Migros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Migros

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Migros

Création 15 août 1925
Fondateurs Gottlieb Duttweiler
Forme juridique coopérative
Slogan « (fr) M comme Meilleur »
« (de) ein M Besser »
« (it) M per il meglio
Siège social Drapeau de Suisse Zurich (Suisse)
Direction Andrea Broggini (président du conseil d'administration)
Actionnaires 2,1 millions de coopérateurs
Activité commerce de détail
Produits grande distribution
Société mère Fédération des coopératives Migros
Filiales voir texte
Effectif 86'393 employés (fin 2011)
Site web www.migros.ch
Fonds propres CHF 14,88 mrd (2011)
Chiffre d’affaires en augmentation CHF 26,726 mrd (2013)
Résultat net en augmentation 659 mio CHF (2011)
Le siège Migros à Zurich

Le groupe Migros est un conglomérat d'entreprises suisses actives dans le secteur de la grande distribution. C'est la plus grande entreprise de distribution de Suisse (37 % du marché suisse de l'alimentation) devant son principal concurrent Coop (35 %)[1] et le principal employeur privé du pays[2]. Son logo est un M majuscule orange, d'où son surnom familier de « géant orange ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La société Migros est fondée sous la forme d'une société anonyme en 1925 par Gottlieb Duttweiler qui désire alors offrir au consommateur des produits de première nécessité aux prix du marché de gros en supprimant les intermédiaires (d'où le nom Migros, la moitié en prix de détail et l'autre prix de gros). Il commence par ne vendre (à des prix inférieurs de 10 à 30 % à ceux de la concurrence) que du café, du riz, du sucre, des pâtes, de l'huile alimentaire de la noix de coco et du savon dans des camions-magasins qui passent de village en village. Le premier magasin fixe est ouvert en 1926 à Zurich et le second au Tessin sous la forme d'une coopérative.

En 1941, la structure de la société change pour devenir la Fédération des coopératives Migros (FCM, en allemand Migros-Genossenschafts-Bund, MGB), subdivisée en coopératives régionales. Progressivement, les activités du groupe se diversifient. Si la compagnie de voyage Hotelplan est fondée par Duttweiler en 1935 déjà, c'est en 1942 que le magazine Construire (actuellement connu sous le nom de Migros Magazine) voit le jour. Suivront le centre de formation École-club Migros en 1944, les restaurants 1952, les stations-service Migrol en 1954, les écoles de langue Eurocentres en 1956, la Banque Migros en 1957 et la compagnie d'assurances en 1959. Suivront plus tard le premier parc de loisirs (Säntispark, à Saint-Gall, en 1986) puis le premier centre commercial à l'étranger à Thoiry dans l'Ain (en 1993[3]). Migros France a par ailleurs ouvert dernièrement Vitam'Migros

En 1957, le Pour-cent culturel Migros est inscrit dans les statuts, obligeant la société à consacrer chaque année 0,5 % du volume des ventes au détail et 1 % du volume des ventes en gros à des projets culturels et sociaux, ce qui représente 127 millions de francs suisses en 2007[4]. En 1967, tous les emballages des produits de la marque sont modifiés pour y inclure la date de péremption. Le nom de Migros data est depuis passé dans le langage courant. En 1970, la compagnie lance un label M-Sano pour des fruits et légumes produits dans le respect de l'environnement.

En 1977, la compagnie renvoie Hans A. Pestalozzi, l'un de ses directeurs et cofondateur de l'Institut Gottlieb Duttweiler pour avoir critiqué la société de consommation. Celui-ci dénoncera, quelques années plus tard, les manœuvres de la direction pour éviter qu'un mouvement de protection des consommateurs appelé M-Renouveau (en allemand M-Frühling)[5] ne puisse entrer dans la direction de l'entreprise[6].

Dès 1996, la compagnie lance une gamme de produits premier prix appelée M-Budget, puis, l'année suivante, un programme de fidélisation M-Cumulus. En 2006, la Migros prend une participation de 80 % dans le magasin en ligne « LeShop.ch ».

Le 12 janvier 2007, Migros prend une participation de 70 % du discounter suisse Denner. La société Denner appartient à Migros à 100% à fin 2009.

Le 30 novembre 2007 a eu lieu la dernière tournée du camion-magasin de la Migros, dans le canton du Valais. L'arrêt de ce service est dû à la modification des habitudes d'achats des consommateurs, qui se déplacent plus facilement, de la baisse de la population dans les régions montagneuses, où ce service était encore proposé, et du manque de rentabilité de ce service. Le camion-magasin arrivait en outre en fin de vie.

De nos jours, la société est toujours une coopérative dont sont membres près de 2 millions de Suisses[7], faisant ainsi de la Migros une chaîne de supermarchés possédée de fait par ses consommateurs. En 2008, Migros publie pour la première fois un Rapport Développement durable, pour faire partiellement suite au rapport de l'agence de rating Oekom Research qui a qualifié Migros de distributeur le plus engagé du monde pour ce qui est de la promotion du développement durable[8].

Les supermarchés sont divisés en trois catégories selon leur taille et l'assortiment qu'ils proposent M, MM ou MMM (1M, 2M, 3M).

Il existe également des commerces de détail indépendants "MIGROS Partenaire" qui sont livrés à hauteur de 80 % de leur vente par la coopérative Migros avec laquelle ils sont signataires d'un contrat de livraison. Ces commerces ne dépendent pas directement de Migros, mais en respectent l'image et le marketing commercial et de plus ils peuvent vendre des produits de marques, du tabac et de l'alcool. Au nombre d'environ 80 à ce jour, ce système a été créé à l'époque par M. Duttweiler pour « apaiser » les tensions que provoquait Migros auprès des commerces de détail indépendants et en leur fournissant des articles Migros, il pensait avoir atteint son objectif. Aujourd'hui, ils sont une alternative intéressante au magasin de village et de proximité.

Une enseigne Migros

Structure[modifier | modifier le code]

Coopératives régionales[modifier | modifier le code]

Les coopératives régionales forment le cœur de Migros. Elles sont au nombre de dix depuis 1998 :

En 1998, une réorganisation a eu lieu, faisant passer le nombre de coopératives régionales de douze à dix en regroupant les Société Coopérative Migros Aarau/Soleure (Suhr) et Société Coopérative Migros Berne (Moosseedorf) sous le nom de Société Coopérative Migros Aar et les Société Coopérative Migros Winterthour/Schaffhouse et Société Coopérative Migros Saint-Gall, sous le nom de Société Coopérative Migros Suisse orientale.

Chaque coopérative élit un comité coopératif tous les quatre ans.

La cohérence de ces différentes coopératives est assurée par une autre société la Fédération des Coopératives Migros, fondée et gérée par l'entremise des dix coopératives régionales.

Points de vente[modifier | modifier le code]

L'ensemble de ces coopératives compte 589 supermarchés, 198 marchés spécialisés et 198 restaurants[9] pour environ 8,7 millions de contacts avec la clientèle par année.

Migros est présent sur le marché du commerce de détail non seulement via ses magasins logotypés du M orange caractéristique, mais également via d'autres enseignes. Les marchés spécialisés sont les exemples types, avec des surfaces de vente autonome telles que SportXX (articles de sport), MElectronics (électronique de divertissement), Mìcasa (ameublement), DO IT+Garden (bricolage), Florissimo (fleur), Migros Restaurant, Sessibon, Take-away, Coffe & Time, Chacha (restauration) ou encore Carat (bijouterie).

