinquance ainsi que les diverses scènes qu'il décrit dans ses chansons qui sont de pures inventions de sa part.

Dans un article paru en 2003, Booba est encensé pour ses textes par Thomas Ravier, un auteur de La Nouvelle Revue française[92] qui l'érige au rang d'écrivain, le comparant à Céline ou à Antonin Artaud[93]. Booba utilise des images appelées « métagores », mélanges de métaphores et de gore[94],[95]. Dans un article publié en janvier 2013[96], la Revue critique de fixxion française contemporaine s'intéresse à la façon dont l'émergence de Booba et des rappeurs du collectif Time Bomb dans la deuxième moitié des années 1990 a modifié en profondeur certains aspects fondamentaux du rap français, au premier rang desquels la façon d'écrire et la façon de rapper. Dès les premiers morceaux de Lunatic, Booba est en effet l'un des premiers rappeurs français à proposer des couplets sans continuité thématique ni narrative. En établissant une équivalence explicite et répétée entre le rappeur et le criminel, et en s'appuyant constamment sur les figures de l'analogie, Booba construit un univers singulier dans lequel il n'est plus possible de distinguer ce qui relève du biographique de ce qui appartient au fictif.

Relations et polémiques

Hormis le 92I, Booba a travaillé avec de nombreux artistes, dont Ali, Nessbeal, La Fouine, Kennedy, Ärsenik, Intouchable, Kayna Samet, Trade Union, Manu Key, LIM, Mac Tyer, Bobness, Wayne Wonder, Mokobé, Sir Doum's, Kaaris, Gato da Bato, Seth Gueko, Kery James, Oxmo Puccino et des américains comme Akon, P.Diddy, Ryan Leslie, T-Pain, Rick Ross, 2 Chainz & Fabolous. Organisateur des réunions electrodance au metropolis, il invite, lors du Ünkut Contest à Paris Mess-57, Mac Tyer, La Fouine et Rim-K (113) pour composer le jury de cette soirée hip-hop. Il a collaboré avec le chanteur américain Akon, qui considère leur remix comme le meilleur de ceux qu'il a réalisé à partir de Locked Up[97]. Il côtoie également le joueur de basket-ball français et rappeur, Tony Parker.

Certains rappeurs ont enregistré des chansons s'en prenant à Booba : Kyzer, auteur du titre Délits d'Ourson, extrait du maxi homonyme, dans lequel le MC de Boulogne est accusé de proférer des mensonges sur son vécu et de renier la religion juive de sa mère[98], ou MC Jean Gab'1 avec le titre J'T'emmerde[99]. Après avoir provoqué Sinik, Diam's et M. Pokora dans la chanson D.U.C : « Les négros sont déclassés par Pokora, Diam's et Sinik, la honte négro »[100], Sinik répond à Booba avec L'Homme à abattre[101] et ainsi Booba a répondu de nouveau avec Carton Rose[102]. Sinik n'a pas répondu au Carton Rose de Booba, le trouvant trop faible. Booba a relancé une attaque concernant Sinik dans son dernier album Lunatic : « Enfin débarrassé de Pokora, Diam's et Sinik ». Ce à quoi Sinik a répondu sur le morceau Sale môme de son street CD Le côté malsain : « La rue a tranché, Sinik a fumé Booba, mon nom rime avec chimique le tiens rime avec trou d'balle ». DJ Kore, qui a pourtant travaillé avec Booba depuis Lunatic et a produit le morceau Le météore sur Ouest Side, a également enregistré un morceau contre Booba[103].

Après avoir provoqué certaines personnes sur le Duc de Boulogne : « Les clochards vendent des copies de mon nouvel opus, prennent le bus pour aller sucer, au marché aux puces » sans citer de nom, Alpha 5.20, qui vend ses disques à Clignancourt, s'estime attaqué, lui et son Ghetto Fabulous gang et réplique à plusieurs reprises avec La Duchesse de Boulogne, à Générations 88.2 et dans le DVD de son album, Vivre et mourir à Dakar. Une nouvelle petite tension s'installe après la phrase ouvertement provocatrice « NTM Solaar IAM, c'est de l'antiquité » du dernier morceau paru de Booba, intitulé B2OBA. Akhenaton déclare dans une interview « ignorer ce genre de provocations ». NTM, reformé depuis peu, l'a moins bien pris, Joey Starr plus particulièrement, répondant par de plus ou moins fortes allusions négatives sur Booba lors de ses interviews diverses[104].

