Mont Ontake

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mont Ontake
Vue du mont Ontake enneigé vu depuis le col Kuzo au nord-est.
Vue du mont Ontake enneigé vu depuis le col Kuzo au nord-est.
Géographie
Altitude 3 067 m
Massif Honshū
Coordonnées 35° 53′ 34″ N 137° 28′ 49″ E / 35.892778, 137.48027835° 53′ 34″ Nord 137° 28′ 49″ Est / 35.892778, 137.480278  
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Chūbu
Préfectures Nagano, Gifu
Géologie
Âge 680 000 ans
Type Volcan gris
Activité Actif
Dernière éruption 27 septembre 2014
Code 283040

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Mont Ontake

Le mont Ontake (御嶽山, Ontake-san?) ou mont Kiso Ontake (木曽御嶽山, Kiso Ontake-san?) est un stratovolcan du Japon situé dans le centre de l'île de Honshū, à la frontière entre les préfectures de Gifu et de Nagano, à une centaine de kilomètres au nord-est de Nagoya. Il s'agit du deuxième volcan le plus élevé du Japon avec 3 067 mètres d'altitude, après le mont Fuji, et du seizième sommet de l'archipel par sa hauteur de culminance[1]. Il fait partie des 100 montagnes célèbres du Japon. Dans la culture locale, c'est une montagne sacrée importante.

Géographie[modifier | modifier le code]

En 1927, le géologue Tanaka Akamaro de l'université de Kyoto réalise un inventaire des lacs volcaniques du Japon. Il a ainsi recensé cinq de ces lacs sur le mont Ontake dont le Ni no Ike (二ノ池), le plus haut lac de montagne du Japon avec une altitude de 2 905 mètres. C'est sur sa rive orientale que se trouve le refuge.

Le mont Ontake est connu au Japon comme la montagne aux cascades, taki no yama (滝の山), en raison de leur très grand nombre (plus de 200 d'une hauteur d'au moins cinq mètres). On y trouve la plus haute chute d'eau du Japon à une altitude de 2 800 mètres. C'est un lieu réputé pour les randonnées et les sports d'hiver avec plusieurs stations de ski sur ses flancs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mont Ontake, longtemps considéré comme éteint, recommence à émettre des fumerolles en 1968. Une éruption majeure se produit du 28 octobre 1979 au 25 avril 1980 tandis que deux autres éruptions mineures surviennent en 1991 et 2007[2].

Le 27 septembre 2014, à 11 h 53 du matin heure locale (UTC +9)[3], le volcan entre en éruption, prenant par surprise les autorités, les scientifiques ainsi que les randonneurs présents sur ses flancs et au sommet. La catastrophe fait 53 morts et quelques disparus ; les forces japonaises d'autodéfense lancent les recherches des disparus par hélicoptère[4]. La dernière éruption volcanique ayant entraîné des morts au Japon remonte à 1991 lorsque le mont Unzen avait tué 43 personnes par une nuée ardente[5]. D'après les observations effectuées sur place et le type de phénomènes observés (explosions, chutes de blocs et de cendres hydratés, absence de lave), les scientifiques estiment que l'éruption est de type phréato-magmatique, c'est-à-dire des explosions de vapeur d'eau provoquées par la chaleur du magma sous-jacent et entraînant avec elle des matériaux natifs qui retombent aux alentours, mais pas de type magmatique, c'est-à-dire l'expulsion de magma sous forme de lave[6].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans le roman L'Art des Amants, une sismologue découvre un traité d'art datant du XIe siècle dans un petit temple perdu sur les flancs du mont Ontake[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Japan Ultra-Prominences
  2. (it) « Giappone: erutta il vulcano Ontake, si contano un morto e oltre 30 feriti gravi », sur Mediaset TGCOM24,‎ 27 septembre 2014 (consulté le 28 septembre 2014)
  3. (en) « 御嶽山が噴火 火口から4キロ程度は警戒を », NHK,‎ 27 septembre 2014 (consulté le 27 septembre 2014).
  4. « Eruption du volcan Ontake au Japon : 48 morts selon un dernier bilan », Le Parisien,‎ 1er octobre 2014 (lire en ligne)
  5. « Eruption du volcan Ontake : le bilan s’alourdit », Les Échos,‎ 28 septembre 2014 (lire en ligne)
  6. « Eruption du volcan Ontake au Japon : au moins 36 victimes, les secours suspendus », Libération,‎ 29 septembre 2014 (lire en ligne)
  7. George Heden, L'Art des Amants, Les Éditions du Net, 2014 (ISBN 978-2-312-02799-9)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :