Muteesa II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mutesa II)
Aller à : navigation, rechercher
Muteesa II
Titre
1er président de la République d'Ouganda
9 octobre 19622 mars 1966
(3 ans, 4 mois et 21 jours)
Premier ministre Milton Obote
Prédécesseur Lui-même (roi)
Successeur Milton Obote
35e roi du Bouganda
22 novembre 19392 mars 1966
(26 ans, 3 mois et 8 jours)
Couronnement 19 novembre 1942
Prédécesseur Daudi Chwa II
Successeur Lui-même
(président de la République)
Mutebi II (roi, indirectement)
Biographie
Dynastie Abalasangeye
Nom de naissance Edward Frederick William David Mutebi Luwangula Walugembe Muteesa
Date de naissance 19 novembre 1924
Lieu de naissance Makindye (Ouganda)
Date de décès 21 mars 1969 (à 44 ans)
Lieu de décès Rotherhithe, Londres
(Royaume-Uni)
Père Daudi Chwa II
Mère Irene Drusilla Namaganda
Conjoint 1) Damalie Kisosonkole
2) Sarah Kisosonkole
3) Kate Kamulegeya
4) Catherine Karungu
5) Winnie Keyihangwe
6) Eseza Nambi
7) Lukanyamagulu
8) Eseza Bummenya
9) Kagodo
10) Kaako Rwancende
11) Nesta Rugumayo
12) Lubuga
13) Eriyosi Nalwoga
Enfant(s) 19 enfants, dont :
Mutebi II Red crown.png
Héritier Prince Ronald Mutebi
Diplômé de Université de Cambridge

Muteesa II
Présidents de la République d'Ouganda
Monarques du Bouganda

Muteesa II (19 novembre 1924 - 21 novembre 1969) fut de dernier roi du Bouganda de 1939 à 1966, avant l'indépendance, et le premier président de la République d'Ouganda de 1962 à 1966.

Son nom complet était Edward Frederick William David Mutebi Luwangula Walugembe Muteesa mais était souvent surnommé « King Freddie » par ses partisans. Comme roi, il était aussi le chef de la tribu Ganda qui dominait le Bouganda et portait le titre de kabaka (roi) de ce royaume.

Biographie[modifier | modifier le code]

Muteesa II devint roi en 1939 après la mort de son père, le roi Daudi Chwa II. Il était alors étudiant en Angleterre, à l'Université de Cambridge, (Magdalene College). À cette époque, le Bouganda était une partie du protectorat britannique sur l'Ouganda. Il poursuivit la politique de réforme du royaume, entamée par son père, royaume très largement autonome, vers une monarchie constitutionnelle. Quand les discussions commencèrent au sein des autorités britanniques pour faire de l'Ouganda un état indépendant, le roi intervint pour essayer d'assurer l'indépendance du Bouganda vis-à-vis de l'Ouganda. Ces efforts furent vains et mal perçus et il fut même brièvement déposé et exilé.

Muteesa II retourna en Ouganda et reprit son trône en 1955. La même année naît son fils, le prince Ronald Mutebi. En 1962 l'Ouganda devint indépendant avec Milton Obote comme Premier ministre et Walter Coutts comme gouverneur général. En 1963, Obote abolit le statut de l'Ouganda comme Royaume du Commonwealth et remplaçait le poste de gouverneur général par celui d'un président honorifique. Une élection, largement truquée, vit Muteesa élu comme premier président de la République, un résultat qu'Obote avait délibérément orchestré pour apaiser la tribu Ganda.

Muteesa ne se satisfaisait pas de servir de simple prête-nom et il gardait une rancune contre Milton Obote sur le futur du Bouganda. En 1966, il demande une enquête parlementaire sur une contrebande d'or et d'ivoire du Congo voisin dans lequel Obote et son chef d'état-major Idi Amin Dada seraient impliqués. Cette même année Obote suspendit la Constitution ougandaise et se proclama lui-même nouveau président, exilant Muteesa en Grande-Bretagne. Le président Obote abolit alors tous les royaumes d'Ouganda, y compris le Bouganda.

Décès[modifier | modifier le code]

Muteesa II meurt de surdose d'alcool dans sa maison de campagne londonienne à Rotherhithe en 1969 à l'âge de 45 ans. La police britannique attribuera ce décès à un suicide. Certains y ont vu un possible assassinat, Muteesa II pouvant avoir été forcé à boire d'importantes quantités de vodka par les agents du régime d'Obote. Le roi avait été interviewé seulement quelques heures avant sa mort par le journaliste britannique John Simpson. Ce dernier l'avait trouvé à jeun et ayant tous ses esprits. Simpson rapporta cela à la police le jour suivant en apprenant la nouvelle de la mort de Muteesa II mais cette piste ne fut pas suivie par l'enquête.

Après la mort de Muteesa II, son fils Mutebi II lui succède au rang de kabaka du Bouganda, mais n'est proclamé tel qu'en 1993, lors du rétablissement des royaumes bantous d'Ouganda.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. London Gazette : n° 42552, p. 23, 29-12-1961

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]