Jean-François Humbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-François Humbert
Jean-François Humbert (2e homme à gauche), lors de la rencontre des parlementaires avec le dalaï lama à Toulouse en 2011
Jean-François Humbert (2e homme à gauche), lors de la rencontre des parlementaires avec le dalaï lama à Toulouse en 2011
Fonctions
Sénateur du Doubs
En fonction depuis le 1er octobre 1998
Président du Conseil régional de Franche-Comté
15 mars 199831 mars 2004
Prédécesseur Pierre Chantelat
Successeur Raymond Forni
Conseiller régional de Franche-Comté
16 mars 198614 mars 2010
Conseiller général du canton du Russey
29 mars 199228 mars 2004
Prédécesseur Jean-Claude Dupas
Successeur Daniel Leroux
Biographie
Date de naissance 17 octobre 1952 (61 ans)
Parti politique ex-UMP
Profession Chargé de mission

Jean-François Humbert, né le 17 octobre 1952, est un homme politique français, président du conseil régional de Franche-Comté de 1998 à 2004 et sénateur du Doubs depuis 1998.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille du Haut-Doubs, Jean-François Humbert est né à Besançon à la clinique de la Mouillère. Après avoir été élève du lycée St. Jean, il étudie le droit, toujours à Besançon. Afin de payer ses études il travaille comme facteur, ouvrier à la Rhodia, moniteur, pion. Maître en droit il devient conseiller juridique puis chargé de mission. Il est marié et père de trois filles.

Il a été conseiller régional de 1986 à 2008.

En 1998, il est tête de liste aux élections régionales. Pendant la campagne, plusieurs fois interrogé par les journalistes, il déclare : "je ne ferai pas d'accord avec le Front national". Jean-François Humbert est élu président (UDF) du conseil régional de Franche-Comté en 1998, avec les voix du Front national. Il démissionne. Après 14 heures de négociation avec ses colistiers (pas tous d'accord) et les élus PS, un "code" de bonne conduite est trouvé. Il est réélu : la gauche (hors MDC), qui comptait autant d'élus que la droite républicaine, s'abstient ; le FN vote contre. La gouvernance de la région est assurée sans conflit permanent.

La même année, il est élu sénateur du Doubs.

Durant son mandat de Président il suspend le versement des indemnités d'un élu pour cause d'absentéisme chronique.Il est le premier, en France, à prendre une telle décision.

Giscardien convaincu depuis 1973, il fut responsable national du Parti populaire pour la démocratie française (composante de l'UDF). Dès sa création et persuadé que pour gagner l'union fait la force, il rejoint l'Union pour un mouvement populaire (UMP) à sa création, en 2002. Il devient conseiller politique de la Présidence.

Lors des élections régionales 2004 il fait face aux divisions de la droite. Il souhaite une union au premier tour plutôt qu'une fusion entre les deux tours. Il veut préserver une ligne de conduite et éviter le marchandage de places. Malgré ses efforts, l'UDF refuse. Il est battu par le socialiste Raymond Forni (46,82 %)[1] : il perd ainsi la présidence du conseil régional et devient président du groupe d'opposition.

En 1992 il est élu conseiller général du canton du Russey et est réélu, dès le premier tour en 1998. Il démissionne afin d'éviter le cumul des mandats.

Le 21 septembre 2008, il est le seul candidat de droite à conserver son siège de sénateur du Doubs au second tour[2]. Il est élu au second tour avec 9 voix d'avance. Il est membre de de la commission des affaires européennes et de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication.

Il renonce à se présenter à l'élection régionale de 2010 en Franche-Comté[3]. La veille du dépôt des listes, des personnes ayant accepté d'être candidats à ses côtés, se désistent. L'engagement financier de précampagne et les agissements au sein de l'ump lui font prendre du recul. Il fonde un groupe http://www.certifie-franche-comte.com avec dans ses statuts "l'éthique" comme principe d'engagement.

Depuis son second mandat, il est membre des commissions des affaires européennes, de la culture, de l'éducation et de la communication[4]. Engagé pour la cause tibétaine[5], il est depuis 2010, président du groupe d'information internationale sur le Tibet [6].

Il est secrétaire du Sénat et président de la commission d'enquête sur le dopage.

Passionné de sport, il est ceinture noire de judo et supporter fidèle du FC Sochaux - Montbéliard.

Jeune élu il a refusé les palmes académiques. Jacques Chirac lui a décerné et remis la légion d'honneur.

Il se présente aux élections municipales de 2014 à Besançon comme candidat "libre et indépendant' et assure vouloir "incarner le centre" dans cette élection. A cette occasion, il annonce qu'il n'est plus membre de l'UMP. Il fera moins de 5 % Et ne pourra être au second tour

Synthèse des mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :