Sinik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Cynique.
Sinik
Surnom S.I.N.I.K, Malsain L'assassin
Nom de naissance Thomas Idir
Naissance (36 ans)
Paris, 4e arrondissement, Drapeau de la France France
Activité principale Rappeur
Genre musical Hip-hop, rap français, rap conscient, rap hardcore
Instruments Voix
Années actives Depuis 1996
Labels Six-O-Nine
Site officiel www.sinik609.com

Sinik, de son vrai nom Thomas Idir, né le à Paris, est un rappeur français d'origine algérienne par son père kabyle, et française par sa mère[1]. En 1996, Sinik forme le groupe L'Amalgame avec Fik’s, Niavo, Grödash et Djorka Fella. L'Amalgame fusionne avec d'autres groupes de l'Essonne et des Hauts-de-Seine comme L'Affront (R2eno / P.Kaer) et Frères Guerriers (K.I.D / Templar) et Djorka Fella pour former Ul'Team Atom en 1998.

Après plus de 15 ans de carrière, avec plus de un million exemplaires vendus, après six albums studio, deux Street albums, deux mixtapes, deux maxis. En 2005 sort l'album La Main sur le cœur qui arrive en tête des ventes dès la première semaine alors que Sinik est encore peu connu. L'album est un énorme succès et devient double disque d'or avec plus de 250 000 exemplaires vendus[2], suivi de Sang froid qui devient disque de platine avec 300 000 exemplaires vendus[3], Le Toit du monde qui devient double disque d'or avec 250 000 exemplaires vendus[4], puis Ballon d'or[5] et La Plume et le Poignard[6] qui deviennent disque d'or avec 50 000 exemplaires vendu. En 2015, il publie Immortel II qui compte 50 000 exemplaires vendus.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Thomas Idir naît le dans le 4e arrondissement de Paris[7] d'une mère française et d'un père algérien kabyle[1] originaire de Béjaïa. À l'âge de 4 ans, il déménage avec ses parents aux Ulis, à la cité des Hautes Bergères, dans l'Essonne[7], où il passe toute son enfance ainsi que son adolescence. À l'âge de 8 ans, Sinik se passionne pour le football et se met en tête de devenir footballeur professionnel. Il se passionne également pour le rap et écrit ses premiers textes à l'âge de 13 ans[8]. C'est à l'école que le surnom de « Sinik » lui est donné par ses camarades de classe[1].

Connaissant l'échec scolaire, Sinik termine sa scolarité, émaillée de nombreux incidents, en classe de 4e. Cependant, il revient sur cet épisode de sa vie en conseillant aux jeunes de ne pas faire comme lui et de travailler à l'école ; il l'explique dans Démence : « petit, va a l'école et fais la prière, rares sont les millionnaires qui s'arrêtent en quatrième. » En 1996, alors qu'il vend de la drogue à la sortie du lycée Blaise-Pascal d'Orsay, il rencontre la rappeuse Diam's qu'il considère alors comme sa petite sœur et qui le convainc de cesser le trafic de drogue et de se concentrer sur le rap puisque ses études sont ratées (morceau Dans le vif avec Fred Musa). À 16 ans, il est expulsé de chez lui par les huissiers, mais revient régulièrement aux Ulis.

Débuts[modifier | modifier le code]

Sinik débute le rap en 1996 avec le groupe l'Amalgame (Sinik/ Grodash/ Fik's Niavo)[9]. Par la suite, le groupe l'Amalgame fusionne avec d'autres groupes de rap en 1998 et forme alors le collectif Ul'Team Atom, avec lequel il sort en 1999 une mixtape nommée Ul'Team at Home 1er Volet[7], avec des apparitions telles que la Scred Connexion, ATK ou encore Diam's. Sinik quitte le collectif en 2000 et débute ainsi une carrière en solo. La même année, il sort son premier maxi nommé Malsain qui se vend à plus de 1 000 exemplaires. Avec l’argent récolté, Sinik fonde avec Karim et Nabyle Tamarat le label Six-O-Nine.

