Mary Cartwright

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mary Cartwright

Description de cette image, également commentée ci-après

Dieter Gaier (de) (gauche), Mary Cartwright (droite)
et Edward Collingwood (de) (centre)

Naissance
Aynho (en) (Angleterre, Royaume-Uni)
Décès (à 97 ans)
Cambridge (Angleterre, Royaume-Uni)
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni britannique
Champs mathématiques
Institutions Girton College (Cambridge)
Diplôme Girton College (Cambridge)
Renommée pour sa collaboration avec J.E. Littlewood
Distinctions Médaille Sylvester (1964)

Dame Mary Lucy Cartwright est une mathématicienne britannique née à Aynho (en) dans le Northamptonshire le et morte à Cambridge le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Mary Cartwright est vicaire et elle est la troisième d'une famille de cinq enfants. Deux de ses frères seront tués pendant la Première Guerre mondiale. Elle est d'abord éduquée à domicile, par ses gouvernantes, puis scolarisée vers l'âge de onze ans, à Leamington, et ensuite à Salisbury. Longtemps, sa matière préférée est l’histoire et son goût pour les mathématiques ne s’affirme qu'en dernière année, sous l’influence d’une enseignante autodidacte, Miss Hancock.

En octobre 1919, elle entre au St Hugh's College à Oxford. Seules cinq femmes étudient les mathématiques dans cette université. Après la guerre, les amphithéâtres sont bondés. À la fin de sa troisième année à Oxford, Morton lui recommande la lecture de Modern analysis de Whittaker et Watson.

Elle rejoint le séminaire de Hardy.

En 1923, Mary Cartwright obtient le first class degree. Elle est la première femme à suivre les cours jusqu’au niveau du final degree et la première à réussir cet examen avec la mention first class.

Afin d’être indépendante, elle enseigne les mathématiques dans une école à Worcester puis à Buckinghamshire. Quatre ans plus tard, elle revint à Oxford pour commencer une thèse sous la direction de Hardy et Titchmarsh intitulée The zeros of integral functions of special types.

Elle soutient sa thèse en 1930 avec Littlewood pour examinateur externe. Elle continue dès lors ses recherches au Girton College à Cambridge et, en 1935, elle obtient un poste de lecteur dans ce même établissement. En 1948, Girton College devient membre à part entière de l’université de Cambridge et en 1949 Mary Cartwright assure la direction de l’établissement.

En 1951-1952, elle préside la Mathematical Association (en). En 1956, elle est membre de la délégation de la Royal Society qui visite l’Union Soviétique à l’invitation de l’Académie des Sciences. De 1957 à 1960, elle est élue présidente de la Cambridge Association of University Women. Enfin, en 1959, elle occupe un poste d’assistant (reader) en Theorie of functions, poste qu’elle conserve jusqu’à son départ à la retraite en 1968.

Après ce départ à la retraite, elle participe à l’édition des œuvres complètes de Hardy, puis intervient dans de nombreuses universités d’Europe et des États–Unis, continuant par ailleurs pendant longtemps à publier des articles de recherche.

Elle s’éteint le 3 avril 1998.

Travaux[modifier | modifier le code]

Les contributions de Mary Lucy Cartwright recouvrent de nombreux domaines : fonctions réelles ou complexes, holomorphes, topologie, équations différentielles, oscillations non linéaires, systèmes dynamiques, chaos.

Le premier porte sur les séries de Dirichlet et la méthode de sommation d’Abel. Posé par Hardy à son séminaire d’Oxford. À son arrivée à Cambridge, elle s’intègre au séminaire de Littlewood et se penche sur l’ordre de grandeur du module des fonctions multivalentes. C’est le théorème de Cartwright.

Pendant une dizaine d’années, elle continue d’explorer le monde des fonctions entières, méromorphes, analytiques, etc., et en particulier leur comportement asymptotique ou les phénomènes survenant aux frontières fractales.

Elle étudie aussi les moyennes de Cesaro et les moyennes de Hölder de fonctions analytiques.

En janvier 1938, ses recherches prennent une nouvelle orientation, suite à une demande des ingénieurs radio du département de la recherche scientifique et industrielle. Pour résoudre un problème technique, elle noue une collaboration d’une dizaine d’années avec Littlewood : ce sera l’étude du chaos.

Honneurs et distinctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

en anglais
  • C Series, Obituary : Dame Mary Cartwright DBE (1900-1998) (9 April 1998, Guardian)
  • C Series, Obituary : Dame Mary Cartwright DBE (1900-1998), European Mathematical Society Newsletter 30 (1999), 21-23
  • Shawnee McMurran et James Tattersall, Mary Cartwright (1900 - 1998), Notices Amer. Math. Soc., vol. 46, n⁰ 2, février 1999, p. 214-220
  • S L McMurran et J J Tattersall, The mathematical collaboration of M L Cartwright and J E Littlewood, Amer. Math. Monthly 103 (10) (1996), 833-845
  • M L Cartwright, Moments in a girl's life, Bull. Inst. Math. Appl., vol. 25, n⁰ 3-4 (1989), 63-67
en français

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) Liste de liens sur geometry.net