Lors du concert le mardi 10 mai 2011 au Mans, Booba a été contraint d'annuler son concert à cause d'une alerte à la bombe[105]. Ce n'est pas la première fois que Booba suscite tant de violence autour de lui[106]. Dans une interview, il affirme recevoir des menaces de mort et que la vitrine de son ancien magasin Boulbi & Co a été brisée de nombreuses fois par des coups de feu. En 2012, Booba en profitera également pour répondre aux piques de Rohff en citant notamment les propos suivants : « Rohff, mon rap le terrasse depuis le début c'est une sous-merde »[107]. Actuellement en conflit avec La Fouine et Rohff, il sort deux titres nommés A.C. Milan et T.L.T. Notons que la version iTunes de T.L.T a une introduction différente de celle du morceau publié sur YouTube.

En 2014, Booba et le rappeur Kaaris se retrouvent dans une relation conflictuelle, à la suite des propos de Kaaris lors de l'émission Planète Rap sur la radio Skyrock : « Tu es numéro 1, je n'ai pas le choix, je vais attendre que le soleil soit assez haut dans le ciel pour que tous me voient tuer le roi »[108].

Vie Privée

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Booba est père de deux enfants : une fille nommée Luna née en 2014 et un garçon nommé Omar né le 28 février 2015, tous deux nés du rappeur et de sa compagne Patricia Cerqueira.

En 2006, deux délinquants âgés de 22 ans, Guillaume et Ahmed veulent s'attaquer à Booba pour de l'argent. Armés d'un flashball et de gaz lacrymogène, ils s'introduisent dans le domicile de sa mère mais le rappeur est absent. Les deux voyous ligotent et séquestrent sa mère et son frère afin d'obtenir une rançon. Le rappeur fait appel à la police. Les forces de l'ordre arrêtent les malfaiteurs qui sont "inexpérimentés mais nerveux".

Distinctions

Booba compte au total huit disques d'or, cinq disques de platine dont trois double disque de platine. Il détient le record de ventes de mixtape en France, avec Autopsie Vol. 3 et Autopsie Vol. 4. Avec Ali, et au sein du groupe Lunatic, Booba est le premier chanteur français de tous les temps à obtenir un disque d'or avec un label totalement indépendant, pour l'album Mauvais œil. Il détient aussi le record de ventes d'une réédition, Futur 2.0 s'étant écoulé à 19 000 exemplaires en une seule semaine[76]. Il a battu le record français de ventes digitales, toutes catégories musicales confondues, sur iTunes avec plus de 17 000 exemplaires en une seule semaine[14], détrôné depuis 2013 par les Daft Punk[15].

Le rappeur de Boulbi figure également dans La Nouvelle Revue française, et il y est assimilé au « successeur » de Louis-Ferdinand Céline[109]. Son clip Killer est élu deuxième meilleur clip web de l'année 2011[110]. Il remporte aussi le grand concours MyYoutubes, devançant ainsi de nombreuses stars tels que Rihanna, Lady Gaga, Justin Bieber, Jay-Z ou encore Eminem[111].

