Dorothy Crowfoot Hodgkin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dorothy Crowfoot Hodgkin

Naissance 12 mai 1910
Le Caire (Égypte)
Décès 29 juillet 1994 (à 84 ans)
Ilmington, Warwickshire (Royaume-Uni)
Nationalité Drapeau de Grande-Bretagne Britannique
Champs Chimiste
Distinctions Prix Nobel de chimie (1964),
Médaille Copley (1976)

Dorothy Hodgkin, née Crowfoot (Le Caire, 12 mai 1910 - décédée à Ilmington, dans le Warwickshire, 29 juillet 1994) est une chimiste britannique. Elle est une pionnière de la diffractométrie de rayons X, méthode de cristallographie permettant de déterminer la géométrie en trois dimensions de molécules complexes, en particulier de molécules d'origine biologique. Elle a reçu le prix Nobel de chimie de 1964 « pour sa détermination par des techniques aux rayons X des structures de substances biochimiques importantes[1] ». Bien qu'elle reconnût que son travail sur l’insuline fut le plus important de toute sa vie, elle ne cessa de lutter pour la paix et la justice sociale.

Chronologie de ses découvertes[modifier | modifier le code]

Hodgkin détermine la géométrie des molécules suivantes :

Cette liste n'est pas exhaustive, mais montre plutôt les avancées majeures.

Débuts[modifier | modifier le code]

Dorothy Mary Crowfoot née le 12 mai 1910 au Caire en Égypte, de John Crowfoot, archéologue et de Grace Mary Crowfoot. Elle passe ses quatre premières années en Asie mineure, retournant en Angleterre seulement quelques mois par an. Elle passe la Première Guerre mondiale au Royaume-Uni, dans la famille de ses parents ou chez des amis, mais séparée de ses parents. Après la guerre sa mère décide de rester en Angleterre et d'éduquer sa fille - une période que Dorothy décrit comme la plus heureuse de sa vie.

En 1921 elle entre à l'école Leman. Elle voyage fréquemment pour rendre visite à ses parents, au Caire et à Khartoum. Son père et sa mère ont eu une forte influence, à travers leur éthique puritaine, sur sa modestie et sa tendance à vouloir servir l'humanité dans la suite de sa carrière.

Éducation et recherche[modifier | modifier le code]

Elle développe une passion pour la chimie très tôt et sa mère favorise son penchant pour la science en général. Son éducation la prépare bien pour l'université. Elle commence à étudier la chimie au Somerville College, alors un des collèges d'Oxford réservés aux filles.

Elle étudie aussi à l'université de Cambridge sous la tutelle de John Desmond Bernal, où elle apprend le potentiel de la diffractométrie de rayons X pour déterminer la structure des protéines.

En 1934, elle revient à Oxford et deux ans plus tard devient chercheuse au Somerville College, un poste qu'elle détient jusqu'en 1977. En 1960, elle est nommée Wolfson Research Professor à la Royal Society. Elle dirige également l'union internationale de cristallographie de 1972 à 1975[2].

Structure de l'insuline[modifier | modifier le code]

L'insuline est un de ses principaux sujets de recherche. Elle commence ses travaux en 1934 quand lui est offert par Robert Robinson un échantillon de cristaux d'insuline. Cette hormone la fascine par sa complexité et ses larges effets dans le corps. Toutefois la cristallographie à rayons X n'est pas encore assez au point pour faire face à la complexité de l'insuline. Elle, et d'autres, passent 25 ans à perfectionner cette technique, la structure de molécules de plus en plus complexes peut être analysée, jusqu'à ce que, 35 ans plus tard, en 1969, la structure de l'insuline soit enfin résolue. Mais sa quête n'est pas finie, elle coopère avec d'autres laboratoires actifs dans la recherche sur l'insuline, donne des conseils, et voyage dans le monde entier pour parler de l'insuline et de son importance dans le traitement du diabète. Hodgkin considère que la découverte de la structure de l'insuline est sa plus grande découverte.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Son mentor scientifique, John Desmond Bernal, l'influence beaucoup scientifiquement et politiquement. C'est un scientifique réputé, un membre du parti communiste jusqu'à l'invasion de la Hongrie par l'URSS. Elle se réfère à lui toujours comme un « sage », l'aime et l'admire sans réserve et ils ont quelques périodes de vie conjugales, leurs mariages respectifs ne sont pas sereins.

En 1937, Dorothy se marie avec Thomas Hodgkin qui fut aussi pendant un temps membre du parti communiste. Thomas a plus tard une carrière variée, d'enseignant, éducateur, historien et économiste. Il devient conseiller de Kwame Nkrumah président du Ghana en 1961 où il reste pour de longues périodes. Elle lui rend souvent visite. Le couple a trois enfants.

Activités sociales[modifier | modifier le code]

En dépit de son rôle scientifique éminent, elle ne se tourne pas seulement vers la science. Elle se penche souvent sur les problèmes d'inégalités sociales et la réduction des risques de conflits armés. Elle est présidente de la Pugwash, qui recevra le prix Nobel de la paix en 1995, de 1976 à 1988.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ordre du mérite.

En 1964, elle reçoit le prix Nobel de chimie pour ses travaux en cristallographie[1] et en 1976 la médaille Copley par la Royal Society. En 1965, elle remplace Winston Churchill dans l'ordre du Mérite et l'URSS lui décerne la médaille Lomonosov en 1982 et le prix Lénine pour la paix en 1985-1986.

Elle est chancelier de l'université de Bristol de 1970 à 1988.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « for her determinations by X-ray techniques of the structures of important biochemical substances » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Chemistry 1964 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 20 août 2010
  2. (en) « Previous Executive Committees », sur IUCr (consulté le 2 novembre 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notices nécrologiques[modifier | modifier le code]

  • Dodson, Guy (Structure 2: 891-893, 1994)
  • Glusker, Jenny P. (Protein Science 3: 2465-2469, 1994)
  • Glusker, Jenny P., and Margaret J. Adams (Physics Today 48: 80-81, 1995)
  • Johnson, Louise N. (FRS), and David Phillips (Nature Structural Biology 1: 573-576, 1994)
  • Perutz, Max F. (Quarterly Review of Biophysics 27: 333-337, 1994)
  • Nature 371: 20, 1994.
  • (en) notice de la Royal Society of Edinburgh

Liens externes[modifier | modifier le code]