Thierry Repentin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thierry Repentin
Thierry Repentin à l’Hôtel de Ville de Strasbourg en avril 2013.
Thierry Repentin à l’Hôtel de Ville de Strasbourg
en avril 2013.
Fonctions
Sénateur de la Savoie
En fonction depuis le 3 mai 2014
1er octobre 200421 juillet 2012
Élection 26 septembre 2004
Prédécesseur Roger Rinchet
Successeur André Vairetto
Ministre délégué aux Affaires européennes
19 mars 201331 mars 2014
Président François Hollande
Gouvernement Jean-Marc Ayrault II
Prédécesseur Bernard Cazeneuve
Successeur Harlem Désir
Ministre délégué à la Formation professionnelle et à l'Apprentissage
21 juin 201219 mars 2013
Président François Hollande
Gouvernement Jean-Marc Ayrault II
Prédécesseur Nadine Morano
Conseiller général du canton de Chambéry-Nord
En fonction depuis le 22 mars 1998
Prédécesseur Michel Dantin (RPR)
Biographie
Date de naissance 5 avril 1963 (51 ans)
Lieu de naissance Saint-Pierre-d'Albigny (Savoie, France)
Parti politique PS
Diplômé de Sciences-Po Grenoble

Thierry Repentin, né le 5 avril 1963 à Saint-Pierre-d'Albigny (Savoie), est un homme politique français, membre du Parti socialiste. Sénateur de la Savoie, il est, entre 2012 et 2014, ministre délégué à la Formation professionnelle et à l'Apprentissage puis ministre délégué aux Affaires européennes dans le gouvernement Jean-Marc Ayrault II.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Originaire de Saint-Jean-de-la-Porte, il fait ses études à Chambéry, puis à l'Institut d'études politiques de Grenoble, Thierry Repentin travaille d'abord avec le député européen Jean-Pierre Cot, puis devient directeur de cabinet de Louis Besson à la mairie de Chambéry, entre 1989 et 1995. Il participe également au cabinet ministériel de Louis Besson quand celui-ci devient ministre du Logement.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Après les élections municipales de 1995, il devient adjoint au maire de Chambéry, poste qu'il conserve en 2001. En 1997 et 2002, il est candidat sur l'ancienne circonscription de Louis Besson, la première circonscription de la Savoie, contre Dominique Dord.

En 1998, il est élu conseiller général du Canton de Chambéry-Nord. Thierry Repentin est depuis le chef de file de l'opposition du Conseil général.

Il devient président de Chambéry métropole en 2001 et organise sa transformation en communauté d'agglomération. Élu sénateur le 26 septembre 2004 (il est le benjamin des sénateurs élus au scrutin majoritaire), il doit renoncer à un de ses mandats. Thierry Repentin abandonne ses mandats d'adjoint au maire de Chambéry et donc de président de Chambéry métropole le 21 décembre 2004.

En décembre 2007, Thierry Repentin annonce sa candidature aux municipales de Sonnaz, commune incluse dans son canton d'élection. En mars 2008, il y est élu conseiller municipal puis adjoint ; un mois plus tard il devient vice-président de Chambéry métropole, puis est désigné président de Métropole Savoie où il conduit l'élaboration du SCOT.

Au Sénat, il se fait remarquer par ses interventions et son travail en faveur de la montagne et du logement, notamment en empêchant la suppression des 20 % de logements sociaux [1], ou en créant la taxe sur les logements vacants[2]. Responsable des questions de logement pendant la campagne présidentielle de Ségolène Royal en 2007, il est également l'auteur d'un rapport parlementaire sur le logement social en France. Spécialiste reconnu de la question, il est élu en décembre 2008 président de l'Union sociale pour l'habitat (USH), qui fédère le mouvement HLM[3].

En 2011, il est candidat au poste de président du Conseil général de la Savoie, il est battu par Hervé Gaymard au bénéfice de l'âge après trois tours de scrutin :

- 1er tour Hervé Gaymard 18 voix - Thierry Repentin 18 voix - 1 blanc,

- 2e tour Hervé Gaymard 17 voix - Thierry Repentin 18 voix - 2 blancs,

- 3e tour Hervé Gaymard 18 voix - Thierry Repentin 18 voix - 1 blanc.

Membre du gouvernement[modifier | modifier le code]

Durant la campagne présidentielle de 2012, il est responsable du pôle habitat et ville au sein de l'équipe de François Hollande[4] et figure parmi les possibles ministres du futur gouvernement[5]. Au point que cinq jours avant l'annonce de la composition du gouvernement, des agences de communication ont acheté des noms de domaine incluant son nom, anticipant des lois portant son nom[6]. Du 21 juin 2012 au 19 mars 2013, il est ministre délégué à la Formation professionnelle et à l'Apprentissage, dans le gouvernement Ayrault II.

Le 19 mars 2013, il est nommé ministre délégué aux Affaires européennes en remplacement de Bernard Cazeneuve, lui-même nommé ministre délégué au Budget après la démission de Jérôme Cahuzac[7]. Thierry Repentin n'est pas remplacé dans ses fonctions qui incombent à son ancien ministre de tutelle Michel Sapin.


Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié et père de deux filles, Lucie et Émilie.

Détails des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Fonctions ministérielles[modifier | modifier le code]

  • Ministre délégué à la Formation professionnelle et à l'Apprentissage, du 21 juin 2012 au 19 mars 2013.
  • Ministre délégué aux Affaires européennes, du 19 mars 2013 au 31 mars 2014.

Mandats actuels[modifier | modifier le code]

Autres fonctions actuelles[modifier | modifier le code]

  • Membre du comité directeur de l'Association nationale des élus de la montagne.
  • Membre du conseil d'administration de l'Assemblée des communautés de France (AdCF).
  • Membre du Conseil national de la Montagne
  • Membre du Comité national de l'Eau

Anciens mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

  • Adjoint au maire de Chambéry de 1995 à 2004.
  • Adjoint au maire de Sonnaz de 2008 à 2014.
  • Président de la Communauté d'agglomération Chambéry métropole de 2001 à 2004.
  • Vice-président de l'Assemblée des communautés de France (AdCF) de 2001 à 2004, membre d'honneur du bureau de 2004 à 2008, de nouveau vice-président, chargé de l'urbanisme, de 2008 à 2012.
  • Président de l'Union sociale pour l'habitat de décembre 2008 à juillet 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Nouvel Observateur du 21 octobre 2008, le Sénat refuse de modifier la loi SRU [1]
  2. Proposition de loi : Lutte contre le logement vacant et solidarité nationale pour le logement
  3. Thierry Repentin, élu président de l'USH (mouvement HLM), dans Le Courrier des Maires, 11 décembre 2008.
  4. Site de campagne de François Hollande [2]
  5. « Élysée ou gouvernement : les noms qui circulent » acteurspublics.com, 7 mai 2012
  6. Lyon Pole Immo, 9 mai 2012, Repentin favori du web
  7. « Jérôme Cahuzac, ministre du Budget, a démissionné », RTL, 19 mars 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]