StreetPress

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo-Streetpress.jpg

StreetPress est un site web français d'information généraliste qui s'adresse principalement aux 20-30 ans. Lancé le 9 décembre 2009, il s’agit comme Mediapart ou Rue89 d’un site pure player qui propose des enquêtes et des reportages.

L'équipe produit souvent des vidéos et des illustrations pour accompagner leurs articles, portraits et interviews. De manière ponctuelle, ils éditent des guides qui détaillent la vie de quartiers, des habitants qui les habitent, et partagent des « bons plans »[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La version 1 du site est lancée le 9 décembre 2009[2], avec une petite équipe composée de Johan Weisz (à l'état civil Jonathan Myara, fondateur et CEO), ancien rédacteur de Proche-orient.info et journaliste à Radio Shalom[3], Cécilia Gabizon, ex-journaliste au journal Le Figaro, Robin d’Angelo (rédacteur en chef), Jacques Torrance (conseiller de la rédaction), ainsi que par l'historien Patrick Weil. La rédaction partage à l’époque ses bureaux avec l’ONG Bibliothèques sans frontières, dont le président Patrick Weil est aussi actionnaire de StreetPress.

La version 2 du site est lancée début 2011. Comme la première version, la direction artistique est assurée par l’artiste et illustrateur Jérémie Dres et le développement par Samuel Jochimek (Guiora) sous le framework Ruby on Rails.

En septembre 2011, la rédaction s’installe dans une ancienne maison d’éclusier, sur le bassin de la Villette (Paris 19e arrondissement), après avoir été hébergée à La Cantine (Paris 2e arrondissement).

Début 2012, l’équipe voit l’arrivée d’une chef d’édition et d’un responsable du développement.

Ligne éditoriale et fonctionnement participatif[modifier | modifier le code]

Le site est « positionné sur l’actualité sociétale à destination des jeunes urbains » et souhaite délivrer « une information de terrain, différenciée et structurée pour les 20 et 35 ans »[4].

Le site explique fonctionner en « rédaction ouverte » et se réclame d’un « journalisme participatif encadré ». Le site propose à des reporters bénévoles de participer à la coproduction de l’information, encadrés par des journalistes professionnels de la rédaction. Le site s'articule en différentes rubriques : « Enquêtes », « Lieux » et « Gens ». De courtes BD du dessinateur Rachid Sguini sont apparues à la rentrée 2012, intitulées « Les Gribouillages de Rakidd ».

En 2010, le site a reçu le concours de 240 reporters bénévoles. En 2011, l’audience était de 140 000 visiteurs uniques[5].

Structure[modifier | modifier le code]

StreetPress.com est un service de presse en ligne d’information politique et générale, inscrit sur les registres de la CPPAP au no 0313 Y 90833. Le directeur de la publication est Johan Weisz[6].

StreetPress est une SAS d'entrepreneuriat social au capital de 4 325 euros (RCS Paris 522 306 505), créée en mai 2010[7].

L'équipe[modifier | modifier le code]

L'équipe est composée de[8] :

  • Johan Weisz (fondateur et CEO)
  • Cécilia Gabizon[9] (co-fondatrice et directrice du développement)
  • Mike — ou Jacques — Torrance (réalisateur - monteur)
  • Robin d’Angelo (chef d’édition online)
  • Matthieu Bardeau (directeur commercial)
  • Thibaud Delavigne (journaliste et missions spéciales)
  • Matthieu Molard (rédacteur chef)
  • Elsa Bastien (journaliste)
  • Tomas Statius (journaliste)
  • Jérémie Dres (ancien directeur artistique)

La Street School[modifier | modifier le code]

Logo-street-school.png

La Street School assure une formation intensive au journalisme digital. Créée en 2012, elle a été labellisée « Grande École du Numérique »[10] en 2015.

La Street School est un programme gratuit et intensif qui forme une nouvelle génération de journalistes : 50 % journaliste, 50 % codeur. Une sélection s'opère sur l'unique critère de la motivation, sans conditions de diplômes ou d’expérience professionnelle. Vingt jeunes suivent vingt semaines de formation et de production. La pédagogie en peer to peer, avec des professionnels des médias, mentors, coachs et anciens élèves met l'accent sur la production.

L'objectif est de former des journalistes intrepreneurs / intrapreneurs, capables d’exercer leur métier en toutes capacités, c’est-à-dire en exploitant au maximum les capacités offertes par le Web et les outils informatiques (programmation, apps...). Le programme pédagogique est structuré, celui-ci monte en charge progressivement et laisse beaucoup de place à l’émulation et à la formation par les pairs. Les anciens élèves désormais en poste, interviennent régulièrement.

Media Maker[modifier | modifier le code]

Logo-media-maker.jpg

Cet incubateur de média a été fondé en 2015[11].

Radio[modifier | modifier le code]

StreetPress a animé une émission de radio sur Radio Campus[Laquelle ?], il traitait de sujets politiques ou sociaux. Via les réseaux sociaux les lecteurs peuvaient poser des questions à l'invité.

Actuellement[Quand ?], Thibaud Delavigne (StreetPress) anime la chronique 2h 1/4 avant la fin du monde chaque mercredi à 18 h 15 sur Radio Nova[12],[13].

Financement, soutien et partenariat[modifier | modifier le code]

Selon Les Clés de la presse, la structure a réalisé un chiffre d’affaires de 100 000 euros sur son premier exercice, avec un investissement de départ de 5 000 euros[14].

Le site est soutenu notamment par certains médias (Metronews, So Foot, Radio Campus[Laquelle ?]), Open Society Foundations (OSF)[15],[16], la fondation Evens[17].

Les partenaires de la Street School sont :

Publications[modifier | modifier le code]

Informations exclusives du site

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Street Guides », Streetpress.com
  2. L'observatoire des médias
  3. OPA sur les Juifs de France : L'Avenir des juifs de France - Annet Sauty de Chalon, Le Figaro, 16 juin 2006
  4. StreetPress, nouvelle tornade de la presse ? - Sylvain Monier, Technikart, 22 avril 2016
  5. StreetPress, le site qui veut réconcilier médias et grand public - Les Échos, 3 mars 2011
  6. StreetPress : Mentions légales - Site officiel
  7. Fiche StreetPress - Societe.com
  8. « StreetPress | Le magazine urbain », sur www.streetpress.com (consulté le 21 juin 2016)
  9. Julia Lemarchand, « Le pari du 'Calife' de Streetpress », sur Les Échos,
  10. Grande École du Numérique - Site officiel
  11. Mathias Virilli, « Media Maker : retour sur l’incubateur de médias lancé par Streetpress », RFI,
  12. « Portrait de Jerôme Le Banner, le bouledogue de Normandie », Novaplanet.com,
  13. « Greenwashing à la COP 21 », Novaplanet.com,
  14. L'expérience StreetPress - Maeva Melano-Costamagna, Les Clés de la presse, mars-avril 2012
  15. « StreetPress, le pure player qui s’assume jeune et urbain », sur Le Monde,
  16. « publication de l'article du Monde sur le site de la fondation Evens »
  17. « STREETPRESS SOUTENU PAR LA FONDATION EVENS », sur streetpress.com, (consulté le 1er novembre 2016)
  18. « We Demain »
  19. « Brief.me »
  20. « ChEEk Magazine »
  21. « Educalab devient EdFab, la fabrique des nouvelles formations numériques. », sur Cap Digital (consulté le 27 juin 2016)
  22. « Maydaymaydaymayday.fr »
  23. Enrique Moreira, « À Calais, l'État transfère les migrants en avion privé », sur Les Échos,

Liens externes[modifier | modifier le code]