Grand Prix automobile du Japon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

35° 22′ 08″ N 138° 55′ 34″ E / 35.3689, 138.926

Grand Prix du Japon

Tracé de la course

Drapeau Suzuka

Données de la course
Nombre de tours 53
Longueur du circuit 5,807 km
Distance de course 307,57 km
Résultats
Vainqueur 2011 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button,
McLaren-Mercedes,
h 30 min 53 s 427
Pole position 2011 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel,
Red Bull-Renault,
min 30 s 466
Record du tour en course 2011 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button,
McLaren-Mercedes,
min 36 s 568

Le Grand Prix du Japon est une course automobile qui compte pour le championnat du monde de Formule 1 depuis 1976. Le Grand Prix a lieu à Suzuka depuis 1987. En 2007 et 2008, il retournera sur le nouveau circuit de Fuji, le Fuji Speedway, comme en 1976 et 1977, pour revenir en 2009 à Suzuka.

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts à Fuji[modifier | modifier le code]

C'est en 1976 que le GP du Japon fait son apparition au calendrier du championnat du monde, sur le rapide circuit tracé à proximité du Mont Fuji. Dernière épreuve de la saison, le GP accueille l'épilogue du duel entre Niki Lauda et James Hunt. En raison des trombes d'eau qui s'abattent sur la piste au moment du départ, Lauda, le miraculé du Nürburgring, préfère renoncer dès la fin du premier tour, laissant le champ libre à son rival anglais. Mais victime d'une crevaison en fin de course, ce dernier est contraint à une folle remontée et finit par arracher le podium synonyme de titre mondial dans la plus grande confusion, à tel point que croyant avoir tout perdu, il sera proche d'en venir aux mains avec son directeur sportif Teddy Mayer. Symbole de la confusion régnant durant la course, le meilleur tour sera attribué par erreur au débutant local Masahiro Hasemi (sur Kojima) alors que selon des sources plus fiables, c'est Jacques Laffite qui s'était montré le plus rapide.

La F1 revient à Fuji en 1977 pour une épreuve sans enjeu. Mais la course est marquée par l'accrochage entre Gilles Villeneuve et Ronnie Peterson. En retombant derrière les barrières de sécurité, la Ferrari du Canadien tue deux personnes situées dans une zone interdite au public. Après seulement deux éditions, le GP du Japon est rayé du calendrier international.

Suzuka[modifier | modifier le code]

Tracé du circuit de Suzuka

Le GP du Japon fait sa réapparition 10 ans plus tard, en 1987. Le retour de la F1 au Japon correspond à la domination exercée par le motoriste Honda depuis 1985. C'est d'ailleurs sur le tracé de Suzuka, propriété de Honda, que le GP est organisé. Placé en fin de championnat (avant-dernière ou dernière épreuve), le GP du Japon va régulièrement jouer un rôle décisif pour l'attribution du titre mondial.

  • GP du Japon 1987 : Victime d'une violente sortie de piste aux essais, Nigel Mansell se fracture plusieurs vertèbres, perdant ainsi toute chance de rattraper son coéquipier Nelson Piquet au championnat. Le Brésilien est ainsi sacré champion du monde.
  • GP du Japon 1988 : Malgré un départ complètement raté, Ayrton Senna parvient à remonter puis à doubler son coéquipier Alain Prost. Il décroche ainsi une victoire synonyme de titre mondial.
  • GP du Japon 1989 : A quelques tours de l'arrivée, Senna place une attaque lointaine sur Alain Prost à la chicane. Prost ferme la porte, provoquant l'accrochage entre les deux pilotes McLaren-Honda. Senna parvient à repartir et à remporter la course, mais il est disqualifié peu après l'arrivée pour avoir court-circuité la chicane. Prost est sacré champion du monde.
  • GP du Japon 1990 : Parti de la pole position (situé sur le côté sale de la piste), Senna se fait surprendre au départ par Prost, désormais chez Ferrari. Mais à l'abord du premier virage, le Brésilien percute volontairement le Français, entrainant l'abandon des deux pilotes, et s'assure ainsi son deuxième titre mondial. La course est également marquée par la troisième place du local Aguri Suzuki qui devient ainsi le premier pilote japonais à monter sur un podium de Formule 1.
  • GP du Japon 1991 : Le duel pour le titre oppose cette fois Senna à Mansell. En partant à la faute, Mansell permet à Senna de décrocher son troisième titre mondial.
  • GP du Japon 1993. Sans enjeu la course est marquée par l'étonnante passe d'arme entre Senna (facile leader de la course sur une piste humide) et le débutant Eddie Irvine, pourtant relégué à un tour. L'explication se poursuivra après la course de manière "virile" et vaudra aux deux hommes d'être suspendu avec sursis par le pouvoir sportif.
  • GP du Japon 1996. Pour la première fois depuis 1977, le GP est en position de cloture du championnat. Facile vainqueur, Damon Hill y est sacré champion du monde, tandis que son rival Jacques Villeneuve est contraint à l'abandon à la suite de la perte d'une roue.
  • GP du Japon 1997 : Exclu du GP à l'issue des qualifications pour avoir ignoré un drapeau jaune (il était déjà sous le coup d'une sanction avec sursis), Jacques Villeneuve parvient à s'aligner au départ de la course après avoir fait appel. Il se livre à une partie de poker menteur avec les pilotes Ferrari dont il sort perdant, la victoire revenant à Michael Schumacher devant Eddie Irvine. Villeneuve sera finalement déclassé, et abordera avec un point de retard sur Schumacher la dernière course de la saison à Jerez.
  • GP du Japon 1998 : Comme en 1996, le GP clot le championnat. Après avoir calé au départ, Schumacher est victime en course d'une crevaison. Facile vainqueur, Mika Häkkinen décroche son premier titre mondial.
  • GP du Japon 1999. Opposé cette fois à Eddie Irvine dans un GP à nouveau décisif pour le titre mondial, Mika Häkkinen décroche une nouvelle victoire et son second titre de champion.
  • GP du Japon 2000 : Victorieux, Schumacher s'assure avant même la fin du championnat de son troisième titre de champion du monde, Häkkinen ne pouvant plus espérer le rejoindre. Il devient le premier pilote depuis Jody Scheckter à être sacré au volant d'une Ferrari.
  • GP du Japon 2003 : Auteur d'une course agitée dans le cœur du peloton, Michael Schumacher décroche néanmoins son sixième titre mondial en terminant 8e, au détriment de son rival finlandais Kimi Räikkönen, 2e.
  • GP du Japon 2005 : Dans une épreuve sans enjeu pour le titre des pilotes mais importante pour celui des constructeurs, Kimi Räikkönen s'impose en dépassant Giancarlo Fisichella à l'entame du dernier tour, après s'être élancé du fond de grille.
  • GP du Japon 2006 : Avant-dernière manche du championnat, l'épreuve est dominée par le leader du championnat du monde Michael Schumacher, jusqu'à la défaillance du moteur de sa Ferrari. La victoire revient à l'Espagnol Fernando Alonso qui effectue du même coup un grand pas vers son deuxième titre mondial.
  • GP du Japon 2011 : Au cours de ce Grand Prix, Sebastian Vettel peut décrocher son deuxième titre mondial s'il inscrit au moins un point. En terminant troisième d'une épreuve remportée par Jenson Button, il devient le plus jeune double champion du monde de l'histoire de la Formule 1.

Retour temporaire à Fuji[modifier | modifier le code]

Tracé du Fuji Speedway où se déroulèrent les Grand Prix 1976, 1977, 2007 et 2008 de Formule 1

Grâce au lobbying de Toyota, propriétaire du circuit, la Formule 1 fait son retour en 2007 sur le Fuji Speedway, tracé modernisé par l'architecte allemand Hermann Tilke. Comme en 1976, la course est marquée par des conditions climatiques détestables mêlant pluie et brouillard. Le Grand Prix n'est réellement lancé qu'à l'issue de 19 tours passés au ralenti derrière la safety-car et donne lieu à de multiples incidents. La victoire de Lewis Hamilton, combinée à la sortie de route de son coéquipier Fernando Alonso, lui permet de prendre ce que l'on pense être une option quasi-définitive sur le titre mondial. L'année suivante, la course se déroule sur le sec et voit la victoire de Fernando Alonso, revenu chez Renault. Après un retour prévu à Suzuka en 2009 selon le principe de l'alternance entre les deux circuits, Toyota décide de ne plus soutenir l'organisation du GP du Japon à Fuji en 2010 pour raisons économiques, marquant un retour définitif à Suzuka pour les prochaines années.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Vainqueurs par année[modifier | modifier le code]

Année Vainqueur Écurie Circuit Résultats
1976 Drapeau des États-Unis Mario Andretti Drapeau du Royaume-Uni Lotus-Ford Fuji Résultats
1977 Drapeau du Royaume-Uni James Hunt Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Ford Fuji Résultats
1978-1986 Non couru
1987 Drapeau de l'Autriche Gerhard Berger Drapeau de l'Italie Ferrari Suzuka Résultats
1988 Drapeau du Brésil Ayrton Senna Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Honda Suzuka Résultats
1989 Drapeau de l'Italie Alessandro Nannini Drapeau du Royaume-Uni Benetton-Ford Suzuka Résultats
1990 Drapeau du Brésil Nelson Piquet Drapeau du Royaume-Uni Benetton-Ford Suzuka Résultats
1991 Drapeau de l'Autriche Gerhard Berger Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Honda Suzuka Résultats
1992 Drapeau de l'Italie Riccardo Patrese Drapeau du Royaume-Uni Williams-Renault Suzuka Résultats
1993 Drapeau du Brésil Ayrton Senna Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Ford Suzuka Résultats
1994 Drapeau du Royaume-Uni Damon Hill Drapeau du Royaume-Uni Williams-Renault Suzuka Résultats
1995 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Drapeau du Royaume-Uni Benetton-Renault Suzuka Résultats
1996 Drapeau du Royaume-Uni Damon Hill Drapeau du Royaume-Uni Williams-Renault Suzuka Résultats
1997 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Drapeau de l'Italie Ferrari Suzuka Résultats
1998 Drapeau de la Finlande Mika Häkkinen Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes Suzuka Résultats
1999 Drapeau de la Finlande Mika Häkkinen Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes Suzuka Résultats
2000 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Drapeau de l'Italie Ferrari Suzuka Résultats
2001 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Drapeau de l'Italie Ferrari Suzuka Résultats
2002 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Drapeau de l'Italie Ferrari Suzuka Résultats
2003 Drapeau du Brésil Rubens Barrichello Drapeau de l'Italie Ferrari Suzuka Résultats
2004 Drapeau de l'Allemagne Michael Schumacher Drapeau de l'Italie Ferrari Suzuka Résultats
2005 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes Suzuka Résultats
2006 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Drapeau de la France Renault Suzuka Résultats
2007 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes Fuji Résultats
2008 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso Drapeau de la France Renault Fuji Résultats
2009 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault Suzuka Résultats
2010 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault Suzuka Résultats
2011 Drapeau du Royaume-Uni Jenson Button Drapeau du Royaume-Uni McLaren-Mercedes Suzuka Résultats
2012 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault Suzuka Résultats
2013 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Drapeau de l'Autriche Red Bull-Renault Suzuka Résultats
2014 Drapeau de la Grande-Bretagne Lewis Hamilton Drapeau de l'Allemagne Mercedes Suzuka Résultats

Classement des pilotes par nombre de victoires[modifier | modifier le code]

(Mis à jour après le Grand Prix du Japon 2014)

Nombre de
victoires
Pilotes Pays
6 victoires Michael Schumacher Drapeau de l'Allemagne Allemagne
4 victoires Sebastian Vettel Drapeau de l'Allemagne Allemagne
2 victoires Gerhard Berger Drapeau de l'Autriche Autriche
2 victoires Ayrton Senna Drapeau du Brésil Brésil
2 victoires Damon Hill Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
2 victoires Mika Häkkinen Drapeau de la Finlande Finlande
2 victoires Fernando Alonso Drapeau de l'Espagne Espagne
2 victoires Lewis Hamilton Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
1 victoire Kimi Räikkönen Drapeau de la Finlande Finlande

Liens externes[modifier | modifier le code]