Mont Fuji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fuji.
Mont Fuji
Le mont Fuji vu depuis le Kawaguchiko.
Le mont Fuji vu depuis le Kawaguchiko.
Géographie
Altitude 3 776 m
Coordonnées 35° 21′ 29″ N 138° 43′ 52″ E / 35.358, 138.731 ()35° 21′ 29″ Nord 138° 43′ 52″ Est / 35.358, 138.731 ()  
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Chūbu
Préfectures Shizuoka et Yamanashi
Ascension
Première 663 par le moine bouddhiste En no Gyōja (en)[1]
Voie la plus facile Itinéraires Kawaguchiko, Subashiri, Gotenba et Fujinomiya depuis la cinquième station
Géologie
Roches Andésite et basalte
Type Volcan gris
Activité Actif
Dernière éruption -
Code 0803-03=
Observatoire Volcano Research Center

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Mont Fuji
Carte de localisation du mont Fuji au Japon.

Le mont Fuji (富士山, Fujisan?) est une montagne du centre du Japon qui se trouve sur la côte Sud de l'île de Honshū, au sud-ouest de l'agglomération de Tokyo. Avec 3 776 mètres d'altitude, il est le point culminant du Japon[2]. Situé dans une région où se rejoignent les plaques tectoniques pacifique, eurasienne et philippine, la montagne est un stratovolcan toujours considéré comme actif, sa dernière éruption s'étant produite fin 1707[2], bien que le risque éruptif soit actuellement considéré comme faible.

À son sommet a été construit un observatoire météorologique et malgré les conditions climatiques rigoureuses, la montagne est une destination extrêmement populaire en particulier pour les Japonais, qu'ils soient shintoïstes ou bouddhistes, en raison de sa forme caractéristique et du symbolisme religieux traditionnel qu'il représente. Il a ainsi été le sujet principal ou le cadre de nombreuses œuvres artistiques, notamment picturales au cours des siècles. Pourtant, cette fréquentation fragilise l'environnement. Aussi, le 22 juin 2013, il est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO sous le titre « Fujisan, lieu sacré et source d'inspiration artistique ».

Toponymie et étymologie[modifier | modifier le code]

Du fait de l'existence de différentes méthodes de transcription du japonais, le mont Fuji possède différents noms dont certains sont erronés. Ainsi, en japonais, le mont Fuji est appelé Fujisan mais en raison d'une erreur de lecture du kanji 山 qui signifie « montagne », il arrive que les Occidentaux l'appellent « Fujiyama »[3]. Parmi la bonne trentaine d'autres noms japonais pour le mont Fuji[4], devenus obsolètes ou poétiques, figurent Fuji-no-Yama (ふじの山?, lit. la montagne de Fuji), Fuji-no-Takane (ふじの高嶺?, lit. le haut pic du Fuji), Fuyō-hō (芙蓉峰?, lit. le pic du Lotus) et Fugaku (富岳 ou 富嶽?, lit. montagne Fuji).

Les kanji pour le mont Fuji, 富 et 士, signifient respectivement « richesse » ou « abondance » et « un homme avec un certain statut » mais ces caractères sont probablement un ateji, c'est-à-dire qu'ils ont probablement été sélectionnés en raison de la similitude de leur prononciation avec les syllabes du nom mais sans pour autant posséder un sens particulier. Dans les méthodes de romanisation Nippon-shiki et Kunrei, le nom est transcrit Huzi. Lors de l'exposition universelle de San Francisco en 1939, une photographie géante était ainsi titrée « Mont Huzi ». Néanmoins, la transcription Fuji, selon la méthode Hepburn, reste la plus courante dans le monde.

L'origine du nom Fuji reste incertaine. Une étymologie populaire récente affirme qu'il provient de 不二 (négation + chiffre 2), signifiant « sans égal ». Une autre affirme qu'il provient de 不尽 (négation + « échappement »), signifiant « sans fin ». Un enseignant classique japonais de la période Edo, Hirata Atsutane, explique quant à lui que le nom est dérivé d'un mot ayant pour sens « une montagne s'élevant avec la forme de l'épi d'un plant de riz ». Un missionnaire britannique, John Batchelor (1854-1944) émet l'hypothèse que le nom provient du mot aïnou pour « feu » (fuchi) de la déesse Kamui Fuchi mais il est contredit par le linguiste japonais Kyōsuke Kindaichi (1882-1971) sur la base des développements phonétiques. Aussi, huchi signifie « vieille femme » et ape « feu », ape huci kamuy étant la déesse du feu. Des recherches sur la distribution des noms de localités incluant fuji suggère que l'origine du nom est yamato plutôt qu'aïnu. Enfin, un toponymiste japonais, Kanji Kagami, explique que le nom a la même racine que « glycine » (fuji) et « arc-en-ciel » (variante de niji) et provient de ses « longues pentes bien formées »[5],[6],[7]. Un texte du Taketori monogatari dit que le nom vient d'« immortel » (不死, fushi) et de l'image d'abondants (富, fu) soldats (士, shi)[8] grimpant les versants de la montagne[9].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Photo satellite du mont Fuji.

Le mont Fuji est situé dans le centre du Japon et de l'île principale de Honshū, encadré par les monts Akaishi des Alpes japonaises à l'ouest, les monts Okuchichibu au nord et l'océan Pacifique au sud et à l'est. Administrativement, il est situé à cheval sur les préfectures de Shizuoka au sud et de Yamanashi au nord. S'élevant à 3 776 mètres d'altitude au pic appelé Shin-Fuji[4], il constitue ainsi le point culminant du Japon[2], visible les jours de beau temps de Tokyo situé à moins de 100 kilomètres au nord-est.

Image de synthèse du mont Fuji et de la baie de Tokyo.

Il est bordé au nord par les cinq lacs Fujigoko : le lac Motosu, le lac Shōji, le lac Sai, le lac Kawaguchi et le lac Yamanaka. De ces plans d'eau ainsi que du lac Ashi s'offre une vue remarquable sur le volcan. À ses pieds s'étend la forêt d'Aokigahara ainsi que des villes comme Gotenba à l'est, Fujiyoshida au nord et Fujinomiya au sud-ouest reliées avec le reste de la mégalopole japonaise, dont l'agglomération de Tokyo qui se trouve au nord-est, par un dense réseau de communication constitué de routes, d'une autoroute et d'un tronçon du réseau de trains à grande vitesse Shinkansen.

Topographie[modifier | modifier le code]

Animation représentant le Fuji en trois dimensions.

La topographie du mont Fuji est dictée par le volcanisme dont il est né : de la forme d'un cône quasi-symétrique de trente kilomètres à sa base, ses pentes prononcées et régulières s'élèvent jusqu'à 3 776 mètres d'altitude[2], conférant un volume de 870 km3 à ce stratovolcan[10]. Il est couronné par un cratère de 500[11] à 700 mètres[10],[12] de diamètre pour une profondeur comprise entre 100[10] et 250 mètres[11]. La seule véritable irrégularité de ses pentes est constituée par le cratère Hōei-zan situé approximativement à 2 300 mètres d'altitude[4].

Géologie[modifier | modifier le code]

Le cratère principal du mont Fuji.

Le mont Fuji est un stratovolcan faisant partie de la ceinture de feu du Pacifique et dont les éruptions majoritairement explosives le classent comme un volcan gris[2]. Le volcan se situe à l'aplomb de la jonction triple entre la plaque philippine et les micro-plaques de l'Amour et d'Okhotsk de la plaque eurasienne[13]. Ces plaques forment respectivement les parties occidentale et orientale du Japon ainsi que la péninsule d'Izu. Le mont Fuji constitue le volcan le plus septentrional de l'arc volcanique formé par l'archipel d'Izu. Outre le sommet principal couronné par un cratère sommital, les flancs et les pieds du mont Fuji comportent une cinquantaine de dômes, de cônes et de petites bouches éruptives[4].

Les scientifiques ont identifié quatre phases d'activité volcanique distinctes dans la formation du mont Fuji. La première phase, appelée Sen-komitake, est composée d'un cœur d'andésite récemment découvert en profondeur sous la montagne. La deuxième, Komitake-Fuji, consiste en une couche de basalte probablement formée voici plusieurs centaines de milliers d'années. Il y a 100 000 ans environ, le « Vieux Fuji » se serait formé par-dessus le Komitake-Fuji. Enfin, le « Nouveau Fuji » se serait formé en lieu et place du sommet du « Vieux Fuji », il y a 10 000 ans environ[14],[15].

Le mont Fuji est actuellement classé actif avec un faible risque éruptif. La dernière éruption enregistrée a commencé le et s'est terminée autour du , durant l'époque d'Edo. Elle est parfois appelée « grande éruption Hōei ». Pendant cet évènement, un nouveau cratère volcanique, ainsi qu'un second pic, appelé Hōei-zan, s'est formé à mi-pente[4], sur le versant sud-est de la montagne[2]. Les scientifiques prédisent une activité volcanique mineure dans les prochaines années.

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

Le mont Fuji vu de la région des cinq lacs, dans la préfecture de Yamanashi.

Du fait de l'altitude élevée du sommet du mont Fuji, plusieurs climats s'étagent le long de ses pentes. Une grande partie de la montagne se trouve au-delà de l'étage alpin où règne un climat montagnard très froid et venteux en raison de l'altitude ce qui y limite le maintien de la végétation qui n'a toujours pas réussi à se régénérer complètement depuis la dernière éruption survenue il y a trois siècles. Ce climat rigoureux ne permet pas la fonte prononcée de la neige tombée au cours de l'hiver et qui se maintient jusqu'au mois de mai, des névés subsistant parfois toute l'année. Le bas des pentes est en revanche couvert de forêts et les pieds de la montagne, jouissant d'un climat plus tempéré, sont cultivés.

La température moyenne annuelle est de -6,5 °C[16] et les températures moyennes mensuelles s'étalent de -18 °C à +8 °C[17] en août. Les records de température enregistrés sont de +18,2 °C le et de -35,5 °C. Le , la station météorologique a également mesuré la vitesse record de vent pour le Japon avec 91 m/s, soit environ 330 km/h, au moment du passage d'un typhon. La haute altitude du mont Fuji et son éloignement relatif par rapport aux autres montagnes du Japon provoquent parfois en cas de vent l'apparition de turbulences atmosphériques appelées allée de tourbillons de Karman. Ainsi, le , le Boeing 707 du vol 911 de la British Overseas Airways Corporation, pris dans ce type de turbulences, se disloque en plein vol et s'écrase près du mont Fuji, peu de temps après son décollage de l'aéroport international de Tokyo-Haneda, en ne laissant aucun rescapé (113 passagers et 11 membres d'équipage étaient présents dans l'appareil)[18].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mont Fuji dépassant d'une mer de nuages et le cratère Hōei-zan bien visible sur le flanc Sud-Est.

Histoire éruptive[modifier | modifier le code]

À la suite de la phase du « Vieux Fuji », une période de 4 000 ans d'inactivité s'est déroulée, pour prendre fin il y a 5 000 ans avec la phase actuelle du « Nouveau Fuji ». Les éruptions du mont Fuji présentent des coulées de lave, des émissions de magma, de scories et de cendre volcanique, des effondrements et des éruptions latérales, d'où le qualificatif de « grand magasin des éruptions ». Les cendres du Nouveau Fuji sont souvent noires et ses éruptions sont récentes en termes de couches géologiques. Des informations précieuses sont consignées dans les documents historiques japonais du VIIIe siècle. Ils présentent une série d'éruptions représentatives[15].

Le mont Fuji durant la Préhistoire[modifier | modifier le code]

Quatre éruptions explosives se sont déroulées à l'époque Jōmon, il y a environ 3 000 ans, connues sous les noms Sengoku (Sg), Ōsawa scoria (Os), Ōmuro scoria (Om) et Sunazawa scoria (Zn). Comme le vent souffle généralement de l'ouest dans la région du mont Fuji, la plupart des éjectas sont tombés à l'est mais, dans le cas de Ōsawa scoria, ils ont été portés par un vent d'est jusqu'aux environs de Hamamatsu.

Il y a 2 300 ans environ, le versant oriental du volcan s'est effondré et des coulées de boue ont dévalé vers la région de Gotenba jusqu'à la plaine d'Ashigara à l'est et la baie de Suruga à travers la ville de Mishima au sud. Cet incident est appelé aujourd'hui coulée de lave de Gotenba (御殿場泥流, Gotemba deiryū?).

L'éruption de Jōgan[modifier | modifier le code]

En 864 (sixième année de l'ère Jōgan), une éruption se déroule sur le versant Nord-Est du mont Fuji produisant une grande quantité de lave. De la lave comble le vaste lac Senoumi (せの海?), le divisant en deux et formant les actuels lac Sai (西湖?) et lac Shōji (精進湖?). Cet évènement est connu sous le nom d'Aokigahara lava (青木ヶ原溶岩?) et le lieu est actuellement couvert par la dense forêt d'Aokigahara.

« Jōgan 6, le cinquième mois : le mont Fuji est en éruption depuis 10 jours et il éjecte du sommet une immense quantité de mâchefer et de cendres qui retombent sur terre jusqu'à l'océan à la baie d'Edo. Beaucoup de gens périssent et un grand nombre d'habitations sont détruites. L'éruption volcanique a commencé sur le flanc du Fuji-San, à proximité du mont Asama, jetant des cendres jusqu'à la province Kai. »

— Siyun-sai Rin-siyo, Hayashi Gahō, Nihon Ōdai Ichiran[19]

L'éruption de Hōei[modifier | modifier le code]

Carte de l'épaisseur des cendres et scories projeté par l'éruption de 1707 dans la région de Tokyo.

La dernière éruption du mont Fuji, survenue en 1707 (quatrième année de l'ère Hōei), est connue sous le nom de « grande éruption de Hōei ». Débutée 49 jours après le tremblement de terre de Hōei qui figure parmi les plus puissants jamais enregistrés au Japon, elle s'est déroulée sur le versant Sud-Ouest du mont Fuji et a formé trois nouvelles cheminées volcaniques, nommées « première », « deuxième » et « troisième cheminée ».

« Hōei 4, le vingt-deuxième jour du dixième mois : une éruption du mont Fuji. Le mâchefer et les cendres tombent comme de la pluie à Izu, Kai, Sagami et Musashi. »

— Siyun-sai Rin-siyo, Hayashi Gahō, Nihon Ōdai Ichiran[20]

Bien qu'elle n'ait pas engendré de coulée de lave, cette éruption est remarquable par la propagation des cendres volcaniques et des scories émises jusqu'à une région aussi éloignée qu'Edo (ancien nom de Tokyo) située à cent kilomètres au nord-est. Le volume d'ejectas a été estimé à 800 000 000 m3, soit un indice d'explosivité volcanique qui pourrait être estimé à 4. L'année suivante, les débris volcaniques accumulés dans les champs près du cours de la rivière Sakawa, située à l'est de la montagne, sont mobilisés par les pluies, comblent le lit du cours d'eau et forment çà et là des barrages temporaires. L'averse des 7 et 8 août provoque une avalanche de cendre et de boue qui détruit les barrages, provoquant alors une inondation dans la plaine Ashigara[21].

Autres éruptions connues[modifier | modifier le code]

Seize éruptions ont été enregistrées depuis 781. La plupart se sont déroulées durant l'époque Heian avec douze éruptions entre 800 et 1083. Parfois, les périodes d'inactivité peuvent durer des centaines d'années comme entre 1083 et 1511[22]. Actuellement, aucune éruption n'a eu lieu depuis l'éruption Hōei, il y a 300 ans environ.

Prévention[modifier | modifier le code]

La prévention des risques éruptifs est assurée par le Comité de coordination pour la prévention des éruptions volcaniques dépendant de l'Agence météorologique japonaise en ce qui concerne la prévision et le suivi sismique des évènements, le Cabinet du Premier ministre en ce qui concerne la mise en place d'un plan d'évacuation et le Ministère du territoire, des infrastructures et du transport pour la protection contre les risques de glissement de terrain.

Ainsi, entre et , les secousses telluriques sous le volcan sont passées d'une à deux par mois à 35 en septembre, 133 en octobre, 222 en novembre, 144 en décembre puis 36 en janvier 2001, faisant craindre le pire, avant que tout rentre dans l'ordre. Ces secousses étaient pour la plupart du type basse fréquence et se situaient à quinze kilomètres de profondeur, au nord-est du sommet[23].

En septembre 2012, la pression de la chambre magmatique est de 1,6 MPa, soit l'équivalent d'une pression atmosphérique de 15,8 kg/cm2, faisant craindre une éruption théoriquement envisageable à partir d'une pression de 0,1 MPa[24]. Cette forte pression est due à des mouvements tectoniques provoqués par le séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku[24].

Première ascension[modifier | modifier le code]

La première ascension connue du mont Fuji est datée de 663 et a été réalisée par le moine bouddhiste En no Gyōja (en)[1]. Le premier non-Japonais à gravir le volcan est sir Rutherford Alcock en 1860[25]. Le sommet, du fait de sa nature sacrée remontant à des temps anciens, était interdit d'ascension aux femmes jusqu'à l'ère Meiji. Depuis, il constitue une destination touristique populaire et nombreux sont les Japonais qui le gravissent au moins une fois dans leur vie.

Présence militaire[modifier | modifier le code]

Des samouraïs pratiquaient jadis leur entraînement au pied du mont Fuji, près de la ville actuelle de Gotenba[26]. Le shogun Minamoto no Yoritomo a pratiqué le yabusame dans la région au début de l'époque de Kamakura. Depuis 2006, les Forces japonaises d'autodéfense aux camps de Kita-Fuji (nord-est) et Higashi-Fuji (sud-est), ainsi que le Corps des Marines des États-Unis au Camp Fuji (plaine de Kantō) possèdent des bases militaires au pied du volcan[26].

Activités[modifier | modifier le code]

Ascension[modifier | modifier le code]

La foule au sommet du volcan.

L'ascension du mont Fuji est relativement aisée bien que pouvant se révéler éprouvante du fait de la grande distance horizontale à parcourir entre le lieu de départ pédestre et le sommet. Il arrive que ses sentiers soient bondés, le volcan étant un lieu de pèlerinage populaire, hormis en hiver lorsqu'il est alors recouvert de neige et de glace. La période la plus fréquentée pour gravir le mont Fuji dure du 1er juillet au 27 août en raison de l'ouverture estivale des refuges et autres commodités touristiques ainsi que de la circulation des bus jusqu'à la cinquième station, la dernière accessible par la route et la plus proche du sommet[27]. Chaque année, le nombre de visiteurs gravissant le mont Fuji est estimé entre 100 000 et 200 000 personnes, dont 30 % d'étrangers.

Une des stations où les grimpeurs peuvent s'arrêter consommer pour boire, manger ou se ravitailler en oxygène.

L'ascension peut prendre entre trois et huit heures et la descente entre deux et cinq heures. La randonnée est divisée en dix stations et la route se termine à la cinquième station, à environ 2 300 mètres d'altitude, dont les refuges ne sont pas souvent ouverts la nuit pour les randonneurs[27]. Quatre itinéraires majeurs partent vers le sommet depuis cette cinquième station : Kawaguchiko, Subashiri, Gotenba et Fujinomiya (dans le sens des aiguilles d'une montre) avec quatre itinéraires secondaires depuis les pieds de la montagne : Shojiko, Yoshida, Suyama et Murayama. Les stations réparties le long des différents itinéraires se trouvent à des altitudes variées : la plus haute, la cinquième station localisée à Fujinomiya, est suivie par celle de Kawaguchiko, de Subashiri et enfin de Gotenba. Même si elle n'est que la deuxième plus haute station parmi les cinq, Kawaguchiko est la plus fréquentée en raison de son vaste parking[27],[28].

Panneau indiquant le sommet.

Bien que la plupart des randonneurs ne montent pas par les itinéraires de Subashiri et de Gotenba, beaucoup les empruntent lors de leur descente afin de profiter de leurs sentiers recouverts de cendres volcaniques. Ainsi, il est possible de couvrir la distance séparant la septième de la cinquième station en seulement trente minutes. Il est également possible d'effectuer l'ascension avec un vélo tout terrain afin de profiter de la descente, même si l'exercice est particulièrement risqué en raison de la foule et de la difficulté à contrôler la vitesse[27].

Aurore depuis le sommet du mont Fuji.

Les quatre itinéraires depuis le pied de la montagne offrent l'accès à des sites historiques : Murayama est le plus ancien alors que Yoshida présente de nombreux sanctuaires anciens, des maisons de thé et des refuges tout au long du sentier d'où sont parfois visibles des ours noir d'Asie[27]. Chaque 26 août, une retraite aux flambeaux est organisée, passant par les temples shintô et se rendant jusqu'au sanctuaire de Yoshida. Ces itinéraires qui ont récemment gagné en popularité sont par conséquent restaurés.

Au sommet, le sentier permet de gagner chacun des huit pics situés sur le rebord du cratère sommital et dont le plus élevé comporte le système radar. Les grimpeurs ayant fait l'ascension de nuit, outre le fait d'avoir évité l'éprouvante randonnée sous le soleil, ont le privilège d'assister au lever du soleil depuis le sommet, évènement particulièrement apprécié des Japonais, spécialement dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier et cela malgré les conditions climatiques difficiles. Il est possible ensuite d'observer le panorama durant la descente[28].

Jusqu'à fin mai, le mont Fuji offre différents itinéraires de ski de randonnée sur son versant Nord-Est, à partir de la 5e station (2 300 m). La route d'accès est ouverte à partir de 3 heures du matin.

Panorama matinal vers le nord-est depuis le mont Fuji ; de gauche à droite : le lac Kawaguchiko, la ville de Fujiyoshida et le lac Yamanaka.

Sport[modifier | modifier le code]

Mont Fuji et parapente vus de Gotenba, sur le versant méridional.

Les parapentistes décollent du voisinage du parking de Gotenba, entre Subashiri et le pic Hōei-zan, sur le versant sud de la montagne, ou parfois d'autres endroits selon la direction du vent. Plusieurs écoles de parapente utilisent les vastes pentes mi-sablonneuses mi-herbeuses du volcan comme terrain d'entraînement.

Depuis 2012, un ultra-trail appelé Ultra-Trail Mt.Fuji se dispute chaque année en avril au pied du mont Fuji. L'épreuve intègre l'Ultra-Trail World Tour en tant que cinquième étape d'un circuit mondial de dix courses lors de sa fondation en 2013.

Il existe également un circuit automobile au pied du mont Fuji : le Fuji Speedway. Le tracé de 4,563 km a été créé en 1965 et a accueilli le Grand Prix du Japon de Formule 1 en 1976 et 1977. Cette année-là, un grave accident impliquant la Ferrari de Gilles Villeneuve entraîne la mort d'un spectateur et d'un commissaire de piste. Le Japon est privé de Grand Prix jusqu'en 1987 où il se déroule, jusqu'en 2006, à Suzuka[29]. En 2000, le circuit du mont Fuji devient la propriété de Toyota[30] et finalement, en 2007, la compétition y fait son retour avec la victoire de Lewis Hamilton.

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Fujisan, lieu sacré et source d'inspiration artistique *
Patrimoine mondial de l'UNESCO
Hakone et le mont Fuji.
Hakone et le mont Fuji.
Pays Drapeau du Japon Japon
Type Culturel
Critères (iii) (vi)
Superficie 20 638 ha
Zone tampon 49 376 ha
Numéro
d’identification
1418
Zone géographique Asie et Pacifique **
Année d’inscription 2013 (37e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Le mont Fuji fait partie du parc national de Fuji-Hakone-Izu au même titre que les cinq lacs de Fuji, Hakone, la péninsule d'Izu et l'archipel d'Izu. Il est connu pour abriter de rares espèces de lézards, en particulier le lézard Takydromus[31].

Candidat depuis 2007[32], le mont Fuji est inscrit sur la liste des biens culturels du patrimoine mondial de l'UNESCO en juin 2013[33]. Le projet, né au début des années 1990, semblait impossible à réaliser tant les conditions environnementales sont drastiques mais cette perspective a poussé les autorités à se lancer dans un plan de nettoyage de cette montagne emblématique[34].

Observatoire[modifier | modifier le code]

Le nouvel observatoire radar millimétrique du mont Fuji.

En 1932, une station météorologique temporaire est installée au sommet du mont Fuji. Elle récolte de nombreuses informations qu'elle envoie par onde VHF. En 1936, il est décidé de la transformer en station permanente, ce qui en fait la plus élevée au monde à l'époque.

Le , l'installation est complétée par un radar d'une portée de 800 kilomètres possédant une antenne circulaire de cinq mètres de diamètre[35],[36]. Malgré les conditions météorologiques difficiles, il est utilisé en ces lieux jusqu'en 2000 où il est progressivement remplacé par les satellites puis il est redescendu en 2004 au pied de la montagne, au nouvel observatoire millimétrique de Fujiyoshida. Un des buts de la station météorologique est de prévoir les typhons en mesurant la température de l'air, l'humidité et la pression atmosphérique.

Musées[modifier | modifier le code]

Sur les rives du lac Kawaguchi, l'un des cinq lacs du Mont Fuji, le musée d'art Kawaguchiko permet de voir une petite collection de peintures et de photographies directement liée au mont Fuji.

Industries[modifier | modifier le code]

Un shinkansen devant le mont Fuji.

Les eaux souterraines du mont Fuji et des alentours sont utilisées à des fins pharmaceutiques, pour les industries papetières et comme eau minérale grâce à leur richesse en vanadium. Il existe de célèbres sources d'eau chaude tout autour du volcan qui ont permis l'essor du thermalisme.

Le nom de « Fuji » sert de franchise a un certain nombre d'entreprises au Japon, l'une des plus connues étant Fujifilm, la marque de film photo et le fabricant d'appareils photos et caméras numériques.

Le mont Fuji dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Représentations artistiques[modifier | modifier le code]

Du fait de son profil montagneux exceptionnellement symétrique, le mont Fuji est devenu un des symboles du Japon. Après avoir alimenté l'inspiration de nombreux poètes, il apparaît dans d'innombrables représentations picturales (emaki ou rouleaux illustrés, mandalas comme le Fuji-sankei, estampes ukiyoe ou encore artisanat). La plus ancienne retrouvée est un dessin sur le papier d'une porte coulissante datant environ du XIe siècle[37].

Il a été l'objet d'un attachement tout particulier des peintres japonais du XIXe siècle qui, comme le maître de l'estampe nipponne Katsushika Hokusai (1760-1849) avec ses Trente-six vues du mont Fuji (Fugaku Sanjūrokkei, 1831), ont fortement influencé l'impressionnisme européen. En 1835, le même Hokusai publie sa série les Cent vues du Mont Fuji (Fugaku Hyakkei) sous la forme de trois livres en noir et gris[38].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Parallèlement, un autre grand artiste, Hiroshige (1797-1858), présente en 1833-1834 les Cinquante-trois Stations du Tōkaidō qu'il déclinera dans une dizaine d'éditions totalement originales jusqu'en 1857. Il peint également deux séries personnelles des Trente-six vues du mont Fuji[39].

Dans la même période, Utagawa Kuniyoshi (1798-1861) a peint quelques représentations du mont Fuji.

Plus récemment, Kobayashi Kokei (1883-1957) a peint Fuji et Yokoyama Misao (1920-1973) le Fuji rouge (Aka-Fuji)[37]. Shinya Shimoto, qui peint essentiellement des tableaux liés aux catastrophes naturelles, a consacré toute une série de peintures au mont Fuji.

Symbolisme religieux[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire de Sengen, point de départ de l'itinéraire historique de Fujiyoshida.

Le mont Fuji est une montagne sacrée depuis le VIIe siècle. De nombreux synonymes japonais du mont Fuji rendent eux aussi compte de son caractère religieux. Dans le shintoïsme, la légende raconte qu'un empereur ordonna de détruire au sommet de la montagne un élixir d'immortalité qu'il détenait : la fumée qui s'en échappe parfois serait due à ce breuvage qui se consume. De plus, selon la tradition, les divinités shintô Fuji-hime et Sakuya-hime y habiteraient[40] tout comme Kono-banasakuya-hime, « La princesse qui fait fleurir les arbres » (en particulier les cerisiers). Le bouddhisme vénère quant à lui sa forme rappelant le bouton blanc et les huit pétales de la fleur de lotus. Toutes ces raisons font que son ascension est interdite aux femmes jusqu'en 1872 : une chapelle appelée Nyonin-do (« refuge des femmes ») leur permet d'attendre à l'abri leurs maris, fils ou frères.

Un torii près du sommet du volcan.

Afin de vénérer les nombreuses divinités des différentes religions, plusieurs sanctuaires ont été bâtis sur ou aux pieds du mont Fuji et de nombreux torii jalonnent le parcours afin de marquer les limites de l'enceinte sacrée. Des confréries (Fuji-kō) s'y sont établies depuis le XVIIe siècle afin de vénérer la montagne et d'y organiser des pèlerinages, à l'instar de Hasegawa Takematsu en 1630.

C'est à l'époque du décès de Jikigyō Miroku (1671-1733), mort en jeûnant au mont Fuji, que la foi s'est transformée en religion et que l'ascension est devenue rituelle, même si sa pensée a été mal interprétée[41]. Plus récemment, des sectes spécifiquement dédiées au culte du mont Fuji ont été créées, principalement dans les années 1940 comme celle de Fuji-Gōho fondée en 1946 par Ito Gensaku et celle de Fuji-Kyō fondée en 1948 par Hasegawa Teruhiro[40].

Œuvres filmographiques[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Dans le jeu Mystical Ninja Starring Goemon, le joueur doit escalader le mont Fuji pour y trouver un personnage qui tient une boutique à son sommet.
  • Dans les jeux vidéo Pokémon Or, Argent, Cristal, Or HeartGold et Argent SoulSilver le joueur peut y accéder, mais il a été renommé Mont Argenté pour les jeux de la série.
  • Dans le jeu vidéo Ōkami, le joueur doit aller dans les montagnes du Japon, la plus grande d'entre elle se nommant Ezofugi. Ce nom est tiré d'Ezo, qui est le nom des indigènes Ainu du mont Yōtei en Hokkaido, et de Fugi, le nom de la plus grande montagne du Japon, située sur l'île de Honshū.
  • Dans les jeux vidéo Forza Motorsport 3 et 4, une carte dénommée Fujimi Kaido se situe à environ 7 kilomètres du mont Fuji Yama. De cette carte, on peut voir le Fuji et les lacs qui le bordent. Les tracés sont sinueux et très courts.
  • Dans la série de jeux Gran Turismo, le mont Fuji apparaît en arrière-plan sur le circuit Fuji Speedway.
  • Dans le jeu Inazuma Eleven 2, le joueur accède au Mont Fuji, élément clé de l'histoire car il se révèle être le repère de l'Académie Alius. Le sentier perdu est le nom du chemin allant jusqu'au Mont Fuji. Le joueur y affronte l'équipe des Robots, de Genesis, de Diamond dust et du FC Sous-Bois.
  • Dans le jeu Touhou Project 8 : Imperishable Night, le boss du stage extra est Fujiwara no Mokou, dont l'histoire et celle de sa rivale, Kaguya Houraisan, tourne autour du mont Fuji, du Conte du coupeur du bambou (Kaguya-hime) et du clan Fujiwara, une grande famille noble.

