Transport au Japon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Mont Fuji vu depuis une autoroute à proximité de Yamanashi

Le Japon possède l'une des principales flottes maritimes mondiales, deux compagnies aériennes internationales, un réseau routier développé et bien entretenu. L'une des spécificités du transport japonais est son réseau de trains, métros et trains à grande vitesse (Shinkansen) très dense et efficace.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Transport ferroviaire au Japon.

L'une des spécificités du transport japonais est son réseau de trains, métros et trains à grande vitesse (Shinkansen) très dense et efficace.

Transport routier[modifier | modifier le code]

L'infrastructure routière nipponne est bien entretenue et couvre une très grande partie du territoire. L'activité automobile se densifie près des agglomérations, notamment au niveau des autoroutes.

Le réseau routier total est de 1 166 340 km dont environ 77 % recouverts de bitume.

Le sens de circulation est à gauche. Historiquement, cela serait dû au fait que les samouraï (droitiers en majorité) ne devaient pas choquer leur sabre en se déplaçant sur les routes. En roulant à gauche, les sabres se retrouvent sur le côté extérieur de la route.

Transport maritime[modifier | modifier le code]

En raison du statut insulaire du Japon, la flotte nipponne est l'une des plus importantes de toute la planète. La flotte de pêche japonaise est une des plus importantes au monde et réalise presque 15 % des prises totales. Quant à la marine marchande, celle-ci dispose de 3 751 navires pour 183 millions de tonnes de port en lourd – dont 169 millions sous pavillon étranger – (au 1er janvier 2010), se plaçant ainsi au deuxième rang des nations maritimes (derrière la Grèce) et représentant une part importante (15,73 %) du tonnage total mondial[1]. Il est à noter que 71,39 % du tonnage total japonais est immatriculé au Panama (pavillon de complaisance)[1].

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Le Japon possède deux compagnies aériennes internationales qui sont : la Japan Airlines (ou JAL) fondée en 1951 et la All Nippon Airways (ou ANA) fondée en 1952, cette dernière étant devenue ensuite une compagnie internationale. Leurs flottes sont d'importance et assurent une liaison en continu avec de nombreux pays du monde.

Le marché pour les vols intérieurs est ouvert à la concurrence. Outre les compagnies des groupes ANA (Air Nippon (en), Air Nippon Network (en) et ANA Wings (en)) et JAL (Hokkaido Air System, J-Air, Japan Air Commuter, Japan Transocean Air et Ryukyu Air Commuter), sont disponibles airtransse (en), Amakusa Airlines (en), Fuji Dream Airlines, Ibex Airlines, New Central Airlines (en) et Oriental Air Bridge. La configuration géographique de l'archipel étant très favorable au chemin de fer, surtout sur les axes principaux desservis par les shinkansen, la bataille entre l'avion et le rail est rude. Néanmoins, le trafic est tel que les deux modes affichent des chiffres de fréquentation enviables. Les vols intérieurs sont intéressants uniquement pour les longues distances. Il existe ainsi un nombre important de compagnies Low Cost proposant des tarifs compétitifs pour la plupart des grandes villes et certains vols à destination de la Corée du Sud : Air Japan et Peach Aviation (en) du groupe ANA, JAL Express, mais aussi AirAsia Japan (en), Hokkaido International Airlines (surnommée « Air Do »), Jetstar Japan (en), Skymark Airlines, Skynet Asia Airways et StarFlyer.

Canalisations[modifier | modifier le code]

Le Japon possède 84 km de canalisations destinés au pétrole brut, 322 km pour les produits pétroliers et 1 800 km pour le gaz naturel.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [1], United Nations Conference on Trade and Development, New-York et Genève 2010

Lien externe[modifier | modifier le code]