MHD (rappeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir MHD et Mohamed Sylla.
MHD
Description de cette image, également commentée ci-après
MHD au Festival des Vieilles Charrues 2017.
Informations générales
Surnom Le Prince de l'Afrotrap
Nom de naissance Mohamed Sylla
Naissance (25 ans)
La Roche-sur-Yon, Vendée, Drapeau de la France France
Activité principale Rappeur
Activités annexes Acteur
Genre musical « Afro trap », hip-hop, afrobeat, trap
Instruments Voix
Années actives depuis 2015
Labels Nenso Music, Artside, Capitol, Universal
Influences Salif Keita, Papa Wemba
Site officiel mhdmusic.com

MHD, de son vrai nom Mohamed Sylla[1], né le [2] à La Roche-sur-Yon, en Vendée[3],[4], est un rappeur et acteur français, originaire du 19e arrondissement de Paris[5].

Il est le précurseur de l'« Afro trap », un mélange de musiques aux sonorités subsaharienne et de trap[6]. En 2012, Il commence sa carrière au sein du groupe de rap 1.9 Réseaux, formé avec des amis de son quartier. A l'été 2015, il se fait remarquer grâce à un « freestyle » de rap, posté sur les réseaux sociaux. La vidéo rencontre très rapidement le succès auprès des internautes et suscite l’engouement des médias. Le 15 avril 2016, il publie son premier album solo MHD, qui lance la carrière du rappeur, certifié double disque de platine en France[7]. Le 19 septembre 2018, il publie son deuxième album intitulé 19, certifié disque de platine[8]. Il annonce dans le même temps vouloir mettre fin à sa carrière après la sortie de ce dernier album. À la fin de l'année 2018, ses clips cumulent près de 800 millions de vues sur YouTube[9].

Le 15 janvier 2019, il est mis en garde à vue dans le cadre d’une enquête sur le meurtre d’un jeune homme de 23 ans pris à partie par une dizaine d’individus dans la nuit du 5 au 6 juillet 2018 à Paris[10]. Le 17 janvier 2019, il est mis en examen pour homicide volontaire et placé en détention provisoire[11].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Mohamed Sylla naît d'un père guinéen et d'une mère sénégalaise. Habitant d'abord en Vendée, c'est en 2003 que la famille s'installe dans une cité du 19e arrondissement de Paris. Sa mère est employée dans la cantine d’une école juive, son père dans des snacks[9].

Dès l'enfance, Il s'intéresse à la musique et est bercé par les chansons subsahariennes de Salif Keïta ou d’Awilo Longomba[12].

Débuts (2012-2015)[modifier | modifier le code]

En 2012, à l'âge de 18 ans, Mohamed Sylla intègre 1.9 Réseaux, un collectif de rappeurs du 19e arrondissement de Paris. Le numéro de l'arrondissement, 19, donne son nom au groupe. Mohamed Sylla y écrit ses premiers textes, pose dans des clips de musique trap, avec comme nom d'artiste celui de MHD, qui est la contraction de son prénom, Mohamed[13]. MHD se calque sur une ambiance qui n’est pas la sienne : celle du gangsta-rap. Au bout de trois ans de galère, après avoir investi du temps de l'argent, il décide de raccrocher le micro[12].

Il enchaîne les petits boulots et devient serveur au restaurant Bastide dans le quartier chic et huppé d'Odéon à Paris. Il y subit de plein fouet le racisme social de la clientèle : « Je me sentais mal à l’aise car j’étais toujours rabaissé par des gestes, des attitudes ». Il décroche un BEP restauration et s’imagine un futur en cuisine[12].

Premiers succès et débuts médiatiques (2015-2016)[modifier | modifier le code]

En août 2015, alors qu'il travaille en tant que livreur de pizza[14], il passe des vacances à Montpellier avec ses amis d’enfance. Il profite d’un moment d’accalmie avant une virée en jet-ski pour publier un « freestyle » (une improvisation de rap) sur l'instrumentale du morceau Shekini du groupe nigérian P-Square et le poste sur Facebook, « pour le délire »[12]. A son retour, MHD découvre une pluie de notifications sur son portable. La vidéo est partagée et commentée plus de 3 000 fois et suscite l'intérêt des internautes, qui lui demande la suite et le clip du morceau diffusé.

