Benkei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Benkei volant la cloche du Mii-dera (Kuniyoshi Utagawa).

Benkei (弁慶), de son nom complet Saitō Musashibō Benkei (西塔武蔵坊弁慶) (1155-1189), est un sōhei (moine-guerrier) et un yamabushi de l'ère Heian qui fut un compagnon de Minamoto no Yoshitsune. Il est généralement décrit comme un homme très fort (il était censé mesurer plus de 2 mètres) et très loyal et est l'un des sujets favoris du folklore japonais. Sa vie a été tellement utilisée et distordue dans le kabuki et le théâtre qu'il est aujourd'hui impossible de distinguer la vérité de la légende.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Les histoires varient considérablement au sujet de la naissance de Benkei. Certaines disent que son père était un dirigeant de sanctuaire qui avait violé sa mère, fille d'un forgeron. D'autres affirment qu'il a été créé par un dieu du temple. Beaucoup lui donnent les attributs d'un démon, un enfant monstrueux avec des cheveux rebelles et de longues dents. Son nom d'enfance est censé avoir été Oniwaka (鬼若), soit « l'enfant du démon ».

Il rejoint le cloître à un jeune âge et fait de nombreux voyages dans les monastères bouddhistes du Japon qui, à cette époque, étaient d'importants centres d'administration et de culture, et possédaient des armées privées de moines-guerriers. Comme beaucoup d'autres moines, Benkei fut probablement entraîné dans l'art de la guerre. À l'âge de 17 ans, il quitte le monastère bouddhique et rejoint les yamabushi, une secte de moines montagnards reconnaissables à leurs manteaux noirs (au Japon, Benkei est souvent représenté avec ce costume).

Rencontre avec Yoshitsune[modifier | modifier le code]

"Yoshitsune et Benkei regardant des fleurs de cerisier", par Yoshitoshi Tsukioka, 1885

La légende affirme que Benkei s'était posté sur le pont de Gojo à Kyōto, où il attaquait tous les hommes d'armes qu'il croisait, collectionnant ainsi 999 sabres. À son millième duel, Benkei fut vaincu par Minamoto no Yoshitsune, un membre du clan Minamoto. Après cela, il devint son vassal et se battit à ses côtés contre le clan Taira durant la guerre de Gempei. Yoshitsune eut à son crédit la majeure partie des victoires du clan Minamoto durant la Guerre de Genpei et spécialement la bataille navale décisive de Dan-no-ura. Après la fin de la guerre, Yoshitsune rejoignit la cour de l'empereur retiré Go-Shirakawa, et lorsque les relations se dégradèrent entre l'ancien empereur et le frère aîné de Yoshitsune, Minamoto no Yoritomo, ce dernier se retourna contre lui.

Durant les deux ans d'épreuves suivants, Benkei accompagna Yoshitsune, à présent hors-la-loi, dans sa fuite, avant qu'ils soient finalement encerclés en 1189 à la bataille de Koromogawa. La légende raconte comment Benkei, transpercé de dizaines de flèches, combattit debout jusqu'à la fin, et mourut debout, restant figé dans cette position après sa mort. Dans un épisode du manga Détective Conan qui y fait référence, le héros suggère que les efforts du combat avaient tellement tétanisé les muscles de Benkei qu'ils sont entrés en rigidité cadavérique presque immédiatement.

Postérité[modifier | modifier le code]

Statues de de Yoshitsune et Benkei

L'honneur et la loyauté de Benkei font de lui l'une des personnalités les plus populaires du folklore japonais. Sa légende fut notamment racontée dans des gunki-mono tels que Heike Monogatari, le Gempei Seisuiki, le Gigei-ki et le Benkei Monogatari. Il fut également sujet de nombreuses pièces de théâtre et de kabuki.

Dans une pièce de kabuki, Benkei est placé dans un dilemme moral, pris entre le mensonge et la protection de son seigneur, dans le but de passer un pont. Le moment critique de la pièce est lorsque le moine réalise sa situation et prie pour faire ce qu'il doit. Dans une autre pièce, Benkei va jusqu'à tuer son propre enfant pour sauver la fille d'un seigneur. Dans le kabuki Kanjinchō (filmé par Akira Kurosawa dans Les hommes qui marchèrent sur la queue du tigre), Benkei doit battre son propre maître, déguisé en porteur, pour éviter de révéler son déguisement.

Parallèlement à la littérature, les légendes orales se sont multipliées à propos de Benkei, tant au Japon qu'en Russie. On raconte que Benkei et son maître Yoshitsune, après avoir séjourné à Hiraizumi, dans la région de Tōhoku, auraient gagné secrètement la Russie, où leur trace se serait perdue. Dans d'autres versions, Yoshitsune serait devenu Gengis Khan.

En 2013, sur leur album Arts Martiens, IAM lui rend hommage dans une chanson titrée « Benkei et Minamoto ».

Benkei dans la culture japonaise et mondiale[modifier | modifier le code]

  • personnage du jeu de combat Blood Warrior, développé par Kaneko.
  • personnage du jeu de carte Katana.

Référence[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :