Beatmaker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un beatmaker est un compositeur de morceaux instrumentaux pour le hip-hop ou le RnB contemporain.

Historique[modifier | modifier le code]

Un beatmaker est un « faiseur de sons[1] », un « producer » en anglais[n 1], qui compose des rythmes (des « beats » dans le domaine du hip-hop)[2]. À l'origine, la plupart des groupes de rap disposent de leur propre beatmaker[3]. Mais qu'ils produisent des sons pour d'autres ou pour leur groupe, le plus souvent, ceux-ci ne sont ni cités ni crédités[3],[4] . Avec l'explosion du rap dans les années 1990, le statut s'améliore, ainsi que les rémunérations[3]. Le développement d'internet permet aux beatmakers de mieux se faire connaitre et d'obtenir une plus large diffusion[3],[5] même si de nos jours ils restent la plupart du temps dans l'ombre. La reconnaissance du milieu pour le beatmaker vient principalement de la présence d'une partie instrumentale de sa création sur un morceau renommé, voir idéalement sur un tube[3], même si au final la partie rythmique créée par le beatmaker est parfois largement transformée[2].

De nombreux artistes ayant fait une carrière en leur nom sont à ranger dans cette profession, tels J Dilla, Mike Will Made It, Murda Beatz (en), WondaGurl (en), Dr Dre, Timbaland, Hit-Boy ou Diplo[1],[5]. Le marché américain étant bien plus mature pour cette profession et le statut de beatmaker y est pleinement reconnu[3]. La réussite d'un beatmaker transforme parfois sa carrière et il devient producteur de musique, participant à plusieurs étapes de la réalisation d'un morceau ou d'un disque[5].

Les sources d'inspirations des beatmakers sont multiples, du jazz, soul, blues, ou même musique classique[1],[6]. Certains ont un passé de disc-jockey avant de passer à la création de sons[1] ou l'inverse : la légitimité et la reconnaissance publique du beatmaker peuvent être apportées par ses activités annexes[3]. De nos jours, la technologie numérique a remplacé l'usage des disques vinyles, les beatmarkers utilisant ordinateur avec des logiciels spécifiques comme Ableton Live et autres appareils tel les dérivés du Akai MPC[3],[5].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme « producer », réduction de « record producer », ne se traduit pas dans ce cas par « producteur » dans le sens « producteur de musique » en tant qu'investisseur, mais plutôt par « compositeur » ou réalisateur artistique, qui produit/fabrique des sons[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e La Voix du Nord 2014.
  2. a et b Pliskin - L'Obs, p. 92.
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Sar - Mouv' 2016.
  4. CB - Melty 2016.
  5. a, b, c et d Pliskin - L'Obs, p. 93.
  6. Alsteen - RTBF 2016.

Sources[modifier | modifier le code]