Monoprix (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monoprix.

Monoprix

Description de l'image  Monoprix logo.svg.
Création 1932
Dates clés 1997 : rachat de Prisunic Exploitation
Fondateurs Max Heilbronn
Forme juridique Société anonyme
Slogan « Vivement aujourd'hui »
Siège social Drapeau de France 14-16, rue Marc Bloch
92110 Clichy-la-Garenne (France)
Direction Stéphane Maquaire(PDG), Robert Belleudy (directeur des ventes)
Actionnaires Groupe Casino 100 % septembre 2012
Activité Commerce de détails, de vente en ligne et de proximité de produits alimentaires et non alimentaires
Sociétés sœurs Samada SNC,
Filiales Inno, Monop', Monop'daily, Monop'beauty, Monop'station, Monop'store, Naturalia
Effectif en augmentation 20000 Personnes (12/2010)
Site web www.monoprix.fr
Chiffre d’affaires en augmentation 4,2 Milliards d'euros (2012)
Magasin Monoprix dans l'ancien bâtiment du siège social de la société Félix Potin, Paris
Magasin Monop' (contraction de Monoprix)

Monoprix (nom complet : « Monoprix Exploitation MPX ») est une enseigne de distribution française dont le principe est le commerce de proximité en centre-ville et qui fait partie à 100 % du groupe Casino depuis septembre 2013.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après la crise des années 1930, c'est rue du Gros-Horloge, en plein centre de Rouen, le 29 octobre 1932 que Max Heilbronn, gendre de Théophile Bader, créateur des Galeries Lafayette, ouvre le premier magasin à prix unique, Monoprix. Les Rouennais le nommeront familièrement "Noma", contraction de "Nouveau Magasin". Au même moment, les Nouvelles Galeries lancent Uniprix et les Magasins du Printemps créent Prisunic, tous sur le même créneau de magasins citadins à bas prix. Plus tard, Monoprix lance ses marques propres. La société rachète Uniprix en 1997 puis Prisunic en 2001 pour ne conserver que sa propre marque.

Dans les années 2000, face à la concurrence de la grande distribution, Monoprix fait le pari de monter en gamme[1].

En 2008, l'enseigne ouvre son site internet de vente de produits en ligne à Paris et à sa région. Au cours de l'année 2009, la zone de livraison du site s'étend aux autres grandes villes de France (Lyon, Angers, Nice, Marseille, Bordeaux, Nantes, Rennes, Toulouse, Montpellier, Dijon).

En juin 2012, le groupe Casino annonce son souhait de racheter les 50 % de parts détenues par le groupe Galeries Lafayette. Un accord permettra au groupe Casino d'en devenir l'actionnaire unique à 100 % à l'horizon d'octobre 2013[2]. La transaction doit toutefois recevoir l’accord de l’Autorité de la concurrence[3],[4].

En 2013, les supermarchés Inno (filiale de Monoprix) situés en France prennent l'enseigne Monoprix[5].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

En 2010, Monoprix présente une identité visuelle radicale pour les produits de sa marque "distributeur" (à présent baptisée Monoprix, et autrefois M), qui ne sont représentés que par un texte écrit en capitales, sans image, composé avec des couleurs vives. Le texte décrit le produit et y associe des phrases humoristiques. Ce graphisme, conçu par la jeune directrice artistique Cléo Charuet pour Havas City, a été remarqué par la presse et n'a, malgré son audace, pas empêché le chiffre d'affaires de Monoprix d'augmenter, bien au contraire : certains produits ont même connu une augmentation significative de leurs ventes. Pourtant, on constate à présent un retour en arrière de la part de l'agence Rosapark, qui a récupéré le budget de communication de Monoprix : le "tout-typographique" de l'identité d'origine perd en simplicité puisque les textes sont désormais associés à des photographies des produits emballés. Ce retour à des pratiques plus banales, malgré le succès de la formule d'origine, semble être préventif, car motivé par la peur qu'une identité si singulière finisse par devenir oppressante pour les consommateurs.[réf. nécessaire]

Positionnement[modifier | modifier le code]

L'enseigne Monoprix joue avec une image citadine, voire « d'épicerie fine parisienne »[6], en se positionnant sur la fraîcheur, le choix, le service ainsi que sur l'innovation sur sa marque distributeur et le textile. Le magazine Challenges la décrivait donc en 2012 comme l'enseigne des « bobos urbains »[7].

Une étude de l'association de consommateurs UFC-Que Choisir révélait, en 2014, que Monoprix était l'enseigne de supermarchés la plus chère de France[8]. La marge opérationnelle de l'enseigne est également plus élevée que celle de la grande distribution : elle était de 6,1 % en 2012 contre 2 % ailleurs. Ce positionnement est assumé par l'enseigne qui, comme l'expliquait en 2012 son directeur général Stéphane Maquaire, « ne [se situe] pas sur la bataille du prix »[9].

Implantation[modifier | modifier le code]

Présente dans 85 % des agglomérations de plus de 50.000 habitants, Monoprix cible les rues les plus commerçantes des centre-ville[10]. Alors que Franprix est davantage tourné, à Paris, vers les quartiers à revenu moyen dits "intermédiaire" (comme le 12e ou le 13e arrondissement) ou relativement faible (comme les 18e, 19e et 20e arrondissements), l'enseigne Monoprix, elle, privilégie une implantation dans les quartiers riches[11]. En 2012, l'Autorité de la concurrence pointe du doigt la forte concentration des magasins du groupe Casino dans la capitale française. Le nombre des enseignes Monoprix, Franprix et Leader Price - appartenant toutes au même groupe - représentent en effet une part de marché en surfaces supérieure à 61,7 % et constituaient, selon l'organisme, un "obstacle à la concurrence". Malgré une apparente diversité d’enseignes, le choix des consommateurs serait donc relativement restreint, et fortement orienté dans la capitale française[12]. En mai 2014, à la suite de l'acquisition de l'enseigne Monoprix, Casino se voit obligé de vendre 58 de ses magasins, dont 52 en région parisienne

Organisation[modifier | modifier le code]

Chiffres pour l'année 2009[modifier | modifier le code]

  • Chiffre d'affaires HT : Environ 3664,6 millions d'euros[1].
  • Effectifs : 20 000 dont environ 1 000 au siège social à Clichy-La-Garenne.
  • Nombre de magasins : 450 dont 8 enseignes : Monoprix, Inno, Monop', Beauty Monop', Daily Monop', Monop'store, Naturalia et Monop'Station.
  • Stratégie : Le groupe cherche à soigner son image par le biais des produits biologiques, du commerce équitable ou bien encore par le développement durable. Une montée en gamme est également opérée, avec une augmentation générale des prix (environ 15 % plus cher que Leclerc[1]), et l'offre est diversifiée par le biais de gammes plus larges. La logistique est gérée en interne par la Samada SNC
  • Le 7 juin 2012, Monoprix ouvre son 450ème magasin, à Antibes.
  • En juin 2012, le groupe Casino annonce son souhait de racheter les 50 % de parts détenues par le groupe Galeries Lafayette. Un accord permettra au groupe Casino d'en devenir l'actionnaire unique à 100 % à l'horizon d'octobre 2013[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patricia Kapferer et Tristan Gaston-Breton, Monoprix : au cœur de la vie-ville, Le Cherche-Midi, Paris, 2003, 155 p. (ISBN 2-74910-163-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]