Tomu Uchida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Uchida.

Tomu Uchida

Description de l'image  UchidaTomu.jpg.
Naissance 26 avril 1898
Okayama, Japon
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Décès 7 août 1970
Profession Réalisateur
Films notables Le Mont Fuji et la lance ensanglantée
Meurtre à Yoshiwara
Le Détroit de la faim

Tomu Uchida (内田 吐夢, Uchida Tomu?), de son vrai nom Tsunejirō Uchida (内田 常次郎, Uchida Tsunejirō?), né le 26 avril 1898 à Okayama et mort le 7 août 1970, est un réalisateur japonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Okayama, Uchida part à 16 ans pour Yokohama pour travailler dans une fabrique de piano. Après son service militaire, il travaille comme accordeur de piano, dans une grande pauvreté. C'est durant cette période qu'il développe une passion pour le monde occidental et adopte le surnom de Tom, transcrit par deux caractères qui peuvent se lire Tomu.

Jun'ichirō Tanizaki lui offre ses premiers rôles au cinéma au début des années 1920. À partir de 1926, il travaille comme réalisateur pour la compagnie Nikkatsu. Il s'impose rapidement comme un des réalisateurs les plus importants de l'avant-guerre au Japon, avec des films comme Kagirinaki Zenshin (1937) et Tsuchi (1939). Fervent nationaliste, il soutient l'aventure militariste du Japon et décide de s'exiler en 1940 en Mandchourie, alors contrôlée par le Japon, pour y tourner des films. Fait prisonnier par les Chinois, il restera en Chine jusqu'en 1953, contraint un temps au travail forcé et découvrant la pensée de Mao. La critique communiste de la société sera un élément important de sa filmographie à venir. Rentré au Japon, il travaille à la compagnie Toei et devient un spécialiste renommé du jidaigeki dans un style plus réaliste et teinté de critique sociale. C'est ainsi qu'en 1955, il tourne un des films japonais les plus importants de l'après-Seconde Guerre mondiale : Le Mont Fuji et la lance ensanglantée, où l'influence des idées communistes sur Uchida transparaît nettement dans la critique des rapports entre les classes sociales. Il tourne également des films contemporains (gendaigeki) à thème social comme La Dernière extrémité (Dotanba) en 1957 ou Le Détroit de la faim (1964). Tomu Uchida meurt au cours du tournage de Duel à mort (Shinken shobu) en 1970.

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

  • 1927 : Trois jours de compétition (Kyoso Mikkakan)
  • 1928 : La Ligue antialcoolique des buveurs (Nomisuke Kinshu Undo)
  • 1928 : La Lumière (Hikari)
  • 1929 : Le Vent du monde libre (Shaba no Kaze)
  • 1929 : La Poupée vivante (Ikeru Ningyo)
  • 1930 : Taiyoji, l'enfant des mers (Taiyoji Defune no Minato)
  • 1930 : La Sueur (Ase)
  • 1931 : Jean Valjean (Jan Barujan)
  • 1931 : Le Champion de la vengeance (Adauchi Senshu)
  • 1932 : Debout sur la terre (Daichi ni Tatsu)
  • 1932 : Un amour infini (Ai wa doko mademo)
  • 1933 : L'Appel de l'Asie (Sakebu Ajia)
  • 1933 : Le Policier (Keisatsukan)
  • 1934 : Le Soleil sur le fleuve (Kawa no Ue no Taiyo)
  • 1934 : Vent chaud (Neppu)
  • 1935 : Le Trône de l'homme blanc (Hakujin no Oza)
  • 1936 : Le Théâtre de la vie - Jeunesse (Jinsei Gekijo - Seishun Hen)
  • 1936 : La Couronne de vie (Seimei no Kanmuri)
  • 1937 : La Ville nue (Hadaka no Machi)
  • 1937 : L'Avancée éternelle/Le Chemin sans fin (Kagirinaki Zenshin)
  • 1938 : Les Mille et une nuit de Tokyo (Tokyo Senichiya)
  • 1939 : La Terre (Tsuchi)
  • 1940 : Histoire (Rekichi)
  • 1942 : Torii Suneemon
  • 1955 : Le Mont Fuji et la lance ensanglantée (血槍富士, Chiyari Fuji) [1]
  • 1955 : Le Bar du crépuscule/La Brasserie (Tasogare Sakaba)
  • 1955 : Chacun dans sa coquille (Jibun no ana no nakade )
  • 1956 : La Révolte des Kuroda (Kuroda Sodo)
  • 1956 : Les Paysans opprimés (Gyakushu Gokumon Toride)
  • 1957 : La Route des malandrins (Abarenbo Kaido)
  • 1957 : Le Passage du grand Bouddha I (Daibosatsu tôge I)
  • 1957 : La Dernière extrémité/Au dernier moment (Dotanba)
  • 1958 : Un Lion de mille ryos (Sen Ryo-jishi)
  • 1958 : Le Passage du grand Bouddha II (Daibosatsu tôge II)
  • 1958 : La Fête des forêts et des lacs (Mori to Mizuumi no Matsuri)
  • 1959 : Le Passage du Grand Bouddha III (Daibosatsu tôge III)
  • 1959 : Une histoire d'amour de Naniwa (Naniwa no Koi no Monogatari)
  • 1960 : Saké, femmes et lances (Sake to Onna to Yari)
  • 1960 : Meurtre à Yoshiwara (花の吉原百人斬り, Hana no Yoshiwara hyaku-nin giri) [2]
  • 1961 à 1965 : Musashi Miyamoto en cinq épisodes
  • 1962 : La Renarde folle (Koi ya Koi Nasuna Koi)
  • 1965 : Le Détroit de la faim (飢餓海峡, Kiga kaikyo)[3]
  • 1968 : Le Théâtre de la vie : Hishakaku et Kiratsune (Jinsei Gekijo - Hishakaku to Kiratsune)
  • 1970 : Duel à mort (Shinken Shobu)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. critique sur eiga go go
  2. critique sur eiga go go
  3. critique sur eiga go go

Liens externes[modifier | modifier le code]