Saint-Martin-sur-le-Pré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.
Saint-Martin-sur-le-Pré
La Mairie.
La Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Arrondissement de Châlons-en-Champagne
Canton Canton de Châlons-en-Champagne-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne
Maire
Mandat
Jacques Jesson
2014-2020
Code postal 51520
Code commune 51504
Démographie
Population
municipale
745 hab. (2011)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 40″ N 4° 20′ 22″ E / 48.9778, 4.339448° 58′ 40″ Nord 4° 20′ 22″ Est / 48.9778, 4.3394  
Superficie 11,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Saint-Martin-sur-le-Pré

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Saint-Martin-sur-le-Pré

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-sur-le-Pré

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-sur-le-Pré

Saint-Martin-sur-le-Pré est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne. De l'agglomération de Châlons-en-Champagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les premières mentions de st-Martin remontent à 1143 sous le vocable Saint-Martin-prez-Vinetz[1] mais aussi avec les variances de l'époque Santci Martini Viencel[2], Santci Martini juxta Vincellum[3] mais aussi Sanctum Martinum juxta Cathalaunum[4]. De la fin du XVIe siècle au XVIIe siècle le nom unifié par Saint-Martin-sur-le Prez avant une résurgeance francisée de Saint-Martin-et-Vinetz ou Saint-Martin-les-Vinetz avant que ne paraisse en l'An I et II Vinetz-sur-Marne.

Histoire[modifier | modifier le code]

La région occupée par le village de Saint Martin était habitée depuis longtemps. La mise au jour, en 1875, à proximité du centre du village, d'une station préhistorique de l'âge de la pierre taillée, a révélé qu'un groupe d'individus vivait déjà à cet endroit plus de cinq mille ans avant notre ère.
Divers objets trouvés au même endroit ou en d'autres points du territoire, permettent d'affirmer que les environs du village ont été habités aux époques gauloise et gallo-romaine.

Trois siècles plus tard[C'est-à-dire ?], le christianisme fait son apparition en Gaule. Le grand saint Martin, évêque de Tours, est de passage en Champagne et donne son nom à de nombreuses localités traversées.

Au Moyen Âge, l'histoire du village se confond avec l'établissement et le développement des biens ecclésiastiques qui s'y forment dès le XIIe siècle, ceux de l'Abbaye de Saint-Pierre-aux-Monts et du Prieuré de Vinetz.
La communauté de Saint Martin fait partie du domaine de l'évêque comte de Châlons, qui renoncera à ses droits en 1329, au profit des religieux de Vinetz qui deviendront seigneurs de Saint Martin les Vinetz, le village dépendant de la coutume du Vermandois. Le village est constitué en communauté, de façon attestée depuis 1247, l'assemblée se tenait à l'issue de la messe le dimanche dans le cimetière l'été, à l'ombre des arbres, à l'entrée de la nef l'hiver puis dans l'école quand elle fut créée. Elle devait des miliciens pour la ville de Châlons où elle participait à l'entretient des fossés, de la muraille tout comme les villages à 4 ou 7[5] lieux à la ronde.

Pendant la Guerre de Cent Ans, les anglais ravagent la région et le village n'est pas épargné.

Au début du XVIIIe siècle, la famine, les hivers rigoureux de 1709 et 1711 des bandes de loups ravagent le région[6]  ; en 1790 et 1794, la commune absorbe celle voisine de Vinetz[7].
Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Vinets-sur-Marne[7].

Pourquoi « sur le pré » ? Parce que le village est situé à proximité d'une vaste prairie qui s'étendait jusqu'au lit de la Marne. Cette prairie servait de pâturage commun. Elle était inondée chaque hiver, donc fertilisée par le limon du cours d'eau. Elle produisait une herbe de choix, qui pouvait nourrir une partie de l'année toutes les bêtes de la localité.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 AN I Boullé    
AN I An III Pierre Croix    
An III An III Cocqueteaux l'Ainé    
An III An IV Remy Rigollet    
An IV 1864 Louis Guillaume Dozon    
An V An VI Nicolas Journey    
AN VI An VII Claude Hattat    
An VII An VII Henry Rigollet le jeune    
AN VIII 1806 Jean-Baptiste Cocqueteaux    
1806 1807 Nicolas Journey    
1807 An1837 Jean Joseph Lamairesse    
1837 1848 Romain Alexis Rigollet    
1848 1853 Claude Augustin Lamairesse    
1853 1864 Pierre Jules Lamairesse    
1864 1878 Eugène Debin    
1864 1900 Gérasime Jesson    
1995 2001 Roger Bertrand    
2001 2008 Michel Fortin    
2008 en cours Jacques Jesson[8]    
Les données manquantes sont à compléter.

En 1743 est attesté une école, simple appentis adossé au sud de l'église et restait là jusqu'en 1863, une nouvelle école étant construite prés de la place du village qui fut agrandie et rénové en 1898[9].

Économie[modifier | modifier le code]

Une des richesses de la ville fut pendant longtemps son port sur la Marne, « ...la principale rue du village est dégradée par suite de la grande affluence de voitures qui amènent au port de st-Martin des charbons pour l'approvisionnement de Paris, des bois de marine, des munitions de guerre pour le roi » en une supplique à l'intendant en 1788. les nautes avaient pension en la ville avant de bresler[10] les convois, ils payaient une redevance sur chaque stère de bois stockée sur le prés. Le port fut recréé sur le canal latéral à la Marne masi fini par tomber en désuètude.

Le chemins de fer de la banlieue de reims eu une gare à St-Martin en 1903.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 745 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
130 120 112 109 139 140 143 148 158
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
175 165 155 146 151 166 183 203 203
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
200 220 211 257 340 367 406 415 340
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
376 618 948 903 898 882 828 745 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de 1886.
  • Jardin de senteurs avec bassin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Martin-sur-le-Pré

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d'azur au sautoir d'or, cantonné de quatre épis de blé du même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sancti Martini ad Visneci.
  2. 1167
  3. 1293
  4. 1204
  5. selon les périodes
  6. La ville de Châlons promet 20L par tête de loup rapporté.
  7. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  9. Elle est financée à 66% par l'Etat et à 33% par la communauté.
  10. flotteurs construits au moyen de bois assemblés.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011