John B. Fenn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

John Bennett Fenn

Description de l'image  John B Fenn01.jpg.
Naissance 15 juin 1917
New York, État de New York (États-Unis)
Décès 10 décembre 2010 (à 93 ans)
Richmond, Virginie (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Champs Chimiste
Institutions Université de Princeton
Université Yale
Université Virginia Commonwealth
Renommé pour Ionisation par électronébuliseur
Distinctions Prix Nobel de chimie 2002
National Academy of Sciences

John Bennett Fenn (né le 15 juin 1917 à New York - mort le 10 décembre 2010 à Richmond, Virginie[1]) est un professeur-chercheur américain, en chimie analytique, prix Nobel de chimie de 2002[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à New York en 1917, il passe néanmoins son enfance à Berea, dans le Kentucky, où il obtient un baccalauréat, option chimie. Après l'obtention de son Doctorat de l'université Yale, à New Haven dans le Connecticut, il travaille pour une entreprise privée (1945-1952) à Richmond (Virginie), avant d'enseigner aux universités Princeton, au New Jersey, puis Yale, puis (en 1994) à la VCU (Virginia Commonwealth University) de Richmond (Virginie).

En carrière, il écrit un livre et une centaine d'articles scientifiques et détient, seul ou en équipe, 19 brevets d'invention.

Les travaux de Fenn ont notamment permis l'emploi de la spectrométrie de masse sur de grosses molécules biologiques, ce qui jusqu'alors était impossible. Pour cela, Fenn a dissous des macromolécules dans de l'eau, et les a soumises à un champ électrique de 3 000 V en laissant lentement l'eau s'évaporer, à cause de quoi seules les molécules chargées étaient disponibles pour les étapes suivantes. Après accélération de celles-ci, il a pu calculer la masse de ces molécules (qui contrairement à ce qui se passait auparavant, sont intactes et chargées) par détermination du temps de vol sur une distance donnée.

Son procédé Electrospray ionization (ESI) fut dévoilé en 1988 mais fut développé dès 1983 en Allemagne en collaboration avec Jan Peter Toennies à l'institut Max Planck de Göttingen.

En 2002, il est colauréat avec Kōichi Tanaka du prix Nobel de chimie de 2002 (l'autre moitié du prix étant remise à Kurt Wüthrich) « pour le développement de méthodes d'identification et d'analyses structurale de macromolécules biologiques [...] pour leur développement des méthodes de désorption par ionisation douce pour des analyses de macromolécules biologiques par spectrométrie de masse[2] ».

De telles méthodes facilitent le développement de la protéomique (l'étude du protéome), reliée à la génomique (l'étude du génome), en biologie moléculaire.

John Bennett Fenn meurt à Richmond (Virginie) le 10 décembre 2010, à 93 ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Randy Hallman, « VCU's Nobel winner John B. Fenn dies at 93 », The Richmond Times-Dispatch, Richmond (Virginie),‎ 11 décembre 2010 (lire en ligne).
  2. a et b (en) « for the development of methods for identification and structure analyses of biological macromolecules [...] for their development of soft desorption ionisation methods for mass spectrometric analyses of biological macromolecules » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Chemistry 2002 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 1er septembre 2010.

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • (en) Autobiographie sur le site de la Fondation Nobel (la page propose plusieurs liens relatifs à la remise du prix, dont un document rédigé par le lauréat — le Nobel Lecture — qui détaille ses apports).