Lignes de produits et programmes[modifier | modifier le code]

M-Budget et Migros Sélection[modifier | modifier le code]

Logo de M-Budget

En 1996, inspiré par des produits similaires vendus en Australie[10], Migros lance sa gamme à bas-prix M-Budget qui offre alors 70 produits différents. En 2006, pas moins de 500 articles sont disponibles, incluant par exemple des mountain bikes des snowboards, du chocolat, des jeans ou des briquets. Tous les articles utilisent le même graphisme d'emballage, un fond vert foncé sur lequel le logo de Migros est répété à l'infini en blanc. La compagnie annonce un chiffre d'affaires de 653 millions de francs suisses pour les quelque 500 articles M-Budget proposés[11].

La marque, à l'origine destinée aux familles à faible revenu, est depuis peu devenu un phénomène de mode grâce à des initiatives telles que l'organisation de M-Budget Party (soirées dont l'entrée ne coûte que CHF 9,90 incluant une boisson non alcoolisée) ou le M-Budget Mobile (une offre de téléphonie portable lancée en 2005 en collaboration avec Swisscom). À l'inverse, certains articles sont produits en très faible quantité et deviennent alors des objets de collection.

En 2006, Migros lance la M-Budget credit card, une offre combinée de carte de crédit gratuite en partenariat avec Mastercard et GE Money Bank.

En juin 2007, l'étude de l'agence de publicité Advico Young & Rubicam a montré que M-Budget appartenait désormais au club des vingt marques les plus appréciées par les Suisses[12].

À l'inverse, en 2005, Migros lance une ligne haut de gamme appelée Migros Sélection. Comprenant majoritairement des produits alimentaires, cette ligne présente des produits de qualité supérieure dans un emballage spécifique doré[13].

Engagement[modifier | modifier le code]

Regroupés sous l'étiquette générique d'Engagement, Migros a conclu plusieurs accords avec des organisations nationales ou internationales qui offrent des produits fabriqués avec un respect important au niveau social et écologique. Ces produits représentent 51 % des articles alimentaires et non alimentaires vendus[14], dont par exemple :

  • le label TerraSuisse qui englobe les anciens labels M-7 (viande) et IP-Suisse (céréales) dans les points de vente Migros[15]
  • le label Bio, garantie d'agriculture biologique avec contrôle externe[16]
  • le label Max Havelaar, pour la promotion du commerce équitable[17]
  • le Marine Stewardship Council, pour les produits de la pêche[18]
  • le label Eco, pour les textiles[19]
  • le label coton bio pour la production de coton[20] qui propose des vêtements sans adjuvants et colorants susceptibles de provoquer des irritations de la peau ou des allergies[21]
  • le Forest Stewardship Council pour l'utilisation du bois[22]

La marque a été classée en 2009 au troisième rang des entreprises européennes qui faisaient le plus d'efforts pour s'approvisionner en huile de palme durable, par l'association WWF. Elle fait également partie des quelques entreprises qui ont pris des engagements publics pour parvenir dans le futur à un approvisionnement à 100 % CSPO (Certified Sustainable Palm Oil)[23]

Migipedia[modifier | modifier le code]

En 2011, Migros lance un site internet appelé Migipedia, qui a pour but d'augmenter la communication directe entre les clients et la société. Sur ce site, au nom évocateur proche de Wikipedia, les clients s'expriment sur les produits afin d'être en dialogue direct et acteur de l'évolution de l'assortiment. De ce concept, des nouveaux produits demandés par la clientèle, ont vu le jour dans les différents magasins Migros.

Filiales et sociétés appartenant à Migros[modifier | modifier le code]

Points de distribution alimentaire:

autres points de distribution:

  • Globus, distributeur haut de gamme (rachat par la fédération des coopératives Migros)
  • Carat, bijouterie
  • Depot, décoration
  • DO IT+Garden Migros, bricolage
  • Ex-Libris, librairie
  • Interio, ameublement (rachat par la fédération des coopératives Migros)
  • Melectronics, magasin d'appareils électroniques et ménagers
  • Micasa, ameublement
  • M-Way, concessionnaire de véhicules électriques
  • OBI, magasin de bricolage (rachat par la fédération des coopératives Migros)
  • Office World, fournitures et meubles de bureau, bureautique (rachat par la fédération des coopératives Migros)
  • SportXX, magasin de sport
  • Outdoor by SportXX, magasin spécialisé dans le sport de pleine nature.
  • Ryffel Running, magasin spécialisé en chaussure de course.

Service:

Unité de production:

  • Aproz Sources Minérales SA, sources minérales
  • Bischoffszell SA, conserves, jus de fruits, produits à base de pommes de terre, etc...
  • Chocolat Frey SA, chocolat, articles de confiserie et chewing-gums
  • Delica SA, café, thé, épices, fruits secs...
  • Estavayer Lait SA (ELSA), entreprise de transformation du lait
  • Jowa SA, articles de boulangerie, de confiserie, articles précuits, etc...
  • Mibelle SA, cosmétiques et produits de soins corporels
  • Micarna SA, boucherie
  • Midor SA, produit biscuits, crème glacée, pâtisseries pour apéritif, poudre pour desserts et gâteaux
  • Mifa SA, lessives, produits de nettoyage et différentes sortes de margarine
  • Mifroma SA, affineur de fromages
  • Riseria SA, rizerie

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • En 1955, Gottlied Duttweiler fonde la coopérative régionale Migros Turquie, sans réel succès. Aujourd'hui, cette coopérative est devenue une société anonyme qui n'appartient pas au groupe Migros[24].
  • Dans les années 1970, la famille Emmel enregistre "s'Migros Lied" (la chanson Migros). L'idée de ce 45 tour n'est pas de Migros, mais des Emmel. Les parents et leurs trois enfants chantent sur une musique qui se veut entraînante une sorte ode à la coopérative. Extraits des paroles : « Eusi Migros – die staht nie still. Eusi Migros – bliibt immer jung ».
  • La recette des bâtonnets aux noisettes Sélection a été créée par Adèle Duttweiler[25], l'épouse du fondateur Migros.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La fusion Migros Denner n'est pas légale, Thomas von Ungern-Sternberg, Faculté des HEC, UNIL, et Mario Jametti, York University, Toronto
  2. TSR : Migros a souffert de la guerre des prix
  3. Hors de Suisse, Migros ne s'est développée que dans les zones frontalières, à savoir Étrembières et Thoiry en France et Lörrach, Fribourg-en-Brisgau et Bad Säckingen en Allemagne
  4. Rapport Annuel 2007, page 194
  5. « Consommateurs » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  6. Article sur domainepublic.ch
  7. (de) http://www.woz.ch/artikel/inhalt/2004/nr07/Schweiz/5075.html
  8. Rapport Développement durable, page 18
  9. Rapport annuel 2007, Rapport Développement durable 2007, Rapport financier 2007
  10. Produits M-Budget : l'histoire d'un succès
  11. [PDF] Présentation de la marque
  12. Advico Young & Rubicam
  13. Site de l'entreprise
  14. Rapport Développement durable 2007
  15. IP-SUISSE et Migros – un avenir en commun avec TerraSuisse
  16. Label Bio
  17. Fondation Max Havelaar
  18. www.msc.org MSC
  19. [PDF] Directives Eco Migros
  20. [PDF] Règlement Bio de l’UE
  21. Article d'information sur les labels coton bio
  22. FSC
  23. (en) Palm Oil Buyers’ Scorecard
  24. Lire à ce sujet L'Aventure Migros, Alfred A. Häsler, 1985, Fédération des coopératives Migros (Zurich).
  25. Site de Migros

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hans Munz, Le Phénomène Migros, l'histoire de la Communauté Migros, Zurich, Lausanne, Ex Libris,‎ 1974
  • Éric Agier, Migros et la culture, Zurich, Fédération des coopératives Migros,‎ 1983
  • Alfred A. Häsler, L'aventure Migros, Zurich, Fédération des coopératives Migros,‎ 1985

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Martin Witz, Dutti – Monsieur Migros, Zurich, Frenetic Films,‎ 2007