Littérature[modifier | modifier le code]

Dans le roman Ni d'Ève ni d'Adam, Amélie Nothomb raconte sa découverte du mont Fuji.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jocelyn Bouquillard, Hokusai : Les trente-six vues du Mont Fuji, Seuil,‎ 2007 (ISBN 2-02-093320-9)
  • Osamu Dazai, Didier Chiche, Cent vues du mont Fuji, Philippe Picquier,‎ 2003 (ISBN 2-87730-653-4)
  • Akira Sasô, Fujisan, Casterman, coll. « Sakka »,‎ 2005 (ISBN 2-203-37341-5)
  • La Lumière du Mont Fuji, Michelle Nikly, Albin Michel, coll. « Contes d'hier et d'aujourd'hui »,‎ 2006 (ISBN 2-226-06710-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sylvain Jouty et Hubert Odier, Dictionnaire de la montagne, Paris, Place des éditeurs,‎ 2009, 883 p. (ISBN 9782258082205), Fuji (mont)
  2. a, b, c, d, e et f (en) Global Volcanism Program - Fuji
  3. Comme la plupart des kanjis, a deux lectures, ON (sonorité approchée du sinogramme correspondant) et kun (mot japonais représenté par ce kanji). Yama est la prononciation kun, san (ou sen) la prononciation ON, qui doit être utilisée ici.
  4. a, b, c, d et e (en) Global Volcanism Program - Synonyms
  5. (ja) Ville de fujinomiya
  6. (ja) 流麗な富士の姿を, « forme du Fuji »
  7. (ja) 富士山アイヌ語語源説について, « étymologie Ainu du mont Fuji »
  8. Bien que le mot 士 peut signifier « soldat » (兵士, heishi) ou samouraï (武士, bushi), son sens originel est « un homme d'un certain statut ».
  9. (ja) Taketori monogatari
  10. a, b et c (fr) La fiche du mont Fuji sur le L.A.V.E
  11. a et b (fr) Données topographiques et géographiques sur le mont Fuji
  12. (en) Global volcanism Program - Gallery
  13. (en) MedBib.com - Medicine & Nature : Philippine Plate
  14. (en) Third ancient volcano discovered deep inside Fuji, The Japan Times,
  15. a et b (ja) Akira Suwa, Fujisan Sono Shizen no Subete (富士山 その自然のすべて, « Mont Fuji, tout sur sa nature »), 1992, Dōbunshoin (ISBN 978-4-8103-4047-1)
  16. (en) Japan Atlas
  17. (en) Mount Jufi facts
  18. (fr) [PDF] WMO Commission for Aeronautical Meteorology, Accident à cause de turbulence - Orographique, p. 5
  19. (fr) Isaac Titsingh, Annales des empereurs du Japon, 1834, p. 118
  20. (fr) Isaac Titsingh, Annales des empereurs du Japon, 1834, p. 416
  21. (en),(ja) [PDF] Distribution of sediment disasters after the 1707 Hoei eruption of Fuji Volcano in central Japan, based on historical documents
  22. (fr) Siyun-sai Rin-siyo, Hayashi Gahō, Nihon Ōdai Ichiran ou Annales des empereurs du Japon (1652), traduit en 1834 par M. Isaac Titsingh avec l'aide de plusieurs interprètes attachés au comptoir hollandais de Nangasaki ; ouvrage relu, complété et corrigé sur l'original japonais-chinois, accompagné de notes et précédé d'un Aperçu d'histoire mythologique du Japon, par M. J. Klaproth
  23. (en) Volcano Research Center of Tokyo University
  24. a et b Volcan: pression anormalement élevée dans la chambre magmatique du Mont Fuji, AFP sur Google News, le 6 septembre 2012
  25. (en) The Tragic Tale of Sir Rutherford Alcock's Dog
  26. a et b (en) U.S. Marines in Japan - History
  27. a, b, c, d et e (en) Climbing mount Fuji
  28. a et b (fr) L'ascension du mont Fuji
  29. (fr) GP du Japon 2007 : destination le mont Fuji, 21 septembre 2006
  30. (fr) GP du Japon F1 : le circuit du mont Fuji, 27 septembre 2007
  31. (en) Fuji-Hakone-Izu National Park
  32. (en) World Heritage - Fujisan
  33. Fujisan, lieu sacré et source d'inspiration artistique, UNESCO
  34. (fr) Pour l’UNESCO, le Mont Fuji fait peau neuve
  35. (en) IEEE History Center: Mount Fuji Radar, 1964
  36. (ja) Mount Fuji Submillimeter-wave Telescope
  37. a et b (fr) Le mont Fuji dans les arts
  38. Matthi Forrer et Edmont de Goncourt, Hokusai, 1988
  39. Marianne Grivel, Hiroshige, un impressionniste japonais, Les albums du cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale, Éd. Albin Michel, 1984
  40. a et b (fr) Le Fuji sacré
  41. (fr) CNRS - Jikigyō Miroku and Ichiji fusetsu no maki
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 16 janvier 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.