Anne-Marie Escoffier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Escoffier.
Anne-Marie Escoffier
Image illustrative de l'article Anne-Marie Escoffier
Fonctions
Conseillère générale du canton de Rignac
En fonction depuis le 16 mars 2008
Prédécesseur Jean Puech
Ministre déléguée chargée de la Décentralisation
21 juin 201231 mars 2014
Président François Hollande
Gouvernement Jean-Marc Ayrault II
Sénatrice de l'Aveyron
3 mai 201430 septembre 2014
Prédécesseur Stéphane Mazars
Successeur Jean-Claude Luche
21 septembre 200821 juillet 2012
Prédécesseur Jean Puech
Successeur Stéphane Mazars
Préfet de l'Aveyron
28 avril 199917 septembre 2001
Prédécesseur Jean-Christian Cady
Successeur Pierre Bayle
Préfet de l'Yonne
17 septembre 20011er août 2002
Prédécesseur Gérard Moisselin
Successeur Jean-Louis Fargeas
Biographie
Date de naissance 15 août 1942 (72 ans)
Lieu de naissance Dax (Landes)
Nationalité Française
Parti politique PRG
Diplômé de Université Lyon-III
Profession Haut fonctionnaire
Inspectrice générale de l'administration
Résidence Paris, Belcastel

Anne-Marie Escoffier
Ministère de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique

Anne-Marie Escoffier est née le 15 août 1942 à Dax, dans les Landes. Elle est une femme politique française, membre du Parti radical de gauche, ancienne ministre déléguée auprès de la ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique, chargée de la Décentralisation, dans le gouvernement Ayrault II du 18 juin 2012[1] au 31 mars 2014. Haut fonctionnaire de l'Administration française et ancienne préfète de l'Aveyron et de l'Yonne, elle est élue sénatrice de l'Aveyron lors du renouvellement sénatorial du 21 septembre 2008.

Parcours[modifier | modifier le code]

Née à Dax d'un père ingénieur-conseil et d'une mère enseignante puis mère au foyer, elle est issue d'une fratrie de 3 enfants. Après avoir beaucoup bougé au gré des affectations de son père, elle fit son primaire au Lycée des jeunes filles Jeanne-d'Arc à Clermont-Ferrand. Elle obtient son baccalauréat dans un lycée, à Roanne, avant de partir à l'université de Lyon d'où elle ressort diplômée après plusieurs années d'études[2].

Professeur de lettres classiques, de latin et d'italien de 1962 à 1970, Anne-Marie Escoffier est nommée cadre directeur aux services académiques de 1970 à 1972, puis cadre directeur au rectorat d'Amiens de 1973 à 1980 pour enfin être secrétaire générale à l'inspection académique d'Amiens, de 1980 à 1982.

Nommée directeur des relations avec les services extérieurs de l'État, des affaires économiques et de l'emploi à la préfecture de la Somme, de 1982 à 1984, elle devient chargée de mission et chef du bureau à la direction générale des collectivités locales du ministère de l'Intérieur, de 1984 à 1988. Enfin, elle a été inspecteur adjoint, inspecteur et inspecteur général de l'administration au ministère de l'Intérieur, de 1988 à 1999. Elle devient Sous-directeur de l’action sociale, direction du personnel, de la formation et de l’action sociale au ministère de l’Intérieur, de 1990 à 1992.

Elle est nommée préfète de l'Aveyron de 1999 à 2001 puis de 2001 à 2002 dans l'Yonne.

Anne-Marie Escoffier est également membre de la commission consultative d’orientation chargée d’aider le ministère de l’Intérieur à résoudre le problème des étrangers en situation irrégulière depuis 1998.

Conseillère générale du canton de Rignac dans l'Aveyron élue en 2008 et toujours en fonction, elle remporte les élections sénatoriales et se voit confier la vice-présidence de la délégation sénatoriale aux collectivités territoriales et à la décentralisation le temps de son mandat de sénateur jusqu'à sa nomination au gouvernement[3].

Elle est battue lors des élections sénatoriales de 2014.

Citations[modifier | modifier le code]

« Au fond, je ne pense pas être une femme politique.
Je crois en revanche que je donne priorité partout à l'humain.
Pour moi, donner un sens à sa vie, c'est la donner pour l'autre.
Se sentir responsable et redevable envers son pays. »

— Anne-Marie Escoffier, le 18 février 2013 lors d'une interview sur son action au gouvernement[2]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Depuis 1999, Anne-Marie Escoffier vit près de Belcastel, canton de Rignac où résident son époux, ses enfants et petits-enfants[4].

Fonctions et mandats[modifier | modifier le code]

Fonctions ministérielles[modifier | modifier le code]

  • Ministre déléguée auprès de la ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique, chargée de la Décentralisation dans le gouvernement Ayrault II du 21 juin 2012 au 31 mars 2014.

Mandats[modifier | modifier le code]

Fonctions précédentes[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les ajustements très politiques d'un mini-remaniement, Le Monde, 22 juin 2012
  2. a et b Entretien avec la ministre Anne-Marie Escoffier, La Dépêche, 18 février 2013
  3. a et b Sa fiche sur le site du Sénat
  4. Madame le ministre Escoffier doit s'habituer à sa nouvelle vie, La Dépêche, 24 juin 2012
  5. Bulletin de liaison et procès-verbaux de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, décembre 2011, liste des membres de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron arrêtée au 1er janvier 2012, page 7.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]