Discographie

Notes et références

  1. a, b et c Belgacem, Inès, « Pour quelques dollars de plus : un biopic sur Booba », sur streetpress.com,‎ (consulté le 1er septembre 2014)
  2. a et b Bordier, Julien, « Booba: "Quand je me regarde dans une glace, je vois une plaquette d'abdos!" », L'Express,‎
  3. « Prends-toi pour Booba et joue au gangster du rap », Le Nouvel Observateur,‎ (consulté le 1er septembre 2014).
  4. « Biographie de Booba », sur Aufeminin.com (consulté le 6 juin 2012)
  5. Le Journal du Dimanche/ Booba prêt à voter Nicolas Sarkozy si Marine Le Pen est au deuxième tour 27 septembre 2011 (consulté le 24 mai 2014)
  6. « Biographie de Booba sur universalmusic », sur Universalmusic.fr (consulté le 4 juin 2011)
  7. « Mauvais œil, disque d'or », sur Music-story.com (consulté le 4 juin 2011)
  8. « Booba, le météore du rap hardcore », sur Music-story.com,‎ (consulté le 24 janvier 2013)
  9. « VIDÉO - Rohff vs Booba : l'interminable rivalité du rap français », sur RTL.fr (consulté le 11 décembre 2015).
  10. « Nombre d'album sortit », sur Itunes.apple.com (consulté le 4 juin 2011).
  11. « 22 novembre 2010, sortie de l'album Lunatic », sur Boobalunatic.com (consulté le 4 juin 2011).
  12. « Booba, numéro 1 des ventes en France », sur Boobalunatic.com (consulté le 4 juin 2011).
  13. « Lunatic, double disque de platine », sur Purepeople.com (consulté le 4 juin 2011).
  14. a et b « Top Albums : Patrick Bruel devant Génération Goldman et Céline Dion, Booba bat un record »,‎ (consulté le 6 décembre 2012).
  15. a et b Maire, Jérémie, « Booba : le Duc cède son trône à Daft Punk », Newsring,‎ (consulté le 17 juin 2013).
  16. a et b (en) « Daddy cool », sur Gasface.net (consulté le 6 octobre 2012).
  17. a, b et c « Interview : Booba à cœur ouvert », sur Rapadonf.fr (consulté le 25 août 2010).
  18. « Excellente interview Booba », sur lebloghiphop.com (consulté le 25 août 2010).
  19. a et b « Booba rebelle sans pause », sur Brain-magazine.com (consulté le 26 août 2010).
  20. a et b « Booba sur France 2 », sur Youtube.com (consulté le 27 août 2010).
  21. « Certification Mauvais œil », sur 2kmusic.com (consulté le 25 août 2010)
  22. « Certifications Albums Or 2003 », sur disqueenfrance.com (consulté le 22 septembre 2010)
  23. « Certifications Albums Or 2004 », sur disqueenfrance.com (consulté le 22 septembre 2010)
  24. « Poursuites contre des rappeurs », sur Lemonde.fr (consulté le 26 août 2010)
  25. « Famille de Booba : les ravisseurs interpellés », Le Nouvel Observateur (consulté le 27 août 2010).
  26. a et b « Booba : L'indépendance Bat Des Records », sur Chartsinfrance.net (consulté le 23 décembre 2011)
  27. « Certification Autopsie volume 2 », sur Infodisc.fr (consulté le 27 août 2010)
  28. « Booba se reconvertit à la boxe », sur Lepost.fr (consulté le 27 août 2010)
  29. « Ünkut et Saints Row 2 », sur Saintsrow.com (consulté le 26 août 2010)
  30. « Dérapage Urban Peace 2 », sur 20minutes.fr (consulté le 27 août 2010)
  31. « Dérapage Urban Peace 2 », sur Youtube.com (consulté le 27 août 2010)
  32. « Booba, des muscles, des tatouages et beaucoup de tendresse », sur Boobalunatic.com (consulté le 23 décembre 2011)
  33. « Autposie Vol. 3 - Booba tape bientôt or », sur Chartsinfrance.net (consulté le 23 août 2011)
  34. « Interview Album Lunatic », sur Musiquemag.com (consulté le 27 août 2010)
  35. « Interview dans Ca Dit Quoi », sur Generationsfm.com (consulté le 2 octobre 2010)
  36. « Studio avec Ryan Leslie », sur Youtube.com (consulté le 27 août 2010)
  37. « Site officiel (2010) », sur Boobalunatic.com (consulté le 10 septembre 2010)
  38. « Ma Couleur en écoute », sur Musiquemag.com (consulté le 23 octobre 2010)
  39. « Ma Couleur sur Skyrock », sur Skyrock.fm (consulté le 1er octobre 2010)