Le 29 septembre 2015, il publie son premier titre sur YouTube intitulé Afro Trap Pt. 1 (La Moula), accompagné d'un clip tourné dans son quartier. En novembre 2015, le titre Afro Trap Pt. 3 (Champions League), hymne à la gloire du Paris Saint-Germain (PSG), rencontre un immense succès et est alors relayé par les stars du club. Cette chanson compte plus de 30 millions de vues en quelques mois. Suivi du morceau Afro Trap Pt. 4 (Fais le mouv), qui devient l'hymne des footballeurs. Le rappeur s’impose très vite grâce à son style détonant de « Afrotrap » : trap et rap festif aux influences africaines. Un Afro Trap en six volets et des textes en langues africaines comme en wolof ou en peul. « Je trouvais que le rap français reprenait trop souvent le rap américain au niveau des ambiances, des flows » déclare-t-il. « J’ai décidé de ne pas prendre le même chemin et de tourner mon regard vers l’Afrique. Depuis que je suis petit, ma mère m’a transmis les savoirs et traditions de la Guinée ou du Sénégal ; c’est une culture dans laquelle j’ai envie de puiser. »[12].

Rapidement, la popularité de MHD sur le web attire les médias, qui sont nombreux à l'inviter sur les plateaux télé et en radio : il est invité dans l'émission Petit Journal de Canal + et de Touche pas à mon poste ! ; à la radio sur Mouv', Skyrock[15] et Generations, et assure désormais les premières parties des concerts de Booba[16]. Il participe à la bande originale du film Pattaya[17] et est invité par Black M sur le titre À l'ouest[18], ainsi qu'à son concert géant au Stade de Nongo à Conakry. Il sera même invité à l’Elysée sous le mandat de François Hollande, lors de la visite du président guinéen Alpha Condé[10].

Sa musique dépasse très rapidement les frontières de la France et de l'Europe. Le rappeur canadien Drake, la chanteuse américaine Madonna et son fils David montrent leur engouement pour les chansons de MHD sur les réseaux sociaux.

MHD (2016-2017)[modifier | modifier le code]

MHD sort son premier album homonyme le [19],[20]. L'album regroupe les six titres Afro Trap, et contient deux titres en duo avec Fally Ipupa et Angélique Kidjo, et s'est écoulé à 12 695 lors de sa première semaine de vente[21]. Cet album s'écoule à plus de 400 000 exemplaires en France et est certifié double disque de platine[7]. En avril 2016, une tournée internationale démarre en Europe et affiche complet dans plusieurs salles, et se poursuit jusqu'au mois de décembre[22]. Cet album séduit le marché international et en fait l’un des chanteurs français qui s’exportent le plus. Il entame une longue tournée de 200 dates qui l’emmène jusqu’au Canada, en Allemagne, aux Pays-Bas.

En juillet 2016, MHD participe à la publicité d'Adidas présentant le nouveau maillot du Real Madrid.

En octobre 2016, un documentaire dans l'émission Stupéfiant ! de Léa Salamé, lui est consacré. Les équipes vont interviewer son petit frère et ses anciens acolytes du groupe 1.9 Réseaux et suivent le rappeur jusqu'à son concert à Conakry en Guinée où il est accueilli comme une véritable star, escorté par des « centaines de policiers »[23],[24].

Le 10 février 2017, il participe à la 32e cérémonie des Victoires de la musique où il est nommé dans la catégorie « chanson origine de l'année » avec le titre A Kele N'ta. Le 29 avril 2017, il devient l'égérie de la marque allemande Puma.

Au printemps 2018, il participe au festival de Coachella en Californie.

19 (2018)[modifier | modifier le code]

A la fin du mois d'août 2018, MHD annonce sur Twitter la sortie de son prochain album pour le , intitulé 19[25]. Il annonce le 15 septembre de la même année, vouloir mettre fin à sa carrière : « Plus envie de rien, plus envie de cette musique, je pense bien arrêter après cet album, cette vie n’est pas la mienne. Rien de stratégique, pas là pour un coup marketing, je parle avec le coeur, personne ne peut savoir la face cachée du succès, c’est un choix de vie et c’est très difficile de vivre comme ça... Mettre un terme à tout peut me faire le plus grand bien[26]. ». Le 26 octobre 2018, soit 1 mois après la sortie de 19, son deuxième album est certifié disque d'or avec plus de 75 000 exemplaires vendus[9]. Le même mois, le rappeur est à l’origine de l’ouverture d’une enquête de l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN) après avoir publié une vidéo dans laquelle un de ses proches était pris à partie lors d’une violente interpellation