En 2000, Sinik sort son premier Maxi intitulé Malsain et contenant six titres : quatre chansons et deux chansons instrumentales. Le thème général de l'album est la rue et les problèmes de la vie de banlieusard. On peut y entendre son premier featuring avec Diam's. Il se vend à plus de 1 000 exemplaires[10]. Le rappeur multiplie les apparitions aux côtés d’autres artistes de la même mouvance. Repéré par Tefa et Masta (Kilomaitre Prod), il signe en 2001 un titre sur la compilation Mission suicide, J'emmerde les modes avec Fdy et Lino coréalise avec Stomy Bugsy la bande originale du film 3 zéros de Fabien Onteniente sur les écrans en 2002. Cette même année, après avoir monté le label Six-O-Nine, il commercialise le CD cinq titres Artiste triste mais ne peut le défendre comme il l’aurait souhaité, contraint de faire un nouveau séjour en prison. Sinik reconnaît avoir été condamné à quatre reprises et avoir passé au total près d’un an en détention[1]. Ce maxi reprend les mêmes thèmes que le précédent Malsain et se vend à 2 500 exemplaires[11].Invité par Sniper avec Diam's sur Paname all starz de l'album Gravé dans la roche et Zoxea sur leurs albums respectifs, il participe aussi à de nombreuses mixtapes qui lui permettent de se faire connaître du public rap.

En attendant l'album (2004)[modifier | modifier le code]

En juin 2004, Sinik sort son premier street album, En attendant l'album, sur le label néochrome. Sur cet album figurent certains morceaux issus de mixtapes précédentes. Le succès de ce street-album, vendu en dehors du circuit classique de distribution, confirme sa réputation grandissante. Plusieurs titres sont repris sur La Main sur le cœur, son véritable premier album publié en janvier 2005[1].

Sinik collabore avec le label Néochrome Hall Stars pour y sortir un street album (album réalisé avec un budget moins important qu'un véritable album) intitulé En attendant l'album, qui sort en 2004. Dans ce street album, Sinik y montre un style d’écriture très personnel, y évoquant son vécu, mais aussi la situation des banlieues et un point de vue sur le monde actuel. Il sort la même année une mixtape, Pour que les sons ne partent pas en fumée, avec la collaboration d'Ul'Team Atom. En 2005, il fait un autre projet avec toujours un rappeur d'Ul'team Atom, Reeno. Ce projet s'appelle Hors serim 2, avec de nouveau beaucoup de featurings (Alibi Montana, Seth Gueko, Tir Groupé).

La Main sur le cœur (2005)[modifier | modifier le code]

En 2005, un an après son street-album En attendant l'album, Sinik publie La Main sur le cœur, son premier véritable album sous le label Warner. Cet album aborde des thèmes similaires à ceux de En attendant l'album, mais à la différence de son street-album, La Main sur le cœur contient des collaborations avec d'autres artistes. L'album comprend aussi deux morceaux bonus qui figuraient déjà sur le « Street Album », les morceaux sont L'assassin et Dis leur 2 ma part. Le premier extrait est Une époque formidable qui raconte son enfance aux Ulis où il a grandi, pour ne pas perdre espoir malgré les embûches de la vie comme lorsqu'il raconte que les huissiers sont venus chez ses parents. Le second extrait est Cœur de pierre, une chanson douce avec des chœurs sur les refrain. Sinik réutilise des phrases assénées à ses adversaires lors des battles, ces joutes verbales entre rappeurs, et grâce auxquelles il est devenu en 2003 le vainqueur de la deuxième édition de la compétition Dégaine ton style, commercialisée en DVD. Parmi les quinze autres morceaux, D.3.32 fait référence à la cellule qu’il a occupée à la prison de Fleury-Mérogis, tandis que "Le même sang" lui donne l’occasion de retrouver Diam’s[1].

Le rappeur part ensuite défendre ses chansons sur scène. La tournée Indépendance Tour qu’il effectue avec les groupes L’Skadrille et Tandem' passe par la salle parisienne de l’Elysée-Montmartre en mai 2005. Trois semaines plus tôt, Kool Shen l'avait sollicité pour participer à son ultime concert au Zénith de Paris[1]. Cet album compte plus de 250 000 exemplaires vendus. L'album est certifié double disque d'or[2]. La carrière de Sinik est lancée.

