Église Saint-Jacques de Dieppe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église Saint-Jacques de Dieppe
Image illustrative de l’article Église Saint-Jacques de Dieppe
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XVIe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Ville Dieppe
Coordonnées 49° 55′ 32″ nord, 1° 04′ 43″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Jacques de Dieppe

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Église Saint-Jacques de Dieppe

L'église Saint-Jacques de Dieppe est une église catholique située à Dieppe, en France.

Historique[modifier | modifier le code]

L'église peinte par Camille Pissarro en 1901.

L'église est dédiée à saint Jacques.

L'église (XIIe au XVIe siècles) relève des styles flamboyant et Renaissance : commencée dès le XIIe siècle, l’église Saint-Jacques est érigée en paroisse en 1282 par Guillaume de Flavacourt archevêque de Rouen. Les transepts nord et sud remontent à la seconde moitié du XIIe siècle. Le chœur, la nef, et les bas-côtés datent du XIIIe siècle, excepté les voûtes et le triforium de la nef qui date du XIVe siècle. C’est également au XIVe siècle qu’est construit le grand portail. Au XVe siècle sont élevées la tour et les chapelles situées de part et d'autre de la grande nef du chœur, sauf deux d'entre elles qui faisaient partie du plan primitif de l'église[1]. À l'intérieur, la chapelle du Trésor est décorée d'une frise dite « des sauvages » qui révèle les diverses nations découvertes par les navigateurs et marins dieppois. À la demande de Jehan Ango, mécène de l’église au XVIe siècle, l’artiste a représenté différentes scènes de la vie des indigènes : un cortège de fêtes et de danses, des épisodes guerriers, que de nombreux archéologues et savants sont venus observer. Victor Hugo est également venu voir ces véritables dentelles de pierre, le 8 septembre 1837[1].

L'édifice fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[2].

Lucien Lefort, architecte départemental, est intervenu pour une opération de restauration (avant 1916).

En janvier 2015, à la suite de l’affaissement de la charpente du dôme, le campanile a été déposé en vue de sa restauration[3],[4].

Dans la nuit du 6 au 7 novembre 2017, huit toiles sont volées. Celles-ci étaient dues à Anselma, Jean-Guillaume Drouet, Auguste Jugelet, Lebaron et Armand Mélicourt-Lefebvre.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Dieppe », dans Le Patrimoine des communes de la Seine-Maritime, Charenton-le-Pont, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1389 p. (ISBN 2-84234-017-5)
  2. Notice no PA00100621, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Site de la fondation du patrimoine
  4. Dieppe: les travaux de restauration des églises vont se poursuivre, Paris Normandie, 1er novembre 2017

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Henri Cahingt, L'Église Saint-Jacques de Dieppe, Luneray, Bertout, , 81 p. (ISBN 2867430054, OCLC 461947763)
  • Caroline Bizard et Anne Prache (dir.), L'Église Saint-Jacques de Dieppe dans l'architecture de la Normandie, (OCLC 491860775)