Ilya Prigogine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ilya Prigogine

Naissance 25 janvier 1917
Moscou (Russie)
Décès 28 mai 2003 (à 86 ans)
Bruxelles (Belgique)
Nationalité Russe (1917-1949)
Belge (1949-2003)
Champs Physique, Chimie
Diplôme Université libre de Bruxelles
Renommé pour Ses travaux sur la thermodynamique et les structures dissipatives
Distinctions Médaille Rumford (1976)
Prix Nobel de chimie (1977)

Ilya Prigogine (25 janvier 1917 à Moscou - 28 mai 2003) est un physicien et un chimiste belge d'origine russe. Il a reçu le prix Nobel de chimie en 1977[1], après avoir reçu la Médaille Rumford en 1976.

Il est connu surtout pour sa présentation sur les structures dissipatives et l'auto-organisation des systèmes, qui ont changé les approches par rapport aux théories classiques basées sur l'entropie. Ce en quoi il révèle une théorie parallèle à la théorie du chaos. Dans La Nouvelle Alliance. La métamorphose de la science, Prigogine développe la thèse suivante  : la science classique considérait les phénomènes comme déterminés et réversibles, ce qui est en contradiction avec l'expérience courante. L'irréversibilité des phénomènes temporels caractéristique de la thermodynamique (non linéaire) réconcilie la physique avec le sens commun, tout en faisant date dans l'histoire de la thermodynamique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudia la chimie à l'Université libre de Bruxelles en Belgique.

Ilya Prigogine explique ainsi son parcours[2] : jeune émigré de Moscou d'origine juive, exilé en Allemagne puis en Belgique à Bruxelles pour fuir le nazisme[3], il voulut comprendre comment on arrivait à devoir fuir son propre pays. Il aborda la politique mais fut contraint d'étudier le droit. Voulant comprendre le comportement d'un accusé, il étudia la psychologie. Pour comprendre clairement la psychologie et la science du comportement, il buta sur le fonctionnement du cerveau humain. Ainsi, il étudia la biologie, la chimie et enfin la biochimie. En poussant plus loin pour comprendre les interactions chimiques, il étudia la physique des particules. De la physique, il passa à l'astrophysique et à la cosmologie. Il aborda alors les questions fondamentales : la matière, le vide, le temps et son sens unique (la flèche du temps). Pour comprendre la flèche du temps il dut étudier les structures dissipatives.

En 1977, il est lauréat du prix Nobel de chimie « pour ses contributions à la thermodynamique hors équilibre, particulièrement la théorie des structures dissipatives[1] ».

Il cofonda le centre qui porte son nom à l'Université du Texas à Austin.

Il laissa également son nom à la Haute École Libre de Bruxelles Ilya Prigogine (HELB IP), associée à l'Université libre de Bruxelles (ULB). Il était membre de l'Académie roumaine.

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Il a reçu le prix Francqui en 1955 et le titre de docteur honoris causa de l'Université Jagellon de Cracovie en 1981[4]. Il est lauréat du prix Nobel de chimie en 1977[1].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « for his contributions to non-equilibrium thermodynamics, particularly the theory of dissipative structures » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Chemistry 1977 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 24 août 2010.
  2. lors d'une émission télévisée à la RTBF Noms de dieux en 1999, présentée par le journaliste Edmond Blattschen.
  3. http://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/biography/Prigogine.html.
  4. (pl) Uniwersytet Jagielloński w Krakowie - Wyróżnienia - Godność doktora honoris causa.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Autobiographie sur le site de la Fondation Nobel (la page propose plusieurs liens relatifs à la remise du prix, dont un document rédigé par le lauréat — le Nobel Lecture — qui détaille ses apports)