DJ Mehdi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mehdi.
DJ Mehdi
Description de cette image, également commentée ci-après

Mehdi Favéris-Essadi.

Informations générales
Nom de naissance Mehdi Favéris-Essadi
Naissance
Asnières-sur-Seine, Hauts-de-Seine, Drapeau de la France France
Décès (à 34 ans)
Paris, Île-de-France, France
Activité principale Disc jockey, producteur
Genre musical Musique électronique, hip-hop, rap français
Instruments Sampler[1]
Années actives 1992-2011
Labels Espionnage, Ed Banger Records

DJ Mehdi, de son vrai nom Mehdi Favéris-Essadi, (né le à Asnières-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine et mort le à Paris[2],[3],[4]), est un producteur de musique et compositeur de hip-hop et de musique électronique français, d'origine tunisienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Période hip-hop[modifier | modifier le code]

DJ Mehdi en février 2001.

DJ Mehdi est né Asnières-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine[5],[2], d'une mère tunisienne et d'un père français. Il débute en 1992 en intégrant Ideal J, groupe formé par Kery James, auquel il contribue en tant que compositeur[5]. En 1996, les Ideal J publient leur premier album O'riginal MC's sur une mission mais c'est sur l'album suivant, Le combat continue, publié en 1998[5], que Mehdi affirme sa patte de producteur, ajoutant de vibrantes orchestrations aux breakbeats qui caractérisent son style[1]. Avant cela, un an plus tôt ,en 1997, DJ Mehdi fonde le label Espionnage[5].

Il devient par la suite membre du collectif Mafia K'1 Fry, et en produit la quasi-totalité des créations telles que Different Teep (ex-groupe de Manu Key, Mista Flo et Lil Jahson), les solos de Karlito ou de Manu Key. Mais son travail le plus reconnu se fera avec le 113, et l'album Les Princes de la ville qui décrochera deux Victoires de la Musique en 2000[6],[7],[8],[9].

Au fil des années, DJ Mehdi enchaîne les collaborations avec d'importants artistes et groupes du rap français de Fabe à Assassin en passant par Rocé et Mc Solaar[5]. Il collabore également avec le chanteur Booba pour qui il réalise l'une de ses dernières productions rap sur l'album Ouest Side. Ayant toujours été attiré par l’électro, dès 2002, il publie un album mêlant electro, rap classique et expérimentation acoustique[5]. La « rupture » officieuse entre DJ Mehdi et la Mafia K'1 Fry intervient en 2003, au moment de la réalisation du premier album du collectif, La Cerise sur le ghetto, publié le 28 avril[10], sur lequel DJ Mehdi ne produit aucun titre.

Période electro[modifier | modifier le code]

Il signe sur le label Ed Banger Records de son ami Pedro Winter, en 2006, sur lequel il publie son troisième album Lucky Boy, ainsi que sa déclinaison Lucky Boy at Night en 2007[6],[5]. Avec Pedro Winter, Justice et Cassius, il forme le collectif Club 75 : six DJ qui mixent ensemble. Ils font régulièrement des dates dans de nombreux clubs ou festivals, comme le Social Club ou le festival de Coachella. En 2009, la musique de Mehdi est en plein changement, et avant d'entamer de nouveaux projets, il publie sur Internet une nouvelle mixtape, Black, Black and Black ; prélude à son album de remixes qui sort fin 2009, Red Black and Blue[11].

En 2010, il fonde avec l'artiste britannique Riton le duo Carte Blanche. Ensemble, ils publient un EP en hommage aux pionniers de la house sur le label de Mehdi Ed Banger Records, Black Billionaires.

Décès[modifier | modifier le code]

Le Mardi , DJ Mehdi s'éteint à l'hôpital Lariboisière (Xe) des suites d'un accident survenu à son domicile du onzième arrondissement. Ainsi dans la nuit du lundi au mardi 13 septembre 2011, au alentour de 02h30 du matin, le plancher en verre[12] d'une mezzanine ou le toit en plexiglas — selon les sources — sur lequel il se trouvait avec des amis aurait cédé, les entraînant dans une chute de sept à huit mètres[3],[4]. Présent lors de l'accident, Riton (en), autre moitié du duo Carte Blanche formé avec Mehdi, affirme que « tous [étaient] en train de rire [une demi-]seconde avant l'accident ». Enterré le , Mehdi repose au cimetière du Père-Lachaise (73e division). Il laisse derrière lui son épouse (l'artiste Fafi), et son enfant.

Mokobé du groupe 113 a affirmé que c'est grâce à DJ Mehdi que le groupe a produit son meilleur album, Les Princes de la ville, et que « personne ne lui arriv[ait] à la cheville ». Selon Rohff, un ami d'enfance, la musique de DJ Mehdi était « avant-gardiste. » Mc Solaar constate qu'« [i]l y avait des orchestrations avec beaucoup de violons, comme si on était en Égypte. » Il remarque en outre les genres utilisés dans ses chansons : « Dans ses productions, on trouvait toujours un fond old school hip-hop, avec une touche de house. Mehdi avait sans cesse trois morceaux en même temps dans sa tête[13]. » Le , lors du dernier concert de sa tournée à Bercy, Booba rend hommage à DJ Mehdi devant plus de 17 000 personnes[14]. Youssoupha fait une dédicace dans la chanson Viens tiré de l'album Noir Désir. Rim'k du 113 fait une dédicace dans son morceau « chef de famille » issu de l'album du même titre. Black Kent fait une dédicace dans son morceau Saint-Valentin issu de l'album Vendeur de rêve.

D'autres musiciens comme Metronomy, DJ Cut Killer, Chromeo, Daft Punk, Boys Noize, Pedro Winter, Katy Perry, M. Pokora, Laurent Garnier, David Guetta, Dany Dan, Drake, Pharrell Williams, Fred Musa, Bob Sinclar, La Fouine, Para One, Uffie, deadmau5, Pete Tong, Kavinsky ainsi que le meneur du groupe Aeroplane[15] se solidarisent et expriment leur respect et appréciation envers DJ Mehdi.

En novembre 2012, le chanteur Matthieu Chedid lui dédie une chanson dans son album Îl, intitulée Océan. En 2013, Rocé lui rend hommage sur le titre Magic qui clôture son album Gunz n' Rocé, en featuring avec Manu Key. C'est également le cas de Kery James sur l'album Dernier MC avec le titre La mort qui va avec... : « Ideal J s'est éteint avec le DJ Medhi. » Par ailleurs, sur la radio Equinox Radio Barcelone, lors d'un hommage à Mehdi le 13 septembre 2014, Kéry James révèle l'anecdote que DJ Mehdi a également fait quelques couplets de rap, restés jusque-là inédits. Kéry cite ce fait pour souligner le caractère artistique polyvalent de Mehdi[16].

Le Ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, fait l'éloge funèbre[17] de Mehdi : « Magicien des platines, mais aussi producteur audacieux, virtuose du métissage des genres musicaux complètement différents, » il souligne que « cet artiste d'origine tunisienne venu du rap, toujours chaleureux et discret, avait su faire résonner la musique électro à la française à travers le monde. » et que « [g]râce à l'importance qu'il donnait à l'image, à son avidité d'expériences nouvelles, ses musiques continueront à vivre pour notre plus grand plaisir, dans des films tels que Megalopolis ou Taxi 3 »[18].

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Singles et EPs[modifier | modifier le code]

Mixtapes[modifier | modifier le code]

  • 2001 : 7 Kings
  • 2002 : 7 Kings Vol 2

Avec Carte Blanche[modifier | modifier le code]

Participations et réalisations[modifier | modifier le code]

Apparitions notables[modifier | modifier le code]

  • 1994 : Qu'est-ce qui fait marcher les sages ? (version différente) (sur le maxi Qu'est-ce qui fait marcher les sages ? des Sages Poètes de la Rue)
  • 1995 : La voix claire (remix) (des Petits Boss sur le maxi Arsenal Records)
  • 1996 : Cash remix ; Attaque contre attaque (sur le maxi Cash remix d'Ideal J)
  • 1997 : Wonderbra (sur l'album Paradisiaque de MC Solaar): Réalité rap (remix) (sur l'EP Tout est calculé de Koma)
  • 1998 : Miss Ann Blues (feat Cambridge Circus) (sur la compilation Dee Nasty présente Le diamant est éternel): Le soir (sur l'album Détournement de son de Fabe)
  • 1999 : DJ Crew (feat Cut Killer) (sur l'album éponyme de Double H DJ Crew): La vérité blesse (feat 113, Rodriguez no 12 & Rocé) (sur la compilation Première classe vol.1): Appelle moi Rohff ; Apprendre à vivre (sur l'album Le code de l'honneur de Rohff)
  • 2000 : Comment ils font ? ; Excusez-nous ; C'est pas parce que…  ; On n'a pas tous la chance (sur l'album La Rage de Dire de Fabe) : Classik ; Au fond de mon cœur ; Esclave 2000 (sur l'album Touche d'espoir d'Assassin) : À l'ancienne ; Les points sur les i (remix) (sur l'album Les points sur les i d'Intouchable)
  • 2001 : On s'habitue ; Ricochets (sur l'album Top Départ de Rocé) : Encore et encore (sur le maxi Ricochets de Rocé): K (remix) (sur le maxi AKH - K d'Akhenaton) : Le ssem ; Le jeu de la mort (sur l'album La vie] avant la mort de Rohff)
  • 2003 : Force et faiblesse (sur l'album Jeu de société de Disiz)
  • 2005 : Tapis rouge ; Vitry Nocturne (sur l'album 113 Degrés du 113)
  • 2006 : Couleur ébène (sur l'album Ouest Side de Booba) : Intro ; Bucarest (feat Rim'K) ; La m-èche (feat Oxmo Puccino) ; Gentiment je t'immole (feat Mai Lan) (sur la BO de Sheitan)
  • 2008 : Charlie Brown (remix) (de Ghostface Killah)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « L'histoire de DJ Mehdi. Le chaînon manquant ? », sur RFI Musique,‎ (consulté le 24 mars 2016).
  2. a et b (notice BnF no FRBNF14044224)
  3. a et b « Décès du producteur de hip-hop DJ Mehdi », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ .
  4. a et b Stéphanie Binet, « DJ Mehdi DJ maudit », sur liberation.fr, Libération Next,‎ .
  5. a, b, c, d, e, f et g (en) Jason Birchmeier, « DJ Mehdi Biography », sur AllMusic (consulté le 24 mars 2016).
  6. a et b Jeremy B., « DJ Mehdi : Mort à 34 ans ! (Vidéo) », sur Melty (consulté le 24 mars 2016).
  7. « 15ÈME CÉRÉMONIE DES VICTOIRES DE LA MUSIQUE », sur France 2 (consulté le 24 mars 2016).
  8. « Dj Mehdi : un prince de la ville s’en va », sur greenroom.fr,‎ (consulté le 24 mars 2016).
  9. « 113 - Les Princes de la ville », sur voir.ca,‎ (consulté le 24 mars 2016).
  10. (en) « Mafia K'1 Fry - La Cerise sur le ghetto », sur iTunes (consulté le 24 mars 2016).
  11. (en) Tom Breihan, « New Release: DJ Mehdi: Red, Black & Blue: Some Remixes By DJ Mehdi », sur Pitchfork,‎ (consulté le 24 mars 2016).
  12. Dalles de planchers et marches d’escalier en verre - Conditions générales de conception, fabrication et mise en œuvre, Centre scientifique et technique du bâtiment, 12 septembre 2004.
  13. « DJ Mehdi, un an déjà… », sur Generations.fr,‎ (consulté le 24 mars 2016).
  14. « Booba, légitime son règne à Bercy. », sur basketsblanches.com,‎ (consulté le 24 mars 2016).
  15. « Aeroplane Rend hommage à DJ Mehdi avec un inédit », sur magicrpm.com (consulté le 24 mars 2016).
  16. « Hommage à Dj Mehdi avec Rim-k et KéryJames sur Equinox radio Barcelone », sur equinoxmagazine.fr,‎ (consulté le 24 mars 2016).
  17. AFP, « DJ Mehdi : un "magicien" site=[[Europe 1]] »,‎ (consulté le 24 mars 2016).
  18. « Communiqué officiel »,‎ (consulté le 24 mars 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :