Joël de Rosnay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir de Rosnay.

Joël de Rosnay

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Joël de Rosnay.

Naissance 12 juin 1937
Curepipe (Île Maurice)
Domicile Paris
Nationalité France Française
Champs Biochimie, Informatique, Prospective, Systémique
Diplôme Docteur ès sciences

Joël de Rosnay (né le 12 juin 1937 à Curepipe, Île Maurice[1]) est un scientifique, prospectiviste, conférencier et écrivain français. Il est conseiller de la présidente d'Universcience (Cité des sciences et de l'industrie et Palais de la découverte), Claudie Haigneré, président exécutif de Biotics International et conseiller spécial du Premier ministre de la République de Maurice, Navin Ramgoolam, pour le développement durable. Docteur en sciences, chimiste organicien, il est spécialiste des origines du vivant. Il s'intéresse particulièrement aux technologies avancées et aux applications de la théorie des systèmes (systémique).

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Descendant d’une famille de planteurs de l’île Maurice originaires de la région de Bourgogne en France, Joël de Rosnay vit à Paris depuis 1945[2]. Il est le fils du peintre franco-mauricien Gaëtan de Rosnay (1912-1992)[3] et de Natacha Koltchine (1917-2005), les parents de deux autres enfants, Zina Dotézac et Arnaud de Rosnay, véliplanchiste, explorateur et aventurier (époux de Jenna de Rosnay) disparu en mer de Chine le 24 novembre 1984 alors qu’il effectuait la traversée du détroit de Taïwan en planche à voile[4]. Joël de Rosnay est marié à Stella Jebb, fille de Lord Gladwyn Jebb, ancien secrétaire général de l'ONU par intérim et ambassadeur britannique à Paris de 1954 à 1960. Il est le père de Tatiana de Rosnay, écrivain, de Cécilia de Vaucleroy, consultante et d'Alexis de Rosnay, directeur de société financière[5].

Hygiène de vie[modifier | modifier le code]

Joël de Rosnay publie avec son épouse Stella en 1979 La Malbouffe, un ouvrage destiné à démontrer l'importance de l'alimentation pour la santé[6]. Il évoque également dans son livre Une vie en plus : la longévité pourquoi faire ? coécrit en 2005 avec François de Closets, Jean-Louis Servan-Schreiber et Dominique Simonnet la possibilité de nous maintenir en bonne santé et de vieillir au-delà de cent ans si nous appliquons quelques grands principes de prévention[7].

Pratique sportive[modifier | modifier le code]

Joël de Rosnay pratique différents sports de glisse comme le ski, le hobie cat ou le surf[8]. Il fait partie des « tontons surfeurs », les pionniers du surf en France[9]. Sacré champion de France en 1961, il a représenté la France aux championnats du monde de surf en Australie en 1964 et au Pérou en 1965.

Carrière et travaux de recherche[modifier | modifier le code]

Un biologiste spécialiste des origines du vivant[modifier | modifier le code]

Après sa thèse de doctorat ès sciences à l’Institut Pasteur, et sur les conseils du biologiste Jacques Monod, Joël de Rosnay quitte la France pour un poste d’enseignant-chercheur en biochimie et en informatique au Massachusetts Institute of Technology (MIT) de 1967 à 1975. Formé par le Pr Cyrus Levinthal (en), il deviendra l’un des pionniers de l’étude et la conception de molécules par ordinateur (« Molecular graphics (en) »). En 1969, il obtient également un diplôme de management à la Sloan School du MIT (Industrial Dynamics).

C’est également aux États-Unis qu’il découvre le réseau ARPANET (Advanced Research Projects Agency Network, ancêtre d’Internet) créé par le Département de la défense américaine. Entre 1968 et 1974, il est nommé attaché scientifique auprès de l'ambassade de France aux États-Unis par le physicien théoricien Maurice Lévy. Il rédige alors un rapport intitulé « La Route 128 et les transferts de technologie dans la région de Boston », l'équivalent de la Silicon Valley sur la côte Est des États-Unis[10].

De 1975 à 1984, à son retour des États-Unis, il devient directeur scientifique à la SEDE, Société Européenne pour le Développement des Entreprises (société de capital risque), où il fait l’apprentissage du monde des affaires et du management. De retour à l'Institut Pasteur de Paris, il est nommé successivement directeur du développement et des relations extérieures, puis directeur des applications de la recherche. Sous la direction de Jacques Monod, directeur de l’Institut, il doit mettre en relation le monde de la recherche et l’industrie. Son action contribuera à engager l’Institut Pasteur dans le domaine des biotechnologies.

En 1994, il fonde avec Carlo Revelli, Cybion, une société de conseil en intelligence économique et concurrentielle, qui lancera en 2005 le site participatif AgoraVox, puis SportVox, Naturavox, Carevox, et EducaVox. L’aventure AgoraVox inspirera son livre, en collaboration avec Carlo Revelli en 2006, La révolte du Pronétariat (« Pronétariat » : mot-valise formé de prolétariat et internet). Il y développe la notion d'une nouvelle économie numérique et d'outils pronétaires (passage à une économie collaborative de la recommandation[11]).

Délégué à l’action prospective auprès du physicien Maurice Lévy, alors président de la Cité des sciences et de l'industrie de La Villette, il est nommé directeur de la prospective et de l’évaluation en 1995, et depuis juillet 2002, conseiller de la présidence de la Cité des sciences et de l'industrie, sur les sujets d'évolutions scientifiques, techniques, sociales, et les nouvelles technologies.

En plus de ces activités, Joël de Rosnay est président exécutif de Biotics International, société de conseil stratégique en matière de nouvelles technologies, d’approche systémique appliquée à la prospective et à l'éducation dans les secteurs de l’Internet et des biotechnologies. Il est également conseiller du Premier ministre de l'Île Maurice pour le projet « Maurice, île durable » depuis 2007, projet qui vise à rendre le pays autonome en énergie grâce aux énergies renouvelables, au cours des trente prochaines années[12].

Un promoteur de la systémique[modifier | modifier le code]

Théorisée dans les années 1960 en même temps que l’informatique se développait, l’approche systémique s’appuie sur les découvertes réalisées dans d’autres disciplines : la cybernétique, la théorie de l'information, la biologie, l'écologie, l'économie, l'anthropologieetc. Joël de Rosnay en propose une modélisation dans Le Macroscope (1975), dans le cadre d’une approche globale (corps humain, entreprise, société, écosystème, etc.[13]).

Il a été influencé par l’École de Palo Alto fondée au début des années 1950 par Gregory Bateson, chercheur en science de la communication, cybernétique et psychologie, et par les travaux du biologiste Ludwig von Bertalanffy. Joël de Rosnay figure parmi les premiers en France, avant même d’avoir intégré le « Groupe des dix », à avoir contribué à faire connaître la théorie générale des systèmes (General System Theory). Avec le Pr Henri Laborit au sein de ce groupe, il va développer l’approche systémique et faire le lien entre systémique, cybernétique et biologie moléculaire. Sur les traces de l’auteur de L'Homme et la ville (1971) qui étudie la ville en tant que système, Joël de Rosnay propose dans son livre Le Macroscope d’observer l’infiniment complexe grâce à l’analyse systémique, qu’il appliquera également à la prospective et à l'éducation. Il prédit l'entrée dans la civilisation numérique par la cyberdémocratie et l'écosocialisme, une rupture de civilisation, qu’il développe dans le chapitre « Notes de voyage en écosocialisme », et dans le chapitre « Vers la société en temps réel », annonce une révolution sociétale alors que la micro-informatique en est à ses balbutiements. Sans le nommer, il aura l'intuition de l'apparition d'Internet : un système interconnecté, planétaire, reliant les cerveaux des hommes et les ordinateurs. Aujourd’hui, il prédit la révolution de l’écomobilité, avec l’Internet de l’énergie (EnerNet) le partage de l’énergie en peer-to-peer sur le modèle du partage d’information sur les réseaux[14].

En 1971, Joël de Rosnay rejoint le Groupe des dix à l’invitation de Jacques Robin et d'Henri Laborit. Créé en 1966, à l’issue d’un colloque entre biologistes, sociologues, et philosophes, Robert Buron, Henri Laborit, Edgar Morin et Jacques Robin décidèrent de créer un groupe de réflexion qui prit ce nom de « Groupe des dix ». Rapidement rejoint par Jacques Attali et René Passet, ce groupe transdisciplinaire visera à mieux comprendre et cerner les rapports entre les sciences et les techniques d’un côté, la culture et la politique de l’autre[15].

Un scientifique vulgarisateur[modifier | modifier le code]

Joël de Rosnay publie son premier livre intitulé Les origines de la vie en 1966. En plus de ses autres fonctions, il écrit régulièrement dans le mensuel français La Recherche et publie des ouvrages de vulgarisation scientifique et de prospective : Le Macroscope et La Malbouffe. À partir des années 1980, il prône l'évolution d'un environnement intelligent interactif avec de nouvelles interfaces bio-électroniques. En 1981, il crée le terme de « biotique » pour illustrer le mariage de la biologie et de l’informatique. Dans Biotechnologies et bio-industries (1979) il prédit l’essor de l’application des sciences du vivant à l’industrie. Dans Branchez-vous (1984) la révolution du micro-ordinateur personnel et dans Le cerveau planétaire (1986), l’apparition d’un « système nerveux » mondial.

De 1987 à 1995, il est chroniqueur scientifique à Europe 1. En 1991, plus de 200 de ces « Rendez-vous du Futur[16] » diffusés en direct sur Europe 1 seront rassemblés dans un ouvrage qui porte le nom de l'émission.

En plus de ses livres de vulgarisation scientifique, il est l’auteur de l’exposition « Les défis du vivant » (1999-2001[17]) à la Cité des sciences et de l'industrie et du spectacle multimédia « Les bionautes, voyage au centre de la vie » (1989) sur l’exploration de la cellule vivante, pour le Planétarium de la Cité des sciences et de l'industrie.

Au nom de Biotics international, Joël de Rosnay participe à diverses émissions de télévision et débats (informatique et Internet, biologie, santé et vieillissement, environnement et énergie, nanotechnologies, systémique et management de la complexité, gestion du temps et de l’information, etc.). La révolution des biotechnologies lui inspirera de nouveaux livres de vulgarisation scientifique, notamment 2020 : Les scénarios du futur - Comprendre le monde qui vient (2008) ou Et l’Homme créa la vie - La folle aventure des architectes et des bricoleurs du vivant (2010). Joël de Rosnay est également l’un des fondateurs de la technopole Izarbel de Bidart et parraine des promotions d’étudiants de l’ESTIA (école d’ingénieurs de cette technopole[18]).

Un technologue humaniste[modifier | modifier le code]

Joël de Rosnay consacre son temps à trois activités complémentaires : recherche, industrie, vulgarisation scientifique. À travers ses livres et ses conférences, il expose comment la cybernétique et la systémique peuvent aider à mieux comprendre le management des systèmes complexes. Il vulgarise auprès du public les nouvelles technologies, les découvertes et les innovations, promeut la culture scientifique et technique, et cherche à favoriser les convergences entre secteurs scientifiques et techniques.

En tant que président exécutif de Biotics international, Joël de Rosnay intervient comme conférencier pour des organismes publics et des grandes entreprises françaises et internationales, et participe également à divers colloques, dont les forums de la Cité de la réussite à Paris[19] où il intervient depuis la première édition en 1989.

Davos Fellow depuis les années 1970, il est invité et conférencier au Forum économique mondial à Davos en Suisse, où se réunissent des dirigeants internationaux de l'économie, de l’industrie et la politique.

À travers son livre Le Macroscope en 1975, Joël de Rosnay a été parmi les premiers scientifiques à alerter les citoyens sur les risques d’un dérèglement climatique. En 1980, dans le cadre du Comité d’action pour le solaire (CAS), il a participé à la rédaction du Manifeste pour une France solaire[20].

Dans son dernier livre, Surfer la vie, il annonce la naissance d’une nouvelle société fondée sur la transversalité, une société fluide. Le flux, la glisse et la métaphore du surf lui sont apparus comme le lien idéal pour passer des rapports de force et de l'égoïsme des individus et des nations, aux rapports de flux, à l'échange, au partage et à la solidarité de la société fluide en train de naître[21].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Conférences[modifier | modifier le code]

  • 1994 : Éducation, Écologie et Approche Systémique[22]
  • 1995 : Biologie et Informatique : Les perspectives de la Biotique[23]
  • 1996 : Une approche systémique de l'énergie[24]
  • 1998 : Innovation et réseaux : les nouvelles structures de la recherche[25]
  • 1999 : Temps fractal et capital tmps : de nouvelles manières de vivre le temps[26]
  • 2000 : Les matériaux intelligents[27]
  • 2003 : Enseigner aujourd'hui ?[28]
  • 2004 : Systémique, complexité et transdisciplinarités : Nouvelles méthodes, nouveaux outils[29]
  • 2008 : Les quatre web, du 1.0 au 4.0[30]
  • 2008 : L'Internet de 2030 : allié, Big Brother ?[31]
  • 2008 : Les artisans et bricoleurs du numérique[32]
  • 2008 : Nouvelles technologies, voyage et tourisme[33]
  • 2010 : Qu'est ce que le "Symbionet" ?[34]
  • 2011 : Fabriquer la vie dans les labos ?[35]
  • 2011 : Cinq valeurs et cinq principes pour construire le futur[36]
  • 2011 : L'électronique ambiante : un danger pour la civilisation du numérique ?[37]
  • 2012 : Du Mox au MIX : Le mariage du numérique et de l’énergétique[38]
  • 2012 : La civilisation du numérique, promesses et défis pour l'homme et l'entreprise[39]
  • 2012 : Forum International ICT[40]
  • 2012 : Loir et Cher 2020[41]
  • 2012 : Cité de la réussite 2012[42]
  • 2012 : 3e rencontres Au doigt & à l'œil[43]
  • 2013 : Vers un Internet de l'Énergie[44]
  • 2013 : Une cyber-visite dans le musée du futur[45]
  • 2013 : Mutants du numérique : du portable à l'intégrable[46]

Chroniques[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1975 : Prix de l'Académie des sciences morales et politiques pour son livre Le Macroscope.
  • 1990 : Prix de l'information scientifique de l'Académie des sciences.
  • 1994 : Prix Benjamin Constant des arts de la communication de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale.
  • 2012 : Élu « Personnalité numérique de l’année 2012 » par l'ACSEL (Association pour le commerce et les services en ligne).

Décorations[modifier | modifier le code]

