Hans Fischer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fischer et Hans Fischerkoesen.

Hans Fischer

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Hans Fischer

Naissance
Frankfurt-Höchst (Empire allemand Empire allemand)
Décès (à 63 ans)
Munich (Drapeau : Troisième Reich Reich allemand)
Institutions Université de Vienne
Université technique de Munich
Diplôme Université de Lausanne
Distinctions Prix Nobel de chimie en 1930 ; Lauréat de la médaille Liebig en 1929 et de la médaille Davy en 1937.

Hans Fischer ( à Frankfurt-Höchst, Allemagne - à Munich) est un chimiste allemand spécialisé en chimie organique, lauréat du prix Nobel de chimie en 1930[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père était Eugen Fischer, directeur de Kalle & Co à Wiesbaden et privatdozent au lycée technique de Stuttgart. Il fait ses études à Stuttgart et à Wiesbaden, puis étudie la chimie et la médecine à l'université de Lausanne et à Marbourg.

Il entame sa carrière à la clinique médicale de Munich, puis à l'Institut de chimie de Berlin sous la direction d'Emil Fischer, prix Nobel de chimie en 1902. De retour à Munich en 1911, il obtient un poste en médecine un an plus tard. En 1913, il devient maître de conférence en physiologie à l'Institut de physiologie de Munich. En 1916, il devient professeur de chimie médicale à l'université d'Innsbruck, succédant à Windaus, puis à l'université de Vienne en 1918. De 1921 à sa mort, il occupe le poste de professeur de chimie organique à l'université technique de Munich.

Les recherches scientifiques de Fischer ont porté principalement sur l'étude des pigments dans le sang et la bile, et la chlorophylle des feuilles. Il s'intéressa également à la chimie du pyrrole, d'où dérivent ces pigments. Il effectua en particulier la synthèse de la bilirubine et de l'hémine. Il obtint le prix Nobel de chimie en 1930 « pour ses recherches sur la constitution de l'hémine et la chlorophylle, spécialement sa synthèse de l'hémine[1] ». Il fut également lauréat de la médaille Liebig en 1929 et de la médaille Davy en 1937.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « for his researches into the constitution of haemin and chlorophyll and especially for his synthesis of haemin » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Chemistry 1930 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 11 août 2010

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • (en) Biographie sur le site de la Fondation Nobel (la page propose plusieurs liens relatifs à la remise du prix, dont un document rédigé par le lauréat — le Nobel Lecture — qui détaille ses apports)