  40. « Ma Couleur, le clip », sur MusiqueMag.com (consulté le 10 novembre 2010)
  41. « Jour de paye à l'écoute », sur Evous.fr (consulté le 3 novembre 2010)
  42. « Jour de paye son nouveau clip », sur Purepeople.com (consulté le 23 octobre 2010)
  43. « Paradis sur skyrock », sur Lepost.fr (consulté le 2 novembre 2010)
  44. « Meilleurs morceaux de sa carrière », sur Rapadonf.fr (consulté le 27 août 2010)
  45. « Booba enregistre à Miami », sur Lemonde.fr (consulté le 27 août 2010)
  46. « Booba se moque de Fred de Sky », sur MusiqueMag.com (consulté le 10 janvier 2011)
  47. « Booba : écoutez "Paname" », sur MusiqueMag.com (consulté le 20 août 2011)
  48. « Booba - Paname », sur Youtube.com (consulté le 23 août 2011)
  49. « video-booba-le-clip-de-bakel-city-gang », sur musique.jeuxactu.com (consulté le 3 octobre 2011)
  50. « Booba : "Scarface" en écoute », sur Musique.jeuxactu.com (consulté le 1er novembre 2011)
  51. « Booba : nouvel album à la rentrée 2012 », sur 2kmusic.com (consulté le 30 novembre 2011)
  52. « Booba, son voyage au Congo Part 1 (VIDEO) », sur booska-p.com (consulté le 27 avril 2012)
  53. a et b « Booba décroche le jackpot chez Universal », sur Le Parisien (consulté le 3 juin 2012)
  54. a et b « BOOBA - Wesh Morray », sur YouTube,‎ (consulté le 6 septembre 2012)
  55. « Booba clashe Willy Denzey dans son nouveau single Wesh Morray », sur Jukebo.fr,‎ (consulté le 7 septembre 2012)
  56. « Rohff et Willy Denzey répondent aux attaques de Booba », sur Meltybuzz,‎ (consulté le 7 septembre 2012)
  57. « Booba clash Willy Denzey et Rohff dans Wesh Morray et affole Twitter », sur Meltybuzz,‎ (consulté le 8 septembre 2012)
  58. « Rohff clash Booba et s'énerve contre Fred de Skyrock », sur Meltybuzz,‎ (consulté le 8 septembre 2012)
  59. « Wesh Morray : Rohff répond à Booba ! », sur Entrevue,‎ (consulté le 8 septembre 2012)
  60. « Rohff répond violemment à Booba dans le titre "Wesh Zoulette" », Chartsinfrance,‎ (consulté le 12 septembre 2012)
  61. « Interview Booba - Abcdr du Son », Abcdrduson,‎ (lire en ligne)
  62. « BOOBA - Caramel », sur YouTube,‎ (consulté le 21 septembre 2012)
  63. « Booba dévoile son nouveau clip très bling-bling, "Caramel" », sur Chartsinfrance,‎ (consulté le 21 septembre 2012)
  64. « Lescharts.com – Booba – Caramel », SNEP. Hung Medien (consulté le 26 janvier 2012)
  65. « Tracklist officiel Futur - 26 novembre dans les bacs », sur TwitPic,‎ (consulté le 9 mars 2013)
  66. a et b « Booba – C'est La Vie Lyrics - Rap Genius » (consulté le 6 novembre 2012)
  67. « Booba - Futur », sur Charts in France, Pure Charts (consulté le 9 mars 2013)
  68. Mathieu Rosan, « Booba à Amnéville : « J'arrêterais le rap quand je serai fatigué » », sur LOR'Actu.fr (consulté le 5 mars 2013)
  69. Malko, « Booba reçoit son disque de Platine au Zénith ! », sur booska-p.com,‎ (consulté le 13 avril 2013)
  70. Fadoul, Karim, « Booba à Bruxelles, l’interview exclusive: "Je suis toujours boycotté des grands médias" (vidéo) », sur sudinfo.be, Groupe Sud Presse,‎ (consulté le 17 juin 2013)
  71. « Booba : Turfu annoncé le 21 juin sur Facebook », Melty Group,‎ (consulté le 17 juin 2013)
  72. Hamad, « Booba dévoile son nouveau son RTC ! », sur booska-p.com,‎ (consulté le 21 septembre 2013)
  73. Cachin, Olivier, « Booba sort son morceau "RTC" : la preuve que le rappeur n'est pas une carapace sans coeur », Le Nouvel Observateur,‎ (consulté le 21 septembre 2013)
  74. (en) « Booba – RTC Lyrics », Genius Media Group Inc. (consulté le 21 septembre 2013)
  75. « Booba, Parlons Peu, les twittos adorent », Melty Group,‎ (consulté le 8 novembre 2013)
  76. a et b « Booba : Futur 2.0 les chiffres records de ventes pour une réédition ! » (consulté le 5 décembre 2013)
  77. « Booba : Son album Futur est double Disque de Platine » (consulté le 6 novembre 2015)
  78. « La mort leur va si bien - Single par Booba », iTunes. Apple Inc. (FR) (consulté le 7 janvier 2014)
  79. Bakèla, Dolores, « Audio - "La Mort leur va si bien", le nouveau morceau de Booba », Metronews,‎ (consulté le 8 février 2014)
  80. a et b « "OKLM" : Booba dévoile son nouveau single en live au "Grand Journal" » (consulté le 20 mai 2014)
  81. « Booba : OKLM, une stratégie marketing innovante sans clash ? » (consulté le 20 mai 2014)
  82. « OKLM : le nouveau titre de Booba déjà en téléchargement sur iTunes » (consulté le 20 mai 2014)
  83. « OKLM - Single par Booba », iTunes. Apple Inc. (FR) (consulté le 23 mai 2014)
  84. « BOOBA SORT SON CLIP OKLM LUNDI 26 MAI » (consulté le 24 mai 2014)
  85. « Booba : OKLM à télécharger sur iTunes, N°1 des ventes » (consulté le 20 mai 2014)
  86. « Booba clashes ses ennemis sur "3G" et répond à la polémique de Gaza » (consulté le 27 février 2014)
  87. « Israël-Gaza : Booba et Tariq Ramadan s'écharpent sur les réseaux sociaux » (consulté le 27 février 2014)
  88. « Saïd Taghmaoui clashe violemment Booba sur Twitter, le duc de Boulogne a trouvé son maître ? » (consulté le 27 février 2014)
  89. « Booba annonce son nouvel album D.U.C pour "bientôt" » (consulté le 27 février 2014)
  90. « Déjà au Panthéon avec plus de 100 000 exemplaires de son nouvel album vendus en 4 semaines, l’Ourson Champion revient pour nous avec sincérité sur les raisons de son succès, sur sa vision de la compétition, du rap et de la politique. », sur Lehiphop.com (consulté le 19 avril 2016).
  91. « Vision du communautarisme », sur Dailymotion.com (consulté le 27 août 2010).
  92. Thomas Ravier, « Booba ou le démon des images », La Nouvelle Revue française, Gallimard, no 567,‎ , p. 37–56 (ISBN 2-07-073452-8).
  93. « Éloge du matricide », sur Marcpautrel.fr (consulté le 27 août 2010)
  94. « Joseph Veillard », sur Technikart.com (consulté le 27 août 2010)
  95. « Booba dans le flow de l'actualité », sur 20minutes.fr (consulté le 27 août 2010)
  96. « Va te faire niquer toi et tes livres » : Time Bomb ou le triomphe d'un rap français « bête et méchant », sur www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org
  97. « Je représente le Sénégal », sur Dhnet.be (consulté le 27 août 2010)
  98. « "Délits d'Ourson" de Kyzer », sur Dailymotion.com (consulté le 27 août 2010)
  99. « "J'temmerde" de MC Jean Gab'1 », sur Dailymotion.com (consulté le 27 août 2010)
  100. « "D.U.C." de Booba », sur Youtube.com (consulté le 27 août 2010)
  101. « "L'homme à abattre" de Sinik », sur Youtube.com (consulté le 27 août 2010)
  102. « "Carton rose" de Booba », sur Youtube.com (consulté le 27 août 2010)
  103. « Kore clash Booba », sur Dailymotion.com (consulté le 27 août 2010).
  104. « Biographie de Booba », sur Music-story.com (consulté le 20 février 2012)
  105. « Une bombe trouvée à un concert de Booba », sur 20min.ch (consulté le 12 mai 2011)
  106. « Booba : Une bombe retrouvée dans sa salle de concert, le rappeur annule tout ! », sur Purepeople.com (consulté le 12 mai 2011)
  107. « Booba : Rohff, mon rap le terrasse depuis le début, c'est une sous-merde », sur 13or-du-hiphop.fr,‎ (consulté le 26 janvier 2013)
  108. Bampély, Michel, « Kaaris vs Booba : un clash honteux qui annonce la fin de règne du Duc de Boulogne », Le Nouvel Observateur,‎ (consulté le 1er septembre 2014).
  109. « Booba dans la Nouvelle Revue Française », sur haterz.fr (consulté le 20 février 2012).
  110. « Les Clips de l'Année 2011 », sur chartsinfrance.net (consulté le 20 février 2012).
  111. « Le grand gagnant du concours "MyYouTube" est Booba », sur chartsinfrance.net (consulté le 20 février 2012).

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :