Issun-bōshi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Issun-bōshi (一寸法師?, le garçon d’un pouce) est le sujet d’un conte de fées japonais. Cette histoire peut être trouvée dans de vieux livres illustrés japonais, les otogizōshi. Elle a pris de nombreuses formes autour du monde et est l’équivalent de Tom Pouce dans la tradition occidentale.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'histoire commence avec un vieux couple, sans enfants qui vit seul. La vieille femme souhaitait un enfant, malgré son grand âge : « S'il vous plaît, s’il vous plaît, laissez-nous avoir un enfant, peu importe s’il est petit. » Finalement, ils eurent cet enfant, mais petit il était en effet : pas plus grand que le bout du doigt d'un adulte. Ils le nommèrent Issun-bōshi (Issun est une mesure d'approximativement trois centimètres, et bōshi signifie fils). L'enfant, malgré son incroyable petitesse, était bien traité par ses parents. Un jour, le garçon se rendit compte qu'il ne grandirait jamais, il prit donc la décision de partir en voyage pour trouver sa place dans le monde. Aimant se croire un samouraï miniature, on donna à Issun-bōshi une aiguille à coudre pour épée, un bol à soupe comme bateau et des baguettes pour avirons.

Il navigua vers le bas de la rivière jusqu’à la ville, où il fit une requête pour travailler au gouvernement et alla par la suite à la maison d'un riche daimyo dont la fille était une princesse séduisante. Il fut méprisé pour sa taille, mais on lui donna néanmoins comme travail d'accompagner la princesse comme son ami de jeu. Tandis qu'ils voyageaient ensemble, ils furent soudainement attaqués par un oni (ou un ogre dans certaines traductions), qui s’occupa de l’embêtant garçon en l'avalant. Le garçon battit l'oni en le piquant de l'intérieur avec son aiguille/épée. L’oni cracha Issun-bōshi et laissa tomber le maillet magique d'Uchide (en) en s’enfuyant. Comme récompense pour son courage, la princesse utilisa le pouvoir du maillet pour lui donner une taille normale. Issun-bōshi et la princesse restèrent des compagnons proches et finalement se marièrent.

Source[modifier | modifier le code]