  • 1981 : Chevalier de l'ordre national du Mérite.
  • 1989 : Officier de l'ordre national du Mérite.
  • 1995 : Chevalier de la Légion d'honneur.
  • 2005 : Officier de la Légion d'honneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Portrait de Joël de Rosnay par Luc Le Vaillant dans Libération
  2. Les origines d'un homme - Article d'André Royer
  3. Exposition virtuelle du peintre Gaëtan de Rosnay
  4. Récit de la disparition d'Arnaud de Rosnay en mer de Chine
  5. Vidéo de Joël de Rosnay parlant de sa famille
  6. La Malbouffe - Article d'André Royer
  7. La longévité - Article de Stéphanie Lazure
  8. Album Photo Les origines du surf
  9. Extrait de l'émission Télématin sur France 2 présentant les premières images du surf en France
  10. Le début de l’œuvre de vulgarisation - Article d'André Royer
  11. Interview de Joël de Rosnay par Loïc Le Meur
  12. Article de Mediaterre sur Maurice Île Durable
  13. L’approche systémique - Article d'André Royer
  14. Vers un Internet de l'Énergie, intervention virtuelle de Joël de Rosnay réalisée par JD² et Triple C pour la conférence TechnoArk du 25 janvier 2013 à Sierre (Suisse)
  15. Résumé du livre Le Groupe des Dix de Brigitte Chamak
  16. Chroniques Les rendez-Vous du Futur sur Europe 1 de 1987 à 1995
  17. Site Internet de l'exposition Les défis du vivant
  18. Présentation de la technopole Izarbel
  19. Vidéo du débat Qu'est-ce que partager ? de la Cité de la réussite 2012
  20. Article du blog France Solaire 2.0
  21. Interview de Joël de Rosnay par SurfPrévention
  22. Intervention de Joël de Rosnay au Congrès de l'AGIEM à La Rochelle, 4 juin 1994
  23. Intervention de Joël de Rosnay à la Conférence Euroforum de la Cité des sciences et de l'industrie - Paris, 28 novembre 1995
  24. Intervention de Joël de Rosnay à la Conférence FIFEL - Lausanne, 12 novembre 1996
  25. Intervention de Joël de Rosnay à la Conférence de l'Académie des sciences morales et politiques, 18 janvier 1998
  26. Intervention de Joël de Rosnay au Colloque ISST-AFAS Temps et Mondialisation Palais de la Découverte - Paris, 5 novembre 1999
  27. Intervention de Joël de Rosnay à la Conférence Université de tous les savoirs (CNAM), 4 octobre 2000
  28. Conférence dans le cadre de l'ANAE (Association nationale des acteurs de l’école) à l'Université d'été de la Communication d'Hourtin, 25 août 2003
  29. Compte rendu de la table ronde organisée par Futuribles International pour la célébration des 30 ans du Macroscope, 30 novembre 2004
  30. Extrait vidéo de la conclusion de la réunion du Medef après l’intervention de Bill Gates, 29 janvier 2008
  31. Conférence à la Cité des sciences dans le cadre du thème En 2030, vivrons-nous en réseau ?, 14 mai 2008
  32. Conférence à la Cité des sciences dans le cadre du thème En 2030, vivrons-nous en réseau ?, 21 mai 2008
  33. Conférence à la Cité des sciences dans le cadre du thème En 2030, vivrons-nous en réseau ?, 11 juin 2008
  34. Intervention vidéo dans le cadre de TEDx Paris sur le Web 5.0 et le futur d'Internet 2030, 30 janvier 2010
  35. Colloque du 19 mars 2011 à la Cité des sciences avec la participation de l’équipe française de Igem Paris, lauréate du Prix Igem 2010, concours international récompensant les innovations de jeunes chercheurs en biologie de synthèse
  36. Vidéo du débat de conclusion de l'Université de la Terre à l'Unesco animé par Eric Jouan avec Joël de Rosnay, Jacques Attali et Étienne Klein, 3 avril 2011
  37. Conférence prononcée dans le cadre du Forum Vivagora à l'Assemblée Nationale le 27 mai 2011 : Entre désirs et déchets, jusqu'où irons nous avec l'électronique ambiante ?
  38. Conférence NetExplo, Unesco, 16 mars 2012
  39. Conférence sur la prospective du secteur numérique, lors des Rencontres Nationales du Numérique, 5 juillet 2012
  40. Conférence de Joël de Rosnay lors du Forum International ICT à Liège présentant sa vision des enjeux et défis de la société du numérique, 21 septembre 2012
  41. Conférence inaugurale donnée par Joël de Rosnay sur le thème : 2020, les scénarios du futur, 25 septembre 2012
  42. Interventions de Joël de Rosnay à la Cité de la réussite lors du débat ayant pour thème Qu'est-ce que partager ?, 21 octobre 2012
  43. Echange animé par Marcel Desvergne, entre Antoine Chotard et Joël de Rosnay sur le passage d’une éducation pyramidale à une éducation fluide, 12 décembre 2012
  44. Intervention virtuelle de Joël de Rosnay réalisée pour la conférence TechnoArk du 25 janvier 2013 à Sierre (Suisse)
  45. Intervention de Joël de Rosnay lors des Rencontres Nationales Culture & Innovation(s), 13 février 2013
  46. Conférence de Joël de Rosnay au Forum Netexplo, 15 février 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]