Sang froid (2006)[modifier | modifier le code]

En 2006, Sinik sort un second album appelé Sang froid. Sinik enchaîne les featurings sur l'album. Il aborde très souvent des sujets tels que la rue (Zone Interdite, Sarkozic). Une partie des productions est l’œuvre du tandem Tefa et Masta, reconnu entre autres pour son travail avec Diam’s. À la qualité des instrumentaux s’ajoute l’écriture incisive et habile de l’artiste, capable de métaphoriser sa dépendance au cannabis dans "Mon pire ennemi" ou de raconter dans La Cité des Anges les sentiments qu’ont fait naître sa visite à des enfants malades dans un hôpital parisien L'hôpital Robert Debré, et décide de faire des collaborations avec des artistes de renom, tels que Tunisiano, Vitaa Kayna Samet. Sinik invite en retour l’ancien acolyte de Joey Star au sein de NTM à qui il a emprunté la mélodie du morceau "That’s For My People". La nouvelle version rebaptisée "Si proche des miens" Le premier extrait est "Autodestruction" fait un carton en radio, cet album fera connaître la chanteuse Vitaa sur le titre "Ne dis jamais" et clippé au Canada. Sang froid reprend des thèmes similaires à ceux du précédent album.

Commercialisé au début du mois d’avril 2006, le disque entre aussitôt à la seconde place du classement des meilleures ventes avec 45 000 ventes la première semaine. Le même mois, le rappeur se produit devant le public du Bataclan à Paris et entame une nouvelle tournée française. En juillet, il se rend en Algérie pour deux concerts, dans la capitale Alger et au festival de Timgad. Après avoir joué sur l’île de La Réunion en octobre, il est sur les planches de l’Olympia en novembre. Sa prestation est filmée et fait l’objet d’un DVD paru quatre semaines plus tard dans le Planète Rap Mag[12].

Tout en menant sa carrière personnelle, Sinik continue à collaborer à un grand nombre de projets avec d’autres artistes. En 2007, il participe à l’album d’Idir et signe un des titres de la BO du film Taxi 4 de Gérard Krawczyk[1]. Il est également l'album que Sinik a le mieux vendu, car près de 300 000 exemplaires se sont écoulés. L'album est certifié disque de platine[3].

Le toit du monde (2007–2008)[modifier | modifier le code]

En 2007, celui-ci s'intitule Le Toit du monde. Sinik le dévoile à la presse du haut de la tour Montparnasse, à Paris, en décembre 2007. Dans cet album, Sinik y évoque davantage les problèmes mondiaux, et d'après lui, Le Toit du monde est une façon pour lui de dire qu’il a une vue d’ensemble sur le monde, un point de vue duquel on peut voir tout ce qui se passe comme pour le premier extrait avec De tout là-haut avec Kayna Samet raconte la vision du monde d'un point de vue extérieur de ce que pense les gens quand il sera mort. Le titre Représailles parle d'une histoire que Sinik aurait vécu plus jeune, et montre comment une simple dissension lors d'une fête peut finir en rixe avec armes à feu. Le clip contient des images réelles. Mais ce qui surprendra le plus c'est la collaboration avec le chanteur de variété James Blunt un morceau très apprécié de album.

Il se fait même dansant et presque joyeux sur Dans mon club, l'histoire d'une boîte de nuit souterraine. Fidèle à ses origines et à ses amis des Ulis, il décrit son département dans l'Essonne'Geless et partage le micro avec son amie Diam's sur Né sous X, fiction noire autour d'une paternité prématurée. Sinik part en tournée en mars 2008 et s'arrête au Zénith de Paris le 28, entouré sur scène de plusieurs invités comme Diam's, Vitaa, ou encore James Blunt[1]. Cet album est une fois de plus un succès, car 255 000 exemplaires s'écoulent. L'album est certifié double disque d'or[4].

En décembre 2008, Sinik sort une réédition de son troisième album, pour faire patienter son public par rapport à son second street-album, qui a pris un peu de retard.

Ballon d'or (2009)[modifier | modifier le code]

Sinik reconnaît des trous d'air dans sa carrière En 2009, Sinik sort l'album Ballon d'or, qui à la base devait être son dernier album. Sinik dit avoir voulu changer de flow et prendre plus de risques car certains lui reprochaient de toujours faire le même type de musique, comme les titres Mort ou vif ou Dangereux. Attaché aux symboles, Sinik le lance cette fois-ci depuis le Parc des Princes, un stade qui accueille de nombreux matchs de foot, à Paris. Ce nouvel album inclut Gladiateurs, écrit pour soutenir l'équipe d'Algérie qualifiée pour les phases finales de la coupe du monde de football 2010, ce qui n'était pas arrivé depuis 1986. Les premiers extraits de Ballon d'or diffusés en radio sont "Adrénaline" et "Mort ou vif". Le rappeur investit le Bataclan, à Paris, le 7 décembre 2009[1]. Mais contrairement aux albums précédents, Ballon d'or n'a pas eu un aussi gros succès au niveau des ventes que ses trois albums précédents, car 50 000 exemplaires se sont vendus[13].

