Élections législatives françaises de 1997

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1993 Drapeau de la France 2002 Suivant
Élections législatives françaises de 1997
Type d’élection  élection
Lionel Jospin 2008 - 2.jpg
Gauche plurielle – Lionel Jospin
Voix au 1er tour 10 915 516 Green Arrow Up.svg 29 %
Voix au 2e tour 12 364 197 Green Arrow Up.svg 13,3 %
  
43,09 %
  
48,25 %
Députés élus 312 Green Arrow Up.svg 215
Alain Juppé 2008.jpg
Union pour la France – Alain Juppé
Voix au 1er tour 9 250 869 Red Arrow Down.svg 15 %
Voix au 2e tour 11 798 362 Green Arrow Up.svg 27,5 %
  
36,51 %
  
46,04 %
Députés élus 251 Red Arrow Down.svg 221
Le Pen Perso.JPG
Front national – Jean-Marie Le Pen
Voix au 1er tour 3 785 383 Green Arrow Up.svg 20,1 %
Voix au 2e tour 1 434 854 Red Arrow Down.svg 62,1 %
  
14,94 %
  
5,59 %
Députés élus 1 Green Arrow Up.svg 1
Représentation de l'assemblée
Diagramme
Gouvernement
Sortant
Élu
Législature élue
XIe de la Ve République

Les élections législatives de 1997 ont eu lieu le 25 mai et le 1er juin 1997, soit un an avant le terme de la précédente mandature (XIe législature) en raison de la dissolution de l'Assemblée nationale décidée par le président de la République Jacques Chirac.

Les résultats de l'élection aboutissent à la victoire de la gauche française emmenée par Lionel Jospin qui se voit chargé par Jacques Chirac de former le prochain gouvernement. Dans cette troisième cohabitation, Lionel Jospin est nommé Premier ministre et conduira sa majorité gouvernementale au sein d'un mouvement appelé Gauche plurielle associant les socialistes, les communistes, les Mouvement des citoyens, les Verts et les radicaux de gauche au sein du gouvernement qu'il animera de 1997 à l'élection présidentielle française de 2002.

Contexte politique[modifier | modifier le code]

Deux ans après son élection à la présidence de la République et tandis que la majorité parlementaire soutenant le gouvernement Alain Juppé est écrasante – mais non dénuée de divisions –, Jacques Chirac est conscient que la rentrée sociale s'annonce particulièrement agitée à l'automne 1997, que les élections européennes 1999 se révèlent cruciales, l'Europe devant se mettre d'accord sur la liste des pays devant participer au lancement de la monnaie unique. Dans ce contexte, le gouvernement doit absolument respecter les critères de convergence imposés par le traité de Maastricht mais la faible croissance laisse peu d'espoir dans ce domaine. François Léotard, le président de l'UDF, souhaite que Chirac appuie sur un des « trois boutons : dissolution, remaniement, référendum ». En mars 1997, face aux enquêtes d'opinion qui donnent sa majorité gagnante, Chirac se rallie à la première solution[1].

Chirac estime en effet que les échéances à venir et les réformes en cours nécessitent « une majorité ressourcée et disposant du temps nécessaire à l'action » et « qu'il faut, dès maintenant, aller plus loin sur le chemin des changements. Il faut que l'action politique monte en puissance pendant les cinq années qui viennent. Pour réussir, la France a besoin d'un nouvel élan. Cet élan ne peut être donné que par l'adhésion, clairement exprimée, du peuple français » (déclaration télévisée, 21 avril 1997)[2].

Résultats nationaux[modifier | modifier le code]

Carte des résultats par circonscription au soir du 1er juin 1997
Résultats des élections législatives françaises des 25 mai et 1er juin 1997
Partis
politiques
Votes
(premier tour)
Votes
(second tour)
Sièges
Absolu Relatif Absolu Relatif Absolu Évo. Relatif
  Parti socialiste (PS) 5 961 612 23,53 9 751 423 38,05 255 +202 44,2
  Rassemblement pour la République (RPR) 3 977 964 15,70 5 846 717 22,81 139 -103 24,1
  Front national (FN) 3 785 383 14,94 1 434 854 5,59 1 0 0,2
  Union pour la démocratie française (UDF) 3 601 279 14,21 5 323 177 20,77 112 -84 19,4
  Parti communiste français (PCF) 2 519 281 9,94 982 990 3,83 35 +11 6,1
  Écologistes dont Les Verts 1 726 018 6,81 414 871 1,61 6 +6 1,0
  Divers droite (DVD) 1 671 626 6,59 628 468 2,45 0  ? 0,0
  Divers gauche (DVG) dont MDC 708 605 2,79 652 882 2,54 4 +4 0,7
  Extrême gauche (EXG) 638 710 2,52 -- -- 0 0 0,0
  Parti radical-socialiste (PRS) 366 067 1,44 562 031 2,19 12 +6 2,1
  Divers 351 503 1,38 28 916 0,11 5  ? 0,9
  Extrême droite (EXD) 26 438 0,10 -- -- 0 0 0,0
 
  Total inscrits 39 217 241 38 487 205    
  Votes blancs et nuls    
  Abstention 12 581 299 32,08 % 11 133 207 28,92 %    
  Total exprimés 25 334 486 64,60 % 25 626 329 66,58 %  

Résultats officiels publiés sur le site de l'Assemblée nationale [1]

Résultats par parti[modifier | modifier le code]

Résultats par département[modifier | modifier le code]

Composition de l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Cette liste regroupe la composition de l'Assemblée nationale après le deuxième tour du 1er juin 1997. La composition a changé suite à des législatives partielles ou des députés changeant de groupe. Courant 1998, 30 députés du groupe UDF quittent leur formation d'origine pour fonder le groupe Démocratie Libérale et Indépendants (DLI).

Groupe Membres Apparentés Total  %
Socialiste 242 8 250 43,3
RPR 134 6 140 24,3
UDF 107 6 113 19,6
Communiste 34 2 36 5,9
Radical, citoyen, verts 33 0 33 5,7
Non inscrits 5 0 5 0,9
Total 555 22 577 100,0

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire secrète de la dissolution, Plon,‎ 1997, p. 60
  2. [vidéo] « Déclaration de Jacques Chirac dissolution de l'Assemblée Nationale », sur ina.fr, France 2,‎ 21 avril 1997 (consulté le 23 mars 2014)

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]