Ōkami

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ōkami
image

Éditeur Capcom
Développeur Clover Studio (PS2)
Ready at Dawn (Wii)
Concepteur Hideki Kamiya (directeur)
Atsushi Inaba (producteur)[1]

Date de sortie PlayStation 2
Icons-flag-jp.png 20 avril 2006
Icons-flag-us.png 19 septembre 2006
Icons-flag-eu.png 9 février 2007

Wii
Icons-flag-us.png 15 avril 2008[2]
Icons-flag-eu.png 12 juin 2008 [3]
Icons-flag-jp.png printemps 2009[2]

Genre Action-Aventure
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme PlayStation 2, Wii, PlayStation 3
Média DVD-ROM
Contrôle DualShock 2, Wiimote, DualShock 3, PS Move

Évaluation PEGI : 12+
Atsushi Inaba est le producteur du jeu.

Ōkami (大神?, littéralement « grande déesse », ou « loup » si écrit [4]) est un jeu vidéo d'action-aventure développé par Clover Studio et édité par Capcom en 2006 sur PlayStation 2. L'adaptation sur la console Wii, développée par Ready at Dawn, est sortie le 12 juin 2008. Une suite sur Nintendo DS appelée Ōkamiden est sortie début 2011. Un portage en HD sur PS3 compatible PS Move est sorti le 31 octobre 2012 sur le PSN, et est gratuit pour les abonnés PSN+ jusqu'au 31 mai 2013.

Histoire[modifier | modifier le code]

Amaterasu, réincarnée dans une statue en l'honneur du légendaire loup blanc Shiranui, déesse du soleil et de la lumière et reine des hautes plaines célestes (Takama ga Hara), selon la mythologie shinto, est réveillée par Sakuya, la déesse de la flore, afin de rendre ses couleurs à un monde envahi par les ténèbres à la suite de la résurrection d'un puissant démon, le dragon octocéphale, Yamata-no-Orochi.

Matérialisée sur Terre sous la forme d'une louve blanche, Amaterasu parcourt ainsi le monde en compagnie d'une sorte de lilliputien répondant au nom d'« Issun, l'artiste errant », en utilisant les techniques du pinceau céleste pour faire revenir ordre et beauté dans l'environnement.

Titre[modifier | modifier le code]

Si ōkami signifie loup, les kanji utilisés signifient plutôt grande déesse. Il s'agit d'un jeu de mot entre ōkami (?, loup) et ō ( ?, grand) + kami (, divinité?)[5]. Le titre fait aussi référence à la déesse Amaterasu qui est parfois nommée Amaterasu Ōkami (天照大神?)[6].

Originalités[modifier | modifier le code]

Ōkami marque à première vue de par ses graphismes originaux utilisant intensivement la technique du cell-shading afin de proposer un rendu similaire à une estampe japonaise (de type lavis) en perpétuel mouvement. L'image dispose d'un grain similaire à du papier de riz et les couleurs font penser à un encrage coloré à l'encre de Chine. Le jeu devait à l'origine avoir une 3D ordinaire, comme le montrent les vidéos diffusées en mai 2005, mais, d'après une interview d'Atsushi Inaba, ils ont dû y renoncer pour des contraintes matérielles, bien que, au final, notamment à cause du cell-shading, le jeu nécessite toutes les ressources de la console[7].

Ōkami est également peu commun dans son gameplay et sa progression : le jeu gère des techniques de dessins magiques. Par une simple pression de bouton, un pinceau magique apparaît à l'écran et permet d'influer sur les décors. Il est ainsi possible de trancher des obstacles gênant le passage, de ramener la lumière en dessinant un soleil, de poser des feuilles de nénuphars sur des lits d'eau, contrôler les éléments, etc. Les sphères de bonheur permettent d'augmenter ses attributs divins et s'obtiennent en nourrissant les animaux, ou en aidant les différents personnages. Il y a 15 techniques du pinceau à récupérer :

  • Renaissance (répare des objets cassés ou fait apparaître des objets manquants)
  • Lame Lumière (permet de trancher toute sorte d'objets)
  • Soleil Divin (pour faire apparaître le soleil)
  • Floraison (faire refleurir les plantes ou les arbres)
  • Bombe Flamboyante (crée une bombe qui explose après un court délai ou au contact d'un ennemi)
  • Nénuphar (crée un nénuphar praticable à la surface de l'eau)
  • Liane Magique (permet de relier Amaterasu à certaines fleurs et de la déplacer jusqu'à celle-ci)
  • Flot Majestueux (crée un geyser à partir de certains points d'eau)
  • Clair de Lune (change le jour en nuit)
  • Vent Glorieux (crée une bourrasque de vent)
  • Colère Ardente (à partir d'une source de feu, permet d'enflammer différents éléments ou ennemis)
  • Brume Occulte (ralentit le temps)
  • Danse du Chat (permet de grimper verticalement à partir des statues de chat)
  • Eclair Souverain (crée un éclair à partir d'une source électrique)
  • Neige Eternelle (glace des objets ou ennemis à partir d'une source gelée)

D'autres techniques secrètes peuvent aussi être trouvées, notamment pour maîtriser divers sorts élémentaires.

Succès & adaptation[modifier | modifier le code]

Ce titre est l'avant-dernière production de Clover Studio qui fermera ses portes en mars 2007. Le jeu connut surtout un succès critique et devint rapidement culte malgré sa faible exportation. Seules 10000 copies de la version PlayStation 2 furent distribuées en France[8].

Le jeu connut une adaptation sur la Wii en juin 2008. Bien qu'identique en terme de contenu, la version Wii se distingue de par ses graphismes en Cell Shading[9] contrairement à la version PS2 qui possédait un grain d'image rappelant celui du papier de riz et l'absence des crédits originaux[10].

Une version HD du jeu est également sortie sur le PlayStation Store de la PlayStation 3, le 31 octobre 2012 (30 octobre 2012 aux Etats-Unis, et le 1er novembre 2012 au Japon).

Réactions[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse papier
Média Note
Edge (GB) 9/10
Famitsu (JP) 39/40
Joypad (FR) 10/10
Presse numérique
Média Note
Gamekult (FR) 9/10
IGN (US) 9,1/10

Le magazine officiel de la PlayStation 2 lui attribue un 20/20, chose arrivée une seule fois auparavant depuis l'existence du magazine avec Grand Theft Auto: San Andreas.

Le magazine français Joypad attribue la note parfaite au jeu : « Okami est assurément la plus grande réussite de Clover, tant sur le plan visuel que dans l'intérêt de son gameplay. Il sublime tous les jeux d'aventure vus jusqu'à ce jour et diffuse un charisme unique qui restera gravé dans les annales »[11].

Sur le site Jeuxvideo.com, il reçoit une note de 20/20 en graphismes, ce qui n'avait plus été attribué depuis 1999 pour le jeu Wip3out sur PlayStation[12].

Le site Gamekult commente : « Okami apparaît comme un hommage au Japon traditionnel, à ses mythes et légendes, à son art atemporel. Son esthétique si particulière confère au jeu une ambiance inouïe, poétique et envoûtante. Le titre de Capcom s'enrichit, qui plus est, d'un gameplay évoquant beaucoup un certain Zelda et qui promet une aventure riche et passionnante oscillant entre drame et légèreté. Les sources d'inspiration paraissent nombreuses, mais elles n'empêchent pas un instant Okami de se distinguer comme une production hors normes qui impressionne par sa cohérence et sa justesse ».

Ōkami a également reçu de nombreuses récompenses dont les Game Developers Choice Awards 2006 du character design et de l'innovation, l'IGN award du meilleur jeu d'aventure de l'année 2006[13], le titre du meilleur jeu de l'année 2006 par le célèbre groupe Associated Press[14] ou encore les BAFTA Games Awards 2007 de la direction artistique et de la musique originale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Games Credits for Ōkami », MobyGames
  2. a et b Fiche du jeu sur IGN
  3. Brève sur jeuxvideo.com
  4. Jane Pickard, « Previews: Ōkami »,‎ 16 septembre 2005 (consulté le 20 mars 2011)
  5. (en) Jane Pickard, « Previews: Ōkami »,‎ 16 September 2005 (consulté le 18 October 2007)
  6. (en) Lawrence Bishop, « Ōkami », Idle Thumbs,‎ 15 February 2007 (consulté le 9 August 2007)
  7. Okami : le prototype réaliste, Overgame.com, 31 août 2007.
  8. Jeuxvideo.com Gaming Live de la version française du jeu Okami
  9. image pour comparaison de la version Wii
  10. image pour comparaison de la version PS2
  11. Test d'Ōkami dans Joypad, no 171, .
  12. Test d'Ōkami sur le site Jeuxvideo.com, 5 février 2007.
  13. Best Of 2006, 11 février 2007, IGN
  14. The Best and Worst of 2006's Video Games, LOU KESTEN (Associated Press Writer), SFGate.com, 27 décembre 2006.

Liens externes[modifier | modifier le code]