Le côté malsain (2011)[modifier | modifier le code]

En 2011, Sinik sort la « mixtapes » Le Côté malsain sous un format « Street Album ». Dans cette «mixtape» de 30 morceaux (pour la version collector, et 18 morceaux pour la version simple), Sinik montre un style d'écriture et instrumental rappelant les deux maxis qu'il avait sortis avant de rentrer sérieusement dans le rap game. Ce « Street Album », qui a plutôt eu de bonnes répercussions, est entré en 8e position du top album avec 6 830 copies vendues durant la première semaine d'exploitation. Il comprend à la fois des chansons engagées (Boule de cristal, Dis-leur 2011, etc.) et des morceaux autobiographiques (101 mesures de haines, Cœur de glace, etc.).

La plume et le poignard (2012)[modifier | modifier le code]

Aux vues des bonnes critiques et des bonnes appréciations de son street album Le Côté malsain, Sinik décide de sortir un nouvel album. Le 24 septembre 2012, il publie donc son cinquième album intitulé La Plume et le Poignard, comprenant notamment des featurings avec Kayna Samet pour Pinocchio, Segnor Alonzo avec Légitime défonce, Les 16 Vérités avec Médine, LECK et Fababy. Le quatrième extrait, Anti-couronne, est dévoilé le 10 septembre.

L'album arrive en tête des ventes iTunes dès sa sortie, devant BB Brunes, No Doubt, Pink ou Green Day, sans le moindre single en radio ni de clip sur les écrans[14],[15]. L'album était annoncé comme étant son dernier et devait s'intituler La Main sur le gun référence à la main sur le cœur son premier album solo. Mais le rappeur en a décidé autrement et a repoussé sa sortie, le renommant La Plume et le Poignard pour le mélange de ses textes hardcore et conscient à la fois[16].

L'album La Plume et le poignard est certifié disque d'or avec 23 000 vendus, ventes physiques et digitales confondues[17],[18]. Il est disque d'or pour 50 000 albums mis en rayons.

Immortel II (depuis 2015)[modifier | modifier le code]

Sinik annonce sur Twitter et Facebook le nom de son prochain album qui s’intitulera Immortel II. La sortie du projet est programmée pour le [19]. Le premier extrait est Le Diable avec du Rouge à Lèvres disponible le 23 mai 2014 en téléchargement légal (Itunes)[20]. Le 5 mars 2015 sort le clip Contradictions. Le 4 avril 2015 sort le clip Le Cancer de la banlieue. Le 22 mai 2015 sort le clip Quand je serai grand. L'album se vend à 6 900 exemplaires la première semaine, il a fait une entrée en 5e position au top album. Il fait 7000 ventes digitales confondues sur iTunes[réf. nécessaire].

Style et influences[modifier | modifier le code]

Sinik est considéré comme le Eminem français même s'il n'aime pas se comparer à lui en le disant dans une de ses chanson Dans Le Vif sur l'album Sang Froid « Ça c'est le genre de question qui fait péter un plomb Car je suis blanc je suis bon mais ne crois pas que je suis blond, Tu me parles des clashs de son film et de son clip mais Je me battais dans les battles quand Eminem n'avait pas lu son script ». Dans le rap, il était surtout influencé par les piliers de cette catégorie comme NTM ou encore IAM mais surtout par Ideal J. Sinik a un style plutôt sobre, pas de casquette américaine, pas de bling bling. Comme dans ses clip vidéo : pas de belle voiture, pas de fille en bikini. Sinik est très loin des clichés du rap américain.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Sinik est parrain de l'association Ce Ke Du Bonheur créée par Hélène Sy la femme de Omar Sy[21]. il fera une chanson pour l'association La Cité des anges issu de l'album Sang froid. Le clip est tourné à l'hôpital Robert-Debré.

Sinik est, depuis le 7 janvier 2013, chroniqueur régulier dans l'émission Tribune PSG sur France Bleu 107.1[22]. En février 2016, il a ouvert son salon de tatouage dans le 14ème arrondissement de Paris[23].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Sinik est le fils d'une mère française et d'un père algérien. Il est également l'ex-mari de Malika Zoubir, mieux connue sous son nom de scène Kayna Samet[24]. Avec elle, il est père d'une fille prénommé Inès, née le 3 mars 2009[25]. Sinik vit actuellement à Palaiseau dans l'Essonne[26] et enregistre dans un studio de la ville voisine[Laquelle ?].

Affaires judiciaires[modifier | modifier le code]

Sinik tombe dans la délinquance et manifeste une haine envers la police. Il a de nombreux ennuis avec la justice en raison de trafics de drogue, de détention d'armes et de cambriolages, notamment à main armée, ainsi que participation à des émeutes. Pour tous ces délits, Sinik est incarcéré plus d'un an à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, où il rencontrera le cannabis. Il explique cette rencontre avec le cannabis en prison dans son morceau Mon pire ennemi. Durant ses incarcérations, Diam's est l'une des rares personnes de son entourage à rester en contact avec lui. C'est aussi elle qui réussit à le convaincre de se lancer dans la musique. Sinik déclare que la prison n'est pas un remède contre le crime, car priver un homme de ses libertés et de sa famille ne fait que cultiver un esprit de revanche et un désir d'aller encore plus loin.

Le jeudi 23 octobre 2008, Sinik est condamné par le tribunal correctionnel d’Évry à huit mois de prison avec sursis et mis à l’épreuve pour avoir conduit malgré la perte de l’ensemble des points de son permis de conduire, mais également pour s'en être pris verbalement et physiquement à deux policiers en décembre 2007. Il est également condamné à 100 euros d’amende et à verser 500 euros de dommages et intérêts à chacun des deux fonctionnaires de police à qui il s’en est pris. Le tribunal lui restitue par ailleurs son véhicule, un 4×4 de marque Mercedes, qui lui avait été confisqué et placé en fourrière depuis les faits[27],[28],[29].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Mixtapes[modifier | modifier le code]

Réédition[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Le toit du monde

EPs[modifier | modifier le code]

Street albums[modifier | modifier le code]

Digitape[modifier | modifier le code]

Classement des albums[modifier | modifier le code]

Titre Détails Ventes Certifications Réf.
Malsain 2000 1000
Artiste triste 2002 2500
En attendant l'album 2004 76 000
Le Côté malsain 2011 60 000 [30]
Titre Détails Meilleure position Ventes Certifications
France
(SNEP)[31]
Suisse
(Swisscharts)[32]
Belgique
(Ultratop)[33]
Canada
(CRIA)
Mondial
(Monde)
La main sur le cœur
  • Sortie : 25 janvier 2005
  • Label : Warner
3 47 78 250 000[11] Disque d'or 2 × Or[11]
Sang froid
  • Sortie : 1er avril 2006
  • Label : Warner
2 11 5 300 000[11] Disque de platine Platine[34]
Le Toit du monde
  • Sortie : 15 décembre 2007
  • Label : Warner
5 34 20 250 000[11] Disque d'or 2 × Or[11]
Ballon d'or
  • Sortie : 5 décembre 2009
  • Label : 609
19 40 50 000 Disque d'or Or[35]
La plume et le poignard
  • Sortie : 29 septembre 2012
  • Label : 609
11 81 23 50 000 Disque d'or Or[36]
Immortel II
  • Sortie : 13 avril 2015
  • Label : 609
5 _ _ 10 _ 50 000 Disque d'or Or[36]

Clips vidéo[modifier | modifier le code]

Titre Année Album
L'Assassin 2004 En attendant l'album
Dis leur de ma part
Cœur de pierre 2005 La Main sur le cœur
Une époque formidable
Le même sang
Ne dis jamais 2006 Sang Froid
Autodestruction
La cité des anges
Zone interdite
De tout là-haut 2007 Le Toit du monde
Je réalise
Représailles
Rue des bergères
Daryl
Mes pensées
Adrénaline 2009 Ballon d'or
Mort ou vif I
Mort ou vif II
Gladiateurs
100 regrets 2011 Le Côté malsain
Boule de cristal
Les 16 vérités 2012 La Plume et le Poignard
Pinocchio
Anti couronne
Contradictions 2015 Immortel II
Quand je serai grand
J'ai plus 20 ans
le cancer de la banlieue

