Walmart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

36° 21′ 51″ N 94° 12′ 59″ O / 36.36416667, -94.21638889 ()

Walmart

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Walmart

Création 1962
Dates clés 1969 : entrée au NYSE
Fondateurs Sam Walton
Forme juridique Appel public à l'épargne
Action NYSE : WMT
Slogan « Économisez plus. Vivez mieux[1]. »
« Save money. Live better. »
Siège social Drapeau des États-Unis Bentonville, Arkansas (États-Unis)
Direction Michael T. Duke (CEO)
S. Robson Walton, président
Activité Grande distribution
Détaillant
Produits Magasins
Supermarchés
Hypermarchés
Effectif 2 100 000[2]
Site web www.walmart.com
Capitalisation 258 milliards $US (16 octobre 2012)[3]
Chiffre d’affaires en augmentation 469 milliards $US (2012)[4]
Résultat net en augmentation 17 milliards $US (2012)[4]

Walmart (officiellement Wal-Mart Stores, Inc.) est une entreprise américaine multinationale spécialisée dans la grande distribution, fondée par Sam Walton et aujourd'hui présidée par son fils aîné, S. Robson Walton.

Fondée sous ce nom en 1962, elle s'est rapidement développée en Arkansas, puis a dominé tous les États-Unis pour commencer à s'internationaliser à partir de 1991. En Europe, les magasins sont présents en Grande-Bretagne sous l'enseigne Asda. Walmart s'attaque désormais au marché asiatique. Installé en Chine depuis 1996, le groupe employait une trentaine de milliers de travailleurs dans ce pays en 2006[5]. Il est également présent au Japon sous l'enseigne Seiyu. En 2005, 20 millions de clients fréquentaient les magasins Walmart en moyenne chaque jour[5].

En 2013, avec un chiffre d'affaires s'élevant à 476 milliards de dollars, Walmart est la plus importante entreprise mondiale en termes de chiffre d'affaires. Avec 2,1 millions de salariés travaillant dans plus de 6 100 supermarchés et hypermarchés (mais aussi dans les filiales), le groupe peut revendiquer le titre de plus grosse entreprise du monde en termes d'employés. C'est le premier employeur privé aux États-Unis avec 1,2 million de salariés, appelés « associés », mais aussi celui du Mexique sous l'enseigne Walmex.

Walmart est à ce jour le premier groupe mondial de grande distribution généraliste devant son concurrent Carrefour avec 3 500 magasins et 20 % de part de marché estimée et le premier distributeur de jouets avec 45 % de part de marché estimée, ayant dépassé Toys “R” Us à la fin des années 1990.

Histoire[modifier | modifier le code]

Débuts en Arkansas[modifier | modifier le code]

Walton's 5 & 10

L'histoire de Walmart peut remonter jusqu'aux années 1944, quand Sam Walton débuta sa carrière dans la vente de sous-vêtements. Il se vit offrir, juste avant d'être diplômé de l'université du Missouri à Columbia, deux postes dans la grande distribution, chez Sears et J. C. Penney. Il accepta l'offre de travail du deuxième et commença à travailler dans un magasin J. C. Penney à Des Moines, dans l'Iowa, le 3 juin 1940, pour un salaire de 75 USD par mois. Durant ce travail, il put rencontrer James Cash Penney, le fondateur de cette chaine de magasins, durant une visite. Il resta chez J.C. Penney durant huit mois.

En septembre 1945, Sam Walton acheta à George Scharlott la franchise et le bail d'un Ben Franklin à Newport dans l'Arkansas. Ce magasin faisait partie d'une chaîne dirigée par les Butler Brothers, un détaillant régional. Après trois années dans l'entreprise, Walton augmenta les ventes annuelles de 80 000 USD à 225 000 USD en 1948. Malgré cela, le dirigeant, P.K. Holmes, décida de ne pas renouveler le bail et Walton fut forcé de déménager avant la fin de l'année 1950. Walton souhaitait acheter un five-and-dime de Jim Dodson à Siloam Springs, en Arkansas, mais les deux n'étaient pas d'accord sur le prix d'achat (une différence de 5 000 USD). Le 9 mai 1950, Walton acheta un magasin de Luther E. Harrison à Bentonville, Arkansas, et ouvrit Walton's 5 & 10. Plus tard, le village de Ozark Moutain avec ses 2 900 habitants deviendrait le siège social de la future Walmart.

Walton cherchait toujours les meilleurs accords possibles avec ses fournisseurs et il réalisa qu'il pouvait augmenter ses ventes en accordant à ses clients les rabais qu'il en obtenait. En 1962, il avait déjà neuf Walton’s Stores. Inspiré par le succès des chaînes de distribution, Walton ouvrit le premier magasin de sa chaîne de distribution à Rogers, dans l'Arkansas, cette année-là. Responsable des achats et de la maintenance de signage, l'assistant de Sam, Bob Bogle, proposa le nom « Wal-Mart » pour la nouvelle chaîne. En 1967, l'entreprise grandit et finit par posséder 24 magasins disséminés en Arkansas, et atteignit 12,6 millions de dollars américains de ventes.

En 1968, l'entreprise ouvrit son premier magasin en dehors de l'Arkansas, à Sikeston, dans le Missouri et à Claremore, en Oklahoma. Sam préférait s'installer dans des grandes villes plutôt que dans des petits villages, et possédait 78 magasins en 1969. Un service informatique inter-magasins fut créé pour améliorer la communication et les commandes, et trois années plus tard, les ventes triplèrent, passant de 167,5 millions à 479 millions de dollars américains et le nombre de magasins augmenta jusqu'à 163. La chaîne continua de grossir dans les décennies suivantes.

Création et expansion de l'entreprise[modifier | modifier le code]

L'entreprise fut fondée le 31 octobre 1969 sous le nom de Wal-Mart Stores, Inc. et, en 1970, elle ouvrit son siège à Bentonville, Arkansas, ainsi que son premier centre de distribution. L'entreprise possédait alors 38 magasins disséminés en Arkansas et employait 1 500 personnes pour 44,2 millions de dollars de ventes. L'entreprise entra en Bourse en 1972 et figura la même année sur le New York Stock Exchange. À cet instant, Wal-Mart opérait dans cinq États : Arkansas, Kansas, Louisiane, Missouri et Oklahoma et arriva dans le Tennessee en 1973, le Kentucky et le Mississippi en 1974. Wal-Mart continua de grossir rapidement durant les années 1980, et lors de son vingt-cinquième anniversaire en 1987, l'entreprise comptait 1 198 magasins et des ventes atteignant les 15,9 milliards de dollars pour 200 000 employés. Cette année fut aussi marquée par le lancement d'un réseau de communication par satellites destinés à l'usage interne (un investissement chiffré à 24 millions de dollars de l'époque), permettant de relier tous les points de vente de l'entreprise au siège social de Bentonville. C’était le plus grand réseau privé de communication par satellite de l’époque, il permettait de mieux gérer les inventaires des ventes de tous les magasins et de mieux communiquer avec les différents magasins. L'année suivante, Sam Walton laissa sa place de PDG à David Glass qui mourût malheureusement quelques années plus tard. Cependant, Walton resta dans l'entreprise sous le titre de "Chairman of the Corporate Board of Directors", et l'entreprise restructura également les managers "seniors", et donna des promotions à des cadres leur permettant d'acquérir une plus grande responsabilité.

Également en 1988,le premier Wal-Mart Supercenter ouvrit à Washington, Missouri. Dans les années 90, l’entreprise devient un super store etl'entreprise surpassa Toys “R” Us pour la vente de jouets.

Années 1990[modifier | modifier le code]

Les années 1990 furent une période de croissance sans précédent et d'innovations diverses dans la gestion de l'entreprise. En 1990, les revenus de la société quadruplent pour atteindre 32 milliards de plus que les années précédentes et Wal-Mart rachète The McLane Company, ensuite vendu à Berkshire Hathaway en 2003. En 1991, l'entreprise se déplace au Connecticut, Delaware, Maine, Maryland, New Hampshire, Massachusetts, New Jersey et New York. Cette même année, Wal-Mart se lance à l'international en ouvrant son premier magasin à Mexico. L'entreprise rachète aussi Western Merchandisers, Inc. à Amarillo, au Texas. En 1991 est lancée la marque "Sam's American Choice". Sam Walton se retire le 5 avril 1992, et son fils ainé, S. Robson Walton, lui succède comme président du conseil d'administration le 7 avril 1992. Cette année, Wal-Mart est présent dans 45 États américains avec en plus l'Idaho, le Montana, l'Oregon, et Porto Rico.

En 1993, la division internationale de Wal-Mart promeut Bobby Martin président. L'entreprise complète son expansion aux États-Unis avec l'entrée en Alaska, Hawaii, Rhode Island et Washington. En décembre 1993, les magasins Wal-Mart atteignent pour la première fois 1 milliard de dollars de chiffre d'affaires en une seule semaine.

Wal-Mart achète 91 PACE Membership Warehouse à Kmart et 122 magasins Woolco au Canada en 1994. La même année, Wal-Mart ouvre trois clubs à Hong Kong, atteignant un total de 123 magasins au Canada et 96 au Mexique. Plus tard dans l'année, le programme appelé "Code Adam" est lancé pour les enfants disparus. Le projet fut intitulé ainsi à cause de l'histoire de Adam Walsh, un enfant de 6 ans disparu dans un magasin en Floride et retrouvé mort en 1981. Toutes les autres chaines de distribution ont adopté des programmes similaires depuis.

En 1995, Wal-Mart possède 1995 Discount Stores, 239 Supercenters, 433 Sam's club et 276 International Stores, cumulant des ventes à 93,6 milliards de dollars et employant 675 000 personnes. Wal-Mart entre dans le cinquantième État américain, le Vermont et continue son expansion internationale avec le marché de l'Amérique du Sud : trois unités en Argentine et cinq au Brésil. L'entreprise se lance sur le marché chinois en 1996 dans le cadre d'une coentreprise.

En 1997, Wal-Mart remplace Woolworth's sur le Dow Jones Industrial Average. L'entreprise dépasse pour la première fois la barre symbolique des 100 milliards de dollars de ventes sur l'année avec 118,1 milliards. Cette même année, Wal-Mart achète 21 magasins Wertkauf en Allemagne et lance son centre de nutrition OneSource.

En 1998, Wal-Mart crée un nouveau concept avec 3 magasins en Arkansas : les Neighborhood Market (« commerces de proximité », ou « dépanneurs » au Québec). Ils permettent principalement d'acheter de la nourriture et sont conçus dans l'optique d'attirer le consommateur grâce un stationnement aisé et un gain de temps sur les files d'attente.

Wal-Mart lance aussi le Wal-Mart Television Network, un vaste réseau de publicité à l'intérieur des magasins permettant au consommateur d'être au courant des promotions en cours, des concerts à venir, des bande-annonces pour les lancements de DVD.

En février 2005, une étude estime que ce réseau est regardé par 130 millions de personnes par mois, avec en moyenne 7 minutes de visionnage à chaque fois qu'une personne vient dans un magasin Wal-Mart.

Wal-Mart se positionne aussi en Corée du Sud en 1998 par un accord de coentreprise. L'entreprise quitte le marché coréen en juillet 2006 après avoir perdu des millions de dollars dans la féroce compétition qui l'opposa aux grands distributeurs locaux.

En 1999, Wal-Mart emploie 1 140 000 associés, faisant de l'entreprise le plus grand employeur privé mondial. Profitant de résultats toujours mirobolants, l'entreprise rachète cette même année ASDA Group plc, un distributeur gérant 229 magasins au Royaume-Uni pour 10 milliards de dollars.

De 2000 à nos jours[modifier | modifier le code]

Ancien logo, de 1992 à 2008

En 2000, quand H. Lee Scott est nommé Président et PDG de l'entreprise, les ventes ont encore augmenté pour atteindre le total de 165 milliards de dollars. En 2002 Wal-Mart fait son entrée dans la liste Fortune 500 qui recense les plus grandes entreprises mondiales, avec un chiffre d'affaires de 219,8 milliards de dollars pour 6,7 milliards de profits. Ensuite, l'entreprise reste classé première tous les ans, excepté en 2006.

En 2004, le groupe acquiert la chaîne de supermarchés Amigo à Porto Rico pour 17 milliards de dollars.

Les employés d’un Walmart de Jonquière, au Québec, se syndicalisent et deviennent les premiers employés de Walmart syndiqués en Amérique du Nord. Cinq mois plus tard, Walmart annonce la fermeture de ce magasin, sur ordre du conseil d'administration.

En 2005, l'entreprise crée deux nouveaux magasins expérimentaux, l'un à McKinney au Texas et l'autre à Aurora au Colorado, possédant des éoliennes, des panneaux photovoltaïques, etc. Walmart ouvre le site Walmart facts[6] dans un mouvement de relations publiques pour répondre aux critiques. Le groupe est condamné par la justice en Allemagne pour avoir interdit à ses salariés de flirter et la mise en place d'un service téléphonique permettant de dénoncer les uns les autres.

Le 26 juin 2006, Walmart annonce que l'entreprise se retire totalement du marché allemand. L'importante part de marché du hard discount en Allemagne (autour de 30 %) n'a pas permis à Walmart de se développer comme il l'a fait aux États-Unis. Les 85 magasins existant sont revendus à la chaîne de supermarchés allemande Metro AG.

Le 12 septembre 2007, après 19 années sans changement, Walmart lance un nouveau slogan, « Économisez plus. Vivez mieux. »[7], remplaçant l'ancien, « Des bas prix de tous les jours »[8]. L'entreprise commissionna Global Insight pour obtenir des statistiques sur la nouvelle campagne. D'après le rapport, la concurrence créée par Walmart permettrait aux familles américaines d'économiser 287 milliards de dollars américains soit 2 500 $US par foyer[9], en hausse de 7,3 % depuis 2004[10].

En janvier 2008, Walmart ouvre sa deuxième génération de magasins « verts » dans l'Illinois[11].

En mars 2008, Walmart poursuit son acquisition du distributeur japonais Seiyu, malgré le fait que le géant américain de la distribution n'ait jamais enregistré de profits au Japon. Walmart possède dorénavant plus de 3000 magasins hors des États-Unis[12].

Le 30 juin 2008, Walmart dévoile un nouveau logo pour l'entreprise, avec l'absence notoire de l'étoile entre les mots « Wal » et « Mart », et suivi d'un dessin stylisé. L'ancien logo a été utilisé 18 ans.

En novembre 2010, Wal-Mart Stores lance une OPA sur 51 % du distributeur sud-africain Massmart, pour un coût évalué à 1,61 milliard d'euros, afin de prendre pied sur le continent africain[13].

Organisation de l'entreprise[modifier | modifier le code]

L'entreprise est axée sur trois réseaux principaux de distribution : Wal-Mart Stores Division U.S., Sam's Club, et Wal-Mart International[14]. L'entreprise fonctionne avec neuf tailles de magasins différentes : supercenters, food and drugs, general merchandise stores, bodegas (petits commerçants), cash and carry stores, membership warehouse clubs, apparel stores, soft discount stores et restaurants[14].

Wal-Mart Stores Division U.S.[modifier | modifier le code]

L'extérieur typique d'un Wal-Mart Discount Store
L'extérieur typique d'un Wal-Mart Supercenter à Madison Heights, en Virginie.

Wal-Mart Stores Division U.S. est le plus grand réseau de distribution, représentant 67,2 % des ventes pour l'année fiscale 2006[14]. Ce segment consiste en trois formats de magasins aux États-Unis : Discount Stores, Supercenters et Neighborhood markets. Cette division comprend également Walmart.com, le site de vente en ligne. Le 6 février 2007, l'entreprise a lancé une version bêta de son service de vidéo à la demande, qui vend 3 000 films et épisodes de séries télévisées provenant de presque tous les majors cinématographiques et réseaux de télévision[15].

Wal-Mart Discount Stores[modifier | modifier le code]

Wal-Mart Discount Stores est une chaîne de magasins d'une taille variant de 9 200 m2 à 20 800 m2, avec une surface moyenne de 9 400 m2[14].

Ils vendent des produits d'usage quotidien et, surtout, des produits non-alimentaires. Ces magasins vendent des jouets, accessoires pour animaux, vêtements, accessoires pour l'auto, articles de sports, films et musiques et bien plus. Beaucoup ont aussi un espace consacré au jardinage, une pharmacie, Tire & Lube Express, un centre optique, un laboratoire photographique, et des fast-foods. Certains possèdent aussi une station-service. Le premier a ouvert à Rogers, en Arkansas en 1963. Il fut ensuite agrandit et réaménagé pour en faire un Wal-Mart Supercenter 24H.

Au 31 octobre 2007, il y avait 988 Wal-Mart Discount Stores aux États-Unis. En 2006, le Discount Store le plus actif au monde était celui de Rapid City, au Dakota du Sud.

Wal-Mart Supercenter[modifier | modifier le code]

Wal-Mart Supercenters est une chaine d'hypermarché de surface variable, de 9 100 m2 à 24 248 m2 pour les plus grands, avec une moyenne de 18 302 m2. Les Supercenters vendent tout ce que vend un Discount Store, mais aussi tous les services d'un supermarché : viandes, volailles, nourriture surgelée, produits de la mer, etc. Beaucoup de Wal-Mart Supercenters ont d'autres services associés : espace jardin, animalerie, pharmacie, centre optique, laboratoire photo, et de nombreux autres magasins accolés : téléphones portables, salon de coiffure, location de DVD, banques, restaurants rapides, station-service (dont la majorité proviennent de Mobil Oil Corporation (renommé « Murphy USA »), de Sunoco (« Optima ») et de Tesoro Corporation (« Mirastar »).

Le premier Supercenter a ouvert en 1998 à Washington, dans le Missouri. Un Wal-Mart Hypermart USA similaire s'est ouvert à Garland, au Texas. Tous les Hypermart USA ont ensuite été fermés ou convertit en Supercenters. Le 31 octobre 2007, il y avait 2 419 Wal-Mart Supercenters aux États-Unis.

Wal-Mart Neighborhood Market[modifier | modifier le code]

Wal-Mart Neighborhood Market est une chaine de magasins à prédominance alimentaire lancée par Wal-Mart en 1998. Ces magasins sont conçus de manière opposée aux hypermarchés. De taille plus petit, ils sont faits pour « les consommateurs voulant se stationner facilement et payer rapidement ». Les magasins Neighborhood Market offrent un choix de produits, notamment une gamme complète de produits alimentaires, pharmaceutiques, de soins et cosmétiques, mais aussi un service de développement de photos et une petite sélection de marchandises générales. Habituellement situés dans des zones possédant déjà un Wal-Mart Supercenter, ils soutiennent le réseau de distribution. Au 31 octobre 2007, il y avait 128 Neighborhood Market aux États-Unis.

Un Neighborhood Markets possède une surface d'environ 3 900 m2, le quart de la taille d'un Supercenter aux États-Unis. Cependant, dans de nombreux pays, un magasin de cette taille est déjà classé comme supermarché ou même comme « hypermarché compact ». Un tel magasin emploie de 80 à 100 personnes et offre en moyenne 28 000 objets.

Sam's Club[modifier | modifier le code]

Logo de Sam's Club

Les Sam's Club sont des magasins d'une taille relativement petite (la taille moyenne d'un Sam's Club est de 12 263 m2, un Supercenter en offre 17 372 m2 en moyenne[16]), chaque magasin emploie de 160 à 175 personnes pour 5 500 objets. Il est nécessaire d'être membre pour pouvoir acheter dans les Sam's Club. Cependant, des coupons à usage unique peuvent être obtenus dans les journaux par des publicités. Les non-membres payent un surplus de 10 % sur leur achat. Pour certains services, il n'est pas nécessaire d'être membre comme les laboratoires d'optique, la pharmacie ou pour acheter de l'alcool.

Les Sam's Club étant des magasins entrepôts, la plupart des marchandises sont vendus directement sur des palettes et non dans des étagères. Il y a actuellement 580 Sam's Club aux États-Unis. Il s'y vend des bijoux, des lunettes de soleil, de l'électronique, des fleurs, de la nourriture. La plupart possède aussi une pharmacie, un laboratoire photo, un opticien. Les Sam's club vendent des objets sous leurs propres marques : Member's Mark, Bakers & Chefs, et Sam's Club. Cependant, il ne s'y vend pas les Sam's Choice ou Great Value, qui sont disponibles dans les Wal-mart classique.

Le premier Sam's Club ouvrit en avril 1983 à Midwest City, en Oklahoma. Le nom vient évidemment de Sam Walton. En 1993, Wal-Mart racheta à Kmart ses PACE Membership Warehouse et les convertit (pas tous cependant) en Sam's Club.

Aujourd'hui[Quand ?], Sam's Club a plus de 48 millions d'adhérents aux États-Unis dans ses 580 magasins. On trouve aussi une centaine de Sam's Club à l'international : Brésil, Chine, Mexique et Porto Rico. Il y avait six Sam's Club au Canada, mais face à la concurrence avec Costco et à la situation économique de 2009, l'administration de Wal-Mart annonça le 27 février 2009 qu'elle allait fermer les six magasins Sam's Club du Canada le 1er mars 2009[17]. La division Sam's Club de Wal-mart Stores, Inc. a un revenu total de 37,1 milliards de dollars pour l'année fiscale 2005. Le concurrent principal des Sam's Club est Costco Wholesale.

Wal-Mart International[modifier | modifier le code]

Un Wal-Mart Supercenter à Mexico

Wal mart's International gère actuellement 2 980 magasins dans quatorze pays, hors États-Unis : Porto Rico, Canada, Mexique, Grande-Bretagne, Chine, Brésil, Argentine, Chili ( Valparaiso) Japon.

Elle représente 92 milliards de dollars de chiffre d'affaires, soit 40,7 % des ventes de l'entreprise pour l'année 2007.

Canada[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Walmart Canada.

Walmart a ouvert des magasins au Canada en rachetant à Woolworth sa division Woolco. Toutes les succursales de Woolworth seront achetées par Walmart à l'exception des quelques magasins qui étaient syndiqués. En 2007, l'entreprise possédait 278 magasins, employant 70 000 Canadiens. Le siège de la division canadienne est à Mississauga, en Ontario. Le 8 novembre 2006, les trois premiers Supercenters canadiens ont ouvert leurs portes. Trois mois plus tard, il y avait déjà six Walmart Supercenters au Canada.

Japon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Seiyu (entreprise).

Walmart entre au Japon en 2002 en achetant Seiyu, une entreprise possédant 400 magasins sur le territoire japonais. Depuis ce rachat, Seiyu n'a annoncé que des pertes, allant jusqu'à 20,93 milliards de yen pour l'année 2007[18].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Asda.

Domination de Walmart[modifier | modifier le code]

Finance[modifier | modifier le code]

Un graphique illustrant le chiffre d'affaires de Walmart en 2006 par rapport aux plus grandes entreprises françaises (Total, AXA...)

Pour l'année 2011, son chiffre d'affaires était de 447 milliards de dollars et le bénéfice dégagé était de 15,7 milliards de dollars[4]. Walmart est à ce jour le premier groupe mondial de grande distribution généraliste, devant son concurrent Carrefour avec 3 500 magasins et 20 % de part de marché estimée et le premier distributeur de jouets avec 45 % de part de marché estimée, ayant dépassé Toys “R” Us à la fin des années 1990.

« Le client » de Walmart[modifier | modifier le code]

En 2007, plus de 176 millions de personnes à travers le monde étaient clients de Wal-Mart chaque semaine[19]. Les clients viennent principalement pour les prix bas, en corrélation avec le slogan de Walmart utilisé de 1962 à 2006, « Des prix bas, toujours » (« Low prices, always »), la moyenne du revenu d'un client de Walmart étant inférieure à la moyenne nationale.

Un sondage réalisé en 2006 a indiqué que 76 % des clients hebdomadaires de Walmart avaient voté à l'élection présidentielle de 2004 pour George W. Bush, alors que seulement 23 % avaient voté pour le démocrate John Kerry[20]. En comparaison avec les autres chaînes de distribution américaines, les clients réguliers de Walmart sont les plus favorables au Parti conservateur[21].

En septembre 2006, Walmart décide d'étendre sa base de consommateurs en annonçant la fin de la stratégie « one-size-fits-all » (« la même chose pour tous ») et en organisant dorénavant les magasins selon leur localisation pour un des six groupes suivants : « les Afro-Américains, les gens aisés, les couples dont les enfants ont quitté la maison, les hispaniques, les banlieusards, et les ruraux »[22]. Six mois plus tard, l'entreprise lance son nouveau slogan « Saving people money so they can live better lives » (« Faire économiser les consommateurs, qu'ils puissent avoir une vie meilleure »). Celui-ci reflète trois principaux groupes formés par Wal-Mart pour ses 200 millions de clients : les « brand aspirationals » (personnes à faibles revenus obsédés par les marques), les « price-sensitive affluents » (clients aisés qui cherchent un bon rapport qualité/prix), et les « value-price shoppers » (clients qui cherchent les prix bas et qui ne peuvent acheter plus cher)[23].

Administration[modifier | modifier le code]

Concurrence[modifier | modifier le code]

En 2006, Walmart dominait largement le marché américain de la grande distribution.

Le groupe français de distribution Carrefour revendique plus de 12 500 magasins dans plus de 30 pays (totalisant un chiffre d'affaires de presque 100 milliards d'euros). Ce groupe ne peut pas tout à fait être considéré comme concurrent de Walmart. En effet, Walmart a une présence majoritairement nord-américaine alors que Carrefour est notoirement absent de cette région du monde.

Critiques de Walmart[modifier | modifier le code]

Le film-reportage américain, Wal-Mart, le géant de la distribution, de Rick Young et Hedrick Smith (2004)[N 1] fait de Walmart un cas d'école sur les conséquences sociales et économiques de l'idéologie néolibérale à l'échelle d'un pays (les États-Unis) tout entier. Il montre notamment comment la majorité des fournisseurs de Walmart ont dû délocaliser leur production en Chine afin de respecter le cahier des charges exigé par Walmart au niveau des prix, ce qui a favorisé un déséquilibre croissant (200 milliards de dollars par an de déficit) en faveur de la Chine dans les échanges économiques Chine - États-Unis, et quasiment transformé ceux-ci en « pays du Tiers-Monde » exportateur de matières premières et importateur de biens manufacturés de haute technologie. Walmart a ainsi indirectement entraîné la ruine de nombre de petites villes américaines, privées de leurs industries traditionnelles, et donc une paupérisation croissante d'une bonne part de la population américaine.

