Albert Claude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Claude.

Albert Claude

Naissance 23 août 1898
Longlier (Belgique)
Décès 22 mai 1983 (à 84 ans)
Ixelles (Belgique). Il est enterré à Longlier (Belgique)
Nationalité Drapeau de Belgique Belge
Champs Biochimie
Institutions Université libre de Bruxelles, Université catholique de Louvain
Diplôme Université de Liège
Renommé pour Travaux sur les superstructures cellulaires
Distinctions Prix Nobel de physiologie ou médecine 1974

Albert Claude, né à Longlier le 23 août 1898[1] et mort à Ixelles le 22 mai 1983[2], est un biochimiste belge. Précurseur dans le domaine de la biologie moléculaire, il est le corécipiendaire, en 1974, du Prix Nobel de physiologie ou médecine avec Christian de Duve et George Emil Palade, pour leur découverte d’ultra-structures cellulaires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Albert Claude nait à Longlier le 23 août 1898. À 5 ans, sa famille part s'installer à Athus où il suivra sa scolarité[3] jusqu'à l'âge d'entrer à l'université. Il obtient son diplôme de médecine à l'Université de Liège en 1928. En 1928-29 il mène des recherches à Berlin, d'abord à l’Institut für Krebsforschung, puis à l'Institut de biologie Kaiser Wilhelm, à Dahlem, dans le laboratoire du professeur Albert Fischer. Lors de l'été 1929, il rejoint l'Institut Rockefeller (Rockefeller University), où il continuera à mener ses recherches jusqu'en 1950. Ses travaux d'alors révèlent pour la première fois la nature, la composition chimique et la fonction enzymatique du cytoplasme de la cellule normale.

À contre-cœur (« It was a mistake » dira-t-il plus tard)[4], il quitte New York en 1950 pour accepter le poste de directeur scientifique de l'Institut Jules Bordet, institut de recherche en cancérologie rattaché à la Faculté de médecine (où il fut nommé professeur, mais n'enseigna jamais) de l’Université libre de Bruxelles (ULB). Il y créa le Laboratoire de Cytologie et de Cancérologie expérimentale, qui contribua grandement à la réputation internationale de cet Institut. Après son accès à l'éméritat à l'ULB en 1971, à l'instigation de son collègue et ami Christian de Duve il rejoint l'Université catholique de Louvain (UCL) qui le nomme professeur et crée pour lui à Louvain-la-Neuve, en 1972, le Laboratoire de Biologie cellulaire et Cancérologie dont il fut directeur et où il transfèra pour seul collaborateur le Dr Emil Mrena - avec lequel il travaillait depuis 1969 - afin de poursuivre leurs recherches. Mais son âge et sa santé assez faible ne lui permirent plus de se déplacer régulièrement jusqu'à Louvain. Le Dr Emil Mrena donna lui même sa démission en 1977 par manque d'activité au laboratoire pour se consacrer à d'autres travaux de recherche.[pas clair] Parallèlement à l'université catholique de Louvain, il fut aussi nommé professeur à l'Université Rockefeller, institution avec laquelle il n'avait jamais cessé d'être associé depuis sa première visite en 1929.

Déjà récompensés en 1970 du Prix Louisa Gross Horwitz de l'Université Columbia, et en 1971 du Prix Paul-Ehrlich-et-Ludwig-Darmstaedter, ses travaux sont couronnés en 1974 par le Prix Nobel de physiologie ou médecine, occasion pour ce lauréat de rédiger une autobiographie très atypique, traçant l'histoire de son village natal depuis l'époque carolingienne et s'arrêtant pour lui-même à son enfance, marquée par l'épisode de la mort tragique de sa mère d'un cancer du sein, même s'il se défend in fine, en bon rationaliste, que celle-ci ait pu avoir quelque influence sur sa vocation scientifique.

Père d'une fille, Philippa[5], née d'un mariage contracté lors de son long séjour à New York avec Julia Gilder (décédée en 1987), il s'éteignit le 22 mai 1983 dans sa maison d'Ixelles où il vivait, très retiré, avec sa sœur et son frère qui l'aimaient et le choyaient.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • La commune de Neufchâteau lui a consacré une rue en 2005, proche de son lieu de naissance.
  • Une rue d'Athus, ville de son enfance, porte également son nom.
  • Une salle de réunion au sein du centre de recherche CERgroupe à Aye (Novalis Business Center) en 2014

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance enregistré dans la commune de Longlier, sous le numéro 22.
  2. Acte de décès enregistré dans la commune d'Ixelles, sous le numéro 451. Le décès a eu lieu à son domicile, rue des Champs Elysées, 62.
  3. Louis Lambert, Liliane Dagonnier et Guy Dagonnier, Athus souvenir "1878 à 1988"
  4. J. Brachet, Annuaire de l'ARB 1988, p. 102.
  5. devenue spécialiste des neurosciences à l'Université de Wisconsin, épouse du professeur Antony Stretton (en).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cl Gompel, « [Albert Claude, an exceptional man] », Bull. Mem. Acad. R. Med. Belg., vol. 161, no 10–12,‎ 2006, p. 543–55 (PMID 17503730)
  • (en) T N Raju, « The Nobel chronicles. 1974: Albert Claude (1899-1983), George Emil Palade (b 1912), and Christian Réne de Duve (b 1917) », Lancet, vol. 354, no 9185,‎ 1999, p. 1219 (PMID 10513750, DOI 10.1016/S0140-6736(05)75433-7)
  • H J Rheinberger, « Cytoplasmic particles in Brussels (Jean Brachet, Hubert Chantrenne, Raymond Jeener) and at Rockefeller (Albert Claude), 1935-1955 », History and philosophy of the life sciences, vol. 19, no 1,‎ 1997, p. 47–67 (PMID 9284642)
  • J Frühling, « [Eulogy of Professor Albert Claude, Nobel Prize in Medicine and Physiology in 1974] », Bull. Mem. Acad. R. Med. Belg., vol. 149, no 12,‎ août 1994, p. 466–9 (PMID 8563685)
  • J Brachet, « [Notice sur Albert Claude, Associé de l'Académie] », Annuaire de l'Académie royale de Belgique,‎ 1988, p. 93–135 (lire en ligne)
  • C de Duve, « [Albert Claude and the beginnings of modern cell biology] », La Cellule, vol. 74,‎ 1987, p. 11–9 (PMID 3079269)
  • J Henry, « [Eulogy to Professor Albert Claude, honorary member of the Royal Academy] », Bull. Mem. Acad. R. Med. Belg., vol. 139, no 3,‎ 1984, p. 197–202 (PMID 6388698)
  • C de Duve, « Albert Claude, 1899-1983 », Nature, vol. 304, no 5927,‎ 1983, p. 588 (PMID 6308471, DOI 10.1038/304588a0)
  • H Tagnon, « [In memoriam Prof. Albert Claude] », Revue médicale de Bruxelles, vol. 4, no 6,‎ juin 1983, p. 450–2 (PMID 6348913)
  • B R Olsen, « [Nobel prize in medicine 1974 (Albert Claude, George Palade, Christian de Duve)] », Tidsskr. Nor. Laegeforen., vol. 94, no 34–36,‎ décembre 1974, p. 2400–3 (PMID 4614493)
  • M Florkin, « [A salute to Albert Claude] », Arch. Int. Physiol. Biochim., vol. 80, no 4,‎ octobre 1972, p. 632–47 (PMID 4120117, DOI 10.3109/13813457209075254)
  • M Florkin, « [Homage to Albert Claude and Christian de Duve, Nobel Prize laureates in medicine and physiology, 1974] », Arch. Int. Physiol. Biochim., vol. 82, no 5,‎ décembre 1974, p. 807–15 (PMID 4142698, DOI 10.3109/13813457409072328)
  • G E Palade, « Albert Claude and the beginnings of biological electron microscopy », J. Cell Biol., vol. 50, no 1,‎ juillet 1971, p. 5d–19d (PMID 4935221, DOI 10.1083/jcb.50.1.5d)

Liens externes[modifier | modifier le code]