repenti

extrait DEAD + extrait inhumain

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Sinik », sur Radio France internationale,‎ (consulté le 12 mai 2016).
  2. a et b « Sinik - La Main sur le cœur - charts », sur Charts in France (consulté le 12 mai 2016).
  3. a et b « Sinik - Sang froid - charts », sur Charts in France (consulté le 12 mai 2016).
  4. a et b « Sinik - Le Toit du monde - charts », sur Charts in France (consulté le 12 mai 2016).
  5. « Ballon D'or + Livret Digital Interactif », sur Charts in France (consulté le 12 mai 2016).
  6. « Sinik - La Plume et le Poignard - charts », sur Charts in France (consulté le 12 mai 2016).
  7. a, b et c Anne-Claire Duchossoy, « Biographie de Sinik », sur Music Story
  8. « Bio de Sinik », sur Universal Music Group (consulté le 24 septembre 2012).
  9. « Biographie », sur NRJ
  10. « Fiche artiste », sur hotnewrap.net (consulté le 12 mai 2016).
  11. a, b, c, d, e et f « Gros plan sur...Sinik », sur cityzen,‎ (consulté le 12 mai 2016).
  12. http://www.2kmusic.com/fr/topic/dvd-de-sinik-a-l-olympia-pour-5/41353
  13. http://www.chartsinfrance.net/Sinik/Ballon-D-or-a107533675.html
  14. « Sinik, numéro 1 des ventes numériques », sur Le Parisien,‎ (consulté le 12 mai 2016).
  15. « La Plume et le poignard n*1 sur iTunes », sur musique.jeuxactu.com,‎ (consulté le 12 mai 2016).
  16. « Sinik : "Je suis plus serein, moins axé sur moi même" », sur MetroNews,‎ (consulté le 12 mai 2016).
  17. « L'album de Sinik "La Plume et Le Poignard" est officiellement disque d'or ! (INFO) », sur rapnostress (consulté le 12 mai 2016).
  18. « Sinik répond à ceux disant qu'il a toujours le même flow », sur 13or-du-hiphop.fr,‎ (consulté le 12 mai 2016).
  19. « Sinik : son prochain album s'appellera Immortel », sur 13or-du-hiphop,‎ (consulté le 12 mai 2016).
  20. « Sinik : Le Diable avec du rouge à lèvres son nouveau titre », sur 13or-du-hiphop,‎ (consulté le 12 mai 2016).
  21. « Liste des parrains », sur cekedubonheur.fr (consulté le 12 mai 2016).
  22. « Sinik et Pierre Ducrocq rejoignent France Bleu 107.1 », sur Le zapping du paf,‎ (consulté le 24 septembre 2012)
  23. « Le salon de tatouage de Sinik », sur streetpress (consulté le 4 juillet 2016)
  24. « Kayna Samet n'est plus en couple avec Sinik depuis longtemps », sur hallstreet-tv.com (consulté le 24 septembre 2012).
  25. « Kayna Samet : Découvrez comment la femme de Sinik, après être devenue maman, prend le relais de son homme ! », sur purepeople.com,‎ (consulté le 24 septembre 2012).
  26. Florian Loisy, « Sinik : « Ça me motive de représenter Les Ulis » », sur Le Parisien,‎ (consulté le 24 septembre 2012).
  27. « Le rappeur Sinik, un futur papa condamné pour conduite sans permis ! », sur PurePeople,‎ (consulté le 12 mai 2016).
  28. « Sinik : toujours sans permis... et sans 4 x 4 », sur PurePeople,‎ (consulté le 12 mai 2016).
  29. « Trois mois de prison avec sursis requis contre Sinik », sur PurePeople,‎ (consulté le 12 mai 2016).
  30. sinik, « malsain », 2000, no 1,‎ .
  31. « Sinik », sur lescharts.com, Syndicat national de l'édition phonographique (consulté le 16 février 2013).
  32. (de) « Sinik », sur hitparade.ch, Swisscharts (consulté le 16 février 2013).
  33. « Sinik », sur ultratop.be, Ultratop (consulté le 16 février 2013).
  34. « Certifications Albums Platine - année 2006 », sur disqueenfrance.com (consulté le 11 mai 2014)
  35. « Certifications Albums Or - année 2009 », sur disqueenfrance.com (consulté le 11 mai 2014).
  36. a et b « Un sixième album pour Sinik », sur justmusic (consulté le 24 septembre 2012).