L'"effet Wal-Mart" (Wal-Mart Effect) est décrit comme l'impact de l'implantation d'un magasin de grande taille qui va chasser les petits commerces (donc réduire la concurrence) et mener à la réduction des salaires des employés des commerçants concurrents. A contrario, il peut avoir un certain effet bénéfique sur l'inflation en augmentant le pouvoir d'achat des clients de la zone de chalandise de cette grande surface de vente.

Discrimination[modifier | modifier le code]

En 2001, sept employées américaines de Wal-Mart portent plainte pour discrimination sexuelle, assurant « être moins payées que les hommes à des postes comparables, en dépit d'une meilleure notation et d'une plus grande ancienneté »[24].

En 2007, un juge fédéral autorise ces employées à représenter l'ensemble des employées de Walmart depuis décembre 1998, impliquant ainsi environ 1,5 million de personnes[24]. Porté en appel, le jugement est maintenu de justesse (6 contre 5) par la Cour d'appel de San Francisco[24]. Porté à nouveau en appel par la compagnie, la Cour suprême des États-Unis accepte de se pencher sur le cas le 6 décembre 2010[24]. Jamais une si grande « class action » (action collective) n'a eu lieu aux États-Unis.

Le 20 juin 2011, dans une décision unanime, la Cour bloque le recours[25].

Antisyndicalisme[modifier | modifier le code]

Le slogan de la multinationale a légèrement changé depuis ses débuts passant de Always the low price - Always, qui faisait référence au meilleur prix, à Always low prices - Always qui fait plutôt référence aux bas prix en général. Les méthodes qui ont fait son succès sont aujourd'hui sources de critiques. Car les bas prix s'obtiennent par une minimisation optimale des coûts (sur les produits et sur la main-d'œuvre). Le groupe est donc connu pour les très bas salaires de ses employés et pour ses positions très antisyndicales.

Durant 40 ans d'existence, aucun magasin du groupe n'a compté de représentation syndicale à l'exception d'un groupe de bouchers aux États-Unis qui réussirent à se syndiquer mais leur département a alors été remplacé par la viande préemballée.

Le 1er mai 2007, Human Rights Watch a publié un rapport sur la répression des droits des salariés et du syndicalisme dans l'entreprise. Les directeurs sont formés pour et tenus de combattre toute implantation syndicale ou toute action revendicative y compris légale, ce qui, du fait des lois américaines offrant de très faibles protections aux salariés, conduit à ce que les salariés ont été incapables de mener des actions collectives pour faire valoir leurs droits, en matière de salaires, d'heures de travail ou de lutte contre la discrimination sexuelle[26].

Allemagne[modifier | modifier le code]

La politique anti-syndicale de la firme a, selon plusieurs analystes, causé sa perte en Allemagne, où les consommateurs ont boudé les allées de Walmart[27].

Un film, Walmart: The High Cost of Low Price, produit aux États-Unis, dénonce les pratiques commerciales et sociales de cette société[28].

Canada[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Walmart Canada#Antisyndicalisme.

Chine[modifier | modifier le code]

En 2006, à la suite d'un bras de fer avec le gouvernement de la Chine lors de l'ouverture d'un magasin, Walmart a pour la première fois été obligé d'accepter une représentation syndicale d'État au sein de ses soixante magasins[29].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Chicago[modifier | modifier le code]

Quand Walmart se préparait à ouvrir son premier entrepôt dans la grande ville américaine de Chicago, la ville décidait de mettre en place un règlement municipal visant à assurer le traitement humain des employés de grands entrepôts, y compris l'octroi d'une assurance maladie et une paie raisonnable pour habiter dans la ville. Le règlement, étant basé sur la politique de Costco qui venait d'ouvrir son entrepôt inaugural dans la ville, a provoqué des protestations non seulement de Walmart, mais aussi de Sears, Target, Bloomingdale's et Home Depot. Quand les autres grands magasins menacèrent de quitter la ville de Chicago pour s'installer dans les banlieues, la ville dut abandonner ses projets d'amélioration des conditions de vie des travailleurs en faveur du commerce[30].

Gestion de l'image[modifier | modifier le code]

Le 28 avril 2006, Richard Demsyn, un étudiant de 18 ans de London (Ontario), publie un article[31] sur le site web WhiteDust.net accusant des lobbyistes de Wal-Mart de modifier l'article consacré à l'entreprise par la version en anglais de l'encyclopédie Wikipédia pour lui donner un ton volontairement positif[32]. Ne bénéficiant d'aucune preuve formelle au départ, le développement et l'utilisation du WikiScanner permit de confirmer plus tard que plusieurs modifications litigieuses faites à l'article anglophone Wal-Mart proviennent d'adresses IP associées à l'entreprise[33][réf. insuffisante].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Rediffusé sur Arte le 29 août 2008.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La nouvelle image pancanadienne de Walmart - Infopresse, 13 février 2009
  2. Walmart employs 1.9 million associates worldwide WalMartStrores.com (1/12/2007)
  3. Page de Google Finance (attention, les valeurs changent fréquemment) : http://finance.google.com/finance?q=NYSE:WMT
  4. a, b et c (en) 2. Wal-Mart Stores - Fortune 500 pour l’année 2013, Forbes
  5. a et b Wal-Mart va ouvrir une vingtaine de nouveaux magasins et embaucher en Chine - Bruno Philip, Le Monde, 21 mars 2006
  6. http://www.walmartfacts.com
  7. En anglais : Save Money. Live Better.
  8. Always Low Prices, Always
  9. (en) Rapport sur l'impact économique de Walmart.
  10. Staff Writer. "Wal-Mart Rolling Out New Company Slogan." Reuters via the New York Times. 12 septembre 2007. Consulté le 26 septembre 2007.
  11. (en) Wal-Mart Opens 25 Percent More Efficient Supercenter in Northern Illinois.
  12. MSN News Consulté le 18/03/08.
  13. Wal-Mart lance son offre sur 51 % du sud-africain Massmart
  14. a, b, c et d (en) Wal-Mart 2006 Annual Report - Wal-Mart [PDF]
  15. (en) Wal-Mart Launches Online Movie Download Service - Fox News/AP, 6 février 2007
  16. (en) Our Retail Divisions - Walmart Corporate
  17. Wal-Mart ferme ses six Sam's Club au Canada - La Presse, 27 février 2009
  18. Wal-Mart to buy rest of Japan's Seiyu - Associated Press Business News/MSN Money
  19. (en) Our Retail Divisions - Wal-Mart, 24 août 2007 (voir archive)
  20. (en) Zogby: Bush Job Approval - 34% - Zogby, 16 août 2006 (voir archive)
  21. Jonathan Birchall et Holly Yeager, « A Purchase on Psephology », Financial Times, 17 août 2006, page 9, US edition
  22. (en) Wal-Mart to drop one-size-fits-all approach - NBC News/AP, 7 septembre 2006
  23. (en) It’s Not Only About Price at Wal-Mart - Michael Barbaro, The New York Times, 2 mars 2007
  24. a, b, c et d « Méga-poursuite pour discrimination - La Cour suprême des États-Unis accepte d'entendre Wal-Mart qui conteste une demande de recours collectif », Le Devoir/AFP,‎ 7 décembre 2010
  25. « Discrimination : pas de recours collectif contre Walmart », sur lesaffaires.com, La Presse canadienne,‎ 20 juin 2011
  26. (en) Discounting Rights : Wal-Mart's Violation of US Workers’ Right to Freedom of Association - Human Rights Watch, rapport de 216 pages et résumé de 16 pages en français téléchargeable au format pdf (voir : « executive summary in French »)
  27. Wal-Mart à l’assaut du monde - Serge Halimi, Le Monde diplomatique, janvier 2006
  28. Des patriotes américains contre Wal-Mart - Serge Halimi, Le Monde diplomatique, février 2006
  29. La Presse, 12 août 2006, cahier affaire p. 2 [réf. insuffisante]
  30. (en) Chicago workers post big win against Wal-Mart - Mark Gruenberg, Workday Minnesota, 31 juillet 2006
  31. Richard Demsyn, « Wal-marts Wikipedia War », sur http://www.mail-archives.com, Whitedust.net,‎ 28 avril 2006 (consulté le 3 janvier 2010)
  32. Nicolas Ritoux, « Wal-Mart crée des remous dans Wikipedia », sur http://techaute.cyberpresse.ca, La Presse,‎ 3 mai 2006 (consulté le 3 janvier 2010)
  33. Sébastien Delahaye, « Wikipédia : un outil pour identifier les manipulateurs d’informations », sur http://www.ecrans.fr, Libération,‎ 17 août 2007

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]