Sanctuaires et temples de Nikkō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sanctuaires et temples de Nikko *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Vue du Nikkō Tōshō-gū
Vue du Nikkō Tōshō-gū
Coordonnées 36° 44′ 51″ N 139° 36′ 38″ E / 36.7475, 139.6105636° 44′ 51″ Nord 139° 36′ 38″ Est / 36.7475, 139.61056  
Pays Drapeau du Japon Japon
Subdivision Préfecture de Tochigi
Type Culturel
Critères (i) (iv) (vi)
Superficie 50,8 ha
Numéro
d’identification
913
Zone géographique Asie et Pacifique **
Année d’inscription 1999 (23e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Les sanctuaires et temples de Nikkō (日光の社寺, nikkō no shaji?) sont inscrits au patrimoine mondial de l'humanité depuis 1999.

Fréquentation[modifier | modifier le code]

L'ensemble des sites sont très fréquentés. En 1996, 1,7 million de personnes ont visité les sanctuaires et temples de Nikkō dont 550 000 étudiants et 20 000 étrangers[1].

Jardins[modifier | modifier le code]

Plantés de cèdres du Japon et de pins, les jardins qui entourent les sanctuaires et temples de Nikko sont patiemment travaillés. Escaliers et sentiers sont dallés de pierre. Afin de leur donner une forme savante, les branches des arbres sont élaguées et parfois redessinées à l'aide de tuteurs. Au romantisme désordonné des jardins à l'anglaise, les Japonais préfèrent cette recherche esthétique qui harmonise l'art et la nature.

Liste des sites[modifier | modifier le code]

Au total le site comprend 103 bâtiments dont 9 sont classés comme « Trésors nationaux » et 94 comme « Biens culturels importants ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]