Dans ce deuxième disque, le jeune rappeur s’est beaucoup plus confié. Laissant les gimmicks qui l’ont fait connaître, pour parler davantage de lui. Il s’offre un duo avec une stars du continent africain Wizkid sur « Bella » devenu l’un des tubes de l’automne 2018, avec 88 millions de vues. Un autre avec Orelsan, coproduit par Stromae, un troisième en compagnie du chanteur malien Salif Keita ou encore une collaboration avec le producteur américain Diplo, le leader de Major Lazer. « Beaucoup vont apprendre à me découvrir. Je n’avais pas assez parlé de moi jusque-là », déclare-t-il. Le 19 décembre 2018, le jeune artiste avait mis en ligne le clip de « Bébé », un duo avec Dadju, autre phénomène du moment. Un clip qu’il réalise lui-même[9].

Il est à la tête du film Mon frère de Julien Abraham, qui raconte l'histoire d'un jeune homme placé dans un centre éducatif après le meurtre de son père, dont il s'enfuie pour rejoindre Amsterdam avec un ami[27]. Il sort en en France[28].

Mise en examen pour homicide et incarcération (2019)[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 5 au , une rixe éclate rue Saint-Maur, dans le 10e arrondissement de Paris[29]. La rixe oppose deux bandes rivales, celles du 10e et du 19e arrondissement[30]. Les secours interviennent mais ne parviennent pas à sauver la vie de Loìc K., 23 ans, qui a 22 plaies par arme blanche[29],[31], dont une mortelle à la cuisse[32]. Il existe deux vidéos de cet évènement : l'une filmée par un témoin, l'autre des images de vidéosurveillance d'un restaurateur de la rue St-Maur[29],[32].

Le , Mohamed Sylla est placé en garde à vue au 2e district de Police judiciaire (DPJ) de Paris, ainsi que trois autres personnes, toutes soupçonnées par les enquêteurs d'avoir participé à cette rixe mortelle de juillet 2018[30].

Présenté à un juge d'instruction à la fin de sa garde à vue, le , Mohamed Sylla est écroué pour homicide volontaire et placé en détention provisoire à la prison de la Santé[33]. Mohamed Sylla est soupçonné par les enquêteurs d'être sorti de sa Mercedes, d'avoir frappé Loïc K. à la tête puis de s'être enfui à pied[29] Les enquêteurs l'identifient comme étant la personne de type africain, les cheveux teints en blond et portant un survêtement de la marque Puma, un modèle ayant la particularité de ne pas être commercialisé mais d'être réservé aux « ambassadeurs » de la marque, dont fait partie MHD[32]. Pour sa part, Mohamed Sylla nie toute implication dans cette rixe et clame son innocence[30],[31]. A la suite de son incarcération, ses concerts et sa tournée sont annulés[27],[34].

Le , Mohamed Sylla, toujours en détention provisoire, est auditionné par le juge d'instruction du tribunal de grande instance de Paris. Il maintient sa version des faits, à savoir qu'il n'est pas impliqué dans la rixe mortelle[29]. Il admet que c'est bien sa voiture qui a été utilisée lors de l'agression, mais dit l'avoir prêtée à un ami ce soir-là[29]. En ce qui concerne le survêtement Puma non commercialisé, il soutient avoir offert ce modèle à plusieurs de ses connaissances[32].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Collaborations et apparitions[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Victoire de la musique[modifier | modifier le code]

Année Travail nommé Récompense Résultat
2017 A Kele N'ta (2016) Chanson originale de l'année Nomination

Certifications[modifier | modifier le code]

Titre Détails de l'album Meilleure position Ventes[9] Certifications
FR
BEL (FR)
BEL (NL)
SUI
MHD [31] 2 12 170 25 400 000
19 100 000[8]
« — » indique que l'album n'est pas sorti ou classé dans le pays.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphanie Binet, « MHD, du rap à l’afro-trap », Le Monde, (consulté le 9 avril 2016).
  2. « MHD : "J'ai inventé le terme Afro trap " », sur YouTube, (consulté le 18 juin 2016).
  3. Éric Bureau, « Musique : MHD, c'est la nouvelle star des ados », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  4. « MHD : de phénomène viral à nouveau pape de l'Afro trap ? », Ouest France, (consulté le 14 avril 2016).
  5. « Tout savoir sur MHD, le phénomène de « l'afro trap » », Direct Matin, (consulté le 6 avril 2016).
  6. Antoine Laurent, « Avec MHD, le rap a déjà son Ballon d'Or 2016 », sur SURL (consulté le 1er avril 2016).
  7. a et b « Les Certifications », sur SNEP, (consulté le 15 janvier 2019).
  8. a et b mahokayacan, « MHD toujours en prison, il reçoit cette bonne nouvelle ! », sur 13OR-du-HipHop, (consulté le 19 septembre 2019)
  9. a b c d et e « MHD, une star du rap en détention », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  10. a et b « Le rappeur MHD en garde à vue pour une rixe mortelle en juillet à Paris », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2019).
  11. « Rixe mortelle à Paris : le rappeur MHD est aux mains des juges », leparisien.fr,‎ (lire en ligne).
  12. a b c d et e « Qui est MHD, le prince de l'afro-trap ? », sur Les Inrocks (consulté le 18 janvier 2019).
  13. « Biographie de MHD », sur Universal Music France (consulté le 15 janvier 2019).
  14. Hippolyte YEO, « MHD: De livreur de pizza à double disque de platine...incroyable parcours (Vidéo) », sur AfrikMag, (consulté le 15 janvier 2019).
  15. « MHD Roger Milla en live dans Planète Rap ! », Skyrock, (consulté le 15 avril 2016).
  16. « Booba : MHD va faire toutes ses premières parties de concert ! », sur melty.fr, (consulté le 9 avril 2016).
  17. « Du beau monde sur la B.O du film Pattaya ! », sur booska-p.com, (consulté le 15 avril 2016).
  18. « Black M et MHD : ils dévoilent le clip de « A l’Ouest » tourné en Guinée », sur trace.tv, (consulté le 6 avril 2016).
  19. « L'Afro-trap de MHD débarque dans les bacs ce 15 avril pour son premier album », sur Tendance Ouest, (consulté le 16 avril 2016).
  20. « L'album du rappeur MHD sort le 15 avril 2016 », sur zikeo.net, (consulté le 14 avril 2016).
  21. « MHD : Les chiffres de ventes de son album ! », sur booska-p.com, (consulté le 22 avril 2016).
  22. « NRJ Réunion : Hit Music Only. Radio FM, Musique en ligne, clips, videos, artistes », sur http://www.nrj.re/ (consulté le 18 janvier 2019).
  23. Le phénomène MHD - Stupéfiant ! sur YouTube, 13 octobre 2016.
  24. Sylvia De Abreu, « Stupéfiant, France 2 : qui est MHD le phénomène rap de 2016 ? » sur Télé Star, 12 octobre 2016.
  25. Jérôme Lachasse, « Orelsan, Diplo et Stromae dans le prochain album de MHD », sur BFM TV, (consulté le 24 août 2018).
  26. Roch, « MHD annonce qu'il veut arrêter la musique après son album 19 ! », sur RAP R&B, (consulté le 15 septembre 2018).
  27. a et b « MHD : toujours en prison, son premier film va bientôt sortir ! », sur Mouv', (consulté le 9 juin 2019).
  28. Léa, « MHD : la 1re bande annonce de son film Mon frère dévoilée », sur RapRnb, (consulté le 3 juillet 2019).
  29. a b c d e et f Clara Carlesimo, « MHD mis en examen : le rappeur de nouveau auditionné par le juge », sur www.closermag.fr, Closer, (consulté le 4 juillet 2019).
  30. a b et c « France: le rappeur MHD mis en examen et écroué pour homicide volontaire », sur lenouvelliste.ch (consulté le 4 juillet 2019).
  31. a b et c Plana Radenovic, « Accusé d'avoir participé à une rixe mortelle, le rappeur MHD clame son innocence », sur lejdd.fr, Le Journal du Dimance, (consulté le 5 juillet 2019).
  32. a b c et d Jérémie Pham-Lê, « Rixe mortelle à Paris : révélations sur le rôle trouble du rappeur MHD », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 7 juillet 2019).
  33. « Rixe mortelle à Paris: le rappeur MHD mis en examen et placé en détention provisoire », sur bfmtv.com, (consulté le 17 janvier 2019).
  34. Amele Ajebli, « MHD incarcéré pour homicide involontaire: ses concerts en France annulés dont Bercy fin mars », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 5 juillet 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]