Brescello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brescello
Image illustrative de l'article Brescello
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Regione-Emilia-Romagna-Stemma.svg Émilie-Romagne 
Province Reggio d'Émilie 
Code postal 42041
Code ISTAT 035006
Code cadastral B156
Préfixe tel. 0522
Démographie
Gentilé brescellesi
Population 5 604 hab. (31-12-2010[1])
Densité 234 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 54′ 00″ N 10° 31′ 00″ E / 44.9, 10.5166744° 54′ 00″ Nord 10° 31′ 00″ Est / 44.9, 10.51667  
Altitude Min. 24 m – Max. 24 m
Superficie 2 400 ha = 24 km2
Divers
Saint patron San Genesio
Fête patronale 25 août
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Émilie-Romagne

Voir sur la carte administrative d'Émilie-Romagne
City locator 14.svg
Brescello

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Brescello

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Brescello
Liens
Site web http://www.comune.brescello.re.it/

Brescello est une commune italienne d'environ 5 200 habitants, située dans la province de Reggio d'Émilie en Émilie-Romagne, dans le nord de l'Italie.

Brescello a été rendue célèbre au cours des années 1950 pour avoir servi de cadre aux démêlés de don Camillo et Peppone, les deux personnages principaux de la série de romans de Giovannino Guareschi et des films qui en ont été tirés.

Géographie[modifier | modifier le code]

Brescello occupe environ 25 kilomètres carrés et est distant de 28 kilomètres de Reggio d'Émilie et 20 kilomètres de Parme. À proximité passe la rivière Enza.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de Brescello remontent à l’époque préhistorique comme le montrent les découvertes faites dans les localités de Ravisa di San Genesio et de Motta Balestri. De nombreux objets sont exposés au musée archéologique.

Les Gaulois cénomans, sont les premiers à s'établir de manière permanente dans cette zone de la vallée du et la nomme Brixellum, qui viendrait du celtique briga[2] signifiant colline, mont ou forteresse qui serait également l'étymologie de la ville de Brescia (Brixia) et de celle de Bressanone (Brixen).

Brescello devient une colonie romaine vers -190--189[3], peuplée par les Arnense, venant du Latium. Brescello est un important centre économique et stratégique, situé à un point clé le long du cours du fleuve. Au cours du Ier siècle, Brescello se développe et devient une ville riche et peuplée avec son forum et son aqueduc et différentes administrations et corporations.

À la suite du déclin de l'Empire romain à partir du IIIe siècle, la ville périclite lentement et fait l'objet de pillages et de destructions (elle est pillée en 227). Malgré la crise politique et économique, Brescello devient siège de l’évêché en 389. Le premier évêque est Genesio, aujourd'hui saint patron de la commune.

En 572, la ville est occupée par les Lombards qui le transforme en duché. Entre le VIe et VIIe siècles Brescello est impliquée dans un conflit permanent entre l’Exarchat de Ravenne et les barbares qui envahissent la plaine du Pô. Les dévastations causées par les troupes du roi Agilulf, en 603, et par plusieurs inondations catastrophiques, en 589 et vers 605-610, entraînent la disparition de la Brixellum gallo-romaine.

Dans la première moitié du XIIe siècle, un château-fort s'élève sur l'ancien site de Brixillum pour la défense et le contrôle du trafic fluvial. Par la suite, d’importants ordres monastiques, comme celui des Bénédictins, s'y établissent.

Au XIIe siècle, Brescello dépend politiquement de Parme alors qu'au cours des siècles suivants, l’histoire du village reflète l’alternance de différentes dominations : la famille des Correggeschi, des Rossi, des Visconti, des Sforza, jusqu’aux Este en 1479.

Les sanglantes batailles pour conquérir la ville conduisent les Este à concevoir et bâtir une enceinte de murailles pentagonale avec un fossé, faisant de Brescello une ville forteresse. La nouvelle ville est appelée alors, « herculéenne», en l'honneur d'Hercule II d'Este. En 1704, la muraille et la forteresse de Brescello sont détruites par les Espagnols et le village s’enfonce de nouveau dans l’anonymat pour plus d’un siècle. La ville appartient à la Maison d'Este jusqu’au 1861, année au cours de laquelle Brescello fait partie du Royaume d'Italie comme d’autres villes de la Reggio d'Émilie.

Brescello et don Camillo[modifier | modifier le code]

Peppone à l'entrée de la mairie.
Don Camillo à l'entrée de l'église.

Brescello est le village où est située l'action des romans de la série Don Camillo, écrits par Giovannino Guareschi (originaire de Roccabianca, situé dans la région).

C'est donc naturellement que Brescello a servi de décor naturel au réalisateur Julien Duvivier pour le tournage des deux premiers films de la série, Le Petit Monde de don Camillo (sortie en 1952) et Le Retour de don Camillo (sortie en 1953)[4]. Si l'église est bien celle de Brescello pour l'extérieur, en ce qui concerne l'intérieur de l'église, cela a été tourné aux studios de Cinecitta à Rome.

À l'entrée du village, des panneaux montrent les personnages de Peppone et don Camillo, respectivement interprétés au cinéma par Gino Cervi et Fernandel. La statue en bronze de Peppone à l'entrée de la mairie et, à l'entrée de l'église, celle de don Camillo, sont les œuvres d'Andrea Zangani. En face à la mairie et au bar Don Camillo, on voit une copie de la grande statue d'Ercole Benefattore, œuvre de Jacopo Tatti (XVIe siècle).

À côté de la place Matteotti, dans une grande salle du Centro Culturale San Benedetto (ancien monastère du XVe siècle), se trouve le musée Peppone et Don Camillo, ouvert en 1989, avec de nombreux objets, souvenirs, documents. À côté du musée, on peut voir le char d'assaut Pershing M26, la place Giovannino Guareschi et l'entrée du musée archéologique.

Un itinéraire touristique amène le visiteur dans chaque lieu cinématographique ayant survécu au temps, comme l'église avec le Christ de don Camillo, la maison de Peppone, la maison et la cloche de don Camillo, l'arrêt du train, la Madonna du Borghetto.

Le 4 avril 2010, durant la nuit de Pâques, un incendie a éclaté dans l'église du village provoquant de nombreux dégâts. Le fameux Christ de don Camillo a été endommagé. La commune de Brescello a lancé une souscription pour la restauration de l'église.

Quelques mois plus tard, en octobre 2010, le musée a servi de décor pour quelques scènes de vidéo du chanteur italien Zucchero pour son album Chocabeck.

Bretzels et Brescello[modifier | modifier le code]

Une légende tenace dans quelques villages proches de Colmar en Alsace fait du village de Brescello le lieu d'origine du boulanger créateur du bretzel en Alsace, qui aurait voulu honorer son village de naissance en donnant son nom à sa création[réf. nécessaire].

Événements[modifier | modifier le code]

Un des panneaux guidant les visiteurs en suivant les rues et l'histoire du village.
  • Depuis 2002, un festival cinématographique annuel en juin (place Matteotti), Brescello Film Festival

Les personnalités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
14 juin 2004 en cours Giuseppe Vezzani Lista civica Pasquino Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Coenzo a Mane, Ghiarole, Lentigione, Sorbolo a Mane

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Boretto, Gattatico, Mezzani, Poviglio, Sorbolo, Viadana

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, 2003, p. 87 : "au Tyrol Brixen <*brigsina et en Italie Brixia auj. Brescia, Brixellum, auj. Brescello. Même mot en celtique insulaire : v.irl. 'colline'. (...) Il s'agit là du vieil adjectif indo-européen *bjergh- 'haut' substantivé au sens de 'hauteur, mont, colline' et qui, par une métonymie ancienne, désignait aussi 'le fort, le burg' ".
  3. Pline l'Ancien, L'Histoire naturelle (III, 15, 115)
  4. Qui furent suivis de quatre autres films : La Grande Bagarre de don Camillo (1955), Don Camillo Monseigneur (1961), Don Camillo en Russie (1965) et Don Camillo et les contestataires (1971).

Liens externes[modifier | modifier le code]