Watermael-Boitsfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Watermael-Boitsfort
(nl) Watermaal-Bosvoorde
Blason de Watermael-Boitsfort
Héraldique
Drapeau de Watermael-Boitsfort
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région de Bruxelles-Capitale Région de Bruxelles-Capitale
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Arrondissement Bruxelles-Capitale
Bourgmestre Olivier Deleuze
Majorité Ecolo, GMH, MR
Sièges
FDF
Ecolo
GMH
MR
PS
27
10
7
5
3
2
Section Code postal
Watermael-Boitsfort 1170
Code INS 21017
Zone téléphonique 02
Démographie
Gentilé Watermaelien(ne)
Watermaelois(e)
Boitsfortois(e)[1]
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
24 320 (1er janvier 2014)
46,27 %
53,73 %
1 881 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
20,29 %
60,59 %
19,13 %
Étrangers 16,49 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 12,51 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 15 541 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 48′ N 4° 24′ E / 50.8, 4.450° 48′ Nord 4° 24′ Est / 50.8, 4.4  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
12,93 km2 (2005)
3,81 %
59,47 %
35,63 %
1,09 %
Localisation
Situation de la commune au sein dela région de Bruxelles-Capitale
Situation de la commune au sein de
la région de Bruxelles-Capitale

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Watermael-Boitsfort

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Watermael-Boitsfort
Liens
Site officiel watermael-boitsfort.be

Watermael-Boitsfort (en néerlandais Watermaal-Bosvoorde) est l'une des 19 communes bilingues de Belgique située dans la Région de Bruxelles-Capitale.

Elle compte 24 320 habitants (au 1er janvier 2013, d'après l'INS) et couvre une superficie de 12,9 km², ce qui fait d'elle la 4ème plus grande commune de l'agglomération bruxelloise.

Elle est limitrophe des communes d'Ixelles, Bruxelles-ville, Uccle et Auderghem, toutes situées en Région de Bruxelles-Capitale. Elle est également limitrophe des communes de Hoeilaart, d'Overijse et de Rhode-Saint-Genèse situées en région flamande. C'est la commune la plus prospère de Bruxelles. En effet, son revenu annuel moyen par habitant est le plus élevé de la Région de Bruxelles-Capitale (15.541 € (2011)).

Histoire[modifier | modifier le code]

La Maison communale de Watermael-Boitsfort

Trois villages de la forêt (Watermael, Boitsfort et Auderghem) vivent depuis des siècles ensemble.

En 1794, les autorités de la Révolution française décidèrent, à la suite de l'annexion de la Belgique, de séparer Auderghem, Watermael et Boitsfort pour en faire 3 communes distinctes.

En 1811, Napoléon, par décret impérial, décide de réunir à nouveau en une seule entité administrative les 3 villages.

Mais Auderghem fut plus tard, priée, par arrêté royal, de ne plus perturber l'existence du couple Watermael-Boitsfort et donc de se retirer.

Le mot Watermael (on en trouve déjà la trace vers 888) viendrait de : water (« eau » en néerlandais) et mahl (mallum en latin, « plaid », endroit où l'on rend la justice). Selon Alphonse Wauters, le nom proviendrait de Wactarmala dérivé de deux mots germaniques : wachter, « gardien », et mal, en latin mallum, « plaid »[2].

Le mot Boitsfort (apparu vers 1227) est moins précis, on a le choix entre plusieurs possibilités. En résumé, un document de cette époque donne le nom de Godefroid de Boudesfort. Pour d'autres, le mot Boud ou Baldo serait une abréviation de Baudouin et le mot fort désignerait un domaine, soit le Domaine de Baudouin.

Une autre possibilité, par ailleurs plus vraisemblable, en fait le domaine de la famille Boote qui était puissante au XIIe siècle. Par ailleurs, durant l'ancien régime, plusieurs membres de la famille feront partie de l'échevinat bruxellois, la commune faisant alors partie du quartier de Bruxelles.

L'orthographe moderne (Bosvoorde, en néerlandais), viendrait de l'étymologie populaire bos (bois, forêt) + voorde (gué) = Bosvoorde, gué au bois.

Liste des bourgmestres[modifier | modifier le code]

Le premier bourgmestre de Watermael-Boitsfort est François Vancampenhout en 1811.

En 1825, Théodore Verhaegen, fondateur de l'ULB, devient bourgmestre à son tour.

  • 1842 : baron Eugène Amour de Cartier
  • 1848 : Englebert Frémineur fils
  • 1858 : Jean-Baptiste (dit Frédéric) Depage
  • 1868 : Jean-Baptiste Smets
  • 1870 : Édouard Olivier
  • 1872 : Léopold Wiener
  • 1891 : Lambert Vandervelde
  • 1893 : Théophile Van der Elst (échevin faisant fonction de bourgmestre)
  • 1895 : Émile Van Becelaere
  • 1904 : Jean-Henri Delleur
  • 1921 : Georges Benoidt
  • 1946 : Jules Messine
  • 1959 : Jacques-Henri Wiener
  • 1976 : Andrée Payfa-Fosseprez (premier bourgmestre féminin de l'agglomération bruxelloise)
  • 1994 : Martine Payfa (fille de la précédente)
  • 2012 : Olivier Deleuze

Evolution de la population[modifier | modifier le code]

Année 1830 1846* 1856 1866 1876 1880 1890 1900 1910 1920 1930 1947 1961 1970 1980 1990 2000 2010
Habitants 3.390 3.950 3.885 2.232 3.210 3.658 5.084 6.520 8.613 10.096 16.138 19.683 23.488 25.123 24.965 24.960 24.773 24.260
Index 100 117 115 66 95 108 150 192 254 298 476 581 693 741 736 736 731 716
chiffres INS - 1830 = Index 100
  • 1866: Auderghem faisant partie de Watermael-Boitsfort devient une commune à part entière en 1863 explicant une baisse spectaculaire de la population lors du recensement de 1866.

Économie[modifier | modifier le code]

C'est en effet la commune de Bruxelles la plus riche en termes de revenu par habitant. Watermael-Boitsfort accueille (le long du boulevard du souverain et de sa chaussée de la Hulpe) de nombreux sièges et bureaux de grandes entreprises tels que Keytrade Bank, AXA, Glaverbel, Marsh & McLennan, BNP Paribas, Steria, American Express, et bien d'autres...

Armoiries de Watermael-Boitsfort[modifier | modifier le code]

C'est le 2 mai 1914 que ces armoiries sont concédées à la Commune : « d'argent à un rencontre de cerf au naturel, au chef d'azur chargé d'un cor de chasse d'or lié du même ».

Les quartiers[modifier | modifier le code]

Watermael-Boitsfort possède sur son territoire les plus connues et les plus étendues cités-jardins de la capitale : Le Logis et Floréal.

Watermael-Boitsfort est aussi la commune la plus verte (en termes d'espaces verts) de Bruxelles. En effet cette commune jouit d'un riche environnement naturel très paisible et très agréable tout en profitant d'une extrême facilité de déplacement en direction de toutes les communes de Bruxelles grâce à son système de transports en commun bien développé. Watermael-Boitsfort a attiré et attire toujours du fait de son ambiance de vie très reposante de nombreux artistes en quête d'inspiration. C'est l'une des rares communes de Bruxelles qui allie de la sorte prospérité économique (avec la présence de grandes entreprises), mobilité et cadre de vie très imprégné par la nature omniprésente (avec sa forêt, ses bois et parcs en tout genre).[interprétation personnelle]

Associations à Watermael-Boitsfort[modifier | modifier le code]

Watermael-Boitsfort est également une ville très active au niveau associatif.

  • Service Volontaire International
  • Association Nationale Belge Contre la Tuberculose
  • Le bus bavard
  • Colophon
  • Tournesol
  • Vivre chez soi
  • association du quartier dit "le coin du balais"

Personnalités célèbres[modifier | modifier le code]

  • Roger Somville (1923-2014) y a vécu.
  • Guy Verton (1928-2009), artiste-peintre.
  • Le peintre Fernand Verhaegen, (1883-1975), le grand maître du folklore wallon, y a vécu de 1913 à 1957, avec une interruption pendant la première guerre mondiale. Il fut ami de Rik Wouters et son voisin en venant se fixer rue de la Sapinière, où habitait déjà le couple Nel et Rik Wouters.
  • Rik Wouters a habité rue de la Sapinière de 1907 à 1914
  • Hergé (Georges Rémy) a habité avenue Delleur. Les aventures de Tintin sont parsemées de liens directs avec la commune. La maison du professeur Bergamotte, représentée dans Les Sept Boules de cristal, est inspirée d'une maison située dans la même avenue.
  • Paul Delvaux (1897 - 1994) a vécu de nombreuses années avenue des Campanules (quartier de la Futaie), où il habitait une jolie maison avec un grand atelier. Au cours des années 50 et 60, on pouvait souvent le rencontrer, se promenant, le long de la ligne de chemin de fer, entre l'avenue des Campanules et la chaussée de la Hulpe (gare de Boitsfort). Dans plusieurs de ses œuvres, il a peint des coins de Watermael-Boitsfort (maisons, rues, ...) et surtout les gares de Boitsfort et de Watermael.
  • Jephan de Villiers y a un atelier.
  • André Franquin y a vécu de 1957 jusqu'à la fin de sa vie. D'abord rue des Marcassins (1957-1980), puis il déménagea avenue Van Becelaere (1980-1997).
  • Nawell Madani, est une actrice, humoriste, auteur, danseuse, animatrice de télévision et productrice y née en 1983.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Germain, Guide des gentilés : Les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française,‎ 2008 (lire en ligne), p. 20-21.
  2. Histoire des environs de Bruxelles, Alphonse Wauters, 1855.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Vanessa Lhuillier, Les fondations d’un corps de ferme disparaîtront pour un bassin d’orage : les archéologues ont pu étudier la structure d’une ferme du XVIIe siècle, Le Soir, 2 mai